Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Vancouver chapitre 10            Dossier Vancouver

Il m’arrive de prendre mon inséparable calepin et de prendre une note sur quelque chose qui se produit et qui mériterait de se retrouver sur mon blogue. J’essaie de préparer un blogue par jour. Lorsque les idées se suivent de trop près, je suis obloigé de postdaté mes billets. Mais voilà qu’avec le voyage que j’ai entrepris à Vancouver avec Danielle, il y avait trop de choses à dire. J’en étaits rendu à avoir des billets écrits pour plus d’une semaine d’avance. C’est pourquoi vous avez sûrement remarqué que j’ai publié 7 billets dans les dernières 24 heures pour me remettre dans un espace temps qui ressemble plus à la réalité de ce que je suis en train de vivre.

Le billet d’aujourd’hui est un pot pourri d’une série de notes que j’aurais voulu vous entretenir mais qui n’ont pas trouvé leur place dans les derniers billets. Question de me mettre à date dans toutes ces notes et de ne plus traîner d’arriérages, je vous les donnent en vrac ici.

Photo souvenir ou un blogue?

Je suis en voyage et j’ai l’impression que je tiens un blogue comme d’autres tiennent une caméra photo. Au lieu de montrer à tous mes amis les photos de voyage, j’en fais une série de court textes, j’y présente différentes réflexions et commentaires. En les mettant en ligne, ceux qui ont le goût de les lire iront les lire. Autres différences, en les mettant en ligne au fur et à mesure, cela me permet de recevoir des commentaires pendant que les événements ont lieu.

Pitoune

Lors de nos déplacements, Danielle et moi avons été surpris de voir de la pitoune (des billes de bois qui flottent sur l’eau), sur la rivière Fraser. Au Québec, cela fait longtemps que nous avons cessé ce moyen de transport pour les billes de bois et que nous avons nettoyé nos rivières. Cela semble être très présent en Colombie-Britannique.

Improvisation VS Y faut que

Pas facile pour moi d’avoir un horaire à suivre et des obligations à respecter. Comble du malheur, la majorité des membres de la famille de Danielle ont déjà été à Vancouver. J’ai entendu beaucoup de "Y faut que tu voies telle chose, Y faut que tu voies telle autre chose…" Bon! Je vais mettre de l’eau dans mon vin. Nous avons passé par le Rose Garden par hasard. Il faisait partie de cette liste de "Y faut que". Je vais devoir mélanger mon côté improvisateur avec quelques "Y faut que" intercalé avec le hasard.

Débat sur l’entrée gratuite des journalistes dans les musées

Quand j’ai fait la visite, par hasard, du musée d’antropologie de l’Université de la Colombie-Britannique, j’ai payé 9$ par personne. Une affiche mentionnait que les frais de visite permettaient de pouvoir planifier un agrandissement du musée.

J’ai ma carte de journaliste professionnel. Cette carte donne l’accès gratuit à tous les musées à Montréal. Je me suis toujours fait un point d’honneur de payer mon entrée malgré tout. Parce que si je veux qu’une institution puisse entretenir ce qu’il présente et l’améliorer, ça prend de l’argent. Je paye mon entrée avec plaisir et fierté. J’y achète aussi des cartes postales pour ma fille Annie qui les colectionnent.

Souvenir du Canada: Made in China

Parce que je joue aux touristes, je flane souvent dans quelques boutiques que nous croisons. Je suis toujours choqué et frustré de voir des souvenirs du Canada où l’on peut lire "Made in China". Au nombre d’artistes que nous avons, il serait plus cohérent de les faires participer dans la fabrication de ces souvenirs qui nous représentent.

Galanterie

J’ai accès à une automobile dont je ne peux pas débarrer les portes à distance. J’ai donc recommencé à débarrer et ouvrir la porte de Danielle. Galanterie oubliée, revenu au galop.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉ
show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Bières, banques, Maillardville et Hindou à Vancouver

Bières, banques, Maillardville et Hindou à Vancouver

 

Vancouver chapitre 9                  Dossier Ville de Vancouver

Lors de notre première journée de visite dans Vancouver, Danielle et moi remarquons qu’il y beaucoup de rues avec des commerces de toutes sortes. Restaurants, beaucoup de cliniques vétérinaires et beaucoup de banques aussi. C’est comme si Vancouver était composé d’une vingtaine de rue St-Laurent. À certains endroits les commerces sont bas de gammes, puis arrivent les plus luxueux et on recommencent.

Pour terminer cette journée, nous décidons de faire notre première épicerie. Question bière et alcool, nous devons faire un arrêt dans un liquor store, un lieu spécialisé du gouvernement de Colombie-Britannique pour la vente d’alcool.

Je suis entré avec l’idée d’acheter une caisse de bière. Quand j’ai vu le prix de la bière, de 40$ à 50$ pour une caisse de 24, j’ai décidé de forcer sur le vin et le rhum. J’ai été renversé de la différence de prix. La majorité des prix sont similaires. Mais pour la bière, c’est presque le double. Il va falloir que je vérifie pourquoi cette différence est si grande entre le prix au Québec et en Colombie-Britannique. Au Québec, je paye de 21 à 23$

Ensuite c’est le tour de l’épicerie plus alimentaire. Première surprise. Une allée qui annonce des produits mexicains, une autre pour les produits provenant de l’Inde, une autre pour une alimentation asiatique… À Montréal, nous avons accès à de la diversité, mais jamais autant que cela.

Quand arrive le temps de payer, à Montréal, on nous crédite 5 sous par sac que nous avons amené pour notre épicerie. À Vancouver, on vous en charge 4 pour les sacs que vous avez oublié.

En parlant avec la caissière, la cliente de la caisse d’à côté a compris que nous arrivons de Montréal. Elle nous questionne pour savoir si nous nous installons à Vancouver pour de bon. ­­Mais non, nous sommes en vacances pour 15 jours ai-je répondi. Nous continuons à discuter ensemble en nous dirigeant vers les stationnement. Elle était contente de pouvoir s’adresser à quelqu’un en français. Elle aime pratiquer son français. Je suis surpris. Je lui mentionne que la communauté francophone est pourtant bien présente à Vancouver. Elle me répond: c’est vrai qu’il y a une communauté francophone comme à Maillardville. Mais à Vancouver, après l’anglais, c’est plus facile de parler Hindoue que français!!! Ouf! Dure nouvelle pour un journaliste en vacance qui veut faire un reportage sur les francophones hors-Québec!

Bon, demain, c’est la tournée des écoles francophones à Surrey et Vancouver. Comme on dit dans le film Star War lorsque les héros ont une bombe à aller porter et qu’ils ont une série d’ennemis prêts à faire sauter leur vaisseau spatial: STAY ON TRACK!

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉ
cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Visite dans Vancouver: Queen Elisabeth Park, Rose Garden et Conservatoire Bloedel

Visite dans Vancouver: Queen Elisabeth Park, Rose Garden et Conservatoire Bloedel

Raymond Viger              Dossier Ville de Vancouver

Vancouver chapitre 8           Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

rose-garden-queen-elisabeth-park-conservatoire-bloedel Après notre premier déjeûner à Vancouver et avoir ramassé nos magazines chez l’imprimeur Transcontinental, Danielle et moi partons à l’aventure. On improvise. Je remarque que les autobus ont un gros panier métallique à l’avant permettant de pouvoir y ranger des byciclettes. Et Danielle constate qu’il y a peu de cyclistes dans les rues en se référant à Montréal.

Nous croisons plusieurs autobus électriques. Une sorte de tramway sur roue. Relié par des fils électriques sur le toit, ce type d’autobus est plus flexible que le tramway conventionnel tout en étant énergétiquement économique.

Nous traversons le Pacific Spirit regional Park. Cette route nous amènera sur les terrains de l’université de la Colombie-Britannique. Nous en profiterons pour faire une visite au Museum of Anthropology. Nous avons pu voir d’immense totems qui servaient de structure interne pour des maisons communautaires. Les poutres de ces bâtiments reposaient sur ces totems.

Dans ce musée, plus de 4 000 objets de différentes époques et culturelles étaient archivés dans une grande séries de tiroirs anonymes. Une suggestion pour les musées. Pour rendre plus invitant l’ouverture de tous ces tiroirs, une petite photo sur le devant du tiroir permettraient de nous aider dans notre navigation.

Notre tournée va nous faire passer devant plages: les Spanish Banks Beach. Le look était spécial de voir les rocheuses à l’arrière plan, les gratte-ciels de Vancouver, de gros bâteaux de transport avec des jeunes qui, à marée basse étaient rendus très loin de la plage.

On se promène dans Vancouver sans savoir où l’on va aboutir. Je vois un grand parc, le Queen Elisabeth Park. Je décide de stationner la voiture et que nous le visiterons à pied. Une belle initiative. Nous avons aboutit sur le Rose Garden. Un immense jardin de roses en plein air. Des passerelles, des ponts, des sentiers pédestres pour nous guider à travers tous ces jardins. D’une beauté inimaginable. Nous y avons quelques assortiements de fleurs que nous tenterons de trouver pour notre jardin.

À l’intérieur de ces jardins qui se trouvent dans le Queen Elisabeth Park, situé derrière un étang où un jeu de fontaine brise le calme de ces lieux de ressourcement, le conservatoire Bloedel attire l’attention. Une visite nous permet de découvrir des plantes, des poissons, des oiseaux en pleine liberté dans ce lieu qui ressemble à une grande serre.

Cette visite nous donne l’idée à Danielle et moi de vérifier la faisabilité de construire quelque chose de similaire pour notre aménagement paysager dans notre cour arrière. Nous vérifierons et nous vous en reparlerons si le projet décolle.

L’endroit est magnifique. Nous y voyons un couple avec un curé en train de se marier! Pourquoi pas? Original comme mariage. En plein air dans un lieu public. Un peu plus loin on voit un club de Lawn Bowling. Du bowling sur gazon! Original.

Un restaurant surplombe tous ces jardins. Une inscription souligne que Bill Clinton et Boris Eltsine y ont mangé lors d’un sommet en 1993.

En quittant les lieux, nous pouvons voir une personne qui fait du Tai Chi avec une grande épée. Originale et cohérent pour un lieu de méditation comme ce parc.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉshow_image

Quand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible dans toute bonne librairie.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

St-Jean Baptiste à Vancouver et le magazine Reflet de Société

St-Jean Baptiste à Vancouver et le magazine Reflet de Société

Raymond Viger                     Dossier Francophonie, Ville de Vancouver

Vancouver chapitre 7

Nous sommes la St-Jean Baptiste. Puisque ce n’est pas une fête pour la Colombie-Britannique, tout le monde est au travail. Cela me permet de planifier de faire un ramassage des exemplaires du magazine Reflet de Société chez notre imprimeur Transcontinental.

Non pas que le magazine est imprimé à Vancouver, mais ils ont une imprimerie à Delta, une banlieue de Vancouver situé à 8 minutes d’où je demeure à Serry. Puisque le poids des bagages est bien contrôlé, cela m’a permis de faire transférer des boîtes de la revue à leur imprimeur de Delta pour que je puisse les y ramasser. Sans ce hasard, je n’aurais pas pu planifier d’emporter des caisses de magazine avec moi. Cela aurait coûté trop cher.

Puisque nous n’avons pas encore fait l’épicerie, avant de s’y rendre, nous décidons de déjeûner dans un restaurant. La serveuse, par mes questions, comprends que je ne suis pas de Vancouver. Lorsque je lui mentionne que je suis de Montréal, elle me dit que je ne peux pas quitter avant qu’une autre serveuse arrive. Elle est de Montréal et elle adore les francophones.

La serveuse arrive. Elle vient à notre rencontre. Elle me dit qu’elle vient de Côte St-Luc une banlieue dans l’ouest de Montréal. Depuis 1979, elle demeure maintenant à Vancouver. Elle me fait une confidence. Elle affirme qu’il n’y a rien comme Montréal. Vancouver c’est beau, mais à Montréal, les gens sont plus chaleureux.

Je suis surpris de ce commentaire. Depuis que nous sommes arrivé, tout le monde nous salue sur la rue. Danielle et moi en avions été très surpris de se faire saluer si souvent.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La navigation à Vancouver: Street ou Avenue?

La navigation à Vancouver: Street ou Avenue?

 

Vancouver chapitre 6            Dossier Ville de Vancouver

De l’aéroport de Vancouver jusqu’à la maison que nous avons loué, nous devons prendre le taxi. C’est notre première expérience de navigation dans Vancouver et ses banlieux. Caroline nous avait déjà avisé que les rues se divisent en STREET et en AVENUE. Les avenues se retrouvent dans le sens Nord-Sud, tandis que les Street se retrouvent dans un sens Est-Ouest. C’est donc facile à se retrouver.

Mais le chauffeur de taxi nous en a appris une meilleure. Si vous avez une adresse comme 8260-126 street, cela veut dire que l’endroit recherché est au coin de la 82e avenue. Parce que les premiers chiffres de l’adresse donne la rue transversale! WOW! Navigué à Vancouver devient facile comme un jeu d’enfant. Mis à part les constructions pour les jeux Olympiques 2010 de Vancouver et les quantités de rues qui ne débouchent nulle part. Nous devons donc constamment nous munir d’une carte routière pour savoir où l’on se retrouve.

En observant le paysage pendant ce trajet, je remarque qu’il y a beaucoup d’autoroutes et de voies rapides, beaucoup d’entrées et de sorties. Un vrai spaghetti routier qui ne cesse de se croiser.

Avant de vous quitter après cette journée de voyagement pour aller me reposer un peu, je pense à quelques journalistes qui me reprochent de tenir un blogue qui contient des fautes de frappes. Certaines de ces fautes sont dûes à mon incapacité d’être parfait en français, d’autres sont des erreurs dûes au clavier qui me cache certains symboles et d’autres sont dues au fait que j’écris directement dans le blogue et sans me relire. Je préfère tenir un blogue où quelques coquilles se retrouvent que de ne pas pouvoir bloguer et de ne pas avoir la chance de vous partager au fur et à mesure mes états d’âmes.

De toute façon je considère que si quelqu’un veut un texte plus travaillé à tous les niveaux, il va lire notre magazine Reflet de Société et ne sera pas intéressé par mon blogue.

Au plaisir d’être lu  par vous tous. Bonne fête à tous les Québécois. C’est la St-Jean Baptiste, que je fête à Vancouver.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible dans toute bonne librairie.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Senteur de cigarette et arrivée a Vancouver

Senteur de cigarette et arrivée a Vancouver

 

Vancouver chapitre 5              Dossier Ville de Vancouver

Le vol Ottawa – Toronto, suivi du vol Toronto – Vancouver s’est déroulé sans que je n’ai d’aventures rocambolesques qui méritent un espace dans mon blogue. Avec maintenant près de 10 heures que j’ai arrêté de fumer, je remarque qu’en ouvrant mon sac pour l’ordinateur, je sens une odeur de cigarette. Une chose que je n’avais jamais senti auparavant.

J’espère que ce nouvel odorat que je suis déja en train de développer ne fera pas de moi un vieux grincheux d’ex-fumeur. Je veux arrêter de fumer, mais je ne veux pas faire subir aux autres le fait que j’ai arrêté.

Danielle ne voulant pas utiliser la patche de réserve que nous avions, je décide de m’en servir. Comme avec la première patche, elle ne réussit pas encore a coller. Et pourtant elle expire en avril 2009!

Nous préparons notre descente pour Vancouver. Les rocheuses nous accueillent au passage. Un magnifique décor se présente a nous. Des montagnes enneignées en plein été et la mer qui berce la côte de Vancouver.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible dans toute bonne librairie.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 725 autres abonnés

%d bloggers like this: