Du plastique dans les médicaments

Santé et compagnie pharmaceutique

Après le scandale du Médiator, maintenant le paraben

Scandale dans l’industrie pharmaceutique. Le paraben, un dérivé du plastique qui occasionne d’importantes conséquences se retrouve dans plus de 400 médicaments!

Patrick Juan, Les Voix du Panda, correspondant de la France   Dossier Santé, Protection des consommateurs

Le Panda explose contre les voleurs profiteurs de vies.

Voilà qu’un nouveau scandale touche l’industrie pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du paraben vient de paraître.

Qu’est ce que le paraben ?

Le paraben, est un dérivé de plastique qui, dans le corps humain, agit comme un perturbateur endocrinien. Les parabènes sont également très utilisés dans l’industrie des cosmétiques et dans l’alimentation (fraises Tagada ).

Il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer, mais les larmes seront chargées en métaux lourds toxiques qui contaminent les nappes phréatiques. Heureusement, nos gentils députés songent à interdire ce dangereux conservateur de nos assiettes et de nos pharmacies. Ouf ! On respire : Du monoxyde de carbone. Vous avez compris que c’est de l’humour noir, la réalité est toute ailleurs.

Le médicament Médiator n’est pas même jugé, que les scandales se poursuivent

Tous les risques sont dans nos cuisines, nos assiettes, mesdames, le danger de la pilule en tant que contraceptif présente des dangers qui font que les risques que ne courraient pas nos grands-mères et avant, les jeunes femmes actuellement développent des tumeurs.

C’est tout un écosystème qui est à reprendre à la base la réflexion n’est plus à la base, il s’agit de passer à l’action.

De la même manière que Nicolas Sarkozy prétendait qu’il faisait de son quinquennat une priorité pour les personnes âgées, où se trouvent les mesures sur la santé, non seulement sur un plan national mais international ?

Il serait plus clair de dire aux consommateurs nous vous rendons responsable de la pollution, de la surpopulation du globe qui ne peut plus nourrir tout le monde, alors enrichissons les plus forts, la corruption des laboratoires comme celle des gardes des sceaux à la disposition du pouvoir en place rend la justice impossible.

Que nous reste-il de comestibles sur la terre ?

L’eau du robinet devient un danger à divers titre par sa raréfaction, par le système climatologique qui se détruit de jour en jour, les terres, les sols sont pourris de nitrate. En 1984, j’écrivais que plus de 57% des départements en France présentaient des sols bouffis de nitrate.

De nos jours, viennent s’ajouter les déchets nucléaires, la surproductions des céréaliers qui se font des couilles en or sur les tombes des petits agriculteurs qui ont fait confiance à leurs banquiers, le résultat est plus que probant, attention que l’anxiété, l’angoisse,  tout ce qui peut en découler, ne fasse de chacun des assassins en puissance.

Autres textes Santé, Protection des consommateurs

Mediator: conséquences et effets secondaires sur la santé

Est-ce que Santé-Canada nous protège?

Vaccin Gardasil condamné en France

Campagne de vaccination Gardasil; conséquences et effets secondaires

Depo-Provera: effets nocifs

Un médecin récalcitrant

Pharmacie.net pas toujours nette

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleRecueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

21 Réponses

  1. Merci pour la publication de cet article, qui touche bien plus profondemment ce que la majorité des gens pensent
    Il suffit de constater que des tonnes de produits « trafiqués interdits » viennent d’êtres saisies dans les usines sous diverses appelalations du fabricant même du Médiator.

    Je reviens
    Bonjour à tous
    Le Panda
    Patrick Juan

    J'aime

  2. Veuillez prendre connaissance de ce lien qui en dit long sur les procès à venir.
    Dans la mesure ou cela continu, il va être plus difficile de rentrer dans une pharmacie en faisant confiance aux laboratoires qui les fabriquent.
    Sommes nous idiots à ce point:
    http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/l-actos-et-le-competact-retires-du-marche-2665076+2663882/#read-2663882

    Mais le pire reste de constater que les risques encourus sont « la mort » et effectivement en ma qualité d’ex chercheur en pharmoco et en prévention cfela n’existait pas.
    Nous tombons sous le coup de pas vu pas prit
    Nous sommes en train de constituer avec des « médecins » un groupe de réflexions et soumettre les patients de tous ordres à des examens plus appronfonds avant la délivrance d’un médiment qui semble sans nuissance.
    Un exemplebasique le paracétamol, il suffit d’en prendre « 10 » cela peut tuer.
    Nous avons donc réussit à obliger le fabricant à les conditionner par « 8 »
    L’efféralgan de 1 gr peut-être un danger à 10 prises en 1 journée.
    Le Panda
    Patrick Juan.

    J'aime

  3. J’attends vos questions le cas échéant et je vous répondrai en fonction de mes compétences et connaissances.
    Il en va de même dans le cadre des doses prescrites par des « psy » et ensuite les utilisateurs tombent dans le monde de l’accoutumence et les sevrages sont quasiment impossibles.
    La tuberculose reprend car les parents craignent pour leur enfant et n’osent plus pratiquer des vaccinations indispensables et sans risque tel contre le tétanos qui en France draine quelques centaines de morts/an par ignorance.
    Tout comme la mort du nouveau né.
    Le Panda
    Patrick Juan

    J'aime

  4. Pour le laboratoire, le montant des dommages et intérêts pourrait atteindre un milliard d’euros.

    Après la tromperie, l’escroquerie. Selon nos informations, le parquet de Paris a pris mardi dernier un réquisitoire supplétif dans le dossier du Mediator. Ce dernier vise l’escroquerie à l’Assurance maladie (régime général et particuliers) et aux mutuelles, autrement dit, à l’ensemble des organismes qui ont été amenés à rembourser le médicament. En d’autres termes, le parquet estime que le fait d’avoir mis et maintenu sur le marché, en le présentant comme un médicament à bénéfice thérapeutique (pour le diabète) une molécule qui n’était en réalité qu’un anorexigène pour bénéficier de la prise en charge par les régimes sociaux, est susceptible de constituer une escroquerie aux organismes sociaux. Pendant toute sa durée de commercialisation, de 1976 à 2009, le Mediator a été remboursé à hauteur de 65%, soit le taux maximal de la sécurité sociale.

    Selon la période qui sera retenue par les juges, le montant pourrait être très élevé pour le laboratoire. Si les magistrats retiennent toute la vie du médicament, soit 33 ans, le montant des dommages et intérêts pour l’ensemble des organismes pourrait atteindre le milliard d’euros. Pour la seule période allant de 1999 (date à laquelle le médicament aurait dû être retiré du marché selon l’Inspection générale des affaires sociales) à 2009 (date de son retrait), le montant atteint 226 millions d’euros pour le régime général de l’Assurance maladie. Selon une source proche du dossier, il conviendra de préciser à partir de quel moment il y a eu escroquerie : quand les coupe-faim ont été interdits (à partir de 1997) ? Dès les premiers signalements d’effets secondaires ? Ou encore dès la commercialisation ?

    Avec l’escroquerie, le risque financier est plus important
    Sur les années 2000 à 2009, la Mutualité, qui regroupe 38 millions d’adhérents (et représente 600 mutuelles) chiffre elle sa demande à 100 millions d’euros. C’est le prix du remboursement des 35 % non couverts par la Sécurité sociale. Un connaisseur du dossier relève qu’avec l’escroquerie, le risque financier est plus important pour le laboratoire Servier qu’avec la tromperie.

    L’Assurance maladie, la mutualité sociale agricole et le régime des indépendants avaient indiqué qu’en cas de mise en examen, ils demanderaient aux juges la constitution de très importants cautionnements judiciaires à la charge des entreprises et des personnes mises en examen. Le tout dans le but de garantir le remboursement des sommes escroquées.

    Rappelons qu’en février dernier, quand l’Assurance maladie et les mutuelles avaient déposé plainte contre Servier pour tromperie, elles avaient également visé l’escroquerie. Mais à l’époque, le parquet n’avait pas visé cette qualification des faits. Au vu des éléments de l’enquête et des premiers mois d’instruction, le parquet de Paris demande donc aux juges d’enquêter spécifiquement sur cet aspect de l’escroquerie. Autrement dit, le parquet estime que si Servier trompait les patients, il pouvait également escroquer les régimes sociaux.

    Prochain rendez-vous le 26 septembre
    Mi février dernier, deux informations judiciaires contre X, avaient été confiées à des juges d’instruction du pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris. Le 18 février, le Procureur de la République annonçait l’ouverture de deux informations judiciaires. La première vise les chefs de «tromperie aggravée par la mise en danger de l’homme, ainsi que ceux d’ingérence et de prise illégale d’intérêt pour la période du 23 novembre 1973 (date de la demande d’autorisation de mise sur le marché) et jusqu’au 20 juillet 2010 (date du retrait effectif et définitif du marché)». Elle vise donc désormais aussi l’escroquerie à l’Assurance maladie. La seconde information concerne des faits présumés «d’homicides involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement et de blessures involontaires aggravées ayant entraîné une incapacité».

    Prochain rendez-vous avec la justice le 26 septembre à Nanterre avec trois citations directes. Elles visent notamment le fondateur du laboratoire, Jacques Servier, âgé de 89 ans. Le procès n’aura pas lieu avant le printemps 2012 et pourrait être télescopé par la procédure en cours à Paris. Car les trois juges parisiens avancent à grands pas. Les premières mises en examen pourraient intervenir à l’automne.

    Derniéres minutes
    Le Panda
    Patrick Juan

    J'aime

  5. Merci Patrick pour la mise à jour des nouvelles informations touchant le Médiator et le laboratoire Servier.

    Au plaisir de suivre les dénouments le 26 septembre prochain.

    Raymond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :