François Morency et le chapiteau de Bromont, 7e partie

François Morency et le chapiteau de Bromont, 7e partie

Dossier Humoriste, François MorencyGraffiti

Danielle et moi sommes dans le fin fond des bois, aux Jardins intérieurs du lac dans la région de Bromont. Nous avons assisté à un excellent spectacle de François Morency. Nous avons bien dormi. Il est 7:00 heures le matin. Je me réveille. Je m’installe sur le balcon pour lire un peu. Le café ne sera prêt qu’à 8:00 heures.

Nous déjeûnons et nous sommes prêts à partir pour le retour vers Montréal. Nous décidons de nous diriger vers l’autoroute pour visiter le marché aux puces qui accueillent la grande tente du spectacle de chevaux Kasa. En route, nous apercevons un autre marché aux puces sur les terrains de l’église. Même s’il semble petit, nous décidons de nous y arrêter pour y jeter un petit coup d’oeil.

Je dois stationner le véhicule à plus d’un quart de kilomètre de l’église. Pour un petit marché aux puces, il semble attirer beaucoup de gens. Arrivé sur les lieux, nous découvrons que le marché aux puces est beaucoup plus grand qu’il ne laissait présager.

L’achat que je n’ai pas fait mais qui m’a fait rêver: un camion de pompier 1952 pour 23 500$.  Il avait des bancs en bois à l’arrière. Le camion aurait été très originale pour l’organisme pour faire les tours guidés des murales graffiti de Montréal. Originale, il était très cohérent avec le type de travail que nous devons faire au Café-Graffiti et au Journal de la Rue. Danielle et moi sommes toujours en train d’éteindre des feux. Nous passons constamment d’une crise à l’autre. Nous sommes les pompiers de l’intervention sociale!

Ce camion aurait aussi été un souvenir post-mortem de mon père. Il a été pompier pour la Ville de Montréal. Le dimanche, lorsqu’il faisait son chiffre de 24 heures, notre petite famille allait souvent le visiter au travail. J’ai visité les postes de pompiers, examiné et joué avec plusieurs des équipements utilisés par mon père pour combattre les feux. Mon père était un chauffeur de camion de pompier. Le soir, lorsque nous avions la chance de nous voir, il me racontait les péripéties de son métier. En tant que chauffeur d’un camion d’urgence, il me contait combien parfois certains automobilistes n’étaient pas respectueux envers le travail qu’il devait accomplir pour se rendre sur les lieux du feu le plus rapidement possible. Ne vous surprenez pas si vous me voyez dans tous mes états lorsqu’un camion de pompier se retrouve derrière moi et que je vois que vous ne lui cédez pas le passage.

Revenons maintenant à nos achats. L’achat que j’ai fait pour faire un cadeau: 6 cartes postales pour ma fille Annie qui les collectionnent. Des cartes postales datant entre 1915 et 1952. Deux d’entre elles ont encore leurs timbres d’époque. En vente à 1$ chaque, lorsque la dame a vu que j’en voulait 6, elle m’a fait un spécial à 5$ pour les 6. À ce prix-là, je ne voulais même pas de spécial. Je suis convaincu que juste les timbres de cette époque valaient amplement le prix demandé. J’ai avisé Annie que j’ai les cartes postales pour elle. Elle n’a pas encore eu la chance de les voir, mais elle était emballé de la description que j’en avais faite.

L’achat que j’ai fait pour Danielle et moi: j’ai remarqué trois tables en plein milieu du marché aux puces. Des tables en chêne et en frêne massif. J’ai été un vendeur de meuble en bois massif pendant une partie de ma vie. Je sais reconnaître la qualité d’un meuble. Je dois faire des recherches pour retracer le vendeur de ces tables.

C’est le monsieur qui fait les hamburgers à la cantine qui est le vendeur. C’est un ancien employé de Roxton, un fabricant de meubles. Il y a travaillé pendant 43 ans. Avec son copain, il a un certain nombres de tables qu’il vient de décider de vendre. Une table de cuisine, mais aucune chaise! Celle qui nous intéresse est une table est en frène massif. C’est évident que nous ne réussirons sûrement pas à trouver des chaises qui seront identiques dans la sorte de bois et dans la couleur. Nous devrons avoir de l’imagination pour agencer des chaises avec cette table.

Après hésitations et réflexions, nous décidons de l’acheter. Même en démontant les pattes, la table n’entre pas dans mon véhicule. J’ai dû défaire les tracks de la table pour la faire entrer séparément. Danielle et moi sommes fier de l’achat que nous avons fait. Pour ma part, c’est un meuble qui a une histoire. Parti pour assister à un spectacle d’humour de François Morency, je reviens avec une table en frêne de la maison Roxton. Ma facilité à conter des histoires me permettra sûrement d’en faire une belle histoire pour mes petits enfants un jour.

J’aime bien quand les objets qui m’entoure ont leurs histoires, leurs souvenirs d’une aventure, d’une époque. Je serais bien servi avec cette table. Nous quittons ce marché aux puces imprévus pour nous diriger maintenant vers celui qui est près de l’autoroute. Beaucoup plus gros, il est cependant beaucoup moins intéressant. Beaucoup de marchands avec des bas ou de la camelote que l’on retrouve dans presque tous les marchés aux puces. Il n’a pas la chaleur et l’intimité du premier que nous avons visité. Malgré quelques petits achats de base comme des pantalons cargo pour ma taille (ils sont très rares à trouver), nous ressortons pour ainsi dire bredouille de ce lieu de vente.

Malgré que nous nous soyons levés très tôt, l’avant-midi est déjà presque terminé. Dans le blogue de demain, nous verrons le départ de Bromont et le retour vers Montréal.

L’histoire complète de François Morency, humoriste au chapiteau de Bromont.

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Une Réponse

  1. bonjour Raymond !!

    Bien que j’ai participé à une grande partie de cette aventure, je dois dire que je l’ai lue avec plaisir. J’aimerai cependant rajouter quelques détails te concernant. C’est vrai que le chemin étais assez ardu à trouver. Mais la majorité des gens ne se serait pas cassé la tête. Avec un renseignement par ici, un renseignement par là et quelques heures plus tard il serait arrivé à bon port.

    J’ai été surprise de te croiser sur le chemin sur l’accotement avec ton calepin et ton crayon pour prendre le millage exacte. Prendre le temps de faire un plan plus précis pour le remettre à la responsable de l’auberge pour ses futurs clients! Quel altruisme que tu fais preuve. Rare sont les personnes qui, pendant leurs deux jours de vacance, penseront à ameliorer le service de leur hôte (inconnu).

    Personellement, j’ai aussi trouvé assez cocasse le fait que tu veuilles acheter des fruits à Danielle au dépanneur et que l’ont ne t’es offert que des limes. Si je n’étais pas à ton côté à ce moment-là tu lui en aurais acheter.

    Très vrai que le spectacle de François Morency était très très drôle. Je me suis vraiment amusé. Pour ce qui est de mon retour à Montréal… Humm… Sur l’autoroute 10 ouest, il y a une sortie pour le tunnel Louis-Hipolite. J’ai vu une longue file à ma droite quand j’étais à gauche. J’airai eu à faire une manneuvre dangeureuse pour prendre la sortie. Je me suis dit que je vais prendre la prochaine sortie et revenir sur la 10 est pour sortir à Louis-Hipolite. Soit que je n’ai pas vue la dite sortie, soit qu’elle n’existe pas. J’ai donc refait, au grand désespoir d’Amédé, presque le chemin de nouveau. Finalement, j’ai pris la bonne sortie. Rendu là, c’était acceptable. Un petit détour de 40 minutes environ. Sauf que pour entrer dans le tunnel ont passait de trois voies à une seule. Donc, encore un délai de 30 minutes environ. Ce qui m’a permis de penser à cette soirée Kettttttchup au max…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :