Violence, information et désinformation

Raymond Viger | Dossiers Journal de Montréal, Média

Petite anecdote que j’aimerais vous partager sur la qualité de l’information que nous recevons.

Prenons le Journal de Montréal du 21 juillet dernier. En page 5, gros titre « Un sommet de violence » pour décrire le meurtre de l’artiste peintre Pierre Sénécal, accompagné d’un texte qui couvre les 3/4 de la page. Le restant de la page est rempli par un petit article intitulé « Les fraudeurs de plus en plus actifs au Canada ».

Une lecture rapide semble nous donner une augmentation de la criminalité. Après lecture de ce 2e article, on se rend compte que l’article parle de Los Angeles et mentionne que de plus en plus d’Américains se font frauder. Les fraudeurs, à cause de la répression américaine, installent des bases au Canada pour soutirer de l’argent aux américains. Donc, contrairement à ce qu’on aurait pu comprendre du titre, il n’y a aucune victime canadienne de mentionner dans cet article et aucune mention que la criminalité n’augmente au Canada.

Il faut se rendre à la page 16 de ce même Journal de Montréal pour voir un petit article en bas de page (environ 1/12 de page) qui titre en tout petit « Canada. Baisse de la criminalité en 2005 ». L’article parle même d’une baisse de 5%! Très différent de l’information perçue à la page 5.

Ce genre d’anecdote sur l’information réellement véhiculée et l’information qu’on laisse sous-entendre, je la vis à tous les jours avec les jeunes du Café-Graffiti et les jeunes marginaux que j’accompagne. Pensez-vous que ces jeunes prennent le temps de lire tout l’article et de bien en faire la compréhension? Pensez-vous que ces jeunes sont bien différents du Québécois moyen?

En ce qui me concerne, un média a un rôle d’éduquer ses lecteurs et de les aider à bien comprendre l’information. Pas de lui donner des titres et des montages qui alimenteront la machine à rumeur et qui ne feront que vendre plus de copies.

Autres textes sur Médias et journalisme

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

couverture  livre jean-simon copiePoésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois

Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Une Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :