L’environnement et les trucs de grand-mère

Raymond Viger | Dossier Environnement

Près de la porte d’entrée de ma résidence je remarque un nid de fourmi. Pas un nid de fourmi traditionnel, mais l’envahissement d’une colonie de fourmis. Suffisamment pour que je pense à me trouver un de ces produits chimiques miracles pour les exterminer.

Ma blonde, Danielle, me fait part d’un truc de grand-mère qui a toujours fonctionné. Une bonne marmite d’eau bouillante sur le nid et leur sort sera réglé. Pourquoi pas. Je n’ai rien à perdre.

Je fais bouillir ma grosse marmite. Quand les bouillons envahissent la marmite, je me dirige avec précaution vers le nid de fourmis. Dès réception de mon petit cadeau, je vois des milliers de cadavre flotter. Plus rien ne bouge. Je n’ai rien vu réapparaître. Une seule application et le tour est joué.

Plusieurs semaines plus tard, en retournant à la pépinière pour magasiner quelques nouvelles plantes, j’aperçois la section des produits chimiques dont plusieurs se retrouvent sous clefs et nécessitent une autorisation spéciale pour l’achat. J’aurais pu faire comme des millions de gens à travers la planète et répandre un poison mortel pour me débarrasser de mon nid de fourmis. La recette de grand-mère, en plus d’avoir été très efficace, aura été très écologique. Qui a dit qu’un procédé écologique devait être moins efficace qu’un produit chimique radical?

Si des millions de gens prenaient le temps d’écouter les recettes de grand-mère, je suis convaincu qu’en bout de ligne nous finirions par faire un changement significatif pour notre planète. Grand-mère savait qu’il faut respecter la planète. Merci à toutes les grand-mères de partager leur sagesse et leur expérience.

Autres textes sur Environnement

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-ruePoésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Les blogues, la démocratie et la convergence

Raymond Viger | Dossiers Internet, Protection du consommateur

Lorsque j’ai commencé à bloguer, je ne savais pas vraiment dans quelle galère je m’embarquais. Une nouvelle technologie dont je ne connaissais ni le potentiel, ni l’implication. J’ai commencé à écrire sporadiquement.

Étant rédacteur en chef du magazine Reflet de Société qui est publié aux 2 mois, je me retrouvais avec des tonnes d’idées d’article et de prises de position qui ne peuvent prendre place dans le magazine. Pour ma santé psychologique, de pouvoir partager avec le cyberespace ces prises de position me permet de trouver un équilibre dans ma vie.

Au départ, je n’ai pas pris au sérieux le potentiel des blogues. J’avais l’impression qu’il y avait des millions de pages disponibles dans le cyberespace et que personne ne finirait par tomber sur mon blogue. Avec l’usage, j’ai découvert le pouvoir démocratique que le blogue peut représenter.

La clef des blogues réside dans les moteurs de recherche. Il est vrai que je ne suis qu’une goutte d’eau dans Internet. Mais lorsque j’ai écrit un blogue sur une publicité mensongère de la compagnie MDG sur la vente d’ordinateur, grâce aux outils statistiques fournit avec le blogue, je me suis vite rendu compte, qu’à tous les jours, j’avais des gens qui cherchaient des informations sur ce magasin et qu’ils arrivaient sur mon blogue. Même s’il y a des millions de page Internet, une page présentant la publicité de ce magasin, ça, il y en avait beaucoup moins. C’est ce qui a permis à ce blogue de pouvoir être référencé et disponible aux clients qui cherchaient de l’information sur ce magasin. Pour la majorité des Internautes, ce blogue est passé inaperçu. Mais pour les Internautes désirant faire affaire avec MDG, j’ai été significatif. Ma mauvaise expérience a pu être partagé avec les bonnes personnes.

Autre avantage important du blogue, sa rapidité d’exécution. La journée même où je me suis rendu compte qu’il y avait une publicité frauduleuse, j’ai pu en témoigner. Les recours conventionnels tel que l’Office de la protection du consommateur, Protégez-vous, Option aux consommateurs, JE ou encore La facture ne pouvait me permettre de réagir aussi rapidement. Ils doivent faire enquête, étudier la situation, prendre position et ensuite rendre disponible l’information. Tout cela prend du temps. Pendant tout ce processus, un marchand, qu’on sait frauduleux, continue à arnaquer des consommateurs. Un blogue permet de lancer un avis rapidement. Le blogue ne remplace pas ces démarches, mais peut être un outil complémentaire d’information pour le consommateur.

Un dernier avantage est la mise à jour rapide de l’information, autant par le blogueur que par le public. Si j’ai une nouvelle information, je peux la rajouter dans les commentaires. Mieux, tout citoyen qui a un commentaire à formuler peut le faire au fur et à mesure. Pas nécessaire d’attendre la publication d’un prochain magazine.

En ce sens, un blogue aura permis d’aider des consommateurs à faire un choix plus éclairé. Cela répond à la mission que je me suis donné. Cela permet de donner une voix aux citoyens qui ont des choses à dire dans cette société de plus en plus grosse et de plus en plus contrôlé par des intérêts convergents. Certains médias sont propriétaires de filiales qui ont des produits à vendre au public. Certains médias n’existent que pour faire la promotion indirecte de leur compagnie affiliée. Le blogue permet de rajouter un peu de démocratie dans une société un peu trop anonyme.

Avec ce commentaire, vous avez compris que j’ai pris plaisir à compléter mon blogue. Vous avez sûrement remarqué qu’au début j’écrivais un blogue au 15 jours. Maintenant, j’écris presqu’à tous les jours et ce, 7 jours sur 7. Mon blogue est mantenant devenu un quotidien.

Autres textes sur Protection du consommateur

Ressources

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Autres textes sur Internet

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

    Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

    guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

    Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écrire qu’il faut maîtriser sont expliqués dans ce guide.

    Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

    Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$.  

    Autres livres pouvant vous intéresser

    Les Outgames: échec ou victoire?

    Dominic Desmarais | Dossier Culture

    Les Outgames ont fait couler beaucoup d’encre. Que ce soit pour le nombre de spectateurs dans les estrades ou encore le nombre de chambres réservées dans les hôtels de Montréal. Personnellement, je n’ai pas vu l’intérêt de suivre ce débat qui ne me semblait pas être un vrai débat. Lors d’un instant de réflexion avec notre journaliste, Dominic Desmarais, il a réussi à poser la vraie question qu’on aurait dû se poser. Est-ce vraiment sous l’angle économique qu’il fallait traiter les Outgames?

    Des athlètes homosexuels montrant leur fierté et leur appartenance à travers des compétitions. Des athlètes homosexuels, qui ont eu l’ouverture d’esprit d’inviter tous les athlètes, même hétérosexuels à se joindre à leur rencontre. Une façon de briser l’isolement et souligner l’ouverture d’esprit de notre société. La raison d’être des Outgames est-il vraiment économique? Est-ce qu’un regard social sur ces jeux auraient apporté une vision différente?

    Autres textes sur Culture

      Bistro le Ste-Cath

      bistro restaurant resto bonne bouffe où manger est montréalUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

      Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

      Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

      Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

        Abonnement au magazine Reflet de Société

        Une façon originale de soutenir notre intervention auprès des jeunes.

        magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

        Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

        • Le citoyen est au cœur de notre mission
        • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
        • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
        • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
        • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

        Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement/ Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

        Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

        show_imageOpération Graffiti

        Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

        Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
        Par Internet: www.refletdesociete.com
        Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

        Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel    

        Les maisons de transition vu par un prisonnier de l’institut Leclerc

        Raymond Viger | Dossiers Prison, Criminalité

        Danielle Simard, ma conjointe et co-directrice du Journal de la Rue, m’accompagne dans mes visites à l’institut Leclerc, une prison fédérale à sécurité médium. Nous sommes bénévoles pour rencontrer les prisonniers et faciliter leur éventuelle sortie. Nous avons rencontré un prisonnier qui a fait une réflexion sur son expérience sur les maisons de transition. Voici son témoignage:

        J’ai fait plusieurs maisons de transition. Les écarts sont énormes. Une maison de transition privée; 3 intervenants pour 18 prisonniers. Des ordinateurs datant de la guerre. Une maison de transition publique; 18 intervenants pour une trentaine de pensionnaires. Chacun leur ordinateur des plus performants. L’espace cuisine pour les intervenants est plus grand que les espaces réservés aux prisonniers.

        Le système carcéral est une vraie business. Présentement, il y a moins de prisonniers. Au lieu d’accepter que les prisons se vident et qu’ils perdent leur budget, ils sont sur notre dos pour les bris de conditions. Tout est passé au peigne fin. Le moindre petit écart et on vous ramène en dedans pour terminer notre sentence.

        Réflexion intéressante sur la gestion de nos taxes.

        Autres textes de Chroniques d’un prisonnier

          Les livres de Colin McGregor

          Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

          Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

          love-in-3dLove in 3D

          Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

          This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

          Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

          teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

          Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

          This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

          Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

          quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

          Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

          Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

          Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
          4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

          Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

          Merci de votre soutien.

          Missionnaires pour chats abandonnés

          Raymond Viger | Dossier Environnement

          Certaines personnes qui doivent se défaire de leurs chats les abandonnent carrément à eux-mêmes. Ces chats errants se multiplient rapidement. Mais saviez-vous qu’il existe un organisme communautaire aidant les gens qui adoptent ces chats abandonnés?

          Des bénévoles de l’organisme Chatocat vont à votre domicile, prennent la photo du chat que vous avez trouvez pour l’afficher sur leur site Internet. Rapidement, ils vont lui trouvent une famille d’accueil qui en prendra soin. De plus, pour ceux qui veulent adopter le chat, ils vous offrent les vaccinations et l’opération à un prix préférentiel. Tout cela pour encourager et soutenir les familles d’accueil qui veulent s’impliquer.

          Cet organisme opère dans plusieurs pays à travers le monde. Leur objectif est de ne pas euthanasier les chats en garantissant de trouver une famille d’accueil. Un reportage paraîtra dans le magazine Reflet de Société d’octobre prochain.

          Si vous avez trouvé un chat ou si vous désirez être bénévole, vous pouvez maintenant contacter l’organisme Human-aux-chat au 514-220-0353

          Références (mise à jour)

          Autres textes sur Environnement

          L’amour en 3 dimensions

          l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

          Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

          L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

          Le livre est disponible au coût de 19,95$.

          Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

          Liberté… Un sourire intérieur

          livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

          Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

          Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

          Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

          Autres livres pouvant vous intéresser

          Rap et gangster rap ne chantent plus la même rime

          Dominic Desmarais | Dossiers Hip-hopCulture

          rap rapper dj street art hip hopÉlevé dans la pauvreté, Phast envahit le monde du Hip-Hop avec son attitude de la rue. Il veut redonner ses lettres de noblesse à cette musique, dominée aujourd’hui par les criminels.

          Phast a le sourire facile. Le verbe également. Rappeur depuis 5 ans, il aspire à un retour aux sources du Hip-Hop: un mode d’expression qui véhicule un message. Pas tuer des gens. «Ce que j’envisage, c’est de ramener les vraies valeurs du Hip-Hop. Si le jeune veut être un gangster et tuer du monde, ça le regarde. Mais c’est-tu nécessaire d’être pimp, de tuer du monde pour être hot? Le monde comme 50 Cent, ce qu’ils pensent c’est que, si tu n’as pas tué, si tu t’es pas fait tiré, t’es pas hot.»

          Phast vient de la vieille école. Celles des racines du Hip-Hop. Dans ses chansons, Phast aborde ses histoires, celles de ses proches. La réalité de la rue, le système carcéral, la pédophilie, le piratage, les femmes qui utilisent les enfants pour en faire baver aux hommes.

          «Oui j’ai des thèmes durs. Mais faut séparer le gangster rap de ma musique que je qualifie de hardcore rap. Ma musique sera jamais peace. Je suis capable de faire une toune romantique. Mais mon passé ne me permet pas de faire un beat trop joyeux. J’ai des tracks qui parlent de la rue. Le monde est rendu fou. Les jeunes se promènent avec des couteaux. Mon frère a perdu un de ses chums et sa blonde, enceinte, dans un driveby.» À l’écouter, son authenticité saute aux yeux. Son énergie, ses propos, ressemblent en tous points à sa musique.

          Le Hip-Hop doit-il passer par des histoires aussi dures? L’artiste ne le pense pas. «Je refuse de dire que ça prend des textes négatifs pour être écouté. Malheureusement, les jeunes s’identifient à ça. Ça me dérange.»

          Son album a un côté négatif. Il l’admet d’emblée. «C’est mes histoires. Ce que j’avais à cracher en 3 ans. Y’a moyen de dire à quelqu’un que tu veux y accrocher le portrait sans parler de gun, de le tuer. Il y a une différence dans la mentalité, dans le message.» Phast est intense. Ses mots sortent sans hésitation, comme une rafale de mitraillette.

          Sa réalité n’est pas rose. Celle de la rue. Qu’il est loin d’être seul à vivre. «Avoir une arme dans 5 ans, ça va être nécessaire. Le monde est rendu fou. Mon message, c’est que c’est pas nécessaire d’être violent, mais c’est nécessaire de montrer que tu te laisseras pas marcher sur les pieds.»

          Une enfance difficile

          «J’ai pas eu une belle vie. Ma mère était seule. Pas d’argent. Elle était sur l’assistance sociale. Mon père était absent, il ne m’a rien donné… C’est pour ça que je me suis battu pour obtenir ce que je voulais. Je suis conscient que j’aurais pu être mieux. Mais je sais aussi que j’aurais pu être pas mal pire. C’est ce qui me tient. Ce qui fait que je vais m’en sortir.»

          Plus jeune, Phast passe un peu de temps derrière les barreaux. Jamais pour des crimes reliés à des armes ou la drogue, précise-t-il. Puis, il écope 8 mois pour 9600$ de contraventions impayées. «Ma mère m’a donné de bonnes valeurs. Mais elle peut pas tout faire. Je faisais mes petites passes ben safe. Je venais d’avoir ma fille. Un mois et demi de fait. Je me pogne un job. Je ne fais plus de conneries. Ç’a allait bien.»

          La vie allait le rattraper. La mère de sa fille porte plainte pour violence conjugale. Phast retourne alors purger le reste de sa sentence pour ses contraventions. Acquitté, dit-il, il garde un goût amer des libertés conditionnelles: il est retourné en prison en raison d’une plainte non fondée… «La mère de ma fille m’a dit: si tu me laisses pour une autre fille, je vais vous tuer tous les deux. Je l’ai quittée. Moi, j’ai payé pour les caves qui battent leurs femmes…»

          De cette mésaventure, il écrit ses premières chansons. Pour la première fois, il rap. Sur cette fille, sur le système carcéral. «Ma musique va me mener sur le droit chemin. Y’a une histoire sur chacune de mes tracks. Fallait que je sorte ça parce que la musique c’est fait pour s’exprimer. C’est sûr que je vendrai pas comme Corneille…» avoue-t-il, le sourire en coin.

          Il ne peut changer son passé, ses petites combines. «C’est un choix que j’ai fait. C’est un mauvais choix. J’ai les nerfs finis à cause de ça. Je suis tanné de vivre avec la haine. J’aimerais ça, changer de vibe.» De l’espoir s’en vient: le 22 février, Phast lance son premier album.

          Mise à jour le 20 janvier 2008: Phast a maintenant terminé son deuxième album qui vient de paraître. Les deux albums sont disponibles au Café-Graffiti dont vous avez les coordonnés plus haut. Pour rejoindre le Café-Graffiti: (514) 259-6900

          Autres textes sur le Rap

          Autres textes sur Bistro le Ste-CathRestaurant

          Autres textes sur le Rap

          Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

          show_imageOpération Graffiti

          Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

          Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
          Par Internet: www.refletdesociete.com
          Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

          Bistro le Ste-Cath

          bistro restaurant souper spectacleUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

          Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

          Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Plus de 260 spectacles gratuits sont présentés annuellement.

          4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.  www.stecath.com.  

          L’institut Leclerc s’exprime

          Raymond Viger | Dossiers Journalisme et Chronique du prisonnier

          Danielle Simard et moi sommes bénévoles à l’institut Leclerc, une prison fédérale. Nous avons la chance d’y côtoyer des gens sympathiques qui apprécient la présence de bénévoles. Dans le magazine Reflet de Société du mois d’août dernier, nous avions publié six textes de prisonniers remerciant les bénévoles.

          Avec près d’une année d’implication à l’institut Leclerc, nous avons de la difficulté à nous imaginer que les gens que nous rencontrons aient fait des choses méritant l’incarcération. Certains sont en prison depuis 21 ans. C’est évident qu’il y a eu un passé qui les a amené là. Ces prisonniers, ces gens que nous avons exclus de la société, s’intéressent à ce qui s’y passe.

          J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Jean-Pierre. Sur plusieurs sujets, il est plus renseigné que moi. Vous direz qu’il a beaucoup de temps pour lire et s’informer. Possiblement plus que moi. Mais, même si vous avez le temps, si vous n’avez pas la curiosité et la passion de vous y intéresser, rien n’y paraîtra.

          À partir du numéro d’octobre prochain de Reflet de Société, vous pourrez y lire une chronique de Jean-Pierre. Comment devient-on criminel? Quelle est la différence entre une prison fédérale et une prison provinciale, entre une prison à sécurité médium et une autre à sécurité maximum? Comment fait-on sa vie en prison? Comment y survit-on? Quelle est la différence entre une maison de transition privée et une maison de transition publique?… Autant de sujets que Jean-Pierre nous entretiendra dans sa chronique.

          Un témoignage touchant d’une autre réalité de notre société.

          Autres textes sur Chronique du prisonnier

          Autres textes sur Journalisme

          Autres textes sur Média

          show_imageQuand un homme accouche

          Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet: www.refletdesociete.com. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4


          Autres livres pouvant vous intéresser

          Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel                

          %d blogueurs aiment cette page :