Muguette Paillé et le débat des chefs

Élections fédérales

Muguette Paillé met le citoyen au coeur du débat

Une citoyenne de la Mauricie, Muguette Paillé, pose la question qui remet le citoyen au coeur du débat des chefs.

Raymond Viger  Dossiers Politique, Famille, Économie, Internet, Stephen Harper

muguette paille mauricie famille Muguette Paillé est une citoyenne de St-Angèle de Prémont en Mauricie. Sans emploi, Muguette Paillé a été choisi pour poser une question lors de débat des chefs au 4 chef de parti, Stephen Harper, michael Ignatief, Jack Layton et Gilles Duceppe.

Le taux de chômage est très élevé en Mauricie. Les emplois sont précaires. Il est difficile pour une personne comme moi, âgée de 53 ans, de se trouver du travail. Alors, j’aimerais savoir ce que vous comptez faire pour la création d’emploi au Québec, particulièrement en Mauricie  et pour aider les personnes de plus de 50 ans à se trouver un boulot permanent.

La question est claire, net et précise. Un cri du coeur qui a du représenter les 650 000 personnes âgées de plus de 50 ans sans emploi. Les politiciens auraient tout intérêt à prendre exemple sur Muguette Paillé. Un message qui passe bien parce que Muguette Paillé est vraie et sincère.

Citoyens VS politiciens

Les chefs de parti en ont profité pour nous parler de leur programme électorale en y collant, le plus souvent possible le nom de Muguette Paillé. Un message qui tentait, sans succès, de gagner la confiance et les votes des électeurs.

Les chefs avaient préparé cet affrontement citoyen. Comme s’ils avaient la réponse déjà préparé à l’avance et qu’il ne restait plus qu’à ploguer le nom du citoyen dans les espaces blancs. Des chefs qui tentaient de nous convaincre qu’ils étaient sensibles aux citoyens en les nommant par leur nom. Muguette Paillé par-ci. Muguette Paillé par-là. Muguette Paillé à toutes les sauces. Mais est-ce que cela va vraiment changé la réalité politique et citoyenne? Je l’espère.

Réseaux sociaux VS politiciens

Il fût un temps où pour sensibiliser les politiciens il fallait organiser une importante marche sur le Parlement. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, il s’agit de mobiliser une importante réaction sur les blogues, Twitter, Facebook et cie. Plus rapide et plus facile d’accès, les réseaux sociaux ont l’avantage de démocratiser et de rendre accessible la mobilisation de nos messages.

En peu de temps, Muguette Paillé s’est trouvée un emploi. Julie Gagnon (l’actrice porno Samantha Ardente) qui avait perdu son emploi à la commission scolaire s’est faite offrir plusieurs emplois après son passage médiatique. Je suis heureux pour ces deux dames qu’elles aient atteint cet objectif. Mais en sommes-nous rendu à nous trouver un média pour lancer notre cri du coeur? Une sorte de télé-réalité de l’emploi.

Chanson de Muguette Paillé sur Youtube

Mise à jour 16 avril 2011:  Suite à l’impact médiatique de Muguette Paillé, plusieurs politiciens lui ont téléphoné. Possiblement jaloux de voir que seul Michael Ignatief avait bénéficié d’une visibilité accrue en ayant été le premier politicien à le faire.

Muguette Paillé a maintenant sa chronique dans le Journal de Montréal sous le slogan La voix du peuple.

Autres textes sur Politique

Pour une réforme de notre système politique

Résultats élections fédérales 2011

Est-ce que notre système politique met en danger la démocratie?

Stephen Harper et l’homosexualité

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

Québec solidaire, Amir Khadir, Françoise David et le salaire minimum à 16$

Les gais peuvent-ils prendre le pouvoir?

Le poids du Québec dans le Canada

Vie sociale et politique

Stephen Harper et l’avortement

Stephen Harper et le social, 2 mondes étrangers

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue… un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écrire qu’il faut maîtriser sont expliqués dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

2 Réponses

  1. ———————-
    L’auteur Lucien BONNET, Montréalais d’origine haïtienne, diplômé en Sciences de la Communication de l’Université de Montréal, signale ici que la pénurie de logements en Haïti est si grave que même les Haïtiens de la diaspora, généralement plus fortunés, qui voudraient rentrer au pays ou s’y rendre en visite, ne peuvent y trouver un gîte convenable.

    CRISE DOMICILIAIRE EN HAÏTI

    À la suite du récent séisme en Haïti et du gigantesque projet national et international de recontruire Haïti, de nombreux Haïtiens de la diaspora se proposent de rentrer dans leur pays d’origine où, entre autres, les possibilités d’habitations confortables ne manquent pas de faire défaut. Mais on s’attend à ce que cette crise domiciliaire devienne encore plus préoccupante au fur et à mesure que la stabilité politique en Haïti s’installera et que des vagues plus importantes d’Haïtiens en moyens et de touristes nord-américains afflueront vers ce pays.

    Sans tomber dans un optimisme béat concernant l’éventualité prochaine d’un durable climat social, économique et politique sain, le marché domiciliaire, qui n’est guère négligeable, mérite dès à présent quelque attention.

    Marché insatisfait

    Certes, Haïti est connue comme l’un des pays les plus pauvres de l’hémisphère. La grande majorité de la population ne peut donc guère espérer à court ou à moyen terme se loger décemment. Il existe cependant une importante clientèle pourvue suffisamment de moyens financiers mais qui ne trouve pas encore réponse à ses besoins domiciliaires. Il s’agit tout d’abord des Haïtiens professionnels, de la diaspora, qui reviennent au pays pour y demeurer d’une manière permanente ainsi que ceux qui y passent, annuellement, leurs vacances en famille. Nous savons également qu’une masse potentielle de touristes nord-américains et principalement québécois n’attend que la situation soit propice pour jouir des plages ensoleillées de cette région des Caraïbes.

    Concernant les Haïtiens professionnels, membres de la diaspora, qui reviennent au pays épisodiquement ou qui s’y réinstallent avec leurs familles, leur style de vie, auquel ils se sont habitués durant leur long séjour à l’étranger, crée en eux des besoins d’un type de logement qu’ils ne peuvent actuellement retrouver en Haïti. Quant aux touristes nord-américains, l’infrastructure hôtelière encore très insatisfaisante se trouve aggravée par l’absence complète de logements de plus en plus en demande par les vacanciers en famille : le condominium.

    Ce type de logement, le condo, est également très prisé par la clientèle haïtienne. Il répond aux besoins de qualité de vie recherchée par les familles haïtiennes souvent nombreuses venant pour leurs vacances mais pouvant difficilement demeurer soit chez des parents, dont les logements sont généralement très exigus, soit dans les rares demeures disponibles dont le confort laisse à désirer. Il correspond aussi à ce que veulent les familles désireuses de se fixer dans le pays. Les habitations traditionnellement construites par les promoteurs locaux non seulement sont loin de s’adapter au style de vie de cette clientèle mais, aussi, elles se font avec une lenteur et une insécurité angoissantes.

    D’une manière générale, les Haïtiens de la diaspora aspirent, comme tous les Nord-américains, à des habitations dont l’espace est bien aménagé et se situant de préférence à proximité de la mer. Ce que le condo offre. Et le Canada a déjà fait ses preuves dans ce domaine.

    Les atouts du Canada

    Dans le domaine du condo construit sur les rivages tropicaux, des succès canadiens ont, depuis quelques années, été enregistrés. Le cas de constructeurs montréalais est très significatif. L’un d’eux, le Groupe Lépine, a à son actif tout un complexe de condominiums sur les plages de la Floride. Connu au Québec surtout pour ses pyramides du Village Olympique, pour son Sanctuaire du Mont-Royal, son Sir Robert Peel et son récent « 1200 Ouest de Maisonneuve », à Montréal, sa Tour Laurier à Ottawa – sans oublier le le récent jouyau architectureal qu’est `Montréal le «SIR GEORGE SIMPSON» – il a été comme bien d’autres à l’avant-garde de ce secteur où des constructeurs canadiens l’ont suivi, ses réalisations ayant porté leurs fruits.

    Il n’est donc pas exclu que, une fois venue la stabilité politique en Haïti, des promoteurs de cette catégorie s’intéressent aux attentes dans ce pays en matière de condominiums. L’expertise canadienne dans ce domaine n’est plus à démontrer et les capitaux sont loin d’être absents. De plus, le marché ne manquera pas certainement d’être fort lucratif d’autant que la formule du condo n’est pas encore vraiment implantée en Haïti.

    D’autres atouts viennent militer en faveur des promoteurs Québécois : l’image de marque du Canada comme elle vient d’être soulignée là-bas, l’appartenance d’Haïti à la francophonie et la forte concentration des Haïtiens au Québec.

    Du côté d’Haïti, les merveilleux sites prêts à accueillir l’implantation de tels projets sont encore très nombreux. Il suffit de songer à l’Anse d’Azur à Jérémie, à Kyona non loin de Port-au-Prince ou, vers « Montrouis » près de Saint-Marc, à cette magnifique plage de sable blanc où la mer si limpide et si calme au soleil s’appelle Amani-y-les bains ! La main-d’œuvre, de plus, y est bon marché dans cette « Taïwan des Caraïbes », et une clientèle locale sera sans nul doute intéressée à ce type d’habitation, le condominium. En échange, Haïti pourra hériter de complexes domiciliaires qui répondent adéquatement aux besoins tant des touristes que des Haïtiens. Des gens du pays pourront éventuellement, aussi, bénéficier d’une formation technique dan ce secteur.

    Il apparaît donc clairement qu’il existe une demande accrue de condos en Haïti qui n’attend qu’à être satisfaite une fois la stabilité politique instaurée. Le Canada semble être le mieux placé pour répondre à un tel besoin à condition qu’il ne demeure pas éternellement dans une attitude attentiste alors que la compétition internationale se fait de plus en plus pressante. Dans ce domaine, plus que nulle part ailleurs, la coopération canado – haïtienne ne manquera pas d’être fructueuse pour les deux partenaires.

    J'aime

  2. Bonjour M. Bonnet.

    J’ai laissé votre commentaire même s’il n’avait pas de lien avec l’article de Muguette Paillé et les élections fédérales.

    J’ai retiré toutes vos coordonnés qui incluaient celles du concepteur de votre site web. Il n’y avait pas de pertinences à en laisser temps. Si les gens veulent communiquer avec vous, ils peuvent cliquer sur votre nom qui fait un lien vers votre site Internet.

    De laisser un commentaire pour présenter ce qui vous tient à coeur sans tenir compte du sujet présenté et débattu dans le texte est considéré du spam.

    Les réseaux sociaux et les blogues sont des lieux d’échange et de communication. Communiquer implique que vous lisiez le texte présenté. Je ne suis pas convaincu que c’est le cas ici.

    Raymond.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :