Les explications de la Cage aux Sports

L’arrondissement des factures

Après avoir souligné la façon d’arrondir ses factures, la Cage aux Sports nous répond.

Raymond Viger  | Dossier Protection du consommateur

525519_340063949390932_828572622_nCe matin, j’ai écrit un billet sur la façon que la Cage aux Sports arrondissait ses factures dans le cadre de l’élimination de la pièce d’un sous par l’Agence du revenu du Canada.

Retour sur l’aventure

Dimanche dernier, en recevant ma facture, j’avais apporté mon objection à la serveuse. Elle m’avait référé au site Internet en me disant que ce n’était pas de son ressort et de son pouvoir de faire quelque chose sur la programmation des factures. On nous dit que les commentaires sur le site sont pris en considération dans un délai de 24 à 48 heures.

J’ai donc été sur le site de la Cage aux Sports pour souligner ma grande satisfaction pour le repas et le service de l’hôtesse mais mon opposition à cette façon d’arrondir chaque item de la facture. J’ai laissé mes coordonnés pour qu’on puisse me rejoindre facilement.

Le billet qui questionne

Après 2 jours sans nouvelles, je mets en ligne mon billet vitriolique qui accuse la Cage aux Sports d’interpréter à sa faveur la règlementation de l’Agence du revenu du Canada dans le cadre de l’élimination de la pièce d’un cent.

Je reçois en après-midi un appel de Maître Caroline Pedneault qui travaille pour la Cage aux Sports. Je ne sais pas combien de personnes écoutaient la conversation. J’avais l’impression que le téléphone était sur l’option main libre.

La réponse de la Cage aux Sports

Maître Pedneault m’explique la façon que la programmation des caisses de la Cage aux Sports fonctionne ainsi que la description de tous les tests qu’ils ont fait. Le niveau de communication avec Maître Pedneault était calme dans un objectif d’échange d’informations. Ce qui est important. Parce que la violence attire la violence. Je n’aurais pas accepté qu’on tente de me violenter ou de me menacer. Cela est déjà arrivé et ça ne m’intimide aucunement. Au contraire.

Maître Pedneault m’explique que, sauf exception, pour toutes les factures, elles sont gérées conformément aux directives de l’Agence du revenue du Canada. L’exception est lorsque le client demande de diviser la facture entre 2 personnes. Quand 2 clients demande de partager une facture, le système étant incapable de diviser 11,99$ en 2, arrondit l’item pour pouvoir le diviser sur 2 factures, soit 12$ pour que chacun soit facturé 6$. Jusque-là il n’y a pas de problème.

Comprendre le cas d’exception

Dans notre cas, la serveuse, pour une raison inconnue, avait inscrit au départ que la facture serait divisée par 2 personnes. Quand elle a vu que je payais la facture au complet, elle a demandé à la caisse enregistreuse de ne faire qu’une seule facture. Mais voilà que dans un tel cas, au lieu de revenir à 11,99$, la caisse enregistreuse conserve le montant arrondi de 12,00$ pour chacun des items.

Plusieurs tests ont été fait pour s’assurer que les montants d’une facture normale présente exactement les montants affichés dans le menu. Aucun problème de ce côté-là. Je fais confiance à Maître Pedneault sur la série de test engendré.

J’avais raison de questionner la facture que j’avais reçue. Le mystère a été éclairci. En résumé, la Cage aux Sports n’essaye pas de voler ses clients avec une sursaturation.

Un cas d’exception sur la division et la refusion subséquente d’une facture demeure. En ce qui me concerne, c’est un cas d’exception qui ne mérite pas que je me déchire la chemise sur la place. La Cage aux Sports demeure donc un bon citoyen corporatif.

Le plancher et la caisse

Dans le cas d’une différence entre la facture et le menu, est-ce que le personnel sur le plancher est formé pour gérer ce genre de problème rarissime? Est-ce qu’il y aurait dû y avoir un gérant sur place pour soutenir le travail de la serveuse sur le plancher et prendre la relève pour gérer la situation?

Je suis content d’avoir pu avoir ces explications avec les gens de la Cage aux Sports. Cela permettra l’écriture rapide de ce billet et d’en faire les correctifs sur la situation que j’ai dénoncée. Très différents de plusieurs autres entreprises que j’ai questionnées mais qui ne prennent pas le temps de répondre. Cela leur vaut un billet qui questionne ces entreprises et qui, pour certains, se promènent dans la blogosphère depuis maintenant près de 7 ans. Et ces billets sont consultés à tous les jours. Par qui? Par des clients qui veulent y faire des achats mais qui tombent sur ma chronique de Protection du consommateur en cherchant le nom de ces entreprises.

Vous me direz qu’un billet écrit il y a 7 ans ne peut pas faire de mal. Quand son auteur enseigne aux différents rédacteurs comment écrire un billet pour être bien référencé, le positionnement de ces billets dans les moteurs de recherche peut devenir un irritant à très long terme. Le trafic quotidien et régulier de ces billets pourrait en surprendre plusieurs.

Références

Autres textes sur Protection du consommateur

Ressources

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Santé

couverture  livre jean-simon copiePoésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois.

Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel