Un Montréalais riche vit 10 ans de plus qu’un Montréalais pauvre

Inégalités sociales en Santé

Comment vivre en santé et plus longtemps?

L’espérance de vie et la santé des personnes ne s’est pas améliorée également selon votre profil économique. Comment favoriser une société plus humaine et plus juste pour l’ensemble de nos concitoyens?

Raymond Viger   Dossiers Santé, Inégalités sociales en Santé

En 2006, la Fondation du Grand Montréal avec son rapport Signes vitaux du Grand Montréal, une initiative pancanadienne coordonnée par Fondations communautaires du Canada souligne:

Un écart important de 10,5 ans sépare les résidents des quartiers les plus favorisés de ceux des quartiers les plus défavorisés.

En 2008, le Centre Léa-Roback mentionne que:

D’un quartier montréalais à l’autre, l’espérance de vie peut varier d’une quinzaine d’années. À titre d’exemple, les habitants des territoires du CLSC des Faubourgs, dans le sud de Montréal, vivent 10,7 années de moins, en moyenne, que ceux du CLSC Lac St-Louis, dans l’Ouest de l’Île.

Concernant ces inégalités sociales en matière de Santé, où en sommes-nous rendu à Montréal en 2011? Pour tenter d’y répondre, le directeur de la Santé publique, Richard Lessard a invité différents partenaires communautaires et acteurs terrain à un Forum sur les inégalités sociales en Santé qui aura lieu demain.

Informations sur le rapport Signes vitaux du Grand Montréal de la Fondation du Grand Montréal

La Fondation du Grand Montréal est un organisme de bienfaisance voué au mieux-être de la collectivité du Grand Montréal.

Référence duCentre Léa-Roback

Le Centre de recherche Léa-Roback a été mis sur pied afin de mieux comprendre l’impact du milieu sur la santé physique et mentale en vue de réduire les inégalités sociales de santé à Montréal. Les membres contribuent de manière significative au développement de la recherche dans le domaine et ils sont convaincus que la recherche avancée relève d’un projet social. Ils n’hésitent pas à s’engager sur les mêmes tribunes que ceux et celles qui détiennent les leviers pour améliorer la situation des personnes pauvres.

Autres textes sur Santé

Maladie de Crohn

Électrosensibilité, causes et symptômes

Un grand brûlé

Apprendre à vivre avec un handicap

Vivre sans prothèse

L’anorexie et Léa Clermont-Dion

Quoi faire lors d’une crise d’épilepsie?

Schizophrénie et maniaco-dépression

Stephen Harper et l’avortement

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

Site d’injections supervisées

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

29 Réponses

  1. Ce n’est pas uniquement qu’à Montréal à notre grande déception.

    Le Panda

    Patrick Juan

    J'aime

  2. C’est un problème international. Il est malheureux de voir certains quartier de métropoles internationales se voir comparer pour la pauvreté avec les pays du tiers-monde.

    J'aime

  3. Absolument,
    International et cela va aller de pire en pire.
    Ceratains pays du tiers monde sont plus riches que ce l’on pense avec leurs sous-sols.
    C’est le monde de la finace qui tue le peuple dans tous les sens des termes.
    Le Panda

    J'aime

  4. Je dirais aussi que les visions court terme des politiciens qui veulent se faire réélire n’aide pas une juste et équitable répartition de la richesse.

    J'aime

  5. Déjà que la vie des étinérants ou personnes défavorisées est triste et difficiles à vivre au jour le jours, rallonger leurs vies de 10 n’est t-il pas un calvaire. Les gens en santé plus fortunés qui tombent malade, vive un calvaire en se battant pour rencontrer des médecins, se faire donner des R.D.V. a l’hôpital par des secrétaires, bêtes et impatientes, subir des test et traitements qui semblent ne plus finir. Du temps de mes parents, ils vivaient le temps qu’ils devaient, heureux, puis ils mourraient c’est fini. Maintenant on dirait que les médecins font tout pour prolonger la vie …. d’une personne qui est morte cérébralement dans un accident, d’un bébé qui nait avec des difformités ou cérébralement déficient, sauver des grands brülés ou grands accidentés. C’est trop et insensé. Je serais currieuse de connaïtre le pourcentages que gens qui voudrais vivre un 10 ans de plus si vous questionniez ces personnes vivant dans la rue, toutes cathégories incluses,
    Aidons les plutôt en ayant un toit, de la nourriture, une hygiène et des vêtements convenables, a tout les jours.
    Coconut

    J'aime

  6. Bonjour Coconut.

    C’est le but de la lutte contre les inégalités sociales en matières de santé. Redonner aux citoyens des conditions équitables pour être en santé et heureux de l’être.

    Raymond.

    J'aime

  7. Je crois que l’émission Nauffragé de ville a ouvert les yeux au grand public de la problématique que vive ceux qui son dans la rue, Bien sur c’est une pointe de l’iceberg j’aimerais beaucoup que des documentaires soientt présenter sur une base régulière sur des réseaux de télévision a l’heure du souper et non durant la journée quand tout le monde est au travail. Je sais que votre journal touchent beaucoup de problématiques mais ce n’est pas la population en général qui le connaisse. Peut-être pourriez-vous faire comme les quotidiens MÉTRO ou 24 heures distribués dans les métro et chez McDo. Ils ont frappés au bon endroit.

    J'aime

  8. Bonjour Coconut.

    Il est vrai que nous devons augmenter notre diffusion et notre distribution de Reflet de Société. Nous ne pouvons cependant pas le rendre disponible gratuitement dans des lieux publics comme fait Métro. Quand ils sont donné ainsi gratuitement, la publicité doit être forte, ce qui n’est pas malheureusement pas notre cas.

    J'aime

  9. […] sans souffrance, comme…thalgott on Suicide sans souffrance, comme…raymondviger on Un Montréalais riche vi…Coconut on Un Montréalais riche vi…raymondviger on Un Montréalais riche […]

    J'aime

  10. […] du graffi… on Raymond VigerForum sur les in… on Raymond VigerUn Montréalai… on Raymond VigerPierre Duhamel, Nath… on Raymond VigerRéfére… […]

    J'aime

  11. […] ceux de la jeunesse (frais de scolarité, emploi et chômage) ou de la population vieillissante (soins de santé, régime des rentes) ou de ceux entre les deux qui veulent élever leurs enfants et joindre les deux […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :