Festival d’expression de la rue: l’UQAM nie les accusations de discrimination

François Richard | Dossiers Communautaire et Festival d’expression de la rue

Les organisateurs du Festival d’expression de la rue (FER) ont publié une lettre ouverte au début du mois de juin. Les signataires y dénonçaient le refus de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) de leur céder le terrain de la Place Pasteur pour la durée du festival. Les douze dernières éditions de l’événement se sont déroulées à la Place Pasteur. Les responsables du FER ont affirmé être victimes de discrimination de la part de l’UQAM en raison de la clientèle de leur événement: les jeunes marginaux du centre-ville de Montréal. Ils invoquaient le fait que le Festival Juste Pour Rire puisse utiliser ces mêmes terrains en juillet pour appuyer leurs accusations. Le directeur des communications de l’UQAM, Daniel Hébert, a réagi au contenu de cette lettre.

L’UQAM, le FER et l’arrondissement Ville-Marie

Selon la direction de l’Université, il n’y a pas de discrimination derrière la décision de l’UQAM de refuser au FER l’accès à ses terrains de la rue Saint-Denis. Daniel Hébert justifie la décision par la non-disponibilité du lieu en raison de la tenue d’événements soulignant le quarantième anniversaire de l’institution d’enseignement. Il indique que l’UQAM a d’ailleurs accompagné le FER dans ses démarches auprès de l’arrondissement de Ville-Marie afin de trouver un autre terrain où tenir le festival, soit la Place de la Paix, un parc situé à l’angle des rues Saint-Laurent et René-Lévesque. Pourtant, en date du 30 juin, le FER n’avait toujours aucune confirmation de la part de l’arrondissement quant à la possibilité de tenir le FER à cet endroit.

Festival Juste pour rire et l’UQÀM

Daniel Hébert rejette du revers de la main les accusations de discrimination. ‘Le Festival Juste pour rire a lieu en juillet, le FER a lieu en août. C’est la seule raison pour laquelle nous avons dit oui à un et non à l’autre.’ Il explique toutefois que s’il y a un problème spécifique lié à la tenue du FER sur les terrains de l’UQAM, ce n’est pas l’aspect ‘marginal’ des activités, mais plutôt le moment de l’année où ça se déroule. ‘La mi-août est la période de la rentrée pour le personnel de l’UQAM, le bruit et les animations perturbent donc grandement le travail de notre personnel.’

40e anniversaire de l’UQÀM et avenir du Festival d’expression de la rue

Une fois les festivités du 40è anniversaire de l’UQAM passées, il est loin d’être certain que le FER puisse bénéficier à nouveau de l’hospitalité de l’université. Si Daniel Hébert précise que la porte n’est pas fermée, il insiste plutôt sur le souhait de l’UQAM d’utiliser la Place Pasteur pour y faire la promotion de différents projets de l’UQAM, ses étudiants et professeurs. Après ses désormais célèbres déboires immobiliers des dernières années, l’institution souhaite mettre en place un plan de relance incluant une présence plus marquée dans l’espace public. ‘Il est évident que l’UQAM va chercher à répondre à ses propres besoins et privilégier les projets qui émanent de sa communauté avant de répondre aux attentes de partenaires extérieurs’, explique Daniel Hébert.

Autres textes sur Éducation

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

show_image Après la pluie… Le beau temps

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme. Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4


Autres livres pouvant vous intéresser

La justice québécoise a-t-elle été trop clémente avec Vincent Lacroix?

Ariane Aubin | Dossier Économie

Le verdict est tombé: l’ex-financier et maître escroc Bernard Madoff restera en prison pour le reste de sa vie. Par une drôle de coïncidence, la décision finale est rendue publique alors même qu’au Québec, on parle de la remise en liberté partielle d’un autre arnaqueur professionnel, Vincent Lacroix. Le premier a écopé de 150 ans de pénitencier avec possibilité de libération conditionnelle après 127 ans (aussi bien dire jamais!), une peine exemplaire pour un crime qui ne l’est pas moins. Le second, de 8 ans et demi d’emprisonnement, dont il a seulement purgé un an et demi. Deux poids, deux mesures? Le chroniqueur économique Jean Gagnon souligne que c’est la justice québécoise qui perd des plumes en se montrant si clémente envers Vincent Lacroix. Si la réputation de l’homme d’affaire est entachée pour de bon, les investisseurs québécois qui auront perdu chemise et bas de laine par sa faute n’ont certainement pas le sentiment d’avoir été bien servis par la Justice.

Autres textes sur Justice

Autres textes sur Économie

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel      

Pour ou contre la légalisation de la prostitution: Décriminaliser l’industrie de la prostitution ou la prostituée?

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la prostitution

Raymond Viger | Dossiers Prostitution et Sexualité

Que ce soit Marie-France Bazzo sur Télé-Québec à l’émission Il va y avoir du sport ou encore Denis Lévesque à TVA, les médias nous ont régulièrement servi ce débat un peu réducteur.

Richard Martineau et Stella

On appelle le Franc-tireur Richard Martineau et on l’associe avec l’organisme Stella pour former le clan des Pour la légalisation de la prostitution. Pour leur faire face, le clan des Contre la légalisation de la prostitution, on retrouve des chercheurs abolitionnistes tels que Yolande Geadah ou encore Richard Poulin, membre de la coalition des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLÉS).

Un drôle de débat. D’un côté on se limite à deux positions extrêmes: pour ou contre la légalisation de la prostitution. Pourtant il y existe la décriminalisation de la prostitution. Mais on n’en parle pas. Du côté de Stella, on veut une décriminalisation complète de la prostitution: la personne qui se prostitue, le client, le proxénète, la maison de débauche et toutes les activités reliées à la prostitution. Du côté de la Coalition, leur position est une décriminalisation de la personne qui se prostitue sans décriminaliser le restant de cette industrie.

Confusion des genres

Pouvez-vous m’expliquer comment se fait-il que Stella, qui est contre la légalisation de la prostitution se retrouve aux côtés de Richard Martineau dans le clan des pour la légalisation? Malgré que Stella et la Coalition ont des finalités très différentes, les deux groupes ont deux points énormes en commun: ils sont premièrement contre la légalisation de la prostitution et, deuxièmement, ils sont en faveur de la décriminalisation de la personne qui se prostitue. Au lieu d’avoir un début de chicane, on a ici un bon début de discussion et de partenariat.

Oui! Vous avez bien lu. Un début de partenariat pour deux organismes diamétralement opposé. Parce que les politiciens se sont questionnés à plusieurs reprises pour faire passer une loi pour légaliser la prostitution. En unissant leur message, en montrant leurs points communs et ensuite de montrer leurs différences, ils ont plus de chance de faire du millage ensemble qu’à se tirer des tomates dans un faux débat créé par les journalistes.

Responsabilité des médias

Les médias ont mis ces deux groupes en opposition. Est-ce que les médias ont mal agit en présentant le débat sous cet angle? Non! Ce sont les deux groupes militants qui ont mal répondus. Ils auraient dû clairement donner leur position contre la légalisation. Et ça, ils ne l’ont pas fait, créant une confusion pour plusieurs.

Les médias ont présenté le débat sous l’angle qui est connu par le public. Le public ne connaît pas nécessairement toutes les subtilités des différences entre légalisation et décriminalisation. Même dans les groupes militants, pour en avoir rencontré plusieurs, certains membres ne comprennent pas eux-mêmes toutes ces nuances et les subtilités entre criminaliser ou décriminaliser la prostitution! Il est donc normal et acceptable que les journalistes nous présentent ce que le public reconnaît. Mais ce sont aux groupes militants de prendre ces occasions pour éduquer et informer le public.

Parce qu’il y a des conséquences et des impacts majeurs à vouloir légaliser la prostitution. Une chose est certaine, même si le message communautaire a souvent été confus sur le sujet, les principaux intéressés sont cependant unanimes: contre la légalisation de la prostitution!

Autres textes sur ProstitutionSexualité

roman cheminement croissance personnelle L’amour en 3 dimensions

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle. Le livre, au coût de 19,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Aussi disponible en anglais: LOVE in 3D

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser


Body piercing et tatouage

Sylwia Skibinska |Dossier Sexualité

Dans le passé, le perçage avait plusieurs significations, parfois, c’était pour démontrer la virilité, le courage, parfois, c’était dans le cadre d’un rite de purification ou pour indiquer le passage à la puberté.

Body piercing

Aujourd’hui, dans notre culture occidentale, le perçage, ou body piercing est une pratique assez répandue, surtout chez les jeunes. Il s’agit généralement d’un accessoire de mode, d’une affirmation personnelle d’esthétique ou encore d’audace. Il est rarement ou même jamais question de religion ou du tribalisme. Faîtes attention, car même si c’est devenu une pratique courante, il existe encore un certain nombre de risques et de dangers.

Body piercing, expériences douloureuses

Martin, durant trois ans, a porté une labrette (boucle d’oreille qui la bouche) sur la langue et une autre sur la lèvre inférieure. Il a connu une grande frayeur lorsqu’il s’est réveillé pendant la nuit et s’est aperçu qu’il venait d’avaler une partie de la labrette. Quelques temps plus tard, il a mordu dans le bijou de sa lèvre et s’est cassé une dent. Après ces expériences fâcheuses, il a décidé d’enlever ses labrettes. Toutefois, il n’a aucun regret quant à son expérience de perçage, car il adore l’art corporel et il recommencera, mais sur des parties du visage moins risquées, comme le nez.

Francis a été l’un des premiers au Québec à se faire percer la langue, au début des années 90. Il a vécu, lui aussi, une expérience désagréable. Il a eu la surprise de sa vie en se réveillant au milieu de la nuit, en s’étouffant. Il n’était plus capable de respirer, sa langue avait doublé de volume dans sa bouche et l’air traversait à peine. Il s’est rendu d’urgence à l’hôpital, où le médecin lui a dit qu’il avait une infection.

Body piercing: précautions à prendre

Lorsqu’on prend la décision de se faire percer, il y a de sérieuses précautions à prendre. S’assurer que :

  • les gants ont été changés entre chaque client et cliente,
  • le perceur s’est lavé les mains avant le perçage,
  • tous les instruments et les surfaces de travail ont été désinfectés et stérilisés,
  • les aiguilles ou les rasoirs utilisés pour la préparation de la peau seront jetés après chaque client.

Body piercing, alcool et drogue

Tout perceur qui accepte de percer quelqu’un sous l’influence de l’alcool, de drogue, ou âgé de moins de 18 ans manque d’éthique dans l’exercice de ses fonctions.

Il faut une bonne connaissance des endroits où percer et l’hygiène est un critère de premier plan à respecter ! Informez-vous, visitez les salons de perçage, faîtes une recherche sur Internet, parlez avec vos amis et surtout, restez vigilant, car une simple intervention peut tourner au drame.

Vos histoires sur le body piercing et les tatous?

Portez-vous du perçage corporel ?  Un tatouage? Connaissez-vous des gens dans votre entourage, des proches, des membres de votre famille qui se sont fait percer ou tatouer? Ont-ils eu des difficultés ? Comment ont-ils trouvé un perceur ou un tatoueur digne de confiance ? Quelles sont les règles d’hygiène à respecter, les précautions à prendre ? Envoyez-nous vos récits, partagez vos expériences et vos conseils.

Autres textes sur Sexualité

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

L’amour en 3 dimensions 

Roman sur la relation aux autres

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement
Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

François Richard | Dossiers Alcool et droguePolitique et Toxicomanie

La Stratégie nationale antidrogue du gouvernement canadien serait devenue inefficace depuis l’arrivée au pouvoir des Conservateurs à Ottawa. Stephen Harper s’est prononcé contre la réduction des méfaits comme approche centrale de la lutte aux toxicomanies. Les bienfaits de cette approche sont pourtant reconnus par l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que par la majorité des intervenants et des chercheurs du milieu. Les Conservateurs sont plutôt portés vers une approche de dénonciation sans distinction de toute consommation de drogue.

xperimentations.ca, la cocaïne et le cannabis

Le dernier exemple en date est le site xperimentations.ca. Cet outil de prévention destiné aux adolescents présente un avatar appelé Max, que l’utilisateur est amené à droguer. Sur fond sinistre avec musique dissonante, l’internaute voit Max dépérir rapidement après avoir consommé de la cocaïne ou du cannabis. Le discours du narrateur est sans nuance: la drogue est horrible, immédiatement et en tout temps.

Lettre ouverte de dénonciation

Le président du Groupe de recherche et d’intervention psychosociale (GRIP) et professeur adjoint à l’école de psychoéducation de l’Université de Montréal, Jean-Sébastien Fallu, publie une lettre ouverte dénonçant le site xperimentations.ca et la Stratégie antidrogue conservatrice. Le texte, présenté au bas de ce billet, est signé par plus d’une centaine d’intervenants et de chercheurs du milieu. Son auteur s’est entretenu avec Reflet de Société.

Drogue et prévention

Selon Jean-Sébastien Fallu, xperimentations.ca ‘ne respecte pas les principes de base en prévention. La consommation de drogue y est dépeinte comme toujours négative. Les jeunes ne croient pas à ce message.’ L’inadéquation entre les connaissances scientifiques et ce genre d’initiatives s’expliquerait par la politique, selon Jean-Sébastien Fallu. ‘Le gouvernement conservateur nie la science pour faire plaisir à son électorat. Les gens veulent un message de type ‘la drogue c’est mal’. Il y a du vrai là-dedans, mais ça ne fonctionne pas. Ça répond à une motivation électorale.’

Libéraux, Conservateurs et drogues

Le professeur dit avoir constaté un changement d’approche radical lors du passage du pouvoir des Libéraux aux Conservateurs. Le meilleur exemple en est selon lui la mise au rancart du document ‘ Drogues: Savoir plus, risquer moins’, ouvrage préfacé par l’ancien ministre de la Santé du Québec, Philippe Couillard. ‘C’est un bon document de prévention. Il dit toutefois des choses contraires à la philosophie conservatrice, soit que la drogue a toujours fait partie de la société. Maintenant, ces livres dorment dans un entrepôt, 1 millions de fonds publics gaspillés. Nous n’avons eu aucune explication de Santé Canada.’

Financement de la recherche

Le président du GRIP craint que l’approche conservatrice influence négativement la recherche scientifique sur les drogues et l’intervention au cours des prochaines années. ‘Faut-il partager leur philosophie et leur approche pour être financé? Je ne peux pas le dire avec certitude, mais il semble que oui. Les responsables d’un dossier feront souvent de l’auto-censure. Ils voilent de l’information en sachant ce qui est attendu d’eux ‘en haut ».

Nous publions la lettre ouverte ici.

Santé Canada et le CCLAT jettent nos taxes par les fenêtres!

Après avoir mis au rancart 500 000 exemplaires du livre « Drogues : Savoir Plus, Risquer moins » achetés par le gouvernement au coût d’environ 1 million de dollars, pour des raisons idéologiques, et après avoir conçu et diffusé des publicités inefficaces ou même nuisibles au sujet des drogues, toujours par idéologie, voilà que Santé Canada récidive avec, cette fois-ci, la servitude et la complicité désolantes du Centre canadien de lutte à l’alcoolisme et à la toxicomanie (CCLAT). Tel qu’appréhendé, la fameuse campagne de prévention sur Internet réalisée par le CCLAT et qui est en partie financée par la Stratégie canadienne antidrogue, a récemment été mise en ligne sur le site xperimentations.ca et est contraire aux meilleures pratiques de prévention reconnues comme étant efficaces auprès des adolescents.

Drogue et enfants de 10 ans

Nous savons que la recherche scientifique est en constante évolution et n’est jamais définitive, mais s’il y a une connaissance qui est très solidement documentée par des décennies de recherche en prévention des toxicomanies auprès des adolescents, c’est bien que les approches centrées uniquement sur les risques, les exagérant, tentant de faire peur à l’aide de messages sensationnalistes, déconnectés de la réalité et manquant de crédibilité sont au mieux inefficaces et souvent nuisibles. De plus, présenter des informations sur les substances à de très jeunes adolescents est généralement contre indiqué, particulièrement pour des substances auxquelles ces jeunes ne sont pas encore exposés, parce que cela peut piquer leur curiosité et les pousser à expérimenter des drogues. Pourtant, le site s’adresse à des jeunes de 10 ans et plus et présente une information plus que tendancieuse.

Fonds publics gaspillés

Le projet du CCLAT constitue donc sans équivoque un énorme gaspillage de fonds publics. Quelle étude-pilote d’évaluation le CCLAT a-t-il d’ailleurs réalisée avant de diffuser une telle campagne de prévention web à l’ensemble du Canada ? Quels sont les références reconnues en recherche qui peuvent valider et justifier une telle approche de prévention et un tel message ? En ces temps de récession économique et d’accessibilité restreinte de soins de santé, ces sommes pourraient incontestablement être mieux investies ! Reste à voir ce que fera le CCLAT du reste des 10M$ sur 5 ans qu’il a reçus de Santé Canada. Un réalignement est clairement nécessaire !

La liste complète des signataires est disponible ici.

Autres textes sur Alcool et drogue 

Autres textes sur Politique

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Loto Quebec: Plus de cadeaux que de prévention

François Richard | Dossiers Gambling et jeu compulsif et Loto-Québec

Une chaîne de télévision a révélé la semaine dernière que Loto-Québec a dépensé presque deux fois plus d’argent en cadeau pour les clients fidèles de ses casinos que pour de la prévention contre le jeu pathologique. 54 millions de dollars ont ainsi été remis aux plus grands joueurs sous forme de voyages, billets pour des matchs de hockey, etc. 30 millions de dollars ont été dépensés en prévention.

Compétitivité, Ontario, États-Unis

Le porte-parole de Loto-Québec, Jean-Pierre Roy, a défendu les décisions de son employeur en invoquant l’importance d’être compétitif. Les casinos québécois devraient selon lui se montrer aussi généreux que ceux de l’Ontario ou des États-Unis afin de conserver leur clientèle ‘de luxe’. Jean-Pierre Roy a ensuite tenter de donner une justification sociale à cette course à la rentabilité de Loto-Québec en annonçant que la société d’État remettait 200 millions de dollars par année dans les coffres du gouvernement québécois.

Budget québécois

Bien que déjà connue, cette contribution annuelle de Loto-Québec au budget québécois est consternante pour plusieurs raisons, à commencer par sa futilité en regard des coûts engendrés par le jeu pathologique. 200 millions sur le budget du Québec, c’est de la menue monnaie. 0,003% des revenus de l’État (de quelque 62 milliards) pour être plus précis.

Loto-Québec et jeu pathologique

Pourtant, les coûts engendrés par le jeu pathologique se seraient élevés à 2,5 milliards de dollars par an en 2004. Une étude de cl’Université du Manitoba chiffrait quant à elle les coûts sociaux moyens d’un joueur pathologique pour la société à 56 000$. Ce qui donnerait pour le Québec un montant de près de 8 milliards par année. Ce dernier chiffre est sûrement exagéré et toutes les statistiques présentées ici ont sûrement évoluées depuis la publication des différentes études où elles ont été trouvées. Toutefois, même avec des variations importantes, l’écart entre les revenus fournis à l’État par Loto-Québec et les coûts sociaux et humains engendrés par le jeu pathologique que ces chiffres laissent présager demeure ahurissant.

Autres textes sur Gambling et jeu compulsif

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Michael Jackson est mort, Thriller n’est plus

Raymond Viger | Dossiers Culture, Hiphop, Breakdance

Ma première réaction en apprenant la mort de Michael Jackson est de me rendre compte que j’avais la même âge que lui. Deuxième réaction, non je n’écrirais pas un billet sur la mort de Michael Jackson.

Michael Jackson, la mort d’un grand artiste

J’ai reçu plusieurs courriels et même un message sur un de mes billets me demandant de commenter la mort de Michael Jackson. Je ne cacherais pas que c’est le commentaire de Ruiz qui m’a convaincu. Avec la justification suivante: « Puisqu’il était un grand artiste… les gens pourraient en discuter ».

En fait, je n’ai pas nécessairement l’intérêt personnel de couvrir tous les artistes qui décèdent. Je ne ferais pas de billets sur Farrah Fawcett. À moins que Ruiz ne réussisse à me trouver des raisons qui me stimulent. Même si mes premières armes en journalisme en 1974 étaient Arts et Spectacles et les Sports, je n’ai aucun intérêt à y retourner.

La mort de Michael Jackson ne m’avait pas motivé à écrire un billet parce que je n’avais rien d’intéressant à rajouter sur ce que tous les autres pourraient dire. Sauf que l’argument de Ruiz est simple. Les internautes qui lisent mon blogue ont le goût d’en parler sur mon blogue.

Michael Jackson, le roi de la Pop et du Moonwalk

Pourquoi cet intérêt de parler de la mort de Michael Jackson sur mon blogue? Parce que Michael Jackson était le roi de la Pop? Parce que le Moonwalk qu’il a introduit a influencé les breakdancers que je croises depuis presque 20 ans? Parce que j’ai des jeunes qui trippent sur le Hiphop qui me lisent et que Michael Jackson aura été significatif dans cette culture urbaine et underground?

Je n’avais pas réalisé que  Michael Jackson avait été aussi significatif pour les jeunes de la culture Hiphop. Ce billet que j’écris sur la mort de Michael Jackson est une porte ouverte pour que les internautes puissent commenter le débat et s’exprimer. Ce n’est pas moi qui ait quelque chose à dire sur la mort de Michael Jackson, mais les internautes.

J’ai bien hâte de vous lire.

Le débat se continue sur des comparaisons de la notoriété entre Michael Jackson, Elvis Presley et 2Pac

Statistiques sur le décès de Michael Jackson (source Twitter d’Influence, Jean-François Dumas):

45 122 articles, 9,6 années de temps d’antenne, 15,3% de l’attention médiatique (10% pour le Canadiens de Montréal et 1,8% pour Farrah Fawcett), 143 articles ou commentaires à la seconde (pointe à 231 en début de soirée)!

La mort de Michael Jackson aurait même créé des intempéries dans la blogosphère.

Quelques blogueurs qui versent des larmes sur la mort de Michael Jackson: Michelle Blanc, Presse-Citron, Dominic Arpin, Pierre Cayouette. Presse-Citron s’est amusé à faire un jeu de mots avec les enfants de Michael Jackson.

Cécile Gladel de Branchez-vous nous fait la tournée de plusieurs médias.

Pour Abeille 344 et La porte de l’éloquence, ils pleurent la mort de Michael Jackson ainsi que la mort de Farrah Fawcett.

Patrick Lagacé se limite à Farrah Fawcett. Dutron nous parle des symboles reliés à la mort de Michael Jackson. Finalement, la mort de Michael Jackson aura touché tout le monde. Même Pierre JC Allard du blogue Nouvelle Société nous présente son témoignage. Fort du trafic de son 1er billet, Pierre JC Allard y va d’un 2e billet.

Autres textes sur le Rap

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

show_image Après la pluie… Le beau temps

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel 

%d blogueurs aiment cette page :