Conflit d’intérêt

Raymond Viger | Dossier Ville de Montréal

Montréal est une ville de grands festivals. C’est une industrie en soi. Festival Montréal en lumière fait partie de la grande famille. Son PDG, Michel Labrecque, aussi membre du conseil d’administration du Regroupement des événements majeurs internationaux, a décidé de se lancé en politique aux dernières élections municipales. En plus de ses fonctions, il est maintenant conseiller municipal du Plateau Mont-Royal.

D’un côté, M. Labrecque, en tant qu’administrateur du Regroupement des événements majeurs internationaux et PDG du Festival Montréal en lumière, négocie avec Ville de Montréal des subventions qui ne sont pas de la pacotille. De l’autre, il représente cette même ville en étant un de ses conseillers! Si ce n’est pas un conflit d’intérêt, comment appelle cette double polarité?

Quand le chef de police, M. Duchesneau a voulu tenter l’expérience en politique, il avait démissionné de son poste de chef de police. Quand Serge Lareault, directeur du groupe communautaire l’Itinéraire a fait le saut, il a fait de même. Pour éviter le conflit d’intérêt. Paul Martin, propriétaire de Canadian Steamship Lines (CSL) ne l’a pas fait quand il était Ministre des Finances. Michel Labrecque ne l’a pas fait non plus. Deux poids, deux mesures.

Notre organisme, le Journal de la Rue, a déjà eu une excellente fonctionnaire de la Ville de Montréal comme administrateur. Elle a dû démissionner lorsque nous voulions faire une demande de subvention à la Ville de Montréal. Il est arrivé la même chose à une fonctionnaire qui travaillait au Ministère des Relations avec les Citoyens. Il est vrai que nous ne demandions des subventions que de 5 ou 10 000$. Nous ne parlions pas des budgets faramineux des festivals internationaux ou de la CSL.

Comment va réagir la Ville de Montréal si un organisme demande une subvention pouvant concurrencer les événements majeurs sous l’administration de M. Labrecque? Si la Ville de Montréal voulait se désengager des faramineuses subventions données, à même nos taxes, aux différents événements sous la tutelle de M. Labrecque, les deux entreprises pour lesquelles il fait partie n’auraient-ils pas un lobbyiste en place pour faire du maraudage pour renverser la vapeur? Ses fonctions de lobbyistes ne sont-ils pas contraire aux intérêts des citoyens qui ont votés pour lui? Comment réagirait M. Labrecque si l’un de ses principaux commanditaires de festivals devenait le mouton noir dans son arrondissement? Peut-il être une autorité politique intègre tout en acceptant des commandites de ceux-ci?

Cela ne m’aide vraiment pas à croire en la justice et l’équité en politique. Quand de gros sous sont en jeu, les règles de transparence changent et s’adaptent.

Je suis déçu, très déçu.

Autres textes sur Ville de Montréal

Autres textes sur Environnement

    Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

    operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graffOpération Graffiti

    Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

    Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

    Autres livres pouvant vous intéresser

    Nouveau terrorisme: Les Américains envahissent le Web

    Raymond Viger | Dossiers Protection du consommateur et Fraudes internet

    Je suis un écrivain. Modeste et humble. Par curiosité je décide de taper mon nom dans les moteurs de recherche. Belle surprise, j’y vois mon premier livre, Après la pluie… Le beau temps, qui est affiché. Par curiosité, je décide d’aller voir ce que l’on dit sur mon livre de pensées à méditer.

    Surprise! Je me retrouve sur un site américain qui vends des livres. Il mentionne que mon livre ne peut être retracer dans leurs archives mais qu’ils ont plus de 100 000 autres titres qui devraient faire mon affaire. D’une part, mon livre est toujours disponible en librairie auprès de Diffusions Raffin. D’autre part, jamais ce vendeur de livres Internet a eu le droit ou a demandé de vendre mes livres. Fausse représentation pour attirer une clientèle sur leur site Internet. Ce site que je dénonce est Bookfinder.com

    Choqué et outré, je continue ma recherche. Comme vous le savez sûrement, je m’implique et m’investit très fort pour l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Nous publions un magazine d’information et de sensibilisation, Reflet de Société. Je cherche le nom de notre magazine dans le moteur de recherche Copernic. À ma grande stupéfaction, j’y découvre que le site Amazon.com vends des abonnements de notre magazine. Il mentionne que les abonnements prennent 12 semaines à être livré et que la livraison doit se faire aux États-Unis. Jamais le site Amazone.com ne nous a demandé pour nous représenter. Ils n’ont même pas accès à notre magazine. Tous les abonnements sont gérés directement par le Journal de la Rue. Quand on entre sur leur site, ils nous offrent des milliers d’autres magazines. J’ai tenté d’acheter un abonnement pirate de notre magazine. N’ayant pasd’adresse américaine à leur offrir, ils ont refusé de prendre la commande.

    Je pousse plus loin mon enquête. Un partenaire communautaire du Saguenay-Lac-St-Jean, la Vastringue, avait réalisé un projet intéressant de réinsertion pour les jeunes. Je décide d’en faire un article. Ils ont publié sur leur site le reportage que j’avais fait. Pour une raison que j’ignore, ils ont décidé d’abandonner leur site. Le lendemain, une agence de voyage américaine reprend leur nom et transfert le trafic sur leur site. Ils bénéficient donc du bon positionnement que cet organisme avait réussi à gagner avec les années dans le référencement des moteurs de recherches.

    J’ai écrit un article. Le décrochage scolaire; histoire de sexe. Ce texte parlait de prévention du décrochage scolaire et tentait d’aider les gens à mieux comprendre la problématique. Croyez-le ou non, un site porno a fait un lien sur mon texte pour profiter de l’achalandage de notre site et présenter leur cochonnerie! Quand on va voir leur site, on voit apparaître, sans notre permission ou complicité, le nom de notre organisme communautaire et le titre de mon texte. Imaginez ce que je peux ressentir. J’ai des jeunes de 12 ans qui vont sur notre site pour participer à des débats de société!

    Toutes ces magouilles des américains sur Internet me choquent et me renversent. Je vais en faire mon éditorial dans le prochain Reflet de Société qui sortira en avril prochain. Si vous avez vécu des expériences similaires ou des trucs à donner au public, n’hésitez pas à m’en faire part. Il me fera plaisir d’en parler dans mon article.

    Autres textes sur Internet

    Autres textes sur Protection du consommateur

    Ressources

    Office de la protection du consommateur du Québec
    Montréal: 514-253-6556
    Québec: 418-643-1484
    Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

    Option consommateurs
    Montréal: 514-598-7288
    Numéro sans frais: 1-888-412-1313

    Protégez-vous

    Rédaction
    courrier@protegez-vous.ca
    2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
    Montréal (Québec) H2K 1C3

    L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

    Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

    guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

    Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

    Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

    Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

    Autres livres pouvant vous intéresser

    Les pétrolières et le consommateur

    Raymond Viger | Dossiers Protection du consommateur et Journal de Montréal

    Le prix de l’essence nous a fait connaître toutes sortes d’émotions dans la dernière année. Pendant que le consommateur jouait à la loterie pour savoir s’il ferait le plein la journée où l’essence était à un prix acceptable ou s’il serait obligé de le faire lorsque les prix étaient gonflés à bloc, les pétrolières s’en mettent plein les poches.

    On peut lire dans le Journal de Montréal du 3 février dernier que la pétrolière Impériale, à elle seule a fait un milliard en profit pour un seul trimestre! Les profits de 2005 battent le record de 2004. Pendant que le consommateur s’enlise, les pétrolières ne cessent d’en profiter.

    Était-ce acceptable que le prix de l’essence augmente de 10 ou 20 sous le litre en une seule journée? Quelle partie de ces augmentations étaient artificielles et ne servaient qu’à enrichier des monopoles déjà trop riches? Comment se fait-il que les prix augmentaient rapidement, mais prenaient une semaine à redescendre tranquillement?

    Autres textes sur Protection du consommateur

    Ressources

    Office de la protection du consommateur du Québec
    Montréal: 514-253-6556
    Québec: 418-643-1484
    Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

    Option consommateurs
    Montréal: 514-598-7288
    Numéro sans frais: 1-888-412-1313

    Protégez-vous

    Rédaction
    courrier@protegez-vous.ca
    2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
    Montréal (Québec) H2K 1C3

    Autres textes sur Santé

    Autres textes sur Environnement

    poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-ruePoésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois

    À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

    Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

    La série Montréal-Québec du graffiti

    Graffiti et murs autorisés

    La Ville de Montréal met sur pied un programme anti-graffiti en 1996. L’objectif de supprimer totalement les graffitis est perçu comme quoi il fallait mettre en prison et éliminer les jeunes qui font du tag et du graffiti. Cet objectif est modifié l’année suivante pour une approche plus globale de la problématique en misant sur la prévention.

    Raymond Viger | Dossiers GraffitiHip Hop

    En réaction à la ligue anti-graffiti, le Journal de la Rue crée le projet Café-Graffiti. Sa mission: canaliser positivement l’art et la passion des jeunes graffiteurs. Leur permettre de s’exprimer dans des lieux autorisés, monter des portefolios, créer des événements liés à leur culture, permettre aux jeunes de s’exprimer positivement, pour eux et pour la société. Sans aucun financement, et d’une façon autonome, indépendante et démocratique, le Café-Graffiti voit le jour en 1997.

    La vision artistique du graffiti

    En juin 1997, les jeunes du Café-Graffiti rencontrent des responsables de la Ville de Montréal pour présenter leur vision artistique du graffiti. Grâce à la concordance des projets du Café-Graffiti avec la nouvelle orientation de la Ville, une série de projets dynamiques et attrayants voit le jour: murs autorisés pour les graffiteurs, murales, ateliers, financement de projets communautaires réunissant les jeunes et les citoyens des quartiers pour qu’ils se connaissent et s’apprécient davantage… Montréal devient rapidement un chef de file par son approche originale et inclusive auprès des jeunes graffiteurs.

    Gérald Tremblay, Ville de Montréal et le graffiti

    En 2002, la nouvelle administration du maire Gérald Tremblay ne renouvelle pas le budget pour les interventions préventives, se bornant à miser sur un programme d’enlèvement des graffitis. Le Café-Graffiti continue seul à intervenir auprès des jeunes graffiteurs.

    Que reste-t-il de tout cela en 2005? La Ville de Gatineau est devenue le leader national en matière d’intervention graffiti avec ses 22 murs autorisés, huit murs mobiles pour des événements et une équipe d’intervenants prêts à accompagner les jeunes et à les aider à s’organiser.

    La Ville de Québec finance deux projets. Le premier, avec la maison Dauphine, intervient auprès des graffiteurs pour les aider à canaliser leur art et leur talent. Le deuxième, avec le Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale Nationale, un projet de développement des compétences auprès des jeunes par la sensibilisation des citoyens sur le nettoyage des surfaces graffitées et la recherche d’autres solutions.

    Félicitations au maire Yves Ducharme de Gatineau pour son initiative et son ouverture d’esprit. Félicitations au maire Jean-Paul L’Allier pour les projets financés qui permettent aux jeunes de prendre leur place. Espérons maintenant que les nouveaux maires, Marc Bureau à Gatineau et Andrée Boucher à Québec, ne feront pas comme à Montréal lors de l’arrivée de l’équipe de Gérald Tremblay en 2002 et qu’ils sauront garder intact ces projets et les bonifier avec les années.

    L’abandon des murs autorisés

    Après s’être fait damer le pion par Gatineau et Québec, l’administration de la Ville de Montréal se contente d’effacer les graffitis et d’appliquer le règlement. Il reste encore sept murs autorisés. Des reliques de l’ancienne administration. Sans entretien et laissés à eux-mêmes, nous ne pouvons même plus y référer les nouveaux graffiteurs. Montréal est devenue une ville fantôme pour les jeunes graffiteurs.

    La présence du Café-Graffiti permet aux organismes communautaires à travers le Québec de s’informer et de profiter de l’expérience montréalaise. Des liens ont été créés entre les jeunes de Montréal et ceux des régions. Que ce soit le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec ou l’Estrie, des villes telles que Fermont, Victoriaville, des administrations s’impliquent et aident les jeunes à prendre leur place.

    Lorsque je suis invité à Québec pour rencontrer les jeunes et leurs intervenants, lorsque j’entends parler de projets comme ceux de Gatineau, je me questionne sur notre présence montréalaise.

    Dans nos activités de travail de rue auprès des jeunes, nous avons remarqué que la majorité des jeunes dans le centre-ville de Montréal proviennent des régions (60%). J’ai le goût de dire aux jeunes des régions de rester dans leur patelin. Le gazon peut sembler plus vert et plus attirant chez le voisin.

    Et pourtant. Si j’étais un jeune d’une région et que je voulais m’exprimer, avec ce que je vois et ce que je sais aujourd’hui, je resterais dans ma région et je mobiliserais les autres jeunes autour de moi.

    Autres textes sur l’accident de train

    Autres textes sur le Graffiti

    Autres textes sur Famille 

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    Quand un homme accouche

    quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$. Disponible en anglais Love in 3D.

    Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009

    Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Autres livres pouvant vous intéresser

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

    Société des alcools du Québec

    Raymond Viger | Dossier Société des alcools du Québec

    Le rapport de la Société des alcools (SAQ) sur les prix gonflés des produits européens vient d’être rendu public. Le comité de vérification mentionne qu’il n’y a pas eu de fraude ou de détournement au profit des deux personnes visées.

    Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation. À partir du moment que ces deux individus reçoivent une partie de leur salaire en bonus sur les profits de la SAQ et que cette fraude permettait d’augmenter les profits, cela leur donnait un avantage financier. En ce qui me concerne, cela s’appelle un détournement de fonds.

    Quelles sont les conséquences de leurs gestes? Une démission et l’autre qui part à la retraite. Avec une compensation de départ. Frustrant d’apprendre cela. On donne une compensation de départ quand on doit se départir d’un bon employé fidèle. Pas quand il décide de démissionner ou qu’il part à la retraite. Si on lui donne cette compensation de départ, est-ce à dire qu’on le considère comme un bon employé et que l’administration de la SAQ entérinait ce détournement de fonds? En accordant une compensation est-ce un aveu indirect de la direction de la SAQ de complicité dans cette magouille contre le public?

    Autres textes sur Alcool et drogue 

    Autres textes sur Société des alcools du Québec

    Autres textes sur Protection du consommateur

    Ressources

    Office de la protection du consommateur du Québec
    Montréal: 514-253-6556
    Québec: 418-643-1484
    Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

    Option consommateurs
    Montréal: 514-598-7288
    Numéro sans frais: 1-888-412-1313

    Protégez-vous

    Rédaction
    courrier@protegez-vous.ca
    2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
    Montréal (Québec) H2K 1C3

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié. Merci de votre soutien.

    L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

    Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

    guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

    Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

    Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

    Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.


    Autres livres pouvant vous intéresser

    Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel     

    La Société des alcools

    Raymond Viger | Dossier Société des alcools du Québec

    Une rumeur journalistique circule. Des acheteurs de notre bienveillante Société des Alcools (SAQ), aurait demandé à leurs fournisseurs de majorer le prix des alcools européens pour compenser la force du dollar canadien. Tout cela par peur de voir leur chiffre d’affaire diminuer et, par le fait même, leur si précieux profit.

    Face à la rumeur, les dirigeants et porte-paroles de la SAQ ont vivement réagi et nié le tout. Le PDG de la SAQ, M. Toutant réclame une enquête interne. Peu de temps après, devant les médias, il n’a pas d’autres choix que d’avouer les torts de la SAQ et qu’effectivement, deux de ses principaux collaborateurs se sont permis de demander à des fournisseurs européens d’augmenter leur prix. Pour les conséquences sembleraient qu’on passe notre tour. Un de ses dirigeants étaient dû pour la retraite, tandis que l’autre se contente de démissionner.

    Il faut savoir que la SAQ, tout comme Loto-Québec et toutes les sociétés d’états, sont très près du pouvoir et du gouvernement. Quand un parti politique prend le pouvoir, il y place ses amis du parti, une façon subtile de contrôler ses sociétés d’états. Parce que ces sociétés d’états sont aussi de grosses vaches à lait pour notre gouvernement.

    Je suis obligé de me questionner. Est-ce que deux dirigeants auraient pris cette initiative frauduleuse sans qu’ils n’en reçoivent l’ordre de plus haut? Derrière ces deux boucs-émissaires que l’on dénonce publiquement, combien de haut fonctionnaires ou de politiciens étaient au courant, ont entérinés le geste ou même l’ont commandé? Derrière cette mission de transparence et de sauvegarde de l’intérêt de ces clients, la SAQ est-elle vraiment honnête et intègre?

    Peut-être qu’il s’agit d’une fraude personnelle qui se limite à nos deux bouc-émissaires. Il faut aussi dire que la haute direction se fait payer des bonus en fonction du chiffre d’affaire. C’est donc dire que lorsqu’on demande à des fournisseurs de majorer le prix pour que le consommateur paye plus cher, nous payons aussi des bonus à plusieurs fonctionnaires pour avoir voler le consommateur. Le consommateur se fait berner par deux fois. Que cette augmentation ait été connu ou non de tous les membres de la haute direction, ils en ont tous personnellement profité. Cela n’aide peut-être pas à garder les yeux de l’intégrité bien ouvert.

    Ressources pour le jeu compulsif

    • Gamblers Anonymes et Gam-Anon (514) 484-6664 ou 1-800-484-6664
    • Narcotiques Anonymes (514) 249-0555 ou 1-800-463-0162
    • Nar-Anon (514) 725-9284
    • Alcooliques Anonymes (514) 376-9230

    Autres textes sur Loto-Québec

    Autres textes sur Gambling et jeu compulsif

    Autres textes sur Alcool et drogue 

    Autres textes sur Société des alcools du Québec

    Autres textes sur Protection du consommateur

    Ressources

    Office de la protection du consommateur du Québec
    Montréal: 514-253-6556
    Québec: 418-643-1484
    Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

    Option consommateurs
    Montréal: 514-598-7288
    Numéro sans frais: 1-888-412-1313

    Protégez-vous

    Rédaction
    courrier@protegez-vous.ca
    2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
    Montréal (Québec) H2K 1C3

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

    guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

    Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

    Le livre est disponible au coût de 4,95$.
    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel      

    %d blogueurs aiment cette page :