Réalités et préjugés envers un prisonnier

Commandant Piché: Entre ciel et terre

Le commandant Piché n’a pas besoin de présentation. Depuis qu’il a fait planer un Airbus d’Air Transat, le 24 août 2001, le Commandant Robert Piché est devenu un héros. Si son exploit a fait le tour du monde, son implication auprès des prisonniers québécois est méconnue. Le commandant Piché a accepté de s’entretenir avec Reflet de Société sur la difficile réadaptation d’un détenu à sa sortie de prison.

Dominic Desmarais | Dossier Prison

0354_01.tif Robert Piché ne s’en cache pas. Apprivoiser sa liberté après 18 mois d’incarcération aux États-Unis a été long et pénible. C’est cette réalité qu’il veut communiquer lorsqu’il fait la tournée des prisons de la province.

«Ce n’est pas rose, ce que je leur dit, en prison. La réalité, c’est que ce n’est pas facile. C’est décourageant.» Sa voix évoque une souffrance, comme s’il revivait le passé. «Ta sortie de prison, c’est censé être le plus beau moment de ta vie. Tu attends tellement ça. Et tu t’aperçois que c’était plus facile en dedans. La société et les gens ne veulent pas que tu te réintègres. Cette histoire, que tu as payé ta dette à la société, c’est de la foutaise. Il y a tellement de préjugés. Pas juste envers le crime que tu as commis, mais surtout parce que tu as fait de la prison.» Visiblement, cet homme, admiré par tous pour sa bravoure, a vécu des moments difficiles.

«Tu as de belles attentes, de belles intentions. Mais tu traînes toujours un boulet au pied. Que tu le veuilles ou non, tu as été institutionnalisé et, du jour au lendemain, il faut que tu trouves le moyen de payer ta pinte de lait, ton transport, ton toit. Et le monde ne veut pas te donner ta chance. Tu es obligé de mentir. Tu prends la chance que ton employeur ne sache pas que tu as fait de la prison. Alors tu es toujours sur le qui-vive.»

Pour l’avoir vécu, Robert Piché sait quel tiraillement habite le détenu qui se cherche un emploi, une fois libre. Mentir ou pas? C’est pourquoi il appuie le manifeste du Comité aviseur des personnes judiciarisées qui demande de retirer des critères d’embauche la question sur le passé carcéral.

Libre comme l’air

Robert Piché sort de prison en 1985. Tout en s’adaptant à sa liberté retrouvée, il gagne sa vie grâce à de petits boulots. En parallèle, il s’assure de garder son permis de piloter. «Faut être capable de louer un avion, payer la licence, l’inspecteur qui t’évalue. Sans savoir si tu vas obtenir ta licence et si les gens vont te donner un emploi.» Ses anciens employeurs, à Air Transat, ne veulent pas de lui et de son passé. Il doit s’exiler en France pendant 6 ans pour vivre de sa passion. «Pendant 5 ans, quand j’étais en France, je venais voir chez Air Transat pour y travailler. On m’a clairement dit que je n’y entrerais jamais. J’ai pas lâché pareil. J’ai fait ma chance.» En 1996, le commandant Piché retrouve sa place. Un détour de 11 ans.

«J’ai travaillé tellement fort pour retrouver ma vie. Mais ça te revient toujours à l’esprit. Tu es toujours sur le qui-vive. Tu ne peux pas être normal, tu as fait de la prison. Le privilège que j’ai, c’est que maintenant, tout le monde s’en fout que j’ai fait de la prison. Mais les autres, ils n’ont pas eu leur vol 236. Ils vont devoir fermer leur gueule, qu’ils ne disent pas qu’ils ont fait de la prison. Ils vont manger leurs émotions. Tomber dans la boisson, la drogue. Tu y es toujours confronté. La prison, c’est comme l’alcoolisme. Moi, j’ai arrêté de boire il y a 8 ans. Mais la boisson est tellement présente dans les rapports humains, la publicité. Tu l’as toujours à l’esprit.»

La rançon de la gloire

Sur le qui-vive. Ces mots, qui reviennent souvent dans la bouche du pilote, prennent tout leur sens lors du fameux vol 236. Deux minutes après l’atterrissage, le Commandant Piché ne savoure toujours pas son exploit. Il pense perdre son emploi car son passé va refaire surface. «Quand c’est sorti dans les médias, il y a eu une vague de sympathie envers moi. Les Québécois ont eu l’occasion de dire aux journalistes ce qu’ils pensaient d’eux. Ils se sont désabonnés de La Presse, du Journal de Montréal. Ça m’a aidé à passer au travers. Ça m’a protégé.»

Le fameux vol 236 a donné de la crédibilité au pilote. «Mais avant ce vol, si les gens avaient su que j’avais fait de la prison, m’auraient-ils voulu  comme pilote? Aujourd’hui, ils sont tous contents de savoir que le Commandant Piché est à bord!» Faudra-t-il  que les détenus réalisent de tels exploits pour que soit reconnue leur bravoure à prendre leur place en société?

Autres textes sur Prison

Autres textes de Chroniques d’un prisonnier

    Les livres de Colin McGregor

    Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

    Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

    love-in-3dLove in 3D

    Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

    This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

    Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

    teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

    Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

    This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

    Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

    quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

    Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

    Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ.

    reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

    Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.