L’émission 5 sur 5 de Radio-Canada et le graffiti; grande déception

Dossier Graffiti

L’émission 5 sur 5 de Radio-Canada et le graffiti; grande déception

L’émission 5 sur 5 de Radio-Canada m’avait approché pour les aider dans la production d’une émission sur le graffiti. À toutes les semaines, j’investis beaucoup de temps à recevoir et aider des journalistes et des recherchistes de différentes émissions et de différents médias. Ce bénévolat, je le subit depuis 1992. J’ai toujours espoir que cela pourrait aider à changer les choses éventuellement.

Ceux qui me connaissent, savent que mon horaire est assez bien rempli. Malgré tout, j’ai dû donner un bon 4 à 5 heures au producteur, M. Dany Lemieux, pour l’aider à faire un bon reportage. Je lui ai fait part de mes craintes que son reportage ressemble à la centaine de reportages déjà existant sur le graffiti et qui ont été présenté par différents médias depuis 1997.

La relation était bonne, il écoutait, il semblait aller dans la bonne direction. Un jeunes graffiteurs que j’ai référé à Radio-Canada peu de temps auparavant fera parti de la partie illégale du reportage. Pour traiter d’un angle plus artistique du graffiti, je devais faire partie de reportage avec un artiste spécial et différent. Il voulait un artiste du pochoir. Je ne sais pas pourquoi, mais il voulait explorer cet angle.

J’ai deux artistes à lui présenter. Un verbo-moteur et qui peut faire de bonnes entrevues et un deuxième, un artiste reconnus. Il rencontre le premier. Il décide que je ne ferais plus partie de reportage. Pas de problèmes de ce côté. Je préfère que ce soit les jeunes artistes qui parlent de leur culture. Il ne demande pas à rencontrer le deuxième.

L’entrevue se fait avec l’artiste. Je n’étais pas présent au tournage. Possiblement que l’artiste n’était pas dans son assiette et a fait une mauvaise entrevue. Il sera retranché du reportage.

Il me demande de lui trouver, avec un délai très serré, trois lieux intérieurs où des artistes ont réalisé des murales pour des clients. Je lui trouve ce qu’il a besoin. Finalement, ils n’utiliseront pas les lieux trouvés.

Le reportage semble avoir dévié énormément entre ce qu’il prévoyait faire et la réalité de ce que j’ai vu ce soir. Nous sommes à Radio-Canada, l’émission 5 sur 5. Ce que je vois aurait pu être présenté par TQS. Il l’ont déjà fait d’ailleurs. À plusieurs reprises depuis 1997.

Ils n’ont pas différencié le monde du tag et du graffiti, incapable de nous dire où le vandalisme commence et où l’art s’y superpose, se limitant à tout mettre dans le même bain, se limitant à ne présenter qu’un très jeune artiste, peu reconnu par ses pairs, avec le côté plus sombre de sa culture, ne présentant aucun artiste qui gagne leur vie à faire des murales graffitis, qui sont présents dans des galeries autant à Montréal que dans des galeries internationales…

J’ai été très déçu. Peut-être parce que j’avais des attentes trop élevé. Je m’attendais de Radio-Canada qu’il dépasse ce qu’y avait déjà été fait. Je m’attendais de l’émission 5 sur 5 plus de professionnalisme. C’est la première fois que je suis déçu de cette émission. Peut-être parce qu’ils ont parlé de graffiti et que je vis à temps plein avec ces artistes urbains depuis presque 10 ans. Peut-être parce que je m’attendais qu’ils actualisent la réalité du graffiti et qu’ils arrêtent de nous parler encore et encore comme si nous étions dans les années 90.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-roberto-mayerjours-de-nuit Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Une Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :