Suicide sans souffrance, moyens pour se suicider

Crisis phone line, ligne d'appel, centre de crise, suicidaire, suicide, se suiciderSuicide sans souffrance, moyens pour se suicider

Dossier Suicide

J’ai fait 2 tentatives de suicide. J’ai été arrêté dans mon geste. Contre mon gré.

J’ai été habité par une colère, une frustration. Pourquoi ne pas respecter le choix que j’ai fait. Celui de me suicider, de me donner la mort, un suicide sans souffrance? Ne suis-je pas libre de disposer de ma vie comme bon me semble?

J’ai cherché des trucs pour me suicider, des moyens pour mourir. J’ai cherché des les moyens d’un suicide sans souffrance. J’ai tenté de trouver la mort.

J’ai été amené en thérapie. Ça n’a pas été facile au début. J’ai fait peur à plusieurs thérapeutes avant d’en trouver un capable d’entendre l’expression de cette souffrance qui m’étouffait. Ma volonté de mourir, ma souffrance était trop intense, la colère qui m’habitait trop violente. En thérapie j’ai réussi à trouver des gens pour m’écouter et évacuer cette souffrance, cette violence.

Aujourd’hui, je suis reconnaissant envers ces personnes que j’ai croisées qui m’ont aidées et soutenues.

Si tu souffres. Appelle. Si quelqu’un dans ton entourage souffre. Appelle. Si tu as le moindre doute, n’hésite même plus. Appelle.

suicide suicidaire vouloir se tuer comment mourir sans souffrir se suicider prévention interventionRessources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

Suisse: Stop Suicide 022/ 382 42 42

Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur le Suicide

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉguide crise suicidaire livre se suicider bouquin vouloir mourir prévention intervention suicide

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Merci pour votre soutien envers notre intervention auprès des jeunes.

Autres livres pouvant vous intéresser:

5 563 Réponses

  1. Félicitations Laurent pour cet engagement.

    Raymond.

    J'aime

  2. il n y a pire violence que de vouloir aider les gens sans leur(s) consentement(s)

    J'aime

  3. Est-ce que vous avez besoin d’aide? Est-ce que vous traversez une période difficile?

    Que se passe-t-il dans votre vie pour en arriver à un tel constat?

    Raymond.

    J'aime

  4. La mort de mön père

    J'aime

  5. Bonjour Julie.

    La mort de votre père vous touche et vous affecte. C’est normal que cela nous chagrine et nous ébranle.

    Ça fait combien de temps que vous avez perdu votre père? Est-ce que vous avez encore une relation avec votre mère? Frères et soeurs?

    Raymond.

    J'aime

  6. moi j’y arrive plus

    J'aime

  7. Bonjour Alexia.

    Qu’avez-vous vécu pour en arriver avec une telle conclusion?

    Au plaisir de vous lire.

    Raymond.

    J'aime

  8. Depuis que je suis né je me ne me suis jamais senti a ma place:ma mère me disait: t’est né a cause d’une capote qui a craquer,ou encore j’aurai du écouté ton père et avorter de toi ….avant j’arriver a passer outre cela mais il ya maintenant 2 ans ma copine est morte sous mes yeux…jai essayer DZ continuer a vivre mais maintenant j’en peux plus ,je suis décider a aller la rejoindre…j’aimerais mourir en me tuant avec des médicament mais je ne sais pas les quels prendrent et je ne sais as si il faut une ordonnance ou pas..je ne veux pas mourir par ouverture des veines car jai déjà 52 cicatrices sur les poignets merci de me répondre et les moralisateur vos gueules!

    J'aime

  9. Salut Éno.

    Ta copine semble avoir été une bouée de sauvetage très importante dans ta vie pour te permettre de faire un bout de chemin.

    Son départ fait un énorme trou dans ta vie. C’est normal de se sentir dépassé par la situation.

    Est-ce que tu as d’autres personnes de confiance avec qui tu peux en parler? Une cousine, un enseignant, un grand-parent…?

    Raymond.

    J'aime

  10. Bonjour, j’ai 12 ans et demi et cela fait déjà plusieurs année que j’essaie de me suicider. J’ai déjà essayer mais malheureusement ça a échouer😥. Je ne sais plus quoi faire ; personne ne m’aime, ma famille sans fiche de moi ils en ont rien a foutre !! Que je crève ça les arrangerait bien. Et puis mes « amies » ils font semblant de m’aimer. J’ai déjà parler de ce problème a ma meilleure amie et elle ma répondu : » mais non c’est pas bien de ce suicider ». C’est tout ce qu’elle ma répondu ! Super l’amie !! Je suis sur que je manquerait a personne. Donc si vous pouvait me donner des méthodes de suicide rapidement sa serait très très gentil de votre part. MAIS SURTOUT NE COMMENTEZ PAS LES MORALISATEURS JE M’EN FOUTS !!!!!

    J'aime

  11. Salut Nono 6515.

    Qu’as-tu vécu ou subi pour en arriver à une telle fatalité?

    Tu dis que ça fait plusieurs années que tu essaies de te suicider. Cela a commencé suite à quel événement?

    Au plaisir de te reparler.

    Raymond.

    J'aime

  12. Il y a eu la mort de mon cousin😭😭c’était la seule personne de ma famille que j’aimais, on se partageaient TOUT !! J’en ai extrémement souffert. J’en pleure toujours. Ensuite il y a mes 2 grands frères qui ont 23 et 21ans, il me tapent tout les jours mais fort fort, je subis des coups très violent, ils me volent tout il me cassent même mes téléphones !! Après il y a mes parents il me crient dessus h24 et m’engueulent pour rien. Enfaite je suis la boniche de la maison ! « Fais a manger, fais la vaisselle, va acheter ceci va acheter cela, mets la table, nettoie la maison EN ENTIER,repasse mes habits etc… » Et il me disent même pas stp ou merci. Ensuite il y a les histoires du collèges toujours les mêmes histoires mais elle reviennent tout les jours ! Avec les mêmes personnes ! Donc j’en ai marre de cette vie de merde même moi je ne m’aime pas : mon physique, mon caractère et ma personnalité.

    J'aime

  13. Que se passe-t-il au collège? Est-ce qu’il y a des enseignants ou du personnel en qui tu as confiance pour pouvoir en parler et chercher une solution?

    Dans ta famille est-ce que tu as un oncle, un grand-parent ou une autre personne avec qui tu t’entends bien et avec qui tu pourrais en parler?

    Raymond.

    J'aime

  14. Bonjours. J’ai perdu ma meilleure amie elle n’est pas décédé mais elle ne veux plus qu’on soit proche pour cause de jalousie de ma part, j’ai envie d’en finir parce que je n’arrive pas a m’en remettre…

    J'aime

  15. Avoir perdu ça meilleure amie par jalousie et ne pas s’en remettre, envie d’en finir…

    J'aime

  16. Bonjour Quentin.

    Ça semble être des symptômes de dépendance affective. On peut en guérir. Avez-vous pensez consulté un spécialiste concernant la dépendance affective?

    Raymond.

    J'aime

  17. Bonjour Raymond,

    Ça fait un bon moment. Je ne parle pas beaucoup, car je garde toujours tout en moi.
    Je sais que ce n’est pas bon. Mais je suis comme ça depuis toujours.
    Je me sens pas bien, vraiment pas bien.
    Je sais que j’arrive à la fin de ce que je peux endurer.
    J’ai peur de tout et ça prend du terrain de plus en plus chaque jour.
    Je mange de moins en moins et quand je mange, mes aliments goûtent vraiment pas bon. Ça, un goût amer dans ma bouche, je fini pas jeter mon repas.
    Mon coeur bat toujours très fort et rapide. J’ai toujours de la température. Je ne me sens vraiment pas bien. Ce n’est pas physique, c’est en moi, mon état psychologique qui empire de jour en jour et qui finit par se manifester de façon physique.
    J’essaie de lutter contre tout ça, mais j’y arrive très mal.
    Je pleure sans arrêt. J’ai aucune envie de vie, aucune joie, et quand je vois les gens rires a la télé, ça me fatigue, ça m’enrage, je ne veux pas voir personne rire, car j’ai l’impression qu’on se moque de moi.
    J’ai peur, des gens, j’ai peur de parler, j’ai peur de rire, j’ai peur des trous noirs, j’ai une peur absolu du bruit, j’ai peur de tout.
    Chaque soir quand je me couche sur mon sofa, je laisse la télé ouverte avec un son très bas, mais assez pour que j’entende un tout petit peu, je me dis, j’espère que cette fois-ci, je ne me réveillerai pas.
    Et au matin quand je me réveille, j’ai tellement de rage en moi, pourquoi je suis ici, pourquoi faire souffrir une personne qui veut que partir de ce monde qui me fait tellement peur.
    J’ai absolument mal partout, j’ai la maladie Fibromyalgie. J’imagine que tu dois connaitre. Chaque instant de ma vie, je souffre moralement et physiquement. J’en ai marre.
    J’ai un psychiatre, mais je n’arrive pas à rien lui dire. Je parle du beau temps avec lui. Rien ne sort, je perds mon temps à aller le voir.
    Voilà c’est tout.
    Chantal

    J'aime

  18. Bonjour Chantal.

    Tu sais quand on va voir un professionnel qui est là pour nous aider, il faut accepter de jouer le jeu et de s’ouvrir. De partager ce que l’on vit. Ce qui se passe en soi.

    Si c’est difficile de lui dire directement quand tu es en face de lui, écris-lui une lettre avec ce que tu vis et que tu pourras lui remettre. Cela peut-être une façon de briser la glace et de débuter une relation thérapeutique avec lui et tenter de trouver des solutions positives pour t’aider.

    Un thérapeute ne peut aller plus que toi tu es prête à aller. Donne-toi une chance et fais-toi confiance.

    Raymond.

    J'aime

  19. Bravo! un blog tout à fait fantastique! Je m’abonne.

    J'aime

  20. Merci M. Leclerc pour votre présence et votre commentaire.

    J'aime

  21. Salut! un post ma foi sensas’! Je reviendrais.

    J'aime

  22. bonjour, moi j’ai pas de probleme mais jai pas aussi d’objectif dans la vie

    J'aime

  23. Bonjour Aimas. Quels ont été les derniers objectifs que tu te souviens d’avoir eu?

    Comment vont tes relations avec tes proches, famille et amis?

    Raymond.

    J'aime

  24. Lorsque je vais le faire, je ferai en sorte que personne ne m’arrête.
    J’ai fait ce choix, il m’appartient !!

    J'aime

  25. Bonjour Gaboriau.

    Ça fait combien de temps que l’idée de mourir vous habite? Qu’avez-vous vécu pour en arriver à cette fatalité?

    Raymond.

    J'aime

  26. Bonjour,

    Moi je pense souvent au suicide et depuis plusieurs années. J’y pense souvent quand je suis en relation avec un homme, et que ca ne va pas (ce qui est souvent le cas, car j’ai remarqué que je recherche chez un homme tout l’amour et l’affection que je n’ai pas recus, je suis très en demande et je finis par faire fuir..). Actuellement je finis ma relation amoureuse car j’étais avec un homme très indépendant, et l’attention et les mots rassurants que je n’ai pas recu de sa part ont fini par réactiver ma vieille dépression, et à user la relation et l’user lui.
    Bref, je suis en thérapie depuis 2 ans, je suis sur diplômée, j’ai un boulot qui paie bien (mais ma dépression et mon angoisse me fait faire n’importe quoi et mon boss me menace de me virer toutes les semaines), je suis jolie, j’ai pas mal d’amis et j’ai aussi plusieurs occupations, mais j’ai envie de mourir juste pour arrêter ce sentiment de vide et de manque que j’ai au fond de moi et qui me fait très mal.
    Pourtant je ne déteste pas la vie mais le désespoir me gagne, celui de ne jamais arriver à être heureuse, de ne jamais etre heureuse avec un homme, de ne jamais arriver à me reconstruire, à construire ma vie, avoir des enfants. J’ai 28 ans et le temps passe vite et je reste sur le carreau…
    Comment avez-vous fait pour vous en sortir ? Etes vous heureux ?
    Louise

    J'aime

  27. Bonjour Louise.

    La relation avec les autres est souvent source de souffrance. La dépendance affective est souvent la base de cette souffrance. Il faut apprendre à aimer sans se perdre dans l’autre. Aimer et être aimé tout en respectant nos limites.

    Que travaillez-vous dans vos thérapies? Est-ce que la dépendance affective a été abordé?

    Raymond.

    J'aime

  28. Je ne travaille pas sur la dépendance affective à proprement parlé, mais sur ce que les relations amoureuses me font vivre, sur ce vide à combler, sur ce que je recherche avidement et sur ma difficulté à continuer à vivre sans angoisser et avoir peur d’être quittée à tout moment.
    J’étais avec quelqu’un de super, qui était prêt à m’aider, mais qui n’avait sans doute pas pris la mesure de mes difficultés et qui vient de jeter l’éponge.
    Ma tristesse et ma culpabilité sont énormes et j’avoue que la répétition de ces schémas (ca doit être la 5eme relation qui se passe comme ca, même si celle ci a duré plus longtemps que les autres), m’use et je désespère complètement d’y arriver. Je ne sais plus quoi faire pour surmonter tout ca, surmonter cette blessure très ancienne qui me fait aller d’échec en échec.
    Je n’ai pas envie de mourir, car j’aime la vie mais je ne veux plus de cette vie où je me torture.
    Louise

    J'aime

  29. Bonjour Louise. Tout en continuant le travail que vous faire en thérapie, vous pouvez peut-être lire un peu sur la dépendance affective. Cela pourrait vous permettre d’explorer un peu de ce côté.

    Vous êtes dans une période de remise en question. Je vous propose de ne pas partir dans une nouvelle relation amoureuse à ce stade-ci. Prenez le temps de vous définir, d’apprendre à vous connaître avant de reprendre une nouvelle relation.

    Est-ce que vous aimez écrire? L’écriture, même par la poésie, peut être une façon de se parler, de décrire ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus…

    Raymond.

    J'aime

  30. Bonjour!
    J’ai envie de mourir je ne sais pas pourquoi :-( juste que j’en ai un peu marre de cette vie … on ne me jamais confiance, on dit beaucoup de chose sur moi qui est totalement fausse ,je souffre et parfois je me demande quel est ma raison de vivre si c’est pour souffrir :( côté coeur c’est toujours foutue :-( j’ai plus la joie de vivre quoi! aidez-moi svp

    J'aime

  31. Bonjour Maria. J’en comprends qu’il y a eu plusieurs ruptures amoureuses. À quand date la dernière?

    Est-ce que tu as des parents ou des amies de confiance avec qui tu peux en parler?

    Raymond.

    J'aime

  32. Bonjour Raymond !
    Il y’a 1mois! mais a chaque fois que je suis en couple j’en souffre car ma plupart sont infidèle ou soit ils ne veulent que du relation intime et je n’aime pas ça ! je n’aime pas aussi qu’on m’aime juste par intérêt ou autre!

    J’ai juste ma famille mais moins d’ami! :-( j’ai personne a qui me confier ! ils sont toujours occuper et j’ai pas envie qu’ils me donnent des leçons de morale qui peut me blesser! :-( Autre problème : j’avais fait des études en droit et j’avais triplé :-( pourtant les autres s’en sorte bien! ma vie tourne au vinaigre et je stress aussi! je commence a maigrir .en une année j’ai perdue 10kg

    J'aime

  33. Bonjour Maria.

    Est-ce que dans votre famille il y a une personne avec qui la relation est plus facile pour pouvoir parler de ce que vous vivez?

    Vous dites que vous avez moins d’ami. Est-ce qu’il y en a quelques-uns avec qui vous pourriez faire quelques activités pour vous permettre de prendre un peu de temps pour vous? Ça pourrait être juste de prendre un repas avec une amie. Ça peut aider à mieux manger et prendre soin de soi.

    Raymond.

    J'aime

  34. Oui un cousin! mais il est toujours occuper… j’ai plus personne a qui me confier … je suis perdue! j’arrive même plus a dormir

    J'aime

  35. Bonjour Maria.

    Ça fait combien de temps que tu n’a pas parlé à ce cousin? Tu peux toujours reprendre contact avec lui. Lui dire que tu aurais besoin de passer un peu de temps avec lui. Il aurait peut-être un peu de temps à t’offrir.

    Qu’en dis-tu?

    Raymond.

    J'aime

  36. bonjour!
    oui c’est peut-être une très bonne idée mais je ne sais pas si sa pourrait m’aider ou pas!

    J'aime

  37. Il faut prendre des chances Maria. Au pire tu passes un peu de bon temps avec ton cousin.

    Nous sommes toujours impuissant face aux résultats. Mais il faut tenter sa chance pour le savoir.

    Tiens-moi au courant.

    Raymond.

    J'aime

  38. bonjour!

    Il disait qu’il n’a plus le temps ! il est trop occuper… en plus il habite loin de chez nous!

    Que faire?

    J'aime

  39. Bonjour Maria.

    Ça fait combien de temps qu’il t’a dit qu’il était trop occupé? Avec Internet, on est jamais plus loin que le clavier.

    Raymond.

    J'aime

  40. Bonjour Raymond

    J’ai un grave problème…
    Quand j’avais 14 j’ai appris que j’étais adopté et maintenant j’ai envie de savoir qui sont mais parent biologique … mes mes parents adoptive ne veulent pas en parler et je suis un peu triste et bouleversé… comme même je suis déjà majeur et j’ai le droit de les connaître

    J'aime

  41. Bonjour Sabrina.

    Il existe des organismes qui se spécialisent dans les recherches pour y arriver. En les contactant peut-être tu peux avoir des conseils sur comment faire tes recherches pour les retrouver.

    Raymond.

    J'aime

  42. comment faire? j’ai seulement appris que ma mère biologique a déménagé en Buenos Aires… ! mais j’ai pas encore les moyens d’y aller là bas ! j’ai peur aussi qu’elle ne veut pas me voir … je suis bloquer

    J'aime

  43. Surtout avec des moyens comme Internet, il y a sûrement moyen de débuter des recherches sans avoir à descendre jusqu’à Buenos Aires.

    Sa vie ne s’est pas faite à Buenos Aires. Elle a des traces de son passage avant de s’y retrouver.

    Raymond.

    J'aime

  44. Bonjour, je m’appelle Nelly, j’ai 18ans. A vrai dire je ne sais trop quoi dire, je suis tomber par hasard sur ce site en cherchant un moyen radical de me suicider, rapidement, mais en souffrant fortement. Puis j’ai lu tout vos commentaires. Je ne sais plis trop ou j’en suis vous savez, je n’ai jamais parler de ma vie a quelqu’un. Alors je ne sais pas comment on fait. Depuis l’âge de 12ans je suis devenue dépressive, j’ai toujours songé au suicide, a la mort. Je me mutilée jusqu’à l’année dernière. M’enfin, je suis la actuellement a vous parler, car depuis quelque semaines j’ai énormément changer, j’étais une très grande fêtarde, je buvais, sortais en boite faisais beaucoup de soirées. Mais tout a stopper net, je suis devenue énormément introvertie. J’ai extrêmement peur de monter dans une voiture alors que quelque temps auparavant j’adorerais la vitesse. Jai aussi peur des magasins, alors que j’étais une fan de shopping. Je panique dès lors que je mets un pieds chez moi. Je me suis renfermée, je me fais peur, il y a encore deux semaine en arrière ma passion était de lire, aujourd’hui cela ne me dit plus rien. Jai couper les ponts avec pas mal d’amis. Et j’ai fait une tentative il y a a peine deux semaine. (cisaillement sur le poigner). Tout ça pour dire que j’ai un comportement anormale par rapport au tempérament que j’ai pus avoir tout au long de ma vie. J’avais beau souffrir, et être triste songer au suicide, je parvenais a sortir et a m’amuser. Aujourd’hui j’ai stopper toute activité pour dire je ne bois même plus une goutte d’alcool. J’ai même des comportements qui font peur a mes proches. Ils me disent que je suis devenue bipolaire. Hors moi je ne vois aucun changement.. Je ne parle pas de mes souffrances, je ne sais pas comment on fait.. J’aimerai juste du réconfort.

    Merci de vos réponses. Très bonne soirée a ceux qui liront. Même si j’ai un peu la hantise que quelqu’un puisse lire ces quelque phrases.
    Au revoir.
    Nelly.

    J'aime

  45. Lorsque je mets un pieds hors de chez moi*

    J'aime

  46. Bonjour Nelly.

    Félicitations d’avoir brisé la glace et d’avoir osé parler avec quelqu’un de ce que tu vis et décrits ce qui se passe en toi.

    Au début tu dis vouloir chercher un moyen pour te tuer radicalement et rapidement mais en souffrant énormément. Tu cherches vraiment à souffrir énormément ou si c’est un lapsus?

    Qu’est-ce que tu as vécu à 12 ans pour devenir dépressive?

    Il est normal d’en arriver à changer. Boire, faire la fête, sortir… Tout ça sont des moyens pour fuir ce que l’on ressens. On enterre notre souffrance.

    Aimer la vitesse, c’est possiblement une recherche inconsciente de la mort.

    Jusqu’au jour où tous ces moyens de fuite ne fonctionnent plus.

    Et c’est là qu’on a besoin d’en parler. De trouver des gens de confiance avec qui on se sent bien d’en parler. De rechercher de nouvelles activités qui nous aident à guérir.

    Qu’en dis-tu?

    Raymond.

    J'aime

  47. Boujour je m’appelle Emily j’ai 14 ans
    Ca fait déjà quelque temps que je me dit que je devrais me suicide ou fuque loin
    A l’école , personne ne m’aime avec mes amies on rigole souvent même avec une de mes amie on n’a parlé de se suicide ou de fuque par ce que on a les même problème a l’école se faire insulter tout les jours des mêmes choses vous devriez savoir comme c’est démoralisant et insultant pour nous-mêmes
    A la maison que je parle de se qui se passe a l’école ma mère me dit de me défendre de pas faire ma victime et me crie dessus alors que tous se que je veux c’est un peu d’attention de réconfort
    La dernière fois que j’ai dit a ma mère de je pensais me suicide elle ma dit que sa lui ferait des vacances tout sa par ce que elle m’en croit pas capable
    Svp aide moi je sais plus quoi faire pour que ça s’améliore

    J'aime

  48. Bonjour Émily.
    À l’école est-ce qu’il y a un intervenant ou un enseignant en qui tu as confiance pour le rencontrer et lui parler de ce que tu vis?

    Dans ta famille est-ce qu’il y a une personne à qui tu te sentirais à l’aise de rencontrer? Un grand-parent, une tante, un cousin…?

    Raymond.

    J'aime

  49. Bonjour je suis un garçon de 16 ans. Je n’ai jamais parlé de mes problèmes à ma famille ni à un professionel, juste à un ami qui a lui aussi envie de se suicider, qui est le seul vraiment capable de me comprendre. Cela fait plusieurs années (je pense à peu près 4 ans) que je ne me sens pas entièrement bien dans ma peau. J’en ai marre de tout je n’en peux plus même si je n’ai pas de très gros problèmes. J’ai des amis, je me débrouille assez bien à l’école mais je n’ai jamais eu la joie de vivre. Je ne me sens jamais à l’aise, je suis mal dans ma peau, et je n’ai aucune confiance en moi, je passe pour une victime, je suis timide, hypersensible aussi, je déteste parler en public et j’ai honte quand je dois le faire sans raison particulière donc je deviens tout rouge ce qui se voit beaucoup et fait rire tout le monde me rendant encore plus rouge. C’est un cercle vicieux qui n’en finit pas. Quand je rentre le soir chez moi je me mets assez souvent à pleurer parce que j’en ai marre et j’aimerais que ça se cesse. Beaucoup de petits problèmes s’accumulent sans que je puisse trouver une solution à ces problèmes et j’en suis à bout. Je suis tombé sur ce site par hasard en cherchant encore une fois un moyen de mettre un terme à ma vie. Je n’ai pas de question particulière, je voulais juste faire part de mon témoignage et je ne sais pas si je tiendrai encore longtemps.

    J'aime

  50. Bonjour Sébastien.

    Merci de prendre le temps de t’ouvrir et de partager ce que tu vis et ce que tu traverses.

    Dans ta famille est-ce que tu as quelqu’un de confiance avec qui tu peux parler un peu? Un grand-parent, un oncle, un cousin…?

    À l’école est-ce qu’il y a un professeur ou un autre personne avec qui tu te sens à l’aise?

    Raymond.

    J'aime

  51. Oui dans ma famille mais je ne sais pas je n’ai pas vraiment envie de leur parler de ça pour ne pas que toute ma famille l’apprenne et me traite différemment.
    Sinon à l’école j’ai un ami à qui j’en parle mais c’est tout

    J'aime

  52. Salut Sébastien.

    Il te faut créer un cercle de confiance avec qui tu te sens à l’aise d’en parler. Ça peut être une personne dans la famille, une personne à l’école…

    Tu ne peux pas rester seul avec toute cette souffrance que tu vis et que tu traverses.

    Si dans la famille et à l’école tu ne réussis pas à t’ouvrir, l’autre possibilité c’est de trouver un professionnel que tu pourrais rencontrer régulièrement.

    Qu’en dis-tu?

    Raymond.

    J'aime

  53. Very nice style and wonderful subject material , very little else we need : D.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 804 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :