Une énergie propre… à partir de lisier odorant

Agriculture et énergie

Une énergie propre… à partir de lisier odorant

Quand la technologie peut aider à réparer les dégâts qu’elle a causés à l’environnement.

Normand Charest – Chronique Valeurs de société, dossier Environnement

L’élevage intensif du porc produit une énorme quantité de lisier malodorant. On s’en rend bien compte, lors de l’épandage de ce liquide sur les terres agricoles. En circulant sur les routes en été, cette puissante odeur nous contraint de fermer les fenêtres de la voiture. Ce que ne peuvent pas faire les cyclistes, les piétons et tous les habitants de ces régions. On les plaint.

Certes, on peut dire que ces déchets sont compostables et qu’ils peuvent enrichir les sols. C’est vrai en principe, et en plus petites quantités. Comme dans le cas du porc familial que l’on élevait dans nos familles autrefois.

Mais en trop grandes quantités, ces déchets peuvent causer des problèmes. À cause du surplus de phosphore et de leurs bactéries qui contaminent les cours d’eau et les eaux souterraines (la nappe phréatique). Ce qui peut vouloir dire la contamination de l’eau des puits.

Une solution écologique au lisier de porc

Une solution à ce problème pourrait être apportée par des chercheurs qui ont mis au point une « biopile » capable de produire de l’électricité à partir d’une bactérie contenue dans le lisier de porc.

La chose peut sembler bien surréaliste, mais il s’agit pourtant d’une découverte réelle et fonctionnelle. Une réalité bien sympathique, qui change un peu notre façon habituelle de considérer la technologie.

En effet, depuis le 19e siècle, l’évolution technologique était trop souvent synonyme de pollution, de destruction de l’environnement et, par le fait même, de notre qualité de vie. La vie dans nos villes grises nous a fait rêver à un passé en partie illusoire. Et à un retour aux sources, aux outils simples de nos ancêtres qui ne fonctionnaient pas au pétrole.

Dans les années 1950, beaucoup de citadins se construisaient des chalets dans la forêt, de préférence près d’un lac, pour y revenir à la vie simple, à l’eau du puits pompée à la main et au feu de bois. Du moins, durant leurs vacances.

Combattre le feu par le feu

Mais comme l’on doit parfois combattre le feu par le feu, la technologie d’aujourd’hui et de demain pourrait aussi corriger les lacunes d’une technologie plus ancienne. C’est ce qui arrive avec cette découverte d’une « biopile » fonctionnant à partir de lisier de porc. Transformer un déchet encombrant en énergie utile, cela mérite notre considération. Il s’agit d’une technologie prometteuse dont nous allons suivre l’évolution.

Les exemples de cas où la technologie peut aider à réparer les dégâts qu’elle a causés à l’environnement, plutôt que de lui nuire encore plus, sont encourageants. Comme lorsque l’on cultive biologiquement des légumes en serre, sur le toit des édifices des villes où ils seront consommés. Plutôt que de faire venir ces légumes de loin par les routes, à grands frais de pétrole. On se réjouit de ces découvertes, qui offrent dès maintenant de l’espoir pour l’avenir.

Références

Autres textes Environnement

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :