Ça va brasser au conseil d’arrondissement

Prostitution en plein jour dans Hochelaga-Maisonneuve

Raymond Viger Dossier Prostitution, Prostitution Hochelaga

Chronique consacrée à l’actualité et aux débats d’idées reliés à l’arrondissement montréalais d’Hochelaga-Maisonneuve.

prostitution escorte prostituées bordel La prostitution de rue dans Hochelaga-Maisonneuve irrite les citoyens. Surtout quand elle est faite en plein jour devant les étudiants qui se rendent à l’école. Et voilà qu’une page Facebook apparaît pour questionner et confronter les prostituées. Des citoyens les suivent dans leurs déplacements, les observent, prennent en note les plaques d’immatriculation des clients…

Prostitution de rue au Conseil municipal

La pression monte d’un cran lorsque Roxanne Ringuet et Nathalie Goyette sur la page Facebook de Prostitution en plein jour Hochelaga-Maisonneuve invitent les citoyens à se présenter au Conseil municipal qui se tiendra le 19 janvier prochain à 19:00 heures à la maison de la culture Maisonneuve située au 4200 Ontario est. En plus des citoyens qui y seront présents, des organismes communautaires et des intervenants ayant parfois des positions fortement opposé vont déléguer des gens pour y assister et sensibiliser le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, à la problématique. Souvenons-nous que Réal Ménard a déjà piloté un projet de loi pour légaliser des bordels lorsqu’il était député du Bloc Québécois. La prostitution est un dossier qu’il connaît bien.

Le communautaire et Stella en désaccord

Des organismes communautaires travaillant pour soutenir les personnes toxicomanes ont mal réagi aux moyens employés par les citoyens pour dénoncer les irritants de la prostitution et de la toxicomanie.

Des sympathisantes du groupe Stella, un organisme communautaire prônant la légalisation complète de la prostitution, ont mentionné vouloir être présentes pour revendiquer leurs droits. Par légalisation complète, on parle ici autant de la personne qui se prostitue, les proxénètes et les clients de la prostitution.

La Corporation de développement économique de l’est (Cedest)

Avant même que le conseil municipal ait le temps de se réunir, la tension continue de monter. La Corporation de développement économique de l’est, sous les dires de sa directrice, Thérèse Ste-Marie, veut régler le problème de la prostitution dans Hochelaga-Maisonneuve en déménageant le poste de police dans ce secteur! La prostitution est vu comme un problème, un irritant qu’il faut tasser et balayer.

Hochelaga-Maisonneuve risque de devenir le berceau de nouvelles envolées oratoires concernant la prostitution de rue et, fort possiblement, que le débat sur la légalisation de la prostitution en profitera pour se frayer un chemin.

Pour voir la page Facebook de Prostitution en plein jour Hochelaga-Maisonneuve.

Autres textes sur la Prostitution

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

9 Réponses

  1. Mon résumé de ce qui s’est passé à cette assemblée.
    À lire attentivement, surtout si vous habitez sur la rue Des Ormeaux!

    Une rencontre du Conseil de ville des arrondissements Mercier/Hochelaga-Maisonneuve, mardi soir le 19 janvier, qui devait permettre l’expression libre des revendications des citoyennes et des citoyens au sujet de la pratique de la prostitution dans ce quartier déjà défavorisé, a amèrement déçu la plupart des personnes présentes tantôt à la Maison de la Culture Maisonneuve.
    Il y a d’abord eu, – une demi-heure avant l’heure du début annoncé de la rencontre! – une rapide « assemblée publique de consultation » sur un changement au règlement de zonage pour autoriser sur la rue Des Ormeaux l’introduction de « soins personnels » (massothérapie et bains) d’un type jusque là interdit sur la rue Sainte-Catherine, où affluent présentement la plupart des prostitueurs. De nouveaux bordels légaux en perspective, pour réduire la « nuisance » de la prostitution de rue. Ça ressemble à ça!
    Puis, malgré une salle pleine de monde, les élus ont reporté à la toute fin d’un ordre du jour chargé une « période de questions des citoyens » pour laquelle il fallait s’être inscrit avant 18 h (heure où les portes de la MDC Maisonneuve étaient encore verrouillées!…).
    M. le maire Ménard n’a autorisé que 7 questions, auxquelles il n’a d’ailleurs peu ou pas répondu, pour finalement présenter son soi-disant « plan d’action », qui a réussi à faire contre lui l’unanimité des gens opposés à la répression policière des femmes en prostitution et des partisan-es d’une véritable dissuasion des prostitueurs et d’un soutien substantif aux femmes et aux jeunes prostitués dans le quartier par des hommes venus en majorité de l’extérieur.
    Ménard avait, dès le début de la rencontre, annoncé la formation d’une « Table sur la sécurité publique » – composée très majoritairement d’hommes et dont il a nommément exclus les organismes STELLA et CLES, comme « n’étant pas des organismes du quartier ».
    Raymond Viger du Café Graffiti et Louise Gagné de la CLES lui ont signalé que cette nouvelle instance ne pourrait sans doute faire mieux qu’un travail de concertation semblable, mené il y a six ans dans le quartier, qui avait débouché sur le « Rapport Burtin », aujourd’hui utilisé dans la formation de la police mais dont les recommandations sont restées lettre morte, notamment au chapitre des besoins criants des femmes prostituées, qu’il ne sert à rien de réprimer.

    Priorité aux femmes…
    M. Ménard nous a assuré de l’efficacité de la dissuasion exercée auprès des prostitueurs: « On les connaît. » Ah bon!… Par contre, il a annoncé que des cadets policiers réprimeraient plus intensivement la présence de prostituées sur un court tronçon de la rue Ste-Catherine cet été, sans doute en réponse aux pressions des commerçants locaux. Enverra-t-on ces femmes se faire exploiter plus discrètement sur la rue Des Ormeaux ou dans les autres bordels amplement tolérés dans le quartier? Les besoins sexuels de la population masculine de tout le Grand Montréal qui vient se servir dans le quartier pèsent-ils si lourd dans les choix du conseil de ville? Madame Louise Harel, dont on espérait mieux en termes de défense des droits des femmes, a été étonnamment discrète, malgré sa présence à la table comme conseillère de Longue-Pointe.
    L’assemblée s’est terminée dans les exclamations des gens empêchés de s’exprimer et déjà ulcérés d’un plan d’action contraire à leurs différentes revendications et apparemment irréaliste en termes d’une promesse comme un « centre de répit » pour les prostituées, que M. le Maire se contente de réclamer au CLSC local.

    Le débat se poursuivra sans doute sur le site Facebook « Prostitution en plein jour (Hochelaga-Maisonneuve) ». Et les privilèges masculins resteront intouchés.

    J'aime

  2. À cette réunion, le maire Ménard a argumenté que le véritable problème de la prostitution dans H-M était celui de la drogue. Il a brandi une carte indiquant les 12 pîqueries connues du quartier et une autre carte montrant les lieux où il y avait eu des arrestations liées à la prostitution. Ces zones coïncidaient.

    Commentaire d’une amie :
    « Je ne cesse jamais de m’étonner de voir à quel point les gens – particulièrement les hommes – arrivent à dissocier leurs émotions de leurs connaissances.

    Cette déclaration du maire Ménard démontre que les politiciens savent parfaitement le lien entre la toxicomanie et la prostitution.

    Donc, en ouvrant la porte à l’installation de salons de massage (bordels) dans le quartier (rue Des Ormeaux), ces politiciens endossent la notion et leur conviction qu’il est correct pour une entreprise d’exploiter la maladie d’une personne – car la toxicomanie en est une –, maladie qui incite cette personne à devoir se vendre, au risque peut-être de sa vie.

    En endossant de telles entreprises, ils endossent l’exploitation continue des personnes qui le feront. Ils reconnaissent également vouloir que continuent la vente de drogue et les piqueries, parce que s’il fallait s’en prendre à tout ce problème de destruction, ils perdraient leur emploi en même temps que les vendeurs de drogue.

    Quant aux prostitueurs, ils cesseraient de venir dans votre quartier, parce que les femmes auraient obtenu des traitements pour leur maladie.

    Même si les femmes prostituées dans vos rues ne seront pas employées par ces bordels, les tenanciers de bordels vont profiter du maintien de ces femmes dans la rue pour attirer les prostitueurs dans le quartier.

    Au-delà de cela, il y a la conviction des prostitueurs – et de bien des hommes – que leur pénis est plus important que la toxicomanie d’une personne et sa sécurité personnelle. Ils savent évidemment pourquoi les femmes font le trottoir, mais ils s’en foutent.

    Cela me rend malade de voir que tant d’hommes refusent de remettre en question leurs « désirs » en les comparant à ce que ces « désirs » font subir à une autre personne. C’est bien ce que l’on a pu lire dans les résultats de l’enquête internationale menée auprès des prostitueurs. (http://www.epacvaw.org/IMG/pdf/Eaves_Men_Who_Buy_Sex.pdf)

    Bonne chance!

    Rita»

    J'aime

  3. Dans un conseil d’arrondissement, du moins dans celui que je viens d’assister, il y avait une tonne de règlement à changer ou modifier pour de multiples raisons.

    La modification sur les règlements sur les commerces de massages et soins corporels sur la rue Desormeaux avaient attiré mon attention. Mais dans la multitude de questions et de débats, je l’avais oublié.

    Merci M. Dufresnes de me le rappeler. Je vais vérifier le tout et je vous reviens dès que j’ai des nouvelles sur ce point.

    Raymond.

    J'aime

  4. […] Ça va brasser au conseil d’arrondissement […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :