Après la pluie … Le beau temps; Le désert

Le désert

Extrait du livre hybride papier-numérique

Après la pluie… Le beau temps de Raymond Viger


Un ardent soleil brûle le tapis jaune de ce désert.

Timidement le peu d’eau qui avait réussi à se cacher s’évapore dans ce ciel sec à craquer.

À perte de vue, ce fourneau infernal ne laisse aucune végétation pousser.


Du sable, encore du sable, à perte de vue.

Rien ne peut y survivre.

Seuls quelques animaux réussissent à survivre.

Recroquevillés sous une épaisse carapace protectrice, ils vivent solitaires et renfermés sur eux-mêmes.


Dépendant de quelques provisions que tu as amenées, tu avances dans le brasier.

Interminablement, pas à pas, le paysage est toujours le même.

Du sable. Encore du sable.

Même tes sueurs t’abandonnent et s’évaporent au fur et à mesure.


Au-delà de cette dune peut-être …

Tu rassembles tes dernières forces pour la gravir.

De peine et de misère, tu atteints enfin le sommet.

Une autre déception. Encore du sable à l’infini.


Tranquillement, tes réserves d’eau baissent.

Finalement, ta dernière gourde t’abandonne.

Seul, dans ce désert de sable, tu continues.

Chaque pas devient de plus en plus lourd, de plus en plus lent.


Tes dernières forces veulent t’abandonner.

Quand elles t’auront toutes abandonné dans cet enfer, ce sera la fin.

Tu feras le délice de quelques animaux à carapace, seule compensation de cette triste fin.


Tout à coup, tu ne peux en croire tes yeux.

Tes prières ont été exaucées.

À ta gauche tu perçois le sommet d’un palmier.

La source de vie doit inévitablement être à sa base. Tu changes ta route.

Tu donnes tout ce qu’il te reste pour gravir cette dune.


Tu étais vraiment à la dernière limite de ton épreuve.

Tu as donné tout ce que tu avais et même plus.

Il ne te reste plus d’énergie vitale.

Tu t’étends de tout ton long.


Tu regardes ce palmier.

Il semble s’évaporer et se perdre dans ce fourneau.

Telle une fausse promesse, ce mirage s’est éteint et t’abandonne, seul, vidé de tout.


Et pourtant, si tu n’avais pas changé ta route

Le chemin que tu avais trouvé toi-même, dans le fond de ton cœur

Tu aurais trouvé la source de vie juste devant toi

Derrière la dernière dune à traverser.


Dédié à tous ces braves gens qui, face à la traversée de leur désert, ont préféré changer leur route pour suivre le mirage de certaines sectes, plutôt que d’écouter la solution qui se trouvait au fond d’eux-mêmes. 


croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilExtrait du livre Après la pluie… Le beau temps

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Un livre que vous pouvez commenter et où vous pouvez présenter vos propres créations. Vous pouvez y laisser votre commentaire et même vos propres textes. Chaque commentaire est lu et obtient sa réponse.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000 et en région: 1-877-256-9009 ou par Internet. Éditions TNT : 625 Avenue de la Salle, Montréal, QC H1V

Quelques extraits de Après la pluie… Le beau temps

Autres livres pouvant vous intéresser

Une Réponse

  1. […] Poésie: le désert […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :