Taxer la malbouffe et le citoyen

Problèmes d’obésité

Doit-on taxer les boissons gazeuses?

Raymond Viger | Dossiers SantéPolitique

Résumons la problématique. D’un côté, les dépenses gouvernementales en matière de santé ont amorcé une spirale sans fin. De l’autre, l’obésité fait des ravages et coûte cher au système de santé.

La réaction du gouvernement est de vouloir taxer les boissons gazeuses qui sont un des pires éléments de la malbouffe.

Qui sera pénalisé par cette nouvelle taxation? Le peuple et pas nécessairement les couches les plus fortunées de notre société.

eau environnement taxer malbouffe boissons gazeuses obésitéEst-ce qu’on va atteindre l’objectif double de diminuer l’obésité tout en augmentant les revenus pour la santé? Peut-être. Mais d’une façon oppressante pour le citoyen.

Pourquoi n’essayons-nous pas d’atteindre l’objectif par l’attrait. Au lieu de faire une réglementation qui vise le peuple, pourquoi ne pas cibler les grosses multinationales qui font full cash avec la malbouffe et notre obésité.

coke coca-cola taxer boissons gazeuses liqueur malbouffeQuestion d’être politiquement pas correct et de simplifier la lecture de ce billet, je vais mettre le nom de Coke sur la cible que je viens de vous présenter. Cela englobe toute une série d’entreprise du même acabit.

Coke fait de la grosse argent à nous vendre son sucre en bouteille. Pour en faire plus, des équipes marketing invente des versions diète et autre.

Ayant possiblement vu venir le coup, Coke a commencé à mettre en bouteille de l’eau et de nous la vendre. Dans les distributrices de Coke, nous pouvons donc voir, d’un côté la grosse méchante canette de liqueur et de l’autre, une bouteille d’eau. Les deux étant vendu à 2$.

Le jeune qui se retrouve devant la distributrice avec son argent et qui, à prix égal, se trouve confronté à ce choix, risque de trouver beaucoup d’argument militant dans le choix de la canette de liqueur.

Parce que Coke met en bouteille notre eau qui est un bien public, une ressource naturelle. Parce qu’il faut financièrement différencier ce qui est bon et ce qui est mauvais. Parce que l’accès à des boissons gazeuses est souvent plus facile que l’eau. Créons donc un règlement en conséquence:

Pour chacun des lieux de vente de boissons gazeuses, Coke devra vendre de l’eau à 25% du prix de vente de cette boisson gazeuse.

Cela veut donc dire que dans une machine distributrice où je vends une boisson gazeuse à 2$, Coke devra vendre dans cette même machine des bouteilles d’eau à 0,50$.

Avec cette différence de prix, fort possible que le père de famille pas trop fortuné puisse trouver d’excellents arguments pour justifier à ses enfants qu’une bonne bouteille d’eau va faire l’affaire.

L’idée de Coke qui nous vend notre eau me rappelle les compagnies automobiles comme Ford qui avaient acheté le métro de Los Angeles pour le détruire et forcer l’intégration des automobiles dans les villes. Les transports en commun ont été saboté par les manufacturiers automobiles.

Je ne suis pas convaincu de la capacité des grandes multinationales à être capable d’agir en bon père de famille et d’être des citoyens corporatifs responsables.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Santé

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois.

Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

6 Réponses

  1. C’est sûr, n’importe qui, qui a soif optera pour une bouteille d’eau à 25 cts… C’est du bon sens…

    J'aime

  2. Je sélectionne l’option ‘vivre et laisser vivre’, si un adulte conscient des problématiques potentielles décide de détériorer son propre métabolisme sans nuire à autrui, quel est le problème?

    J'aime

  3. Pour le gouvernement, son problème est que lorsque cette personne se rend à l’hôpital pour recevoir des soins, c’est toute la population qui doit payer pour les services de santé.

    J'aime

  4. Oui, mais toute la population doit payer pour les mauvaises décisions du gouvernement, taxe-t-on les Libéraux pour cela ?

    J'aime

  5. Je saisi l’enjeu mais de toute façon tout le monde paie déjà pour tout! Je paie des taxes scolaires sans avoir d’enfant, bref c’est pas mal ça, une société. À propos des libéraux, on n’ira pas là car ça ne finira jamais comme débat : unanimité entre classe moyenne et pauvres, Couillard doit tomber.

    J'aime

  6. […] Taxer la malbouffe et le citoyen […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :