Les Russes, le hockey et… la religion!

Les accommodements raisonnables et les Russes

Encore un crucifix au Saguenay!

Raymond Viger Dossiers ReligionPolitiqueAccommodements raisonnables

progrès dimanche journalisme saguenay édition média quotidienDanielle me montre le livre Le progrès au quotidien publié en 1988 chez Gaëtan Morin Éditeur. Son frère, Jean Simard, s’y retrouve, présenté comme directeur du personnel. On y voit deux photos et une entrevue.

En feuilletant les autres pages de ce livre qui relate les faits d’armes du journalisme au Saguenay, Danielle tombe sur une anecdote de Claude Lussier, chroniqueur sportif à La Maison de la presse.

Le journaliste nous relate un accommodement raisonnable qui s’est déroulé durant le championnat mondial de hockey junior de 1979-1980. Chicoutimi servait de famille d’accueil à l’équipe finlandaise. Les Russes choquèrent par leurs agissements et leurs nombreuses exigences lors de leur visite à Chicoutimi.

À leur première séance d’entraînement au Centre Georges-Vézina, les Soviétiques furent choqués de voir un crucifix géant près de leur drapeau. Devant leur menace de retourner chez eux, sans affronter les Finlandais, le juge Savard, grand chevalier de Colomb, refoula ses principes religieux et fit déplacer le Christ géant coulé en bronze pour que les hockeyeurs russes puissent lui tourner le dos durant l’hymne national.

Le maire Jean Tremblay, actuel maire de Saguenay, aurait été déçu du comportement du juge Savard qui a laissé les Russes dicter le protocole face au crucifix! Un accommodement raisonnable qui date de 1979.

Autres textes sur Religion

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres de croissance personnelle et cheminement:

Autres livres pouvant vous intéresser:

Biographie de l’auteur

Débat sur la laïcité et les valeurs au Québec

Le débat sur la laïcité et les valeurs au Québec

Le projet de Charte sur la laïcité et les « valeurs québécoises », au Québec, donne lieu à des débats assez houleux. Les journaux et les sites Web s’emplissent de commentaires dont beaucoup souffrent d’intolérance, tout en qualifiant d’intolérantes les croyances qu’ils dénoncent. L’État québécois a ouvert là une boîte de Pandore.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers ReligionPolitiqueAccommodements raisonnables

réflexions sociales débats de société social communautéOr, sur quoi pouvons-nous nous entendre en tant que société ? Sur le besoin d’un gouvernement laïque, bien sûr. Cependant, nous sommes déjà tous d’accord sur ce point. La séparation de l’Église et de l’État devrait aller de soi depuis longtemps.

Mais nous sommes contre toute forme de jugement des valeurs spirituelles de l’autre, dans ce débat. Il est inacceptable qu’on les présente comme des croyances moyenâgeuses, par opposition à l’athéisme et au matérialisme qui représenteraient la seule évolution possible. Ceux qui s’expriment ainsi ne réalisent pas qu’ils font preuve d’intolérance.

L’État fait surement fausse route en voulant parler de valeurs. Il ouvre plutôt la porte à la haine potentielle de certains citoyens moins tolérants. Cela est loin d’élever le débat.

Si les valeurs spirituelles ne sont pas du ressort de l’État, celui-ci ne doit pas non plus s’y opposer ni agir de manière à nourrir l’intolérance envers ces valeurs.

Mais puisque le débat est lancé, efforçons-nous tous de l’élever à un niveau plus noble et ne jetons plus d’huile sur le feu du Québec bashing. Pas plus que sur ceux de l’islamophobie ou du matérialisme à outrance.

Sur le projet de Charte des valeurs : quelles valeurs ?

Oublions la foi, dans ce débat. Ce n’est pas ce dont il est question. Ne jugeons surtout pas de la foi personnelle de quelqu’un ; ou de la valeur d’une religion par rapport à une autre ou par rapport à l’absence de religion.

Regardons les choses autrement. Pouvons-nous dire aux gens comment s’habiller ? En quoi une kippa ou un voile qui ne cache pas le visage peut-il nuire ? Avoir peur du prosélytisme est parfaitement ridicule, puisque cela peut très bien se faire sans signes « ostentatoires ». Les vrais prédicateurs qui passent à nos portes ont une présentation irréprochable : complet propre, chemise blanche, cravate, bonne coiffure.

En quoi puis-je être choqué lorsqu’une jeune femme libre et convaincue porte volontairement le voile ? Cela ne me demande aucun accommodement.

Si on interdit la kippa et le voile, va-t-on aussi légiférer sur la longueur de la jupe, le décolleté, la transparence des vêtements, la coupe de cheveux, les tailles trop basses… ou même l’agencement des couleurs ?

Une loi pour interdire le mauvais goût et les parfums offensants qui portent atteinte à ma liberté ?

On veut se draper dans le voile d’une société aux valeurs que l’on croit plus libres et nobles, dans une laïcité plus proche des pharisiens que des esprits éclairés.

De quoi a-t-on peur ?

Comme beaucoup d’autres citoyens, je m’oppose fermement à ce projet de Charte, à ce projet de société dans lesquelles je ne me reconnais pas.

Autres textes sur Religion

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.
Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Accommodements raisonnables et les prisons

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Système carcéral et accommodements raisonnables

Discorde et zizanie

À l’intérieur des murs, nous sommes nous aussi soumis à la loi dérangeante des accommodements raisonnables.

Jean-Pierre Bellemare, prison de Cowansville. Dossiers PrisonAccomodements raisonnables

prison-systeme-carceral-prisonnier-penitencier-cowansville-accommodements-raisonnablesLa mise en place de cette politique en milieu carcéral, dans le but d’accommoder les minorités, continue de susciter la discorde, de manière considérable. On aurait cherché un moyen de foutre le bordel dans les pénitenciers, qu’on n’aurait pas trouvé mieux.

Diviser pour régner

Je sais bien que diviser permet de contrôler plus facilement, mais cette nouvelle approche accommodante engendre un ressentiment qui semble échapper aux ronds de cuir (les cadres de la fonction publique).

S’il existe une grande source de dissension au pénitencier, c’est bien tous ces passe-droits accordés aux communautés culturelles ou religieuses.

Des frigos à l’église

Depuis l’application de cette politique au pénitencier, des congélateurs sont dorénavant réservés à une minorité, de même pour l’accès à certaine salle, à certains ustensiles de cuisine, des périodes particulières pour prier, des menus particuliers, des terrains réservés… nommez-les, ils les ont.

Si vous êtes un Noir anglophone d’origine juive avec un parent autochtone, vous avez l’accès à tout ce qu’aucun Blanc catholique de langue française ne pourra jamais avoir.

Sur l’échelle des accommodements, ce sont eux qui se retrouvent au plus bas, au dernier échelon. Ce qui entraîne naturellement des frictions quotidiennes au sein de la population carcérale, et ce qui finit toujours par dégénérer en bagarre. Tout le monde saute sur l’occasion pour exprimer son «poing» de vue de manière peu accommodante.

Ce fruit empoisonné, conçu, cultivé et nourri par le gouvernement fédéral pour protéger le multiculturalisme, provoque des incidents fâcheux pour ne pas dire frustrants pour tous. Même le nouvel arrivant qui désire s’intégrer discrètement se retrouve sous les feux de la rampe à cause du traitement spécial qu’il reçoit dès son arrivée. Tout le contraire de ce qu’il souhaitait, faisant naître ainsi jalousie, ressentiment et rejet.

Les étrangers, qui étaient déjà là et qui bénéficiaient des largesses du système, en exigent maintenant toujours plus, sinon ils seront rejetés par leur propre communauté.

Prisons dans le monde

prison système carcéral accommodements raisonnables pénitencier prisonnierLes détenus d’origine canadienne, qui ont déjà purgé des termes pénitentiaires dans d’autres pays, savent pertinemment qu’il n’est pas possible d’y bénéficier d’un quelconque traitement de faveur. Essayez donc, dans une prison mexicaine ou indienne, d’avoir une diète sans porc, sans lactose, sans gras, sans poisson…

Nous sommes la risée de tous les étrangers emprisonnés qui n’en reviennent pas eux-mêmes d’être traités avec autant de considération. Alors que les Canadiens, dans leur propre pays, sont traités comme des prisonniers de second ordre. L’univers carcéral est une microsociété pas si différente de la grande.

Cette politique discriminatoire à l’intérieur des pénitenciers finira par déclencher des émeutes. Contrairement à la population civile, les prisonniers ne se référeront pas à Charles Taylor ou au professeur Bouchard pour trouver une voix conciliante.

Autres textes sur Prison

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Baignades réservées aux femmes à Côte-des-Neiges

Le faux problème des baignades réservées aux femmes

Ou quand les « fondamentalismes » ne sont pas que religieux, et que la liberté peut être menacée par ceux qui prétendent la défendre.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers Accommodements raisonnables, Égalité hommes-femmes

reflet de société débats sociaux réflexion socialeCertains montent facilement aux barricades pour défendre nos libertés et combattre les fondamentalistes (musulmans, juifs ou chrétiens) qui voudraient, selon eux, nous ramener au Moyen Âge.

S’agit-il vraiment de défendre nos libertés… ou plutôt d’une intolérance qui voudrait niveler la culture, et couler tous les citoyens dans le même moule ? Les défunts régimes communistes ont tenté de le faire, mais ils se sont révélés être des dictatures et non des pays de droits et de libertés.

Le choix de la pudeur

dessin de Leonardo da VinciDans le cas présent, il ne s’agit que de quelques heures par semaine, et cette séparation des sexes n’est pas imposée à la majorité qui n’a rien à craindre en ce sens. D’autre part, ce qu’il faut considérer dans cette affaire, c’est le souhait de certaines femmes de pouvoir se baigner sans être soumises au regard des hommes, quelles que soient les raisons qui motivent ce besoin.

Le choix, très personnel, de la pudeur devrait être respecté, indépendamment du fait que ces femmes appartiennent ou non à une religion quelconque. Car si on pousse cette opposition à la pudeur à ses limites extrêmes, ira-t-on jusqu’à contester le droit à des douches et à des salles de toilette séparées ?

Les extrémistes non religieux

Quelle que soit notre opinion dans ce domaine, il faut se méfier des extrêmes et de ceux qui voudraient nuire à la liberté individuelle. Les extrémistes ne sont pas que religieux, comme on voudrait parfois nous le faire croire.

Ils peuvent aussi être athées, comme les dictatures communistes nous l’on démontré, qui détruisaient églises, temples et monastères. Leurs histoires ne sont pas si lointaines qu’on les ait déjà oubliées ? Elles avaient remplacé les cultes religieux par ceux du chef et du parti unique, une idolâtrie encore bien plus menaçante pour la liberté de tous.

Le mausolée de Lénine à Moscou peut très bien illustrer cet exemple, qui expose au public son corps embaumé depuis sa mort en 1924, comme on le faisait pour des saints qu’on idolâtrait auparavant. Et celui encore plus monumental de la place Tiananmen à Pékin où on expose le corps, également embaumé, de Mao, malgré sa volonté non respectée d’être incinéré.

La liberté se trouve au milieu de tous ces extrêmes, religieux ou athées, dans la « voie du milieu » qui laisse à chacun la plus grande marge de manœuvre possible, sans nuire à la liberté de l’ensemble des autres citoyens.

Combattre la liberté, alors qu’on prétend la défendre

Ce dont il faut se méfier avant tout, c’est de ces extrémistes toujours prêts à sabrer, plutôt qu’à rechercher l’harmonie et la paix. En agissant ainsi, ils sont souvent plus près de l’intolérance, du dogme et de la dictature que de la défense de la liberté et des soi-disant dangers qu’ils prétendent combattre. Cela aussi, l’histoire nous l’a amplement démontré.

Choisir ses batailles

Il faut savoir choisir ses batailles, nous dit le proverbe. Et celle-ci ressemble plutôt à un coup d’épée dans l’eau.

Autres textes sur les accommodements raisonnables

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleRecueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Magazine du Québec: La Gazette des femmes

Dépassé le féminisme?

La Gazette des femmes

Informer sur toutes les questions de l’heure avec des jumelles faisant la mise au point sur l’égalité des sexes, tel est le mandat de la Gazette des femmes. Le magazine, né en 1979, continue de relever les nombreuses inégalités qui persistent entre hommes et femmes, au Québec et ailleurs dans le monde.

Annie Mathieu   Dossier Magazine du Québec, Média, Égalité Homme-Femmes

la-gazette-des-femmes-magazine-du-quebec Avis à tous ceux qui croient qu’aujourd’hui le féminisme est dépassé. Si la Gazette des femmes publie cinq numéros par année depuis près de trente ans, c’est bien parce-qu’il subsiste encore aujourd’hui des inégalités qui justifient qu’on leur consacre tout un magazine.

La Gazette, une revue destinée à la féministe enragée ou à la vieille frustrée? Pas du tout, «On s’adresse à toutes les femmes et tous les hommes du Québec», de répondre sa rédactrice en chef, Hélène Sarrasin. «Il est certain que nous sommes résolument féministes, ajoute-t-elle, puisque nous faisons la promotion de l’égalité entre les sexes.»

Féminisme

Loin d’être mal à l’aise avec ce terme pour parler de son magazine, Mme Sarrasin croit qu’au contraire, il faut être fier de l’employer. Être féministe veut tout simplement dire, selon elle, que l’on veille au respect des droits d’un groupe dans la population. Un objectif dont personne ne peut contester le bien-fondé.

«Il suffit de consulter les statistiques pour voir que le féminisme n’est pas dépassé, notamment en ce qui concerne les femmes et la pauvreté, illustre celle qui est à la barre du magazine depuis l’été 2007. Comment se fait-il que les femmes monoparentales soient celles qui disposent d’un revenu parmi les plus faibles de la société? La démarche féministe est nécessaire!» plaide, convaincue, Mme Sarrasin.

Le Conseil du Statut de la Femme

gazette-des-femmes-magazine-quebec Le Conseil du statut de la femme (CSF), l’organisme qui publie la Gazette des femmes, est né en 1973 sous la pression de la Fédération des femmes du Québec, un organisme qui œuvre à améliorer la condition féminine. Le mandat du CSF: conseiller le gouvernement, effectuer des recherches et informer la population.

Ce dernier volet a été confié, entre autres, à une publication d’abord périodique et gratuite. La Gazette des femmes, à sa naissance, relevait plus du bulletin d’information où l’on discutait des décisions du gouvernement touchant à la condition féminine et des activités du CSF. Elle deviendra par la suite un magazine sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui et qui tire à 20 000 exemplaires.

Débats sur des sujets controversés, dossiers d’envergure, reportages à l’international et interviews avec des femmes et des hommes d’opinion se côtoient désormais dans la quarantaine de pages d’une publication audacieuse et lauréate de nombreux prix journalistiques. Le magazine sert aussi régulièrement d’outil de référence pour les professeurs et des recherches sur différents sujets liés à la condition féminine.

La Gazette des femmes récompensée

Prix de journalisme dans la catégorie Reportage aux Grands prix de rédaction 2005 des Magazines du Québec, Prix de journalisme 2004 en presse écrite d’Amnistie internationale, section canadienne francophone, et mention honorable au concours de la Fondation nationale des prix du magazine canadien en 2003, ne sont que quelques-uns des honneurs –plus d’une vingtaine en vingt-neuf ans– remportés par les journalistes de la Gazette des femmes.

Hélène Sarrasin estime que le magazine mérite une palme spéciale. Dédié aux accommodements raisonnables, la Gazette des femmes a mis en lumière le point de vue du Conseil du Statut de la Femme sur ce dossier chaud et, ô combien! discuté dans les médias.

La Gazette des jeunes, un numéro spécial destiné à un lectorat de jeunes et d’adultes, est aussi une réussite, selon Mme Sarrasin. Elle confie avoir reçu beaucoup de commentaires positifs, notamment sur le dossier concernant la réussite éducative. «Il n’y a pas de limite d’espace comme dans d’autres magazines, explique la rédactrice en chef. C’est pourquoi l’on peut se permettre d’approfondir les sujets à l’extrême!»

Les défis de la Gazette des femmes

L’un des plus grands défis de la Gazette des femmes est de réussir à élargir son public, actuellement composé majoritairement de femmes actives ayant au moins un diplôme d’études collégiales ou universitaire et âgées, en moyenne, de 52 ans. «Elles passent le magazine à leur mari et à leurs enfants» précise-t-elle. Toujours est-il que le lectorat, n’est pas suffisamment diversifié, selon Mme Sarrasin.

Depuis 10 ans, la Gazette a beaucoup changé, explique-t-elle. «C’est écrit de manière plus punchée et dynamique et il y a un côté un peu plus humain dans la manière d’aborder les sujets.» Ce changement amorcé, Hélène Sarrasin souhaite l’accentuer, lui faire prendre un nouveau virage. «On veut élargir le débat, équilibrer le contenu pour que tous s’y retrouvent» conclut-elle, enthousiaste et prête à relever le défi.

Hélène Sarrasin

D’abord journaliste à Radio-Canada, puis à la Vie en Rose, Hélène Sarrasin a par la suite travaillé dans le secteur des communications pour différents ministères au gouvernement du Québec.

Retournée à ses premières amours en acceptant le poste de rédactrice en chef de la Gazette des femmes, elle estime qu’un magazine «est le plus beau médium» puisqu’il combine à la fois l’écrit et l’image.

Autres reportages sur les Magazine du Québec

GRAFFICI, ma vie, ma Gaspésie

Un mouton qui a du mordant

Géo Plein air, magazine, photos et paysages

URBANIA: la ville dans tous ses états

Québec Science, un magazine du Québec

Authentik: des filles authentiques

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

 

Dossier Accommodements raisonnables.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Laicite au Quebec

Laïcité au Québec

Lisa Melia……DOSSIER RELIGION ET SPIRITUALITÉ, Coran, Accommodements raisonnables

Inquiétude à propos de la laïcité au Québec: «il faut établir une charte de la laïcité», réclament un groupe qui s’organise; Marie-Michelle Poisson, présidente du Mouvement laïque Québécois (MLQ), Djemila Benhabib, auteur de Ma vie à contre-Coran, Marie-Andrée Bertrand, professeur à l’Université de Montréal, Fatma Djebbar, travailleuse communautaire, Louise Mailloux, professeur de philosophie, Caroline Moreno, romancière et essayiste, Hafida Oussedik, architecte et Andréa Richard, auteur de Au-delà de la religion,

Laïcité et spécificité culturelle

«La spécificité culturelle ne peut s’inscrire que dans la laïcité et l’égalité», affirme Djemila Benhabib. C’est pour cette raison que ces huit femmes se sont mobilisées ce jour-là pour souligner l’importance de «la tenue d’une commission parlementaire ou la publication d’un livre blanc sur la place de la religion dans l’espace public au Québec.» Elles entendent rappeler que la neutralité de l’Etat est fondamentale pour assurer l’égalité et qu’elle doit se traduire par une interdiction des signes religieux au sein des institutions publiques.

«Les sociétés démocratiques ne sont pas nées laïques, rappelle Marie-Andrée Bertrand, c’est venu au fur et à mesure. Dans ce domaine, le Québec doit encore grandir et arriver à maturité.» Le gouvernement se doit d’avoir une politique claire et cohérente, ce qui n’est pas le cas, selon le MLQ, qui dénonce la passivité de l’administration Charest. Il n’existe pour le moment aucune reconnaissance officielle de la laïcité de l’Etat au Québec comme au Canada. «Nous appelons les Québécois au débat», dit Djemila Benhabib qui assure que le but n’est pas d’imposer leur vision de la laïcité, mais de provoquer un échange d’idées.

Religion et neutralité de l’Etat

Ne défendre ni l’athéisme ni la croyance religieuse, telle est la définition de la neutralité de l’Etat. «La laïcité n’est pas un dogme ou une religion, affirme Marie-Andrée Bertrand, c’est une ouverture.» Le maintient de la paix sociale nécessite l’instauration d’un contrat social définissant les droits et les devoirs de tous les citoyens envers les institutions communes. Aucun accommodement ne peut être fait, la neutralité de l’Etat doit s’appliquer en toutes circonstances et vis-à-vis de tous.

Marie-Michelle Poisson rappelle que tous les fonctionnaires acceptent de sacrifier une partie de leurs libertés: les professeurs, par exemple, sont limités dans leur liberté d’expression. Pour le MLQ, la liberté religieuse doit faire l’objet du même sacrifice. «Nous souhaitons que Yahvé, Dieu ou Allah restent à la maison, dans le cœur et la tête de chacun», dit Louise Mailloux, qui insiste cependant: «nous ne sommes pas contre les religions mais contre leur volonté d’envahir les institutions publiques et de se rapprocher du politique.»

Religion et femmes

Le MLQ indique aussi que «le débat sur la neutralité de l’Etat ne se limite pas uniquement à un dossier de condition féminine mais que la question du port de signes religieux rejoint l’ensemble de la population québécoise.» Marie-Michelle Poisson souligne également que «toutes les religions sont visées.» Il n’en reste pas moins que le voile musulman est au cœur du débat. Fatma Djebbar s’agace de constater cela. Bien qu’elle condamne le port du voile dans les institutions publiques, qui accentue la discrimination et la ghettoïsation des femmes, elle condamne la vision occidentale des femmes de culture musulmane. «Les musulmanes sont regardées, non pas comme égales aux hommes, mais comme de pauvres femmes à protéger.»

Louise Mailloux considère comme un lieu commun que de dire que les religions oppriment les femmes, aussi bien par le passé qu’aujourd’hui. Les femmes, dit-elle, sont les premières fautives et les premières victimes. «Les fondamentalismes ont tous compris que pour soumettre les hommes dans leurs corps et dans leur esprit, il faut d’abord soumettre les femmes.» Une société démocratique et libre passe ainsi par l’égalité des sexes, que la laïcité participe à garantir.

La commission Bouchard-Taylor et les accommodements raisonnables

Enfin, les huit femmes présentent se sont opposés aux accommodements raisonnables. Le concept d’une laïcité «ouverte» n’est qu’un «épouvantail qu’on agite pour décrédibiliser la laïcité.» «Ça n’a aucun sens», conclut Andréa Richard, qui entend défendre le concept de la «laïcité, point à la ligne.» Les accommodements raisonnables ne répondent d’ailleurs pas à une demande des immigrants, affirme Djemila Benhabib. Elle affirme que la majorité des musulmans ne veulent pas de telles adaptations. Cette idée vient du préjugé occidental selon lequel les immigrants, en particulier ceux d’origine musulmane, seraient plus religieux que les Québécois. Marie-Michèle Poisson cite une étude de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse selon laquelle la ferveur religieuse des immigrants musulmans est sensiblement la même que celle des Québécois. «Les immigrants québécois de foi musulmane [figurent] ainsi au palmarès des cinq groupes les moins religieux du pays.» Les accommodements religieux, loin d’être positif pour les musulmans, renforce au contraire le racisme à leur égard, car ils apparaissent comme un groupe à revendication qui refuse de s’intégrer dans la société.

La laïcité est donc le cadre qui assure le pluralisme religieux et la neutralité de l’Etat. Le MLQ appelle ainsi le gouvernement à établir clairement les valeurs démocrates et laïques du Québec pour assurer les libertés de chacun. «La puissance publique ne doit imposer aucune croyances», disait Condorcet.

Autres textes sur le Coran et l’Islam

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

Laicite au Quebec

Écoles musulmanes à Montréal

A propos de Djemila Benhabib et du MLQ

Autres textes sur les accommodements raisonnables

Le traitement journalistique des accommodements raisonnables

Les vitres teintées du YMCA et les accommodements raisonnables

Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables

Voter à visage découvert

Karine Goma, le CLSC et les accommodements raisonnables à Tout le monde en parle

Les accommodements raisonnables

Les accommodements raisonnables, un policier et une chanson

Hérouxville, André Drouin, Jacques Proulx et les accommodements raisonnables

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que de notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Lisa Melia. Dossier Immigration, Coran, Égalité hommes-femmes

Mise à jour: Patrick Lagacé et Richard Martineau s’explique devant Guy A. Lepage à Tout le monde en parle.

Ma vie à contre-Coran est le résultat du travail précis et de l’expérience personnelle de Djemila Benhabib. Née en Ukraine et élevée en Algérie, dans une famille de scientifiques épris de liberté et de connaissance, la jeune Djemila s’enflamme très vite pour des valeurs telles que la liberté de conscience, la liberté religieuse, les droits des femmes et les droits humains. Mais pendant la décennie noire de 1990, son pays connaît une islamisation qui force la famille Benhabib à l’exil, vers la France, pour échapper à la mort promise par le Front islamique du salut (FIS). Djemila finira par partir seule vers le Québec, où elle vit depuis.

religion islamique islam arabe coran L’islamisation de l’Algérie

Comment les islamistes intégristes peuvent prendre en otage un pays, imposer de nouveaux codes de vie, et instaurer une véritable terreur? Comment ces mêmes groupes, dans les sociétés occidentales, ont de plus en plus d’influence et réussissent à contrôler les populations immigrées, de sorte à créer une société dans la société qui n’obéit plus qu’à ses propres règles, celles de la Charia? Djemila Benhabib sait tout cela sur le bout des doigts, elle l’a vécu, en direct, au fur et à mesure que la situation, en Algérie, allait de pis en pis. Quand j’ai terminé ma lecture de Ma vie à contre-Coran, j’en savais plus sur l’expérience personnelle de son auteur, sur les tentatives d’islamisation de nos sociétés occidentales, et sur l’histoire de l’Algérie. Écrire a cependant été une épreuve: «C’était très privé. C’était aussi très douloureux. Mais j’étais arrivée à un point de ma vie où j’avais le devoir de témoigner. Je ne l’ai pas fait pour le plaisir de raconter ma vie, mais pour que les gens sachent et comprennent, qu’ils prennent conscience des enjeux et du danger de l’islamisme politique, qu’ils décident de le combattre.»

Les fondamentalistes dans les sociétés occidentales

1994, Oran: la famille Benhabib quitte l’Algérie pour survivre, à cause des menaces de mort du FIS. Ils ont déjà perdu tellement d’amis, «de véritable trésors, humainement.» Mais arrivés en France, là où ils devaient être loin de tout fondamentalisme religieux et à l’abri, ils voient le spectre de l’islamisme politique s’insinuer dans les familles immigrées et dans la société. Djemila part alors au Québec seule, ce qu’elle vit comme une véritable renaissance. Cependant, depuis quelques années, elle constate dans son nouveau pays d’adoption le même processus que celui qu’elle avait constaté en France. Les accommodements raisonnables ont été le comble. Le danger, pour elle, est «de faire passer du politique à travers des revendications culturelles et religieuses. L’islamisme est politique, certainement pas religieux ou culturel. Le religieux appartient à la sphère privée. La société n’a pas besoin d’endosser les choix confessionnels de chacun.» Elle estime que la commission Bouchard-Taylor aurait du permettre un débat sur la place de la religion dans l’espace public, ce qui n’a pas eu lieu. «La première chose est de poser le diagnostic. Il faut reconnaître le danger et le combattre. Il est intolérable qu’aujourd’hui, au Canada, dans des caves à Montréal ou à Toronto, des imams déversent leur haine du monde occidental et appellent à la violence. Ils embrigadent les jeunes.»

Rencontrer Djemila Benhabib, échanger avec elle, c’est écouter une femme qui n’a pas peur de se dresser contre «les fous d’Allah», comme elle les appelle, malgré tous les risques et au nom des valeurs fondamentales que sont l’égalité homme-femme, la liberté d’expression, la laïcité. Une véritable leçon de tolérance et d’engagement qui met en garde contre tous les fondamentalismes, mais aussi contre les idées reçues.

Ma vie à contre-Coran, Djemila Benhabib, éditions VLB, 2009

Par ailleurs, une entrevue avec Djemila Benhabib à propos du féminisme islamique a eu lieu, dossier en préparation pour le numéro de Reflet de Société de septembre.

Mise à jour du 15 mai: depuis le 9 mai, Djemila Benhabib réagit dans le débat relancé sur le port des signes religieux dans les institutions publiques.

Mise à jour du 14 octobre 2011: Djemila Benhabib sera à Tout le monde en parle pour présenter son nouveau livre Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident.

Autres textes sur le Coran et l’Islam

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

Laicite au Quebec

Écoles musulmanes à Montréal

Dossier Accommodements raisonnables.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 684 autres abonnés

%d bloggers like this: