Manifestation de casserole et mobilisation étudiante

Dossiers Éducation, Culture, Économie

La vulgarisation des casseroles

Ils sont sortis dans la rue. Ils ont tapé sur des casseroles. C’est au Québec, ça aurait pu être ailleurs dans le monde. La capacité des gens à croire en leur pouvoir de changer les choses est un puissant stimulant. Mais pour les nourrir, il faut de l’information.

Pascal Lapointe, Agence Science Presse. Dossier Éducation

casserole manifestation étudiant greve ggi greve générale illimitée« Plus grand est le sentiment d’auto-efficacité, plus élevés sont les objectifs que s’impose la personne et l’engagement dans leur poursuite. »

Une phrase compliquée pour définir une chose à laquelle nous avons tous été confrontés : plus nous croyons en nos capacités, et plus nous sommes prêts à aller loin.

Si les gens ne pensent pas qu’ils peuvent produire les résultats qu’ils désirent par leurs actions, ils ont peu de raisons pour agir ou persévérer en face des difficultés.

La confiance de manifester

C’est l’éminent psychologue d’origine canadienne Albert Bandura, de l’Université Stanford, à qui on doit ces phrases. Mais le concept « d’auto-efficacité » qu’il a développé à partir des années 1980, est bien davantage qu’une simple confiance en soi. C’est ce qui fait le pont entre l’individu et les groupes.

C’est qu’à la base, « croire en ses capacités », peut être individuel —oui, je suis capable de faire 100 km à vélo!— mais arrivent des circonstances où l’individu, tout seul, atteint ses limites —améliorer les conditions de travail des journalistes pigistes, par exemple. Du coup, le gros bon sens dicte de passer à une action collective. Et pour passer à cette étape, il faut croire en notre « auto-efficacité », selon les travaux de Bandura.

Les casseroles dans la rue

Comment passe-t-on à l’étape où des gens se sentent prêts à descendre dans la rue avec des casseroles? Le sentiment d’identification à un groupe compte pour beaucoup : les juristes se sentiront plus enclins à protester contre une loi si d’autres juristes le font, et les gens d’un quartier riche se sentiront autorisés à taper sur des casseroles si leurs voisins ont l’audace de le faire.

C’est là une leçon pour les journalistes et les scientifiques qui croient erronément qu’il suffit de prendre un bloc de connaissances complexes et de le vulgariser de la « bonne » façon pour que tout le monde « comprenne ». Parce que l’argument qui va stimuler les juristes n’est pas le même qui va stimuler les artistes. Et aussi parce que dès qu’on parle de « changer le monde », il y aura inévitablement des groupes qui, par biais idéologique, refuseront d’observer les faits provenant de ce qu’eux perçoivent comme étant « l’autre camp ».

Vulgariser la manifestation étudiante

Du coup, le défi du vulgarisateur —tentant par exemple d’expliquer la hausse des coûts d’inscription à l’université, le pourquoi de l’évolution « entrepreneuriale » de la recherche ou même l’évolution de l’économie depuis les années 1970— devient de présenter un discours adapté à chaque groupe. De la même façon que ces environnementalistes du Kansas ont mobilisé des citoyens pourtant climatosceptiques, en employant une vulgarisation à saveur économique : comment se libérer de la dépendance au pétrole, comment faire baisser la facture d’électricité…

En vertu du principe voulant qu’il leur sera plus facile de croire à leur capacité de changer le monde si cette perspective de changement se calque sur leurs valeurs personnelles. Et ce, même si ces valeurs peuvent paraître superficielles à d’autres. Puisque ce n’est pas en faisant sentir à quelqu’un qu’on le trouve superficiel qu’on le convaincra d’écouter, même avec la meilleure présentation multimédia du monde.

Qui peut-on mobiliser?

L’enseignement d’une pensée critique devrait aussi devenir quelque chose de fondamental à l’école et à l’université, ne serait-ce que pour apprendre à distinguer un fait d’une opinion —mais pour ça, il ne faudrait pas juste en reparler une fois tous les 20 ans, lorsque surgit une crise.

Bien sûr, il y aura toujours des groupes plus faciles à mobiliser que d’autres —les jeunes— et il y aura toujours des gens effrayés par toute forme de changement. Mais même les plus vieux ou les plus réactionnaires ou les plus individualistes sont tôt ou tard touchés émotivement par quelque chose de rassembleur —l’importance d’une meilleure éducation, l’argent de leurs impôts dépensé plus judicieusement, la possibilité d’un plus dans leur qualité de vie… La tâche du vulgarisateur consiste à trouver cette corde sensible.

Autres textes sur  Éducation

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

4 Réponses

  1. Bonjour Raymond

    J’ai une phrase encore plus simple pour résumer le long passage entre guillemets au début du texte: être têtu peut mener loin. Surtout si on croit intrinsèquement en ce que nous défendons.

    J’associe également l’entêtement –dans une perspective positive– au concept d’ « auto-efficacité » du psychologue Albert Bandura. Je dis perspective positive, car dans le cas qui nous concerne ici, les étudiants se défendent bec et ongles contre la hausse des droits de scolarité. Ils montrent à l’ensemble de la société québécoise qu’ils se battent pour les plus démunis et la classe moyenne contre cette hausse.

    Malgré des embûches dressés dans le chemin par le gouvernement comme les injonctions obtenus par certains étudiants, la loi 78 et la répression policière, les étudiants montrent amplement qu’ils sont têtus et qu’ils iront aussi loin qu’il le peuvent pour faire reculer Jean Charest sur la hausse.

    Toutefois, je déplore que cet entêtement se soit manifesté sous forme de casse et que l’aspect « marketing » du mouvement contre la hausse n’ait pas été plus judicieusement planifiée. En conséquence, les étudiants se sont mis à dos une bonne partie de la population québécoise, surtout habitant les régions et la ville de Québec.

    Anders

    J'aime

  2. Bonjour Anders.

    Effectivement, les étudiants ont choisi une seule voix, celle de la manifestation. Il aurait été intéressant de les voir utiliser différentes techniques. Cela aurait permis de voir les points faibles dans les réactions du gouvernement et de capitaliser sur celles-ci. De plus, certains citoyens auraient pu se mobiliser derrière certaines techniques tout en ne se permettant pas de sortir dans les rues.

    Raymond.

    J'aime

  3. Les propositions de Jean Charest faites aux associations étudiantes sont ridicules, pour avoir droit à la gratuité scolaire, il faut utiliser des crédits d’impôt, comme ce n’est pas tous les étudiants qui payent de l’impôt, plusieurs étudiants n’auront pas droit à la mesure proposée par le premier ministre. Je suis pour la gratuité scolaire sans condition, c’est juste pour tout le monde.

    J'aime

  4. Je suis d’accord avec vous M. Léonard sur la gratuité scolaire. C’est la meilleure façon d’être juste et équitable pour tous.

    Raymond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :