Présences féminines cachées dans les noms de rues

Pourquoi donner des noms de personnes à nos rues ?

Dans beaucoup de nos villes, on voit des noms de rue qui ne nous disent absolument rien, souvent même des prénoms sans noms de famille. Une exposition à la Maison de la culture de Longueuil lève le voile sur une partie de ces mystères.

Normand Charest — chronique Valeurs de société | Dossier Culturedébats société réflexions sociales position communauté social

L’exposition Échos/Cité – Mémoires de femmes, paroles de femmes s’interroge sur de la place de la femme dans notre société et notre histoire. La première salle nous dévoile le mystère de certaines rues à prénoms féminins : rue Louise, rue Joséphine, rue Charlotte ; ou dont la présence féminine est cachée sous un nom de famille : rue d’Adoncour, rue Albani, sans parler des nombreuses saintes dont notre histoire a l’habitude.

maison culture art spectacle culturel artistiqueLa rue Louise, modeste et franchement pauvre (du moins lorsque ma famille y a habité dans les années 1960), a été nommée en l’honneur d’une des filles de la reine Victoria. La rue Joséphine, du nom de la première épouse de Napoléon. La rue Charlotte, pour une fille de la famille Le Moyne, qui régna elle aussi sur la baronnie de Longueuil.

Du côté des noms de famille : d’Adoncour était le nom de naissance de l’épouse de Charles Le Moyne, baron de Longueuil. Le nom Albani est plus cocasse, puisqu’il s’agit du pseudonyme d’une cantatrice célèbre du 19e siècle, Emma Albani (1847-1930) (la Céline Dion de l’époque), née à Chambly sous le nom de  Marie-Louise-Céline-Emma Lajeunesse, mais qui prit un nom italien, parce qu’en ce temps-là, l’opéra était une affaire italienne : Verdi et compagnie.

Mais sans ces explications, beaucoup de ces noms ne diraient pas grand-chose à la majorité des gens.

Pourquoi donner des noms de personnes à nos rues et à nos lieux publics?

culture environnement art spectacle campagne photos photographie
photo N. Charest

Du côté masculin, on ne se gêne pas pour donner des noms de personnalités politiques, chefs d’État ou simples maires, à beaucoup de rues et de lieux publics. Et voilà l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, le parc Jean-Drapeau, les rues ou boulevards Henri-Bourassa, Camillien-Houde, Roland-Therrien, la place Untel…

On se passerait bien de toute cette quasi-idolâtrie,  surtout lorsque le personnage public ne fait pas l’unanimité. Et pourquoi se sent-on obligé de donner aux lieux des noms de personnes ? Je préfère de beaucoup les chemins du Lac, du Moulin, du Rang croche… ceux-là ne risquent pas de se péter les bretelles avec les honneurs qu’on leur faits.

__________________________

L’exposition Échos/Cité, préparée par le Musée de la Femme, à la Maison de la culture de Longueuil jusqu’au 30 août 2013, au 300 rue Saint-Charles Ouest.  

Autres textes sur Culture

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser