La rage du trop gentil

La rage du trop gentil

Raymond Viger       Dossier Dyslexie

trop-gentil-dépendant-affectif-gros-nounours J’ai déjà partagé avec vous mes problèmes d’apprentissage et de dyslexie. Suite aux différents commentaires, un internaute m’a fait parvenir une demande. Parler des gens qui sont trop gentils et qui vivent un enfer à être gentil.

Je ne parlerais pas d’un tel sujet d’une façon théorique. Mais plutôt de ce que j’ai pu vivre en étant le gentil nounours de tout le monde et des conséquences que j’ai eu à subir.

Gentillesse et dépendance affective

J’ai été un dépendant affectif. Toujours jouer le rôle du gentil est peut-être une des conséquences de ma dépendance affective. Peur de déplaire, peur de perdre, peur de ne pas être aimé… Aujourd’hui, j’aime les gens, mais pas au point de me perdre. Je veux faire un bout de chemin avec eux, mais pas au point de perdre mon propre chemin…

J’ai longtemps donné plus d’importance aux autres qu’à moi-même. De 16 à 21 ans, je me suis occupé de ma mère, divorcée et orpheline, qui avait le cancer. Je ne me suis pas donné le droit de prendre ma place devant ma mère, de lui parler de mes limites, de mes besoins. Finalement, j’étais le fidèle serviteur qui refoulait toutes ses émotions.

Après la mort de ma mère, il y avait mon père qui était très souffrant. Lui aussi était habité par la dépendance affective. Incapable de survivre au départ de sa femme, sa souffrance était plus importante que la mienne. Parce qu’être un éternel gentil c’est de toujours penser que la souffrance ou le bonheur des autres sont plus importants que les miens.

Pendant les réunions, c’est le gentil qui s’occupe de la musique, des boissons, faire la vaisselle, de ramasser les dégâts des autres…

Pendant que les autres s’amusaient, que les autres bénéficiaient des services du gentil, une rage, une frustration, une injustice grandissait en moi. Les autres étant toujours plus important que moi. Quand ils me quittaient, d’une façon ou d’une autre, je sentais un vide qui grandissait en moi.

Et mes relations amoureuses! J’en ai écrit plusieurs livres. Je n’ai jamais quitté une relation amoureuse. Ce sont les autres qui m’ont quitté. Je ne voulais pas leur déplaire et ne pouvait, n’y partir, n’y exprimer mes besoins.

Conséquences d’être trop gentil

Un vide qui ne cesse de se remplir de cette rage. Un gentil ne peut pas se choquer. Il ne peut pas déplaire. Entre mes besoins et mes émotions, j’avais créé un mur pour m’empêcher de penser à moi et de vivre mes émotions que je pensais être négatives. Jusqu’au jour où tout a explosé comme un volcan. Ce qui m’a plongé dans une profonde dépression, suivi de deux tentatives de suicide. Toute cette rage qui m’habitait, je l’ai retourné contre moi.

Après avoir fait plusieurs thérapies, j’ai réussi à trouver un équilibre entre être gentil pour les autres et être gentil pour moi-même. Si je ne mets pas des limites, si je ne prends pas soin de mes besoins, je ne pourrais plus m’occuper des besoins des autres. Comme dit le dicton que je suis amusé à déformer: Gentillesse bien ordonnée commence par soi-même!

Autres textes sur Santé mentale

Etienne Gervais au dela de la folie.

Martin Matte, l’humour et les traumatismes crâniens à Tout le monde en parle.

Ma schizophrénie

Les réalités de l’autisme.

Des artistes atteints de déficiences intellectuelles

École Irénée Lussier: Bricoler l’estime de soi

La rage du trop gentil

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

17 Réponses

  1. Bonjour a tous , merci pour ce sujet qui en particulier est un soucis pour plusieurs personne , a haute dose la gentillesse peut apporté beaucoup de soucis a soit meme , probleme financier ,etre dernier souvent car on laisse sa place , ne pas s’affirmer , ne pas faire parler c’est émotions on les délaisse pour partager les émotions des autres , relations amoureuses qui sont souvent incomprehensible quand celle ci ce termine et bien d’autres soucis , moi meme j’ai eu jusqu’a avoir des problemes financiers fut un temps … la c’est carement de la folie limites pour arriver a ce stade pour ne pas décevoir les personne au quel ont offres les choses pour ne pas les blaissé .

    J'aime

  2. Bonjour Joeymil.

    En ce qui concerne la dépendance affective et l’extrême gentillesse, j’ai remarqué que lorsque j’ai changé mon mode de vie, un ménage naturel s’est fait autour de moi. Des gens qui n’étaient là que pour ce que je pouvais offrir me quittaient, mais des gens pour ouvert à une relation gagnant-gagnant sont apparus dans ma vie.

    Raymond.

    J'aime

  3. Bonjour Raymond.

    Je me suis tellement reconnue dans ton texte du trop gentil ! J’ai pour un instant ressentie cette souffrance qui m’habitait, ce fut un long chemin mais , un chemin de guérison et de liberté. Je suis aujourd’hui heureuse de m’avoir choisis, d’avoir fais le choix d’être heureuse et surtout de ne plus m’oublier !! C’est pour moi une recette gagnante. Merci d’avoir partagé ce texte qui m’a fait du bien !!

    Diane !

    J'aime

  4. Merci Diane pour votre présence et votre commentaire.

    Ce fût un plaisir de vous partager un bout de ma vie.

    Bonne continuité.

    Raymond.

    J'aime

  5. Moi, depuis que je suis née, je suis trop gentille.
    Les gens ont fini par me regarder bizzarement lorsque je me suis rebellée, j’en avais marre de faire plaisir à tout le monde alors que ça me rendait malheureuse.
    Je suis devenu un fantôme, ne souriant plus, ne parlant plus, oubliant mon entourage au lycée, j’ai fais une croix dessus… Et je me suis acheté des animaux de compagnie !!! Et tout va très bien dans le meilleur des mondes !

    En fait, il existe une thérapie pour les timides et les trop gentils : parler avec les animaux (mais sans parole) :

    1. achetez un animal de compagnie (si possible assez malin, moi j’ai choisi un rat)

    2. Créez un lien d’amitié entre vous deux, occupez-vous en bien et il vous le rendra.

    3. Là, ça se complique, soit vous avez un déclic, soit il faut patienter.

    4. Normalement, si votre lien entre l’animal et vous est assez fort, (au bout d’un an minim) testez-vous : pensez très fort que votre animal vienne près de vous, il viendra (sans attirer son attention, suivez-le ou pas)

    5. Normalement, si le lien est fort, il devrait réaliser certaines choses sans que vous ayez à lui parler.

    EXPLICATION : Toute la compréhension de l’animal réside dans les mouvements que vous faites consciemment ou inconsciemment.

    Si vous apprenez à faire ressortir ces caractéristiques devant votre animal, pourquoi ne pas les afficher devant le monde entier ?

    Question simple, réponse compliquée =)
    N’oubliez pas que nous étions des animaux avant d’être des « humains ».

    J’espère que ce texte vous fera réfléchir et surtout faites attention à la nature, ne la rejetez pas, elle est notre mère à tous.

    P.S. : et vive les Hippies !!!

    J'aime

  6. Bonjour Sprintlos.

    La zoothérapie est une façon d’apprendre à se connaître et de découvrir notre mode de fonctionnement avec notre environnement.

    Quand on est le gentil, quand ça ne fait plus notre affaire de jouer ce rôle et qu’il nous a trop fait souffrir, notre entourage non seulement peut être surpris, mais il y a des grandes chances que celui-ci change, nous quitte. Pour certains, ils sont près de nous parce que nous sommes gentil et non pas pour ce que nous sommes véritablement.

    Raymond.

    J'aime

  7. Au fait, j’avais oublié de préciser que j’avait aussi fait une thérapie à mes parents.
    Vous avez certainement tous connus des rêves qui vous font la moral, non ?

    Moi, sur le but de faire comprendre à mes parents que j’avait changé et que plus ne serait pareil, je leur ai fait bien comprendre par un trouble émotionel.

    Tout simplement une fugue. En effet, non sans torturer mes parents, après ma fugue, je leur ai expliqué (car tout été prévu d’avance) que je savait qu’il tenaient à moi, et que s’il tenait à moi, il fallait me le montrer.

    Encore une fois, en effet, les parents sont très attachés à leurs enfants, je n’ai fait que réveiller un gène qui était en eux.

    Ainsi, nous profitons de chaque instant de la vie beaucoup plus fortement, et après avoir été trahi, il ont fini par me faire encore plus confiance qu’avant.

    Ils me laissent plus de liberté et essayent enfin de comprendre ce qui est important pour moi, comme pour eux.

    Je ne dit pas qu’il faut faire une fugue pour montrer que l’on est méchant.

    Je tiens seulement à expliquer qu’un choc émotionnel aide à réfléchir, il déclenche un gène que nous avons tous, déclenche la réfléxion : c’est ce qu’on appelle le fait de s’adapter à son environnement.

    EN CONCLUSION, si votre environnement familial ne vous plait pas, utilisez un choc émotionnel. Car vos parents sont pris dans leur travail, qui est déjà assez dur pour eux. Le travail est une telle source de stresse qu’il faudra vous accrocher pour qu’ils s’intéressent vraiment à vous : donc, choc émotionnel.

    Merci de lire ce texte et/ou de le supprimer.

    J'aime

  8. Bonjour Sprintlos.

    Nous n’avons pas comme principe de supprimer les commentaires que nous recevons. Le blogue est un lieu de débat où tout le monde a le droit de partager son opinion, ses expériences.

    Il est vrai qu’il peut être difficile de changer certains comportements familiaux. Parfois il faut passer par des crises pour que les changements se produisent. Le choc émotionnel que vous parler est une occasion de se remettre en question.

    Le mot crise vient du grec et veut dire changement. Comme la crise de l’adolescence, le changement peut se faire dans l’harmonie comme par des situations plus déchirantes.

    Dans mon cas, c’est la séparation de mes parents qui a mis en place un processus de changement. Ce ne sont pas toutes les familles qui doivent passer par des événements souffrants pour pouvoir en arriver à vivre ces changements.

    Raymond.

    J'aime

  9. Heu, j’ai une question, non, en faite plusieurs : pour vos réponses, vous faites des recherchees trèèèèès poussées.

    Votre loisir c’est d’être philosophe ?
    C’est quoi votre métier ?

    Je suis la personne la plus curieuse au monde, enfin… la deuxième plus curieuse.

    J'aime

  10. Bonjour Sprintlos.

    Il peut m’arriver de lire un commentaire qui m’amène à faire des recherches pour pouvoir y répondre. Habituellement, à partir de mon vécu, je peux émettre une opinion, un commentaire…

    Je suis beaucoup de choses en même temps. Rédacteur en chef d’un magazine d’information et de sensibilisation sur les thèmes sociaux, Reflet de Société. Je suis intervenant auprès de jeunes marginalisés. Je suis auteur et finalement intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. Mais je suis surtout quelqu’un qui a vécu beaucoup d’expériences de vie, parfois assez traumatisantes. On pourrait résumer le tout en disant que je suis philosophe.

    Raymond.

    J'aime

  11. ok

    J'aime

  12. voila un coté de toi que je ne connaisait aps raymond mais en tant quetre hummai et non auteur je peut te dire avec certitude que je comprend ce comporteemnt et les sentiments qui en découle

    merci pour ce texte

    J'aime

  13. Bonjour M. Brisebois.

    Merci pour votre visite sur ce blogue et votre commentaire.

    Raymond.

    J'aime

  14. bonsoir Raymond !
    la gentillesse est un vaste programme !
    elle est au milieu de biens des conflits entre hommes et femmes , dans la fratrie , et bien sur entre amis ies !
    les traumatismes peuvent commencer dès le plus jeune âge et faire naitre une sorte de relation conciliante entre les êtres ! mais j’ai remarqué que c’est souvent les même qui demandent et les même qui font ! certains ont une fâcheuse tendance à se faire servir ………..
    je voudrais cependant souligner ce soir que la relation  » trop gentille  » que vous avez eu avec votre mère , vous avez bien fait de la lui donner quand on connait l’issue fatale !
    vous n’avez pas pu avoir d’adolescence  » normale  » mais je suis certaine que si vous n’aviez pas tout fait pour elle , vous l’auriez regretté après son départ et ceci pendant longtemps !
    enfin c’est mon avis
    Pour votre père , c’est autre chose ! c’était vous le fils …………
    On se ressemble beaucoup !
    toujours là pour tout le monde , et quand ils ont ce qu’ils veulent , ils s’en vont sans se retourner !
    lorsque le père de mes enfants est parti , j’ai cru mourir !
    chaque fois que je m’alimentais , je le rendais !
    j’avais mon fils le plus jeune avec moi , je peux dire que je lui dois de m’avoir sorti de mon lit le matin et de m’avoir remise sur les rails !
    une belle relation est née entre nous , pas la même qu’avec ses frères que j’adore tout autant , mais lui et moi nous nous sommes aidés mutuellement , c’est un ti plus !
    cette séparation m’a appris la haine qui s’est développée en moi et s’est transformée en indifférence pour le nouveau couple que mon
    compagnon à formé ! c’est avec ce sentiment que j’accepte ses visites , même si entre nous tout est fini , juste parce que je sais que
     » l’autre  » en est agacée au plus haut point ! je ,e sais pas comment on peut appeler çà , mais je m’en fous , ça me fait plaisir de me venger comme ça , sans rien faire en somme !
    c’est une personne que je connais depuis 34 ans ! elle venait manger à ma table , je lui gardais ses enfants pour les vacances , ainsi que son chien ! je lui trouvais des excuses ayant eu 6 enfants avec cinq papa différents !
    quand nous nous sommes séparés avec mon compagnon , elle m’a accusé d’avoir cassé les rétros de sa bagnole et m’a fait convoquer au commissariat ! sa plainte à été déboutée pour accusations mensongères !
    elle m’a envoyé des lettres anonymes et des coups de fil anonymes aussi !
    pour faire cesser tout çà , j’ai dû faire des courriers pour avoir un recours auprès du procureur de la République qui m’a fait convoquée en gendarmerie pour explication ! c’est elle qui faisait , et elle disait que c’était moi !
    alors j’ai fini par rentrer dans une rage folle et la faire prévenir par mon ex que si elle ne stoppait pas ,  » je lui casserais sa gueule  » !
    je pense que c’est mon ex qui a dû la stopper !
    désolée du déballage , j’ai horreur de ça !
    mais ça fait du bien !
    je comprendrais si vous ne lisez pas tout !
    amicalement
    ève

    J'aime

  15. Bonjour Ève.

    Avec ma mère, ce que je sais maintenant c’est que j’aurais pu avoir une relation égalitaire avec elle. Même si je suis là pour l’aider physiquement, émotionnellement, elle avait le droit d’avoir sa place tout comme moi. Je ne me suis pas permis de parler de ce que je vivais pour lui laisser toute la place. Je crois qu’elle aurait pu se sentir valoriser par le fait que je prenne du temps pour me confier et parler de ce que je vivais. Je suis convaincu que nous aurions grandi tous les deux dans cette relation.

    Pas de problème pour votre partage. Si cela vous fait du bien, cela entre bien dans la raison d’être de ce blogue.

    Et soyez assuré que vos témoignages sont toujours lu au complet.

    Raymond.

    J'aime

  16. certainement !
    vous en auriez surement beaucoup moins souffert !
    avoir du temps à soi ,pour penser , se retrouver , est primordial dans notre épanouissement , ne serait – ce que pour faire nos choix !
    pas facile de gérer sa propre vie et ses émotions quand on a pas les épaules assez larges pour tout supporter tellement les charges sont grandes et lourdes !
    on se réveille un matin , à presque la soixantaine en s’apercevant qu’on a vécu pour son entourage !
    mais je ne crois pas que j’aurais pu vivre autrement !
    maintenant , entre mon fils et ma peinture , j’arrive à trouver du temps pour souffler !
    j’espère que vous aussi (vous avez l’air d’être épanoui , et en pleine forme )!
    ève

    J'aime

  17. Bonjour Ève.

    Épanoui, oui, en pleine forme, moins sûr. C’est vrai que j’ai un rythme de travail que personne ne peut suivre. Mais j’ai l’impression que de récupérer moins vite que dans ma jeunesse.

    Il faut que j’apprenne à vivre avec les limites que mon corps me donne, même si mes limites sont tout de même très large.

    Raymond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :