Loto-Québec, les casinos en France et le Journal de Montréal

Loto-Québec, les casinos en France et le Journal de Montréal

Dossier Loto-QuébecJournal de MontréalCasino

Valérie Dufour signait un article dans le Journal de Montréal du 15 octobre: « Gaspillage à la société d’État? Une stratégie coûteuse de 375 000$ pour obtenir la construction de deux casinos en France et qui vire en queue de poisson. »

Valérie Dufour questionne la stratégie employée par Loto-Québec. Elle pose la question et elle met un point d’interrogation à son titre. Cependant, en qualifiant la stratégie de « coûteuse » et que l’opération « vire en queue de poisson », nous tombons dans l’accusation. Ce qui aurait pu être correct selon l’article qu’elle nous présente.

Pour ceux qui me connaissent, j’ai déjà écrit beaucoup d’éditoriaux dénonçant Loto-Québec. Ce n’est pas dans ma nature de prendre la défense de Loto-Québec. Cependant, l’article de Valérie Dufour m’y pousse.

L’article souligne que 2 dirigeants de Loto-Québec ont « dépensé » 375 000$ pour tenter d’obtenir des contrats pour des casinos en France. Si Loto-Québec avait obtenu les contrats de 154 millions d’euros (213 millions de dollars) pour ces casinos, au lieu de parler de dépense, on aurait parlé d’investissement. On aurait félicité Loto-Québec d’aller chercher des revenus ailleurs que dans les poches des joueurs compulsifs du Québec et d’utiliser leur compétence à travers le monde. On aurait pu les qualifier de nouveaux Cirque du Soleil et de Céline Dion du gambling.

D’un côté, on ne peut espérer aller chercher des contrats internationaux sans faire d’investissements. Surtout avec les Français. Avant de conclure une entente quelconque, les Français veulent vous voir, établir une relation avec vous. Il faut prendre le temps d’aller casser la croute à plusieurs occasion avant même d’espérer commencer à négocier une entente.

D’un autre côté, la France coûte cher. Le litre d’essence à 2$ ou une canette de liqueur au dépanneur à 2$, c’est deux fois plus cher qu’à Montréal. L’article parle des dépenses de M. Labelle de 90 000$. Le tout se déroule sur une période de 3 ans pour 36 voyages en France. Cela fait donc une moyenne de 2 500$ par voyage.

L’article ne dit pas combien de temps les séjours ont duré. Même si une partie des dépenses de voyage ont été payées par d’autres partenaires et que ces voyages auraient coûté 5 000$ chacun, peut-on supposé que les dépenses étaient extravagantes, coûteuses?

Rien dans l’article ne me le mentionne. Le titre oriente donc le lecteur dans une théorie de dépenses outrageuses de Loto-Québec. Quand Mme Dufour mentionne que le projet de Loto-Québec vire en queue de poisson, malheureusement, je pense que c’est son article qui vire en queue de poisson. La preuve de dépenses coûteuses n’a pas été faite.

Mauvais titre pour cet article, ce qui m’oblige à faire quelque chose que je n’aurais jamais cru possible: défendre Loto-Québec sur la place publique!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

5 Réponses

  1. Pour t’en sortir tu aurais pu condamner le manque de rigueur et d’honnêteté journalistique!!

    En Suisse, le gouvernement a déjà par le passé fermé les casinos en raison des suicides et les troubles de dépendences. Les casinos peuvent «pratiqués» à nouveau mais avec des règles stricts, du style un intervenant sur le terrain afin de prévenir.

    NOTE DE RAYMOND VIGER 21-01-08 14:00 heures: Nous n’avons présentement aucune information sur la fermeture de casino en Suisse dû à un trop grand nombre de suicides. Nous sommes en train de faire des recherches supplémentaires sur ce point pour trouver des informations pouvant confirmer le tout. Si vous en avez, n’hésitez pas à nous les faire parvenir en commentant ce texte ou encore en m’envoyant un mail: raymondviger@journaldelarue.ca

    NOTE DE RAYMOND VIGER 21-01-08 22:00 heures: Réponse de Folliculaire: L’information m’a été communiqué lors de mon entrevue pour un travail dans un casino là-bas comme intervenant sur le terrain. Voilà 2 ans.

    J’ai trouvé quelques références intéressantes sur la Suisse et ses casinos. Par contre, pour le suicide, il est difficile de trouver un texte explicite, tout comme au Québec. Loto-QUébec fait du déni, ce n’est pas mieux là-bas. Au moins, jusqu’à 1998, il n’y avait pas de casino…

    Le texte de loi : http://www.admin.ch/ch/f/rs/935_52/index.html

    article sur le jeu pathologique en Suisse: http://www.psy-desir.com/leg/spip.php?article963

    Pas de nouveau casino en Suisse et légère allusion à l’arrêt des casinos en Suisse. Jusqu’à 1994, la Suisse avait interdit les maisons de jeux, en 2000 elle a rouvert les casinos mais maintenant elle juge qu’elle a assez de casino dans son pays.

    http://www.esbk.admin.ch/esbk/fr/home/dokumentation/medienmitteilungen/2007/ref_2007-03-090.html

    Histoire du jeu: http://www.jeu-excessif.ch/pages/B-01.htm

    jeu excessif et santé: http://www.infoset.ch/inst/relier/zoom/

    En espérant que cela te sera utile.

    J'aime

  2. Début des années 1990, j’étais intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. Suite à l’ouverture du Casino de Montréal, nous avions une recrudescence de joueur compulsif voulant se suicider. Nous avions offert au Casino de Montréal de travailler directement à partir du Casino pour être plus proche des personnes en crise. La réponse du Casino de Montréal: « Il n’y a pas de personnes suicidaires au Casino de Montréal ».

    J'aime

  3. Cela en dit long sur leur déni ou manque de responsabilité…

    J'aime

  4. Les casinos font de l’argent avec les joueurs compulsifs comme les companies de carte de crédit font de l’argent avec ceux qui payent pas et/ou qui payent le minimum..Ils profitent de la vulnérabilité des gens…

    Pour ce qui est de la journaliste disons que les détails des frais rendus là m’importe peu car 36 voyages en 3 ans pour une possibilité d’investissement pour des casinos sont de toute manière extravagants!!…

    Colourful Vision
    http://colourfulvision.wordpress.com/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :