Une soirée Jam avec Élizabeth Blouin Brathwaite et Dominiq Hamel,

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

S’aimer dans la vie et aimer la scène

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

spectacle est montréal bistro restaurant quoi voir quoi faireJeudi dernier, Élizabeth Blouin Brathwaite s’est produite sur la scène du Ste-Cath avec son fiancé Dominiq Hamel. Un couple dynamisant la scène. En plus de leur voix, Dominiq Hamel joue de la guitare pendant qu’Élizabeth Blouin-Brathwaite nous émerveille avec les percussions.

Une couple musicalement passionné.

Une superbe soirée avec plusieurs charmants instants d’improvisation et de jam. À la contrebasse acoustique, David Bujo complétait le trio. À la demande d’Élizabeth Blouin-Brathwaite, B.U est monté sur scène à plusieurs occasions.

bistro resto est montréal spectacle quoi voir quoi fairePuisqu’il n’était que 22h00, pour souligner la fête du président du Journal de la Rue, Matthieu Boulva, qui débutait à minuit, B.U a improvisé une séance Retour vers le futur pour se projeter 2 heures plus tard.

Cela a permis à Élizabeth Blouin-Brathwaite d’y est allé de la chanson de Marylin Monroe à John F. Kennedy, président des États-Unis. Une excellente prestation.

J’ai été touché quand Élizabeth Blouin-Brathwaite a présenté une chanson qui lui était chère. Une chanson parlant de Liberté.

Élizabeth Blouin Brathwaite Dominiq Hamel bistro est montréal spectacleAvec la sortie de mon livre Liberté… Un sourire intérieur, je n’ai pu m’empêcher de lui offrir un exemplaire. Le lancement, prévu initialement le 24 a été déplacé le 31. Je n’étais pas supposé le rendre accessible à personne avant cette date. Certaines règles méritent parfois d’être contournées.

Pour ceux qui auront la chance d’attendre le lancement du 31 mai sur la scène du Ste-Cath, je vous réserve une surprise.

Élizabeth Blouin-Brathwaite revient sur la scène du Ste-Cath le 20 juin prochain. Le spectacle étant gratuit, préférable de réserver vos places.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

soupers spectacles show events restaurant est montréal quoi faire où manger resto bonne bouffeUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Liberté… Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

Catherine Dagenais interprète Arianne Moffat, Stevie Wonder, Jackson 5, Ella Fitzgerald…

Le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Samedi le 30 mai à 20h le Ste-Cath présente

Spectacle bistronomique avec Catherine Dagenais

Si certains artistes attendent le train de la gloire, d’autres sont en mouvement et provoquent les choses. C’est le cas de Catherine Dagenais, auteure, compositrice et interprète de 20 ans, qui ne manque pas d’initiative et de créativité.

Raymond Viger Dossiers CultureBistro le Ste-Cath

catherine dagenais souper spectacle musique est montréal où manger quoi faireLa jeune femme est dans la lignée du Godfather of Soul, James Brown, en produisant ses spectacles, en étant propriétaire des bandes maîtresses d’enregistrements. Catherine Dagenais a.k.a l’entrepreneuse.

Ses quelques années de cheminement ont fait de Catherine une auteure, compositrice, interprète et productrice complète et décidée à braver l’adversité.

Influences

Dès son plus jeune âge, Catherine baigne dans la musique francophone. Alors, aujourd’hui, chanter Aznavour ou Brel est tout à fait naturel pour l’artiste.

Par la suite, elle découvre avec enchantement Stevie Wonder, Jackson 5, Ella Fitzgerald et tant d’autres que Catherine interprète avec une approche bien à elle. Sans oublier les influences des artistes émergents québécois tels que Pascale Picard et Ariane Moffatt.

Ses spectacles sont un mélange de chanson française, soul, jazz, R’n’B… Une artiste au talent et tempérament exceptionnels à découvrir au Ste-Cath.

Catherine Dagenais au Ste-Cath: 30 mai, 25 juin, 25 juillet, 29 août.

Le spectacle étant gratuit, préférable de réserver votre table.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com.

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

La programmation 2015 est affichée sur le site du bistro.

Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant où manger bonne bouffe est montréal souper spectacle bistronomiqueUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Amy Whinehouse, Édith Piaf, Leonard Cohen… interprété par Angélique Duruisseau

Le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Vendredi le 29 mai à 20h le Ste-Cath présente

Chanson française, jazz, soul, rock, latin avec Angélique Duruisseau

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

Édith Piaf, Leonard Cohen, Freddie Mercury, Nina Simone, Amy Winehouse soupers spectacleAccompagné du In and Out Band, Angélique Duruisseau nous interprète Édith Piaf, Leonard Cohen, Léo Ferré, Amy whinehouse, Nina Simone, Freddie Mercury, Janis Joplin

Les productions Phaneuf avaient réservé le rôle d’Édith Piaf dans le spectacle Sous les ponts de Paris en 2002Depuis, elle n’a pas cessé d’habiter et d’interpréter ce grand personnage.

Angélique créé un concept de groupe ouvert qu’elle nomme le In and Out Band qui présente les différents hommages qu’a chanté Angélique: Nina Simone tributePiaf autour du monde ainsi que Léo & Leonard, un double hommage à Léo Ferré et Leonard Cohen. Après trois ans le groupe ouvert devient de plus en plus fixe, au point de même considérer un nouveau nom de groupe, afin de se distinguer du projet initial.

Édith Piaf freddie mercury leonard cohen souper spectacle

L’artiste nous chante celles qu’elle aurait pu être au temps où le blues, jazz ou le ragtime venait de naître. Angélique Duruisseau nous chante une autre époque! Ou elle la revisite dans un style de plus en plus propre à elle. Si elle chante Piaf c’est parce qu’elle se reconnaît en elle.

Si elle chante Nina Simone, c’est car elle dit que cette dernière la touche au plus haut point. Elle donne autant dans la grande chanson française que dans le jazz, la soul, le rock ou le latin. L’album et le concert intitulé Cheval de 3 en témoignent fortement.

Nous vous invitons à venir rencontrer ce talent local, à l’affiche au Ste-Cath, qui vous assure énergie, émotion et musicalité.

Souper-spectacle d’Angélique Duruisseau au Ste-Cath

  • 29 mai
  • 18 juin
  • 16 juillet

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath. Événement Facebook.

Bistro le Ste-Cath

soupers spectacles show events restaurant est montréal quoi faire où manger resto bonne bouffeUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Davy Boisvert, Sule Heitner, Solange Soul, Antoine Ferron, Antoine Gilbert, Charly Pop: un big band au Ste-Cath!

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Jeudi 28 mai, 20h le Ste-Cath présente

Spectacle bistronomique avec Davy Boisvert

Un vrai big band sur la scène du Ste-Cath!

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

davy boisvert souper spectacle est montréal restaurant où manger bonne bouffe

Davy Boisvert a décidé de mettre le paquet pour vous faire passer une soirée dont vous vous souviendrez longtemps. Davy, chanteur, danseur, chorégraphe, auteur compositeur et comédien a invité pour l’occasion:

  • Sule Heitner à la guitare (La Voix);
  • Solange Soul, choriste;
  • Antoine Ferron, contrebasse;
  • Antoine Gilbert, piano;
  • Charly Pop, drum.

Six artistes sur scène. Plus que ça on appelle ça un orchestre symphonique!

Davy est allé jusqu’à New York afin de se perfectionner. Il suit des formations spéciales avec de grands danseurs chorégraphes tel que G.O (danseur pour Jennifer Lopez), Eddy Morales (danseurs pour Janet Jackson), Martie (chorégraphe pour Justin Timberlake).

Davy Boisvert, Sule Heitner, Solange Soul, Antoine Ferron, Antoine Gilbert, Charly PopAvec COMPLYS, en duo avec C-Drik, un groupe légendaire de la scène hip hop ils donneront plus de 600 représentations de leur spectacle à travers la province. Leur album est nommé par le magasine VIBE PLUS comme étant un des meilleurs albums rap du Québec.

Davy Boisvert se produira au Bistro le Ste-Cath le 28 mai à 20h00 ainsi que le 27 juin.

Le spectacle étant gratuit, préférable de réserver votre table. Il risque d’avoir foule. Il faudra peut-être même barrer la rue!

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

soupers spectacles show events restaurant est montréal quoi faire où manger resto bonne bouffeUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Cimetières québécois: un lieu de patrimoine

Patrimoine québécois

Les Rituels funéraires

En 1991, Alain Tremblay inaugurait l’Écomusée de l’au-delà. Il avait pour mission de se questionner sur l’avenir des cimetières et des problèmes tels que la conservation des monuments funéraires. Au Québec, de nouveaux enjeux sont à considérer comme l’apparition de nouveaux rituels, l’accroissement des communautés culturelles et la nécessité pour les thanatologues (personne intervenant auprès des familles dans le processus funéraire) de s’adapter à différentes approches de la mort.

Annie Dion-Clément dossier Culture

Rituels funéraires patrimoine québecL’Écomusée de l’au-delà a été fondé pour démocratiser les rituels liés à la mort et pour préserver le patrimoine québécois. Comme l’explique le directeur de l’organisme, Alain Tremblay, «chaque communauté possède sa propre perception de la mort et tente de la représenter à travers des objets et des cérémonies. Il est important de faire connaître ces traditions.»

Ce pour quoi au printemps, l’organisme fait des visites guidées de cimetières dans la région de Montréal. M. Tremblay explique que ce sont des circuits à pied où il est présenté ce qu’est un cimetière. «Le cimetière peut être perçu comme la ville des morts à travers lequel on rencontre des monuments petits ou prestigieux appartenant à des individus de toutes les classes sociales et communautés culturelles», précise-t-il. Les cimetières sont un autre reflet de nos sociétés, et comme tout patrimoine historique, ils permettent d’en apprendre davantage sur nous-mêmes.

Les mausolées et leurs conséquences environnementales sont une autre question au cœur de l’Écomusée. Ces monuments funéraires de grandes dimensions sont un problème pour l’avenir des cimetières. Leur construction est massive, externe et permanente. «Qu’est-ce qu’il adviendra de ces bâtiments lorsqu’ils seront à leur pleine capacité? S’exclame Monsieur Tremblay. Les fabriques de plusieurs cimetières acceptent de telles constructions parce qu’elles sont payantes. C’est lucratif! Cependant, à long terme, elles risquent de transformer les cimetières, qui sont des lieux naturels souvent construits à la manière de jardins, en lieux peu esthétiques.»

À mort égale

Depuis plusieurs années, de nouvelles problématiques sont apparues dans les rituels funéraires de nos morts. L’adaptation aux diversités culturelles est notamment un de ces enjeux.

Récemment, l’organisme Sépulture musulmane est renté en contact avec Alain Tremblay. Leur volonté était d’ouvrir des cimetières pour musulmans au Québec. Plutôt que d’en ouvrir de nouveau, l’Écomusée leur a conseillé de faire des demandes pour une section musulmane dans les cimetières déjà existants. La présidente de Sépulture musulmane a trouvé que c’était une excellente idée! C’est ainsi qu’un premier organisme musulman devient membre de l’Écomusée de l’au-delà.

Hadjra Belkacem, présidente et fondatrice de Sépulture musulmane, explique son enthousiasme par l’obtention de ces 2 sections dans des cimetières catholiques: «Celle du Lac Viau sera inaugurée le 14 mars et elle offre à la communauté 500 places. Celle de Laval sera inaugurée le 7 juin et elle permet d’accueillir plus de 2 000 tombes.»

Auparavant, beaucoup de musulmans préféraient rapatrier les défunts dans leur pays d’origine, précise-t-elle, malgré qu’il existe un cimetière pour musulmans à Laval. Ce dernier, pour différentes raisons, est peu utilisé.

Comme elle le souligne, c’est une nouvelle réalité pour le Québec d’accueillir des musulmans dans leurs cimetières catholiques. Madame Belkacem vit ici depuis 2006 et est éducatrice qualifiée dans un service de garde. Comme elle l’explique, il y a encore quelques décennies, «il y avait peu de musulmans dans la province. Mais maintenant la communauté prend de l’expansion et ses membres veulent y être enterrés. Les cimetières sont des lieux d’histoire et de mémoire. Moi, je veux être enterrée ici avec ma famille. Après mon décès, je veux que mes enfants puissent venir se recueillir sur ma pierre tombale.»

Nouveaux rituels

Si la diversité culturelle des rituels semble ne pas créer de remous, certaines nouvelles pratiques (non religieuses) suscitent des interrogations auprès des professionnels. Ce pour quoi M. Tremblay souhaite organiser une consultation populaire en 2015 sur les services funéraires.

Comme il l’explique: «Il y a beaucoup de problèmes avec les rituels funéraires. La corporation des thanatologues réclame une loi pour protéger leur industrie. On ne peut pas imposer aux citoyens de se faire enterrer. Le cimetière et les organisations qui gravitent autour doivent s’ouvrir aux nouveaux rituels comme la dispersion des cendres. Les thanatologues, à présent, ne manifestent pas d’intérêt à l’égard du patrimoine. Ils pensent à leur industrie.»

Du côté de la Corporation des thanatologues du Québec, ils expliquent que leurs motivations sont d’imposer des balises pour éviter des dérapages dans l’industrie funéraire. La Corporation s’interroge sur l’éthique de certaines approches: est-ce acceptable d’asseoir le mort sur une chaise et de lui mettre des lunettes fumées lors de l’exposition? Ou créer une mise en scène où le défunt joue une partie de cartes? Peut-on organiser des funérailles via Internet? Toutes ces questions auxquelles il est difficile de répondre pour les thanatologues.

Autre enjeu important pour la Corporation des thanatologues: le durcissement d’obtention des permis de directeur de funérailles. Selon eux, il est trop simple à obtenir, mais extrêmement difficile à retirer. Ce qui laisse la porte ouverte à des praticiens peu scrupuleux où seules des fautes graves pourraient leur retirer leur permis. Selon la Corporation, il devient essentiel de normaliser la procédure et de prendre en compte la déontologie des maisons funéraires.

Madame Belkacem est en accord avec l’encadrement des rituels et du personnel autorisé. Elle a vu des individus ou des organismes amateurs se présenter aux familles musulmanes pour préparer les défunts et les laver. «Sépulture musulmane est un organisme qui veut venir en aide à la communauté pour éviter que certains soient exploités. On veut le respect des rituels et une place pour enterrer les morts. Nous devons penser aux générations futures pour qu’elles s’intègrent même dans la mort.»

À travers le Québec

Avec les nouvelles problématiques apparues ces dernières années, il devenait nécessaire, dit Monsieur Tremblay, de créer des organismes en région qui se penchent sur l’avenir des cimetières, du patrimoine et les rituels religieux. Ces organismes sont chapeautés par l’Écomusée de l’au-delà depuis 2012. Il y a notamment Patrimoine funéraire qui s’occupe de la région de Montréal et Pierres mémorables de Québec et des régions de Chaudière-Appalaches.

Malgré certaines divergences entre les organismes sur l’avenir des cimetières et le patrimoine funéraire, il demeure que tous se préoccupent de ces questions et souhaitent en parler de manière à offrir des services de qualités.

Quelques explications

Inhumation: Mettre en terre un défunt avec un cérémonial laïc ou religieux.

Urne cinéraire: L’urne cinéraire est une boîte dans laquelle on dispose les cendres. Elle peut être déposée en terre ou dans un mausolée.

Exposition du corps: L’exposition du corps d’un défunt dans un salon funéraire permet aux proches de reconnaître la réalité de la mort et facilite le détachement ultérieur.

Crémation: Cette pratique est traditionnellement utilisée par les religions issues du bouddhisme et de l’hindouisme. L’Église catholique l’a autorisé 1963, tandis qu’elle est interdite par le Coran dans l’Islam et est pratiquée exceptionnellement dans le Judaïsme.

Statistiques au Québec: Lorsque l’on compare avec les statistiques, on constate une augmentation du nombre de personnes incinérées. En 2013, 69.6% des défunts ont été incinérés contre 30,4% inhumés.

Autres textes sur  Éducation

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Pour voir le catalogue complet des DVD

Sortir la prison de l’homme ou l’homme de sa prison?

La vie après la prison

S’en sortir… sans sortir de ses gonds !

Je crois que la véritable libération ne vient pas de l’ouverture des clôtures ou du détachement des menottes. Non. Il est beaucoup plus facile de s’échapper d’un pénitencier fédéral encerclé de clôtures à barbelés qu’on ne le pense. Et ce, même avec des gardes armés de mitraillettes qui surveillent les lieux 24 heures sur 24.

Jean-Pierre Bellemare dossier Chroniques d’un prisonnier

gestion colère émotionLe véritable exploit est de s’en sortir… arriver à ne pas alimenter cette machine inhumaine qui institutionnalise les humains après une trop longue période d’incarcération.

Comment y arrive-t-on? Je ne sais même pas si je peux me cataloguer dans ceux qui ont réussi, même aujourd’hui. Car, je dois admettre que les idées noires reviennent vite à la surface lorsqu’un rigolo ne connaissant pas notre parcours vient nous provoquer tel un vilain corbeau qui picote le pied de l’éléphant.

L’envie quasi jouissive d’écrabouiller cette volaille nous traverse d’abord l’esprit, puis on inspire profondément en faisant appel à notre raison. Ce besoin, presque instantané de réagir avec une violence inouïe vis-à-vis de ceux qui nous turlupinent d’un peu trop près, représente un obstacle beaucoup plus haut à surmonter que les clôtures pénitentiaires. L’incarcération développe des mécanismes de survie qui ne sont pas communs à la civilisation extérieure.

Il faut, au prix d’efforts constants, se tempérer lorsque des situations semblables se présentent. Ce qui fut si difficile à admettre et à intégrer comme mode de vie pour un bagnard doit être absolument (et coûte que coûte) déprogrammé et remplacé par des solutions de rechange.

Prendre un coup, se saouler la gueule, fumer un joint ou absorber toutes formes de drogues peut prévenir un dérapage aux conséquences mortelles.

Malheureusement, la grande majorité de ceux qui sont en libération conditionnelle ne peuvent utiliser ces moyens de décompression discutables, mais tout de même efficaces. Ils sont pris entre deux feux: celui d’être réincarcéré pour avoir pris un décompressant ou respecter le règlement et éventuellement sauter les plombs.

Je ne sais pas comment font ceux qui subissent du stress et qui disent ne pas consommer d’opiacés ou d’alcool… Ils doivent pratiquer le tai-chi en masse, j’imagine.

Rare, je dis bien très rare, sont ceux qui parviennent à échapper à ces réactions après une longue détention.

Vous pouvez sortir le gars de la prison, mais la prison habituellement ne sort jamais du gars. Cela n’est pas impossible, mais les efforts à consentir pour y arriver sont si grands qu’ils vous consument de l’intérieur sans que personne autour de vous ne réalise à quel point cela est contre votre nature.

Il m’a fallu, et me faut encore, beaucoup d’introspection pour ne pas déconner. J’ai parfois l’impression que malgré tout ce que je peux posséder aujourd’hui, après seulement quelques années d’air libre, un démon me guette prêt à me tendre toutes les perches possibles pour m’enfoncer.

J’apprends graduellement, individuellement, très discrètement, et encore plus humblement à me féliciter de toutes les fois où j’aurais tant voulu comme l’éléphant écraser ces corbeaux de malheurs.

L’amour que me portent mon prochain, ma conjointe et tous ceux qui m’inspirent par leur bonté m’aide énormément. Il n’en reste pas moins que c’est encore un combat quotidien pour réussir à garder cet être amoureux qui veut juste se sentir aimé et désiré.

Autres textes sur Prison

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais. 

Magazine The Social Eyessocial-eyes-web

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Apprendre des fourmis pour mieux vivre ensemble

Comme des fourmis

C’est l’été, une journée radieuse et torride. Je suis étendu sur l’herbe, dans la cour de notre prison. Dans mon dos, je sens une bosse de sable. Je m’assois et me retourne: c’est une fourmilière.

Colin McGregor, prison de Cowansville dossier Chroniques d’un prisonnier

vivre ensemble, entrainde

Crédit photo: Troup Dresser

De petites créatures noires entrent et sortent de leurs tunnels finement creusés, des créatures bien organisées et occupées à leur survie. Je songe à m’en débarrasser. À la place, je me lève et me rassois un peu plus loin dans l’herbe.

Vous ne devriez jamais marcher sur une fourmilière, si vous pouvez l’éviter. Si vous le faites, vous détruirez peut-être le meilleur modèle nous permettant de comprendre comment vivre en société. En marchant sur une fourmilière, vous venez d’éliminer toute une communauté. Une communauté rassemblant plusieurs générations, dont chaque membre s’active à des tâches bien définies.

Laissée à elle-même, une fourmi, solitaire et fragile, n’aurait aucune chance de survie en ce monde cruel. Les cités et les villes, les écoles et jusqu’aux prisons s’organisent comme une fourmilière. En fait, en la piétinant vous détruisez notre plus grand espoir d’un avenir meilleur pour la Terre.

Parlez-en à Edward O. Wilson. Les vêtements froissés, l’air maussade, le professeur Wilson, un universitaire américain de 85 ans, est une sommité mondiale dans l’étude des fourmis. Sa main chassant une longue crinière blanche de son front, il rédige des ouvrages sur ce thème qui le passionne.

Wilson est le fondateur respecté de la «sociobiologie», une science qui étudie la sociabilité humaine, sans tenir compte des mythes et des légendes. Elle observe comment nous organisons nos vies et cherche à en comprendre le fonctionnement. Wilson en a eu l’idée en observant des fourmilières: de toutes les espèces vivantes qui peuplent notre planète, seulement une vingtaine s’organise de manière «eusociale». Ce terme signifie que plusieurs générations se rassemblent, divisent les tâches et travaillent en équipe pour survivre.

Les fourmis, les termites, les rats-taupes et les humains sont parmi les rares qui travaillent de cette façon. Selon le professeur Wilson, nous avons commencé à travailler de manière collective il y a deux millions d’années, lorsque nos premiers ancêtres sont devenus chasseurs-cueilleurs. Pour survivre dans un monde difficile, nous avons dû répartir les tâches: certains allaient à la recherche des mammouths laineux, alors que d’autres demeuraient au foyer.

À mesure que le volume de notre cerveau augmentait, nos outils, nos œuvres et notre langage se raffinèrent. Le langage nous permettait de mettre en garde nos semblables à l’approche d’un lion, de leur décrire ses dimensions et de leur dire à quelle distance il se trouvait… Nous, les humains, avons bien vite trouvé des raisons pour nous quereller, comme les différences raciales, les religions, la politique.

Mais les fourmis ne se soucient pas des croyances religieuses de leurs congénères. Elles se contentent d’aller au boulot pour la survie de la fourmilière. «Il nous faut nourrir la reine; trouver des feuilles; reconstruire la butte en un lieu plus sûr, lorsqu’un abruti vient de bousculer notre domicile.» Le succès du groupe devient celui de l’individu.

Le Café Graffiti est «eusocial»: rempli de danseurs et de travailleurs sociaux, d’écrivains et de poètes, de peintres et de rappeurs de tous les âges. Des adolescents cools tolèrent les plus vieux; les aînés orientent les jeunes, leur donnent quelques conseils et bien sûr, comme dans chaque famille, de l’argent et des provisions.

Mais la vraie bataille au cœur de l’humanité, nous dit Wilson, se fait entre les ambitions personnelles et les intérêts du groupe. Chacun vise ses propres objectifs en dehors de la famille ou du village. Si on vous pénalise parce que vous aidez quelqu’un, vous risquez de devenir moins serviable.

À l’école, les étudiants cessent de coopérer dès qu’on commence à les évaluer sur une courbe en forme de cloche. Dans cette forme d’évaluation, un enseignant doit couler certains étudiants, donner des notes moyennes à d’autres et n’octroyer qu’un nombre restreint de «A». Lorsqu’on insiste pour qu’il y ait ainsi des gagnants et des perdants, une salle de classe devient un nid de vipères et non plus une fourmilière. Les jeunes se dénoncent; ils trichent; ils cachent les meilleures sources d’information, afin d’en savoir plus que les autres.

Rien ne fonctionne mieux qu’une fourmilière. Les humains n’ont pas encore atteint ce niveau d’efficacité. Mais ils y travaillent. À l’école, des instituteurs enseignent aux plus jeunes qu’eux : les enfants, les jeunes adultes, mais aussi aux plus vieux. Je travaille dans une école pour adultes, à l’intérieur d’une prison. Il s’en trouve de tous les âges, des plus jeunes aux plus âgés, chacun d’eux s’efforçant d’obtenir le diplôme d’études secondaires.

Certains sortent de prison avant les autres, même lorsqu’ils ont commis le même crime. Cela nourrit le ressentiment et la compétition. Une prison peut être un nid de scorpions. Il y a d’autres facteurs qui expliquent cela, bien sûr. Mais il y a là aussi des gens qui essaient sincèrement de devenir meilleurs, beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer.

chronique prison prisonnier pénitencier tôle bagne système carcéral

Crédit photo: Samantha Henneke

Il y a même des pays qui travaillent «eusocialement» mieux que d’autres. L’économiste parisien Thomas Piketty écrit, dans son livre au succès mondial Le Capital au XXIe siècle, que dans les sociétés anglo-saxonnes, les gens croient que le jeu de l’économie est faussé lorsque chacun prospère à l’intérieur du groupe.

Afin que le système capitaliste fonctionne convenablement, croient les Anglos, il doit y avoir des gagnants et des perdants, des très riches et des très pauvres. Selon eux, il serait sain que de grands manoirs côtoient les ghettos. Pourtant, de nombreux pays riches ne partagent pas cet avis: les Scandinaves, les Allemands et même les Français ne pensent pas ainsi. Ils considèrent, au contraire, que ces grandes disparités de revenus nourrissent le crime et la corruption. Ils ne voient pas, dans l’existence des quartiers pauvres, la preuve que les dés ne sont pas pipés.

Edward O. Wilson croit que nous pouvons vivre comme des fourmis. En suivant leur exemple, nous pouvons unir nos forces, jeunes et vieux, riches et pauvres, noirs, blancs et bruns… pour faire face au réchauffement de la planète, à la menace nucléaire et à la pauvreté. Un jour, croit-il, nous apprendrons la leçon des fourmis. Nous n’allons pas nous éteindre comme les dinosaures. Nous allons survivre.

Ses idées en ont fait la risée du milieu universitaire américain. «Ça n’arrivera jamais», soutiennent ces lettrés. «Nous aimons trop la compétition. Vous êtes un rêveur. Tenez-vous-en à vos fourmis.» Parvenir au sommet au détriment des autres, voilà le «rêve américain». C’est une croyance commune chez les Anglos. Winston Churchill, l’Anglo par excellence, a dit un jour: «Je sais que nous ne sommes que des vers, mais je suis un ver luisant.»

Tous ceux qui œuvrent au sein du système scolaire québécois savent surement qu’une classe remplie d’Anglophones sera plus bruyante, turbulente et beaucoup plus compétitive qu’une classe de Francophones. Et les Deux Solitudes se sont toujours comportées ainsi. Qui a raison? Avez-vous besoin de voir vos semblables échouer pour donner un sens à votre vie? Pouvez-vous être heureux simplement en aidant les autres?

L’historien britannique Yuval Noah Harari souligne, dans son nouveau livre Sapiens : une brève histoire de l’humanité (Sapiens: A Brief History of Humankind), que la plus grande lacune du savoir humain réside dans le peu d’études consacrées au bonheur et à la souffrance. Personne ne sait vraiment ce qui nous rend heureux. C’est ce qu’il nous faudra découvrir, si nous voulons évoluer en tant qu’espèce. Espérons que les fourmilières comme le Café Graffiti deviennent la norme, et non l’exception. Et la prochaine fois qu’on me traitera de fourmi, je remercierai cette personne du compliment.

Autres textes sur Prison

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D. Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness. This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free. Love in 3D.

Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates. This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social.

En français. En anglais.

Magazine The Social Eyessocial-eyes-web

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 271 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :