Une paire de seins lui coûte la vie

Conséquences de la chirurgie esthétique

Se refaire les seins

Elle voulait avoir de nouveaux seins. Refait. La chirurgie plastique coûte cher. Pour elle, beaucoup plus cher qu’elle ne l’avait planifiée.

Raymond Viger Dossiers Hypersexualisation

pierre tombale décès mort graveyard cimetièreVanessa est le nom fictif de cette jeune femme. Depuis longtemps, Vanessa rêvait de se faire refaire les seins.

La chirurgie plastique coûte cher. Très cher. Vanessa décide de partir dans l’ouest du pays pour danser. Faire un coup d’argent rapide et revenir pour faire cette opération. Elle avait planifié qu’en un mois elle pourrait avoir tout l’argent nécessaire pour se payer cette chirurgie plastique dont elle rêve.

Après quelques semaines, Vanessa est retrouvée morte sous un balcon. On ne sait pas ce qui s’est passé. On ne comprends pas pourquoi elle n’a pas eu la protection qu’on lui avait promis. Son argent avait disparu.

Nous nous sommes cotisé pour rapatrier le corps pour pouvoir enterrer Vanessa à Montréal. Parce que ramener un corps par avion coûte très cher. Presque 10 fois le prix d’un billet d’avion conventionnel.

Danielle et moi avons été au salon pour offrir nos sympathies à sa famille et à ses proches. Il y avait beaucoup de monde. Le salon était plein à craquer. Tant de monde qui aimait Vanessa… telle qu’elle était. C’est tellement dommage que Vanessa ne se soit pas aimé et accepté telle qu’elle était. Si Vanessa avait pu s’aimer autant que toutes ces personnes réunies au salon.

Ce ne sont pas toutes les jeunes femmes qui mourront comme Vanessa p0ur payer sa chirurgie esthétique ou encore comme Micheline Charest de Cinar morte sur la table d’opération. Mais que vont-elles subir pour satisfaire cette soif de transformation?

Adieu Vanessa. Nous garderons une pensée pour toi.

Autres textes sur Hypersexualisation

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

4 Réponses

  1. Desolee de lire ce texte. Toutes mes condoleances!

    Qu’en faire pour eviter de tels drames aux jeunes qui partent a l’aventure… J’ai deja pris de telles decisions mais sans doute pas dans un monde aussi dangeureux.

    Plus recemment, une niece est ainsi partie seule pour faire de l’argent dans l’Ouest, au moment ou ses parents ne s’interessaient pas a elle… Nous avons ete plusieurs tantes a lui offrir notre aide mais elle a prefere partir. Nous aons ete inquiets jusqu’a son retour… Elle avait mûri!

    Merci de l’avoir ramenee a Montreal pour l’enterrer. Le message porte pour ses amis et sa famille peut se consoler un peu.

    L’evenement organise par Christine a Dijon pour les femmes de Bourgogne a ete une grande reussite. Il faut maintenant donner suite en mettant en place un reseau pour que les femmes s’entraident…

    Je serai en Belgique quelques jours avant de participer au Festival international des films de femmes a Creteil, pres de Paris. Puis je rentre.

      Louise Ferme de Chéron France
    ________________________________

    J'aime

  2. Merci Louise pour ces nouvelles sur ces projets.

    Il y a des jeunes qui ont ainsi besoin de partir pour vivre à leur façon une liberté relative. Et devant notre impuissance, nous restons seul avec cette inquiétude qui nous ronge et nous envahit.

    J’écris ce message à 3:00 heures le matin. Cette inquiétude qui se traduit en insomnie.

    Raymond.

    J'aime

  3. on est mieux de garder les originaux…

    J'aime

  4. Bien répondu!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :