Les lendemains de la prostitution

Les lendemains de la prostitution

Christine Burtin-Lauthe     Dossier Prostitution et Sexualité.

prostitution-escorte-prostituées-danseuses-nues-prostitution-de-rue-prostitution-en-plein-jour Arrêter la prostitution par soi-même, sans aide et sans accompagnement, c’est ce que Coralie a fait il y a plus de 10 ans. Salariée le jour et prostituée la nuit, ce qu’elle acceptait de faire pour avoir plus d’argent lui apparaît maintenant bien dérisoire, au regard de ce qu’elle devait endurer pour quelques dollars de plus. Enfin en paix avec elle-même, elle parle de la rupture et de «l’après» qu’elle doit vivre.

Prostitution, sujet tabou

Il y a peu encore, Coralie ne voulait pas parler de cette période de sa vie. «En parler, ça me faisait revivre des émotions, des souvenirs que je n’étais pas capable d’assumer. Je me disais qu’il avait fallu que je sois bien nounoune pour faire tout ça! De raconter, ça me donnait un coup au moral. Pour un bon moment. Mais d’un autre côté, en parler avec des gens compréhensif, ça m’a permis d’analyser et, de prendre un peu de recul. Du temps a passé et aujourd’hui, je me sens plus forte, plus confiante.»

Ses débuts dans la prostitution

Sans travail, seule à Montréal, Coralie a commencé à se prostituer pour subvenir à ses besoins, et parce qu’une amie le lui a proposé. En même temps, elle continuait à se chercher du travail. «Je disais que je faisais n’importe quoi: caissière, réceptionniste, 2 à 3 jours par semaine, mais je ne voulais pas devoir répondre à ceux qui me demandaient ce que je faisais dans la vie: je suis prostituée! Je voulais pouvoir leur répondre: j’ai un travail.» Être Coralie le jour avec travail, appartement, animaux et pas de consommation de drogue et Stéphanie la nuit avec beaucoup d’argent, la drogue, le stress, les bars et la rue, est devenu trop difficile à vivre. «Il fallait que je choisisse entre ces deux mondes et que je choisisse le bon! Lorsque j’étais Stéphanie, j’avais beaucoup d’argent et je dépensais beaucoup. Une paire de lunettes à 300$, c’est pas un problème, puisqu’il te suffit de faire des clients pour te les payer. Je me sentais jolie, attirante, admirée, et ça me valorisait. D’un autre côté, la vie normale de Coralie, avec une certaine valorisation dans le travail, c’est ce que je recherchais. Alors, quand j’ai comparé entre les avantages et les inconvénients de chacun, j’ai bien compris que, dans la prostitution, il n’y avait que l’argent. La valorisation, oublie ça. Y’en a pas! T’es juste un bout de viande!»

Fin de la prostitution

Contrairement à d’autres, Coralie arrête tout. Elle ne conserve pas de clients. Elle change de quartier, coupe les liens avec ses amies, rompt avec son chum, et prend un emploi à plein temps. Petit salaire, juste ce qu’il faut pour se payer les besoins de base. C’est le dur retour à la réalité et à la vie de monsieur et de madame Tout le Monde. Pas d’aide d’associations; pas de thérapie à 40$ la séance (qu’elle aurait payée comment, d’ailleurs?). Juste une amie qui va lui donner des conseils pour gérer son budget. «C’est ce qui a été le plus dur. J’ai mis un an à y arriver. Dans la prostitution, je faisais de l’argent en fonction de ce dont j’avais besoin. Là, je devais vivre avec ce que j’avais. Fini le luxe et le gaspillage. J’ai dû apprendre à compter, à me restreindre. Je me suis rééduquée, et ça n’a pas été facile. Mais, j’y suis arrivée et je suis devenue une experte de la consommation gratuite ou à rabais. Je suis pas mal bonne dans le domaine!»

Aucune aide pour sortir de la prostitution

Coralie s’en est sortie toute seule. Sa patience et sa persévérance lui ont permis de s’insérer dans la société. Combien d’autres ont eu besoin d’aide sans en trouver? «Quand j’ai cherché de l’aide, je n’en ai pas trouvé. Je me suis débrouillée par moi-même. Je me suis renseignée. Je sais aujourd’hui qu’il n’y en a pas beaucoup plus. Si tu enlèves une fille de la rue pour l’y remettre pas longtemps après, c’est pas la peine! Des lieux d’accueil pour prostituées, où elles pourraient trouver des réponses à leurs besoins de base, y’en a pas! Des formations pour qu’elles travaillent à autre chose que le salaire minimum, où sont-elles? La volonté pour faire de la prévention ou de l’insertion, j’en vois pas!»

Même si Coralie regrette parfois les gros revenus et le luxe obtenu, elle assure qu’elle préfère sa vie d’aujourd’hui avec toutes ses difficultés, mais aussi ses petits bonheurs.

Dossiers Prostitution et Sexualité.

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Une Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 780 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :