Raymond Viger | Dossiers Alcool et drogueProstitution et SexualitéVille de VancouverSite d’injections superviséesItinérance

Samedi, 5 juillet. Nous avons rendez-vous avec Érik Desbois, coordonnateur du département de travail social, pour l’organisme La Boussole. Éric, que nous avions rencontré 2 jours auparavant à son organisme, nous avais offert une visite guidée du quartier chaud de Vancouver, le East Side Downtown. Je dois souligner la générosité d’Érick Desbois pour cette visite, faite le samedi matin. Danielle et moi avons fortement apprécié cette visite et remercions ici Érik pour cette implication.

Érik a insisté pour que je ne me trompe pas dans la description de son poste. Même s’il possède une très grande expérience terrain dans l’intervention, il n’a pas le diplôme de travailleur social. Cela ne l’empêche pas de gérer et de coordonner l’équipe de travailleurs sociaux. De plus, l’université lui envoie régulièrement des étudiants en travail social. Il les initie au travail terrain. Combien de crédits universitaires méritent cette expérience terrain? Faites une offre. Un diplôme Honoris Causa peut-être?

Érik Desbois a poussé la gentillesse en appelant la Santé publique pour nous faire autoriser à une visite du site d’injection supervisé, le Insite. Nous y avons rencontré Russ Maynard un intervenant fort sympathique et impliqué dans le Insite, ce lieu ou les personnes toxicomanes peuvent s’injecter leur drogue avec du matériel stérilisé et des conditions sécurisées.

Nous avons pu visiter l’intérieur du site d’injection supervisé avant son ouverture. Nous avons continué sur le trottoir après l’ouverture. À toutes les deux minutes, la porte claquait derrière nous, laissant sortir une personne toxicomane qui avait eu sa dose.

Compte tenu du débat ayant eu lieu en court de justice sur la continuité du site d’injection supervisé et du débat qui risque d’avoir lieu prochainement au Québec, dans ma série de reportage sur Vancouver, je débuterais possiblement mes reportages par la présentation du site d’injection supervisé pour le prochain numéro de Reflet de Société le 1er septembre.

Parce que le 30 juin dernier, le gouvernement fédéral qui ne voulait pas renouveler les permis d’exemption du Insite ont reçu un verdict de la court les déboutant. Le gouvernement fédéral va aller en appel pour tenter de renverser cette décision. La police, les organismes communautaires, la municipalité et le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique sont tous d’accord pour conserver la présence du Insite. Ils sont tous conscients des avantages pour la santé de ce projet. Mais le gouvernement fédéral n’est pas d’accord avec ce consensus sur le site d’injection supervisé.

Après la visite du Insite, Érik Desbois nous a promené dans le East Side Down Town. À chaque coin de rue, une personne toxicomane venait le saluer. Une personne avec qui Érik intervient ou encore avec qui il a déjà intervenu. En passant devant chaque organisme d’intervention, Érik nous faisait la description des services de chaque organisme et un peu de son historique.

Le quartier chaud de Vancouver, le East Side Down Town est situé juste à côté du quartier touristique. Les spéculateurs immobiliers grugent de plus en plus dans le quartier chaud. D’une part, pour augmenter la zone touristique, d’autre part, pour récupérer des immeubles historiques. Parce que l’histoire de Vancouver est relativement jeune. 150 ans. Le vieux centre-ville a longtemps été laissé à lui-même. Mais aujourd’hui il vaut son pesant d’or.

Les anecdotes et les faits historiques ont été plus que nombreux. Un billet dans un blogue ne sera pas suffisant. Un reportage et même une série de reportage dans Reflet de Société non plus. Plusieurs livres pourraient être écrit avec des angles tous différents et intéressants. Plusieurs débats de société vécu à Vancouver se vivent ou se vivront aussi à Montréal. Vancouver a une densité de personnes toxicomanes plus grande que Montréal. Vancouver a vécu des expériences que Montréal n’a pas encore vécu. Profiter de l’expérience de Vancouver dans notre débat au Québec sera plus que pertinent.

Références

Références

Autres textes sur Alcool et drogues

Autres textes sur Toxicomanie

Autres textes sur Itinérance

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser