Chronique d’humour no 7: l’humour à l’hôpital

Deux chauffeurs de soluté se rencontrent

Le club des jaquettes fendues

Raymond Viger | Dossiers Mon humour, Humour des autres

Un rappel sur mon hospitalisation de 2013. Possiblement un instant de nostalgie. Je viens d’être hospitalisé d’urgence à quatre reprises en quelques mois. J’ai malheureusement moins le goût d’en rire que pour cette expérience de 2013 que je vous partage aujourd’hui.

Raccords de perfusions intraveineuses pied solutéDébutant ma 6e année sans prendre de vacances, je devais être jaloux de Danielle qui a pris une semaine de vacances pour aller voir son frère à Kitimat. Même si ce n’était pas planifié, je me suis arrangé pour prendre des vacances moi aussi.

Après avoir passé 10 jours en convalescence, dont 4 à l’hôpital, je me dois de réchauffer un peu mes neurones avant de reprendre le travail lundi.

Un séjour à l’hôpital t’aide à demeurer humble. De mon côté, j’avais toutes les difficultés à respirer. Incapable de tenir une conversation minimum sans être à bout de souffle. Pas de question de faire son Jean-François Mercier ou sa Kathy Gagnon dans de telles dispositions.

pieds perfusion poteau mobile solutéLa petite jaquette d’hôpital fendue à l’arrière nous ramène tous sur le même pied d’égalité.

Avec mon soluté et mes 2 traitements en intraveineuses qui me suivent sur mon poteau et mon branchement à une réserve d’oxygène, tu n’es pas vraiment en position de prendre ta douche. Après 3 jours, tu commences à être aussi fade qu’un pissenlit arraché du gazon en train de sécher sur le trottoir. Ne cherchez pas à comprendre pourquoi je parle ici d’un pissenlit fané. J’en ai aucune idée. Ça sorti comme ça.

La plus belle image que je conserve de cette convalescence. Ce grand poteau pour tenir le soluté et les traitements. Une vrai pole dancing mobile! J’avais juste pas l’énergie pour me laisser aller! Faut dire qu’avec le bruit que font les roulettes, je ne suis pas convaincu que c’était garant d’une solidité extrême! Et quand deux chauffeurs de soluté se croisent on se saluent comme 2 bikers. Un vrai sentiment d’appartenance commençait à se bâtir avec tout ce beau monde en jaquette fendue!

Autres chroniques sur Mon humour

Autres textes sur Humour des autres

Roman humoristique et éducatif sur la sexualité

roman sexualité humour éducation sexuelle sexe livre

Vanessa, Voyages dans les Caraïbes

Roman qui est un outil de discussion, de réflexion dans le respect sans être moralisateur. L’humour est une approche attrayant et aide à dédramatiser les situations.

25$ plus 4,50$ taxes et transport.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Pour commander par Internet:

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

4 Réponses

  1. Pas mal

    J'aime

  2. J’aime ton humour qui dédramatise la vie… Cher Raymond!

    J'aime

  3. Je sais pas ce qui me fait le plus rire: t’imaginer les fesses sortant de leur timidité par la fente de ta jaquette
    Ou
    Te voir tourner autour du poteau dans un déhanchement ravageur pour le coeur des infirmières
    ?????

    J'aime

  4. J’ai remarqué une importante chose dans mes récentes hospitalisations. Après avoir passé quelques nuits à l’urgence, je me retrouvais à l’étage des Alzheimer. J’ai eu des colocataires et des voisins de chambres dont une qui a fêté ses 100 ans à l’hôpital.

    Globalement, j’ai été le plus jeune patient de mon aile. Cela a dû aider à faire tourner les têtes!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :