Rapport sur le profilage racial et ses conséquences

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Rapport de la consultation sur le profilage racial et ses conséquences

Un rapport de 131 pages qui questionne avec sévérité les services de polices et les journalistes!

Raymond Viger     Dossier Racisme , Égalité hommes-femmes

À l’automne 2009, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a débuté une enquête publique sur le profilage racial. Mai 2011, le rapport de cette consultation sur le profilage racial et ses conséquences vient d’être rendu public.

Le rapport de la Commission des droits de la personne cite un article de Brian Myles, Gangs de rue – 10 000 noms dans la banque du SPVM, paru le 1er octobre 2010 dans Le Devoir qui démontre bien l’amplification que la police a fait concernant les gangs de rue:

Brian Myles, dans un article publié dans Le Devoir, révèle que le SPVM estimait en 2006 que « 500 individus faisaient partie des gangs, en comptant les membres périphériques et les émules. Le noyau dur était formé d’une cinquantaine de criminels endurcis ». Il est donc surprenant d’apprendre, dans le rapport Charest de 2009 précité, que le SPVM détient un registre comptant 10 000 noms censés être associés aux gangs de rue. La lutte aux gangs de rue semble donc susciter de manière disproportionnée les actions policières, de même que les manchettes des journaux.

Jacques Robinette, le directeur adjoint du chef du service des enquêtes spécialisées du SPVM dénonce carrément la couverture démesurée donné aux gangs de rue par les médias:

Dans les faits, ce sont plutôt les crimes contre la personne qui constituent le plus grave problème que Montréal connaît sur le plan policier. Et les membres de gangs n’auraient commis que 4 % de ces crimes… Quand on représente seulement 2, 3 ou 4 % de l’ensemble de la criminalité, mais qu’on obtient 60 % ou 70 % du temps d’antenne dans les médias, les gens ont l’impression, sur le terrain, que les gangs de rue foisonnent. Et ce n’est pas nécessairement le cas.

Ces quelques chiffres concernant sur la couverture des gangs de rue par les médias est surprenante. La couverture que les médias donnent doit-elle être proportionnelle à l’ampleur de sa réalité dans la communauté? Est-ce que les médias créent une hystérie collective avec ces couvertures à répétition?

Finalement, le racisme du service de police envers les communautés Noires y est clairement présenté:

Non seulement les Noirs sont-ils plus surveillés et interpellés que les Blancs, mais ils le sont pour des motifs plus banals.

Ce Rapport de la consultation sur le profilage racial et ses conséquences devrait créer un changement rapide au sein des corps policiers et les recommandations devraient avoir un écho important au sein de la police. Mais que feront-les journalistes envers les questions que ce rapport soulèvent?

Pour consulter le rapport de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Autres textes sur Racisme

L’habillement, les gangs de rue et le hip hop

Médiatisation de Saint-Michel: des jeunes donnent leur point de vue

Racisme, sexisme et violence dans la pornographie et dans la societe

Profilage racial chez les jeunes

Les accommodements raisonnables, un policier et une chanson

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

12 Réponses

  1. La chanson de NWA ‘F*** tha police’ est peut-être encore d’actualité, même ici…

    J'aime

  2. Oui et j’espère que ce rapport de la Commission des droits de la personne va permettre de changer les perceptions envers les minorités et leurs revendications.

    J'aime

  3. J’en doute dans le présent, avec la monté de la xénophobie au Québec…

    Déjà, des gens de droite doive dire, ‘maudits activisses, modites minorités qui admettent jamais leur crimes et mettent cà sur le dos de la police et du racisme…’

    Un sentiment qui s’exprime encore plus franchement aux USA…

    J'aime

  4. Il est vrai que mon côté enfant qui croit en la Justice et l’Équité sociale espère que les changements positifs arriveront d’eux-mêmes. Malheureusement, ma partie rationnelle me dit qu’il faudra se battre pour y arriver.

    J'aime

  5. Que dire des gens provenant de minorité criant au racisme à tout bout de champ et intimidant les policiers dans leur travail en disant que c’est du profilage racial quand dans les faits la personne interpelle est un criminel endurci.

    Plusieurs jeunes membres de gang de rue vont utiliser l’argument du racisme et du profilage racial pour avoir la paix et pouvoir continuer leurs affaires.

    C’est une guerre de nerf qui se joue des deux côtés. Mettez-vous dans la peau d’un policier qui ne veut que faire son travail et toutes les idées qui lui passent par la tête avant d’interpeller un Noir à Montréal! Le résultat est que plusieurs policiers s’empêchent de faire leur boulot pour avoir la paix et la conscience tranquille et se concentrent à donner des tickets de vitesse, pendant ce temps le crime croit.

    J'aime

  6. @JF

    Oui, mais vous niez le ‘privilège blanc’ là. Et la police en est un example criant. Vous utiliser une minorité de gens et cas pour cachez un truc qui existe.

    La même tactique pour combatre la ‘discrimination positive’ ou le ‘BS’. On point les abus de certains pour démolir le tout.

    J'aime

  7. Il y a le profilage racial, le racisme, qui est une première forme d’abus.

    Il y a le chantage de ceux qui se servent du spectre du profilage racial pour tenter de manipuler et de créer diversion.

    Et finalement, il y a le racisme à l’envers. Ceux qui, sans que ce soit dans un objectif de manipuler mais qui ont toujours l’impression que c’est à cause de la couleur de leur peau qu’ils reçoivent une conséquence quelconque.

    Ce sont 3 formes d’abus différents. Ce qui n’empêche pas qu’il faut demeurer naturel et intègre dans ce que nous avons à faire.

    J'aime

  8. @the Ubbergeek,

    Parlé moi du ‘privilège blanc’ ! Ce type d’affirmation cache souvent du racisme antiblanc, qui est à la mode depuis quelque temps, même qu’il ya des blancs qui dénigrent leur propre culture et ethenicité .

    Selon moi, un criminel est un criminel qu’il soit de toutes les couleurs ou origines, et si la criminalité se concetre plus dans une ethnicité ou une culture, les policiers doivent faire leur travail sans avoir à se casser la tête auprès de l’opinion publique et des groupe de pression qui défendent un calendrier.

    J'aime

  9. La Justice et les corps policiers doivent demeurer neutre et impartial, c’est la base de l’équité sociale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :