Cent Papiers: fermeture, piratage ou sabotage? Le journalisme citoyen peut-il exister?

Journalisme citoyen

La mort du site Centpapiers.com

Un des plus vieux et respectacle site de journalisme citoyen du Québec, Cent Papiers, est mort. Mort naturel ou sabotage? Est-ce une preuve que le journalisme citoyen ne peut exister au Québec?

Raymond Viger Dossiers Internet

Le site Internet Cent Papiers avait été cité à plusieurs reprises comme un exemple de journalisme citoyen. Ces fondateurs et artisans se sont retrouvés régulièrement à prendre la parole dans des congrès de journalistes pour présenter ce projet comme un exemple et une initiative exemplaire.

Historique de Cent Papiers

Le site de journalisme citoyen a été créé à la base par Messieurs Jean-Philippe Wauthier et Olivier Niquet. Ils avaient aussi mis en ligne le site le Sportnographe. Dans les meilleurs années de Cent Papiers, plus de 400 rédacteurs publiaient des textes. Pendant ce temps, Wauthier et Niquet faisaient le référencement des billets publiés dans Cent Papiers dans les différents digg like tel que Scoopeo ou Blogasty. Le nombre de billets présentés, les commentaires des différents auteurs et le référencement dans les digg like ont permis à Cent Papiers de prendre une position dans les moteurs de recherches enviables.

Quelques chicanes sur les orientations et les façons de faire dans Cent Papiers créent des dissensions. Des rédacteurs commencent à quitter le navire. C’est ainsi que, sous l’initiative de Pierre JC Allard, les 7 du Québec ont été créé, initialement, avec des rédacteurs de Cent Papiers qui avaient leur vision d’une nouvelle continuité.

Sportnographe et Radio-Canada

Le site Sportnographe se fait remarquer par Radio-Canada qui conclut une entente avec Wauthier et Niquet. Ce contrat avec Radio-Canada venait de diluer les énergies que Wauthier et Niquet pouvaient mettre dans Cent Papiers. Incapable de vendre Cent papiers, Olivier Niquet prend une entente avec Pierre JC Allard. Pierre JC Allard prend les rennes de Cent Papiers. Au moment d’une vente éventuelle, Olivier Niquet recevrait un pourcentage de la vente.

Les textes des 7 du Québec sont repris par Cent Papiers pour une 2e publication. Les textes des internautes doivent être modérés avant d’être publié. Le manque de temps des bénévoles de Cent Papiers fait que peu, pour ne pas dire aucun autre texte ne se retrouvent sur Cent Papiers.  Seule la republication des 7 du Québec et quelques partenaires Européens se retrouvent en ligne. Cent Papiers avait passé de 400 rédacteurs à une quinzaine, avec très peu de textes originaux.

Le soutien informatique qu’exige une plate-forme telle que Cent Papiers passe entre plusieurs mains pour aboutir en bout de course entre les mains de Philippe David. Le plus étrange c’est que Philippe David avait quitté le navire de Cent Papiers depuis août dernier pour créer sa plate-forme citoyenne, contrepoids.. Son dernier billet sur Cent Papiers étaient daté du 30 septembre. Plus étrange encore, lorsque nous faisons des recherches dans WHOIS pour connaître le propriétaire du nom de domaine de Cent Papiers, à la grande surprise de Pierre JC Allard, ce n’est pas le sien, mais de Philippe David qui apparaît, autant comme contact technique qu’administratif, avec ses coordonnés complètes!

Technical Contact:

   Centpapier inc.

   Philippe David
Administrative Contact:

   Centpapier inc.

    David
Registrant Contact:

   Centpapier inc.

   Philippe David

Le mois suivant, c’est au tour de Renart Léveillé de quitter le navire pour fonder le site Le Globe. Tout comme l’avait promis Cent Papiers à ses débuts, les nouvelles plate-formes promettent de pouvoir payer éventuellement leurs rédacteurs. Le bénévolat des rédacteurs est essentiel pour créer un achalandage et vendre éventuellement de la publicité. De là, on est encore loin de pouvoir payer des salaires. Parce qu’il ne faut pas oublier les coûts d’entretien et de développement de la plate-forme.

Le mois dernier, le site de Cent Papiers ferme. Un site Internet a besoin d’entretien régulier pour demeurer en ligne. Il s’agit qu’un des outils utilisés fasse une mise à jour avec une version plus récente pour que cette mise à jour vienne en conflit avec les autres outils présents sur la plate-forme.

La fermeture de Cent Papiers est-elle dû à un manque d’entretien, un acte de piratage ou un sabotage volontaire pour éliminer un concurrent? Difficile à dire pour l’instant puisque personne ne donne d’informations à l’intérieur de Cent Papiers et que personne ne semble se parler. François Marginean qui était l’ancien technicien de Cent Papiers nous dit que c’est Philippe David qui s’occupe du site. Sauf que Philippe David ne répond pas aux différents messages qu’on lui fait parvenir.

Pour l’instant, nous avons enterré le mois dernier Cent Papiers qui aura exister 6 ans dans la blogosphère avant de sombrer dans l’oubli et l’indifférence.

Une plate-forme, même basée sur du journalisme citoyen et des bénévoles a besoin d’une direction rédactionnelle, de modération, de correcteurs, de webmestre pour la mise en ligne, le référencement, un plan d’affaire pour sa continuité et son développement… Tout ça prend du temps et éventuellement de l’argent. Et pour faire entrer de l’argent, cela prend une équipe de vente et de marketing. Sans un bon plan d’affaire, une bonne politique éditoriale et un bon capitaine aux commandes, les plate-formes citoyennes sont appelés à disparaître assez vite ou de demeurer le jouet d’un bénévole archarné… ou entêté.

NB Plusieurs digg like, tel que Blogasty ou Scoopeo ont aussi sombré dans les abîmes.

Autres textes sur l’Internet

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Prochaines dates de formation sur le référencement d’un blogue

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

20 Réponses

  1. Bonjour Raymond,

    Je t’écris ce message afin de rectifier certaines erreurs qui se sont glissées dans ton article. Quelqu’un m’avait appelé, disant être un de tes associés, pour me poser des questions à ce sujet et j’ai répondu très franchement. Il semble que ça ne soit pas parvenu à toi.

    1- Que je sache, Centpapiers n’a pas été victime d’un acte de piratage. Du moins je n’en ai vu aucune évidence.
    2- Je ne suis plus associé à ce site depuis le mois d’août dernier. Je l’ai quitté pour me consacrer à mon propre site, Contrepoids.
    3- Je ne suis pas propriétaire du nom de domaine, mais j’avais laissé mes coordonnées au registraire du domaine en tant que responsable technique. Lorsque j’ai quitté, j’ai laissé à Pierre JC Allard toutes les informations afin d’accéder au site du registraire et aux interfaces d’administration du site, afin qu’ils puissent remplacer mes coordonnées avec les siennes. Rien de tout ça n’a été fait et même que jusqu’à il y a environ un mois, c’était encore moi qui recevait les factures de l’hébergeur.
    4- Je ne suis plus responsable de quoique ce soit vis-à-vis l’entretien de Centpapiers, mais François Marginéan m’a demandé de l’aider à remettre le site sur pied. Jusqu’ici, tout pointe vers un problème de logiciel sur le server qui est incapable en ce moment d’exécuter un programme simple d’une ligne en PHP. J’ai essayé en vain d’obtenir le secours de l’hébergeur. À l’heure actuelle, j’ai déjà proposé à François de changer d’hébergeur et déménager le site. Je suis dans l’attente d’une réponse.
    5- En passant, Je réponds à tous les courriels que m’envoie François, je ne me souviens pas en avoir reçu un de ta part au sujet de ce site. Alors je n’apprécie pas que tu dise ensuite que je ne réponds pas aux courriels qui me sont envoyés. La réalité est que ce que fait l’équipe de Centpapiers (ce qui en reste), je le fais tout seul avec Contrepoids et ça me laisse très peu de temps à faire quoique ce soit pour Centpapiers, c’est pourquoi j’avais démissionné en premier lieu.
    6- François et Pierre ont eu plus de 7 mois pour trouver quelqu’un pour s’occuper des aspect techniques du site qu’ils semblent incapables de s’occuper eux-même et ils n’ont rien fait. Je ne vois pas pourquoi ce serait moi qui porterait l’odieux de la chose.

    Je n’apprécie pas qu’on m’accuse de vouloir saboter Centpapiers pour profiter à mon propre site. Contrepoids ne s’adresse même pas à la même clientèle que Centpapiers qui est politiquement beaucoup plus à gauche. Je n’ai donc aucun intérêt à vouloir récupérer ce genre de clientèle et je doute d’ailleurs qu’ils ne viennent sur mon site. Rien ne me ferait plus plaisir que de remettre Centpapiers sur pieds de façon à m’en dissocier une fois pour toute. Depuis des lunes, les responsables du site cafouillent. Le site avait assez d’affluence pour rapporter des revenus publicitaires substanciels, de quoi payer quelqu’un pour faire l’entretien du site probablement, mais ils n’en font rien. Je me retrouve encore à sacrifier le peu de temps que j’ai à passer avec ma famille pour remettre sur pied un site dans lequel je n’ai aucun intérêt et ce, sans aucune rémunération. J’ai un emploi à temps plein, mon propre site de journalisme citoyen et ma famille qui sont mes priorités. Il ne faudrait pas qu’on abuse de ma générosité.

    Bien à vous

    Philippe David

    J'aime

  2. Bonjour Philippe.

    Merci de venir commenter le billet sur le fermeture de Cent Papiers.

    Je n’ai aucun associé qui t’a appelé pour avoir des informations sur Cent Papiers. Si tu as plus d’informations sur qui t’aurait appelé et pour quelles informations, je suis très curieux de pouvoir retracer cette personne.

    1- Est-ce que Cent Papiers a été victime d’un acte de piratage? La question demeure. Vous ne croyez pas que ce soit le cas. Le site de Renart Léveillé, Le Globe, a eu une attaque vicieuse d’un pirate expérimenté qui a fait planté le site du Globe. Un pirate se promène présentement dans la blogosphère.

    2- Que vous ayez quitté Cent Papiers en août dernier, c’est exactement ce que je dis dans le billet

    3- Vous dites ne plus être propriétaire du nom de Cent Papiers. Dans les faits vous l’êtes encore tel que le démontre les informations copier-coller dans Whois. La faute est possiblement à Pierre JC Allard et François Marginean qui ont négligé de faire le transfert.

    4 et 5 – Milieu mars, soit près de 2 semaines après la fermeture du site de Cent Papiers, François disait dépendre de toi pour remettre Cent Papiers en ligne et mentionnait ne pas avoir de réponse à ces courriels. Pierre JC Allard disait la même chose. Je t’ai aussi fait parvenir un courriel pour tenter de comprendre ce qui se passait dont je n’ai jamais eu de réponse.

    6- Je ne te fais pas porter l’odieux de cet événement. Je ne dis pas que tu es responsable et que tu dois assumer la restauration de Cent Papiers. Mais que depuis 7 mois il n’y ait personne d’attitrée pour s’occuper du site. Que pendant 7 mois les changements de propriété n’aient pas été fait est plus qu’étrange et n’aurait pas dû arriver. On ne peut pas opérer une plateforme Internet sans avoir un responsable. Ici ce n’est pas toi qui est pointé, mais l’administration de Cent Papiers.

    Je ne t’accuse nullement d’avoir saboté Cent Papiers. J’ai ramené la liste des départs, le tien et celui de Renart. Il y a présentement un pirate très vicieux et très expérimenté qui circule dans la blogosphère. Le site de Renart Léveillé a subi une attaque majeure.

    http://leglobe.ca/blog/2012/03/attaque-parole-citoyenne-hacking/

    La question demeure à savoir si c’est le même pirate qui est venu saboter Cent Papiers. Je suis sincèrement convaincu que ce n’est pas toi qui est ce pirate. Sois sûr que si j’avais pensé cela, ça aurait été écrit clairement dans le titre avec ton nom.

    Je suis pleinement d’accord avoir toi qu’il y a un cafouillage énorme dans la gestion de Cent Papiers. La vente de publicité est essentielle pour avoir les revenus pour payer un webmestre. Si tu te souviens, avant que je ne démission moi-même de l’administration de Cent Papiers l’an dernier, j’avais négocié un contrat de vente de publicité avec Branchez-vous. Contrat qui avait été refusé par les administrateurs de Cent Papiers mais qui auraient permis de payer un webmestre.

    Raymond.

    J'aime

  3. Juste pour info :

    Nous avons proposé à plusieurs reprises d’aider Cent papiers en leur proposant une plateforme sur Le Globe, bien avant la fermeture, sans réponse, suite à nos mésaventures de la semaine dernière, j’ai même dit que je pourrais surement aider l’équipe technique de CP, sans réponse .

    Le bassin d’écrivains de CP est interessant, quelque soit la plateforme, et nous les invitons cordialement sur Le Globe .

    J'aime

  4. Bonjour Nicolas.

    C est dommage que Cent Papiers n ait pas accepte l aide que vous leur avez fait parvenir.

    Raymond.

    J'aime

  5. Bonjour Raymond

    Je suis arrivé hier d’Australie et je viens apporter mon grain de sel.

    1. Je corrobore d’abord ce que dit Philippe: il y a eu un cafouillage dont il n’est pas responsable. En novembre 2010 – Il y a donc 17 mois ! – j’ai passé à François Marginean la direction de Centpapiers. Françcois n’était pas le technicien de CP, mais l’éditeur et le seul responsable. A ma connaissance, ses compétences techniques sont comme les miennes: nulles.

    2, Au moment où j’ai passé la main, Philippe a accepté, pour rendre services, de voir à l’hébergement de Centpapiers et des 7 du Québec. C’est ainsi que son nom s’est retrouvé au dossier. J’aurais dû changer stat son nom pour le mien sur les 7 et pour celui de Marginean sur CP, mais je suis parti pour l’hiver à Cuba. Je n’ai fait le changement sur les 7 que des mois plus tard ( en espérant que je l’aie réussi ! 🙂 et il semble que personne ne l’ait fait pour que Marginean apparaisse pour CP. Malentendu.

    3. Oui, j’ai été approché l’an dernier par Nicolas Facq et j’avais donné un avis favorable à une collaboration, mais en précisant qu’il appartenait à François de finaliser cette collaboration. François a préféré suivre une autre voie ce qui était son privilège. Etant bien loin et totalement en dehors du dossier, je n’ai pas su d’une proposition plus récente.

    4. Je pense qu’il FAUT identifier quiconque s’est présenté à Philippe en prétendant venir de ta part. Des accusations pénales seront portées.

    Voila…

    Je ne sais pas si Centpapiers est mort ou en coma. Je le saurai bientôt et je m’occuperai personnellement, selon le cas, de le ranimer ou de lui faire des obsèques plus dignes…

    Pierre JC Allard

    n.b : Par pure vanité, Raymond, je te souligne que Centpapiers a augmenté ses visites de 30% quand j’en ai pris charge, et a toujours par la suite publié chaque jour plus d’articles nouveaux ( une dizaine), soumis par plus de rédacteurs, qu’en aucun temps avant cette cette prise en charge…

    J'aime

  6. Bonjour Maître Pierre.

    Bon retour d’Australie.

    Je viens d’apprendre que François était l’éditeur et le responsable de Cent Papiers depuis 17 mois!

    Il est curieux que lorsque j’ai communiqué avec François sur la panne de Cent Papiers que celui-ci m’ait mentionné qu’il espérait et attendait une réponse de Philippe. Cela laissait sous-entendre que Philippe était encore responsable de la technique de Cent Papiers.

    Cent Papiers avait un excellent référencement dans les pages de Google. Plusieurs facteurs y ont contribué. Un site qui avait de l’âge est une grande force. Le nombre d’articles en lignes, la diversité… Beaucoup de trafic arrivait par ce positionnement privilégié.

    Ce positionnement dans les pages des moteurs de recherche permettait à Cent Papiers de continuer d’attirer un nouveau trafic. Mon blogue vit la même chose. J’ai fait le test il y a quelques années. Même sans écrire aucun billet, il continuait de prendre de l’expansion et d’augmenter son trafic.

    Cent Papiers a débuté avec une grande synergie, beaucoup de rédacteurs et beaucoup de nouveaux textes. En dernier, il y avait beaucoup de textes qui étaient de la 2e et même de la 3e publication. Tous les textes provenant des 7 du Québec étaient une 2e publication. Des gens qui publiaient sur les 7 du Québec se retrouvaient automatiquement sur Cent Papiers. La même technique étaient utilisées pour les rédacteurs Européens. Beaucoup de rédacteurs avaient désertés Cent Papiers.

    Il n’y avait plus de place sur Cent Papiers pour des rédacteurs qui publiaient spontanément des textes originaux. Depuis les 17 mois que vous avez passé la main à François, est-ce que Cent Papiers avait le leadership nécessaire pour garantir sa continuité ou naviguait-il ses acquis?

    En ce qui concerne cet imposteur qui a contacté Philippe, j’espère que Philippe aura le temps de répondre à ma demande d’informations complémentaires pour en savoir plus.

    Raymond.

    J'aime

  7. Bonsoir

    Vraiment désolant ! J’espère que le site Centpapiers pourra renaitre !

    J'aime

  8. Bonjour Fred.

    Merci pour votre commentaire et votre présence.

    Nous sommes tous derrière Cent Papiers et espérons tous qu’il revienne dans la blogosphère le plus rapidement possible.

    Raymond.

    J'aime

  9. Je suis surpris pour ne pas dire scandilisé du peu de réactions Au Québec au Canada en France et sur tous les sites francophones.

    Je prépare une réponse en ma qualité d’ex « patron » de presse écrite, c’est un viol moral de faire un tèl constat.

    Puis vous français maitres soits disants de la liberté d’expression qu’attendez-vous pour vous EXPRIMER.

    Souhaitons bien du courage à nos COUSINS.

    Avec ma profonde amitié
    Le Panda
    Patrick Juan

    J'aime

  10. Merci Patrick pour votre présence.

    J’ai bien hâte de lire votre commentaire.

    Raymond.

    J'aime

  11. Merci Patrick pour ta réponse .

    L’article de Raymond Viger est un des rares qui traite sur le fond ce grave problème . .

    Espèrons que nos commentaires en susciteront d’autres , le sujet en vaut la peine !

    Amitiés
    Frederic Frep

    J'aime

  12. @ Frep.

    Effectivement, je suis surpris du peu de réactions des internautes. Cela maintenant 5 semaines que Cent Papiers n’est plus en ligne.

    Raymond.

    J'aime

  13. @ Raymond

    Pour la petite Histoire, souviens-toi des nombreux appels que j’ai fait, à toi comme aux autres des 7 au cours de l’Été 2010, alors que je préparais mon départ vers Cuba, pour tenter de créer une synergie qui vous auraient permis à toi, Philippe, Renart et les autres de poursuivre ensemble l’opération Centpapiers après mon départ.

    Seul François a choisi concretement de le faire, ce que j’ai regretté
    car, comme je l’ai dit à l’époque, il était notre star-reporter et il est inepte de sortir Horowitz du piano pour l’envoyer vendre les billets et tenir la caisse.

    Je n’ai pas suivi les stats par la suite – Centpapiers, avant mon départ avaient dépassé à quelques reprises les 100 000 visites par mois – mais Centpapiers, durant l’ère Marginean, avaient toujours ses 50+ articles en ligne et au moins 9 nouveaux articles tous les jours.

    Peu des articles que je publiais étaient des « reprises » dans le sens courant qu’on en donne. Ils s’agissaient – et c’était l’orientation voulue – de publications originales simultanées par l’auteur sur son site perso ET sur Centpapiers, forçant souvent la main à Avox pour publier ces articles qui autrement en auraient été exclus. Le but était une diffusion maximale des idées, plutôt qu’une augmentation du tirage de CP.

    Il est vrai que la proportion augmentait peu a peu de l’apport d’une trentaine de collaborateurs réguliers au détriment de nouveaux auteurs, mais ce n’était pas faute d’espace. La réalité, c’est qu’il y a au Québec peu de gens désireux de s’exprimer sur des sujets de culture générale. Ouvrir grand les vannes à de nouveaux auteurs aurait conduit à un contenu venant de France non plus à 50% – ce qu’on nous a déjà reproché – mais à 80, voire 90%…

    La majorité des Québécois – ceux qui ne deviennent pas des collaborateurs réguliers – n’écrivent pas en pratique sur d’autres sujets que leur vécu ou leur compétence professionnelle… ou la quinquagénaire idée de la souveraineté.

    Pour le « vécu », les publications de ton groupé « Reflets de société », en ciblant les populations dites « marginalisées », occupent une niche intéressante et le font bien. Pour le deuxième volet, celui des variations sur le thème de l’indépendance, Vigile fournit le médium approprié. Il ne serait pas judicieux de vouloir faire vivre un deuxième canard sur l’un ou l’autre de ces étangs.

    Il y a place sur l’internet québécois pour d’autres sites d’intérêts spéciaux. Le développement de Centpapiers visait au départ des rubriques sur la SANTÉ, les RELATIONS INTERPERSONNELLES, la CROISSANCE PERSONNELLE, s’ajoutant à sa spécificité initiale qui se voulait POLITIQUE – nationale et globale. Je crois maintenant que pour répondre à la demande ‘il faudrait une famille reconstituée de canards… :-))

    Dans cette optique, ne serait-ce pas à toi, Raymond, qui a la plus longue expérience de gérer un groupe de publications, de tenter un rapprochement entre REFLETS DE SOCIÉTÉ, GLOBE, CONTREPOIDS… et peut-être CENTPAPIERS qui renaitrait dans un rôle plus ciblé ?

    Amicalement

    Pierre JC Allard

    J'aime

  14. Bonjour Maître Pierre.

    C’est vrai que vous avez travaillé fort pour tenter de former une équipe autour de Cent Papiers. Malheureusement, les ingrédients choisis formaient une mauvaise recette. Nous étions tous des blogueurs, des rédacteurs, mais trop similaires pour former une équipe. Une bonne équipe se créent par la diversité pour assurer une expertise dans les différents champs de compétence nécessaire pour faire naviguer le bateau.

    Chacun des médias pré-cité nécessitent et exigent beaucoup de temps et d’énergie. Il est difficile de trop se diversifier et tenter d’être partout à la fois.

    De plus, un média, qu’il soit traditionnel, citoyen, papier ou web, se définit par ses politiques éditorial et publicitaire. Dans les magazines web nommés, nous avons tous des politiques, autant éditorial que publicitaire très différentes. Chacun de nous étions ou sommes devenu des leaders pour chacun de nos médias avec nos propres visions qui auraient de la difficulté à cohabiter.

    Pour la vente de publicité, quand j’ai négocié une entente avec Branchez-vous pour une régie publicitaire sur Cent Papiers, tout le monde s’y est opposé et j’ai négocié le tout inutilement. Les publicités que Renart va chercher pour son site, j’en refuserais possiblement certaines. Difficile de cohabiter sur le même étang quand les canards ont chacun leur vision et naviguent dans des directions différentes.

    Au plaisir d’en rediscuter.

    Raymond.

    J'aime

  15. Bonjour!
    J’étais aux commandes de CP, le soir où il a « glissé dans le cyberespace ». D’ailleurs ce n’était pas la première fois… On l’avait perdu pendant trois jours précédemment.
    Les deux semaines précédant sa disparition avaient été difficiles: j’ai fait part à François du fait que le site « valsait ». Il est allé nettoyer je ne sais quoi, mais trois jours plus tard, il fallait s’y reprendre à 4 fois avant de placer un article.
    Dans la nuit du trois, comme à l’habitude, je suis allé vérifier, vers 00.40 si les articles étaient bien en place. Je me souviens que l’article en vedette affichait 23 visites. Le lendemain, plus d’accès au site, sauf par une image d’un google-cache.
    Pierre a la meilleure image pour comprendre ce qui s’est passé. Nous avons tous tenté de tenir à flot ce bateau un peu trop gros pour un seul capitaine et encore trop pour deux – François et moi.
    Oui, sortir le pianiste du concert pour aller vendre des billets, c’est ça l’histoire de CP. Trop à faire et peu à la rame.
    François m’a envoyé un mot quelques mois après la prise de CP pour me dire qu’il n’arrivait pas à donner un élan au site. Lui également a un travail et d’autres passions.
    CP n’est pas un « site perso ». Il aurait fallu une équipe de dix pour le bien faire fonctionner. Cela aurait permis à certains de prendre un peu de repos. On aurait pu aller chercher quelques bons auteurs de plus, comme R.Bibeau et Oscar Fortin. J’ai moi-même approché certains auteurs qui ont refusé.
    Divisions des tâches serait approprié en terme pour désigner ce qu’il aurait fallu.
    Quant à l’aspect monétaire, CP n’est pas Branchez-vous. Pour attirer des commanditaires il aurai fallu alléger un peu le site. Mais c’était une orientation qu’il aurait été difficile de prendre, vu la souche même des auteurs. En ce sens, il faut se questionner sur la pertinence des différents entre auteurs. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord avec des points de vues, des orientations, pour bien conduire un journal. Simplement accepter une tâche assignée.
    La dernière année a été pénible en ce qui me concerne. En plus de placer des articles, 8 par jour, il fallait répondre à certains auteurs parfois capricieux mais intéressants. C’était une partie de la tâche qui n’était pas « prévue ».
    Ensuite, vu le nombre un peu restreint d’auteurs pour un tel journal, il fallait aller picorer sur ce qu’il y avait de mieux, tout en ne balançant pas trop les mêmes articles qui tournent en boucle. Donc, de la recherche…
    Alors, voilà le pianiste qui doit en plus fabriquer, imprimer ses billets… Et répondre à la porte d’entrée. Et courir les images 🙂 . Bien des auteurs n’envoyaient pas d’images avec leurs textes.
    Ce qu’on semble ignorer de CP c’est qu’il a brûlé des solistes…
    Bonne journée!

    J'aime

  16. Bonjour M. Pelletier.

    Je suis parfaitement d’accord avec votre témoignage. Un site comme Cent Papier a besoin d’auteurs, rédacteur en chef, webmestre, programmeur, vendeurs de publicité… On ne peut pas tout faire seul et on ne peut pas improviser toutes ces spécialités.

    Il y a beaucoup de gens qui se sont donné pour tenter d’offrir une continuité à Cent Papiers.

    Il ne faut pas oublier que Cent Papiers fonctionne sur une plate-forme qui ne semble plus adéquate pour naviguer dans la blogosphère moderne. Le site est encore fermé. Difficile de fidéliser auteurs et internautes avec le nombre de fermeture et de problèmes techniques.

    Plusieurs outils et fonctions n’étaient pas à jour sur le site et méritaient une profonde chirurgie, qui nécessite temps et expérience.

    Raymond.

    J'aime

  17. Bonjour Raymond,
    Un point que j’avais oublié, ne m’y connaissant pas: la structure de CP. J’ai fait un tour, un jour, pour vérifier certaines choses. Entre autres, il y avait près de 3,500 auteurs d’inscrits… À nettoyer!
    Cet aspect-là, comme c’est le cas de Pierre, il m’échappe. ET ça me frustre un peu… Sinon, j’y aurais travaillé un peu.
    Bonne journée!

    J'aime

  18. Bonjour Gaétan.

    Juste la vision de la programmation du site nécessite un comité de travail où plusieurs peuvent amener leur expérience sur la navigabilité et la convivialité du site, sur le choix des outils à conserver, récupérer ou abandonner. Juste cette partie nécessite une grande réflexion et beaucoup de travail par la suite pour l’actualiser.

    Raymond.

    J'aime

  19. Bonjour à tous,

    si j’interviens ici c’est après enfin trouvé un lieu où il était question de cette disparition que je regrette sincèrement.

    Sans vouloir nullement mettre la zizanie, les problèmes techniques que vous rencontrez ne sont pas une surprise. Lorsque j’ai en effet temporairement pris l’entretien de CP, j’ai rapidement alerté M. Allard sur l’état lamentable de ce site:

    Une base de données bourrée d’erreurs et surtout un design « maison » non seulement dangereux car bourré de trous, mais aussi impossible à entretenir ou faire évoluer.

    Le « responsable » de l’époque m’a a plusieurs reprises indiqué vouloir le conserver malgré plusieurs propositions de ma part de nouveaux design dont aucun ne s’est avéré à son goût. Il est vrai que c’était l’époque de l’association avec Panda et que cet aspect semblait prendre le pas sur tout ce qui aurait été utile.

    Lorsque j’ai décidé de partir, j’ai laissé les clefs à Phillipe en l’informant des soucis à venir.

    Contrairement à ce que dit un intervenant, WordPress n’est pour rien dans les problèmes. Le souci majeur est le résultat visible aujourd’hui, soit d’avoir voulu à tout prix faire du neuf avec du vieux impossible à rafistoler.

    Il vous suffit de montrer les « entrailles » de CP à un professionnel (un vrai, pas seulement en titre) et il vous dira ce qu’il en pense. J’ai pour ma part essayé, mais les remerciements par des coups de pied au cul et des coups de poignard dans le dos ne sont pas mon genre.

    Pour conclure, je dirai simplement que je souhaite un nouveau départ à CP, avec cette fois des personnes sachant rester à leur place.

    ALBIE Alain

    J'aime

  20. Bonjour.

    Nous n’avons jamais eu la chance de pouvoir discuter directement.

    Les problèmes de plateforme de Cent Papiers étaient connu de tous. Tout le monde en a parlé et avisé les responsables. Malheureusement, comme la vente de publicité, le tout a été tassé et mis de côté.

    Beaucoup d’énergie mal canalisé et qui auront brûlé beaucoup de gens.

    Raymond.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :