Marginaux et fiers de l’être | Raymond Viger

Marginaux. C’est l’étiquette donnée à ceux qui ne font rien comme les autres. 

Fiers de l’être, c’est la réaction de Raymond Viger et de Danielle Simard devant cette désignation. C’est également une invitation à embrasser les possibilités qui résident au-delà des normes. Parce 25 ans d’intervention auprès des jeunes marginaux façonnent une perception unique du monde. 

Marginaux et fiers de l’être, c’est la chronique des événements qui ont jalonné le parcours d’un travailleur de rue/pilote d’avion/journaliste-devenu éditeur, et de l’organisme communautaire légendaire que sa conjointe et lui ont mis sur pied à Hochelaga-Maisonneuve. 

Sur le ton de l’anecdote, le narrateur évoque, entre autres, la fondation du premier journal de rue francophone au monde, le premier à avoir donné une voix aux jeunes marginalisés en les initiant à l’écriture; on y découvre aussi l’histoire du long siège visant à légitimer l’art urbain auprès des décideurs et ainsi offrir un tremplin à toute une génération de jeunes issus de milieux défavorisés. 

Marginaux et fiers de l’être. Le titre, brandi comme un trophée, coiffe un récit singulier de détermination. Le récit d’un engagement social indéfectible dédié au secours d’autrui, quitte à devoir bousculer, le cas échéant, les usages ou les institutions établis. Une histoire d’entêtement réfléchi et d’obstination sélective. 

Empreint de cet humanisme direct propre à la philosophie de l’organisme, Marginaux et fiers de l’être, testament social d’un couple hors du commun, compose avant tout une sorte de défi lancé au défaitisme. 

Publié aux Éditions TNT  Prix de vente 30$  ISBN 978-2-925002-34-5

Présentation de l’auteur (Raymond Viger)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est raymond-viger.jpg

Au début de la trentaine deux tentatives de suicide. Il entreprend à leur suite une première thérapie pour sortir de la crise suicidaire. Puis une deuxième, pour analyser ce qui l’amène à entrer en crise. Appréciant le nouveau mode de vie qu’il découvre alors, il prend le parti de suivre un cours de thérapeute. Non pas pour sauver le monde, mais pour s’assurer de pouvoir reconnaître les signes avant-coureurs de sa dépression et de ses propres difficultés de fonctionnement.

Au cours des 25 dernières années, l’auteur a été travailleur de rue et intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. Il a été le confident autant de victimes d’agressions sexuelles que d’agresseurs, ou de gens perturbés dans leur sexualité. Il a travaillé dans plusieurs milieux fermés, notamment ceux des jeunes marginalisés ou celui de la prostitution. Il a enseigné pendant cinq ans le Travail social à l’Université McGill.

Journaliste depuis 1974 il a publié son premier roman en 1992. Avec ses livres, il nous fait partager son vécu et celui des milliers de personnes qu’il a aidées. L’ensemble des confidences reçues par l’auteur fait de lui une personne crédible et reconnue. Il s’est d’ailleurs vu décerner plusieurs prix autant pour son intervention que pour son travail journalistique.

Il est régulièrement sollicité pour donner des conférences et des ateliers autant dans les écoles, les organismes communautaires qu’auprès de citoyens impliqués et sensibles aux thèmes sociaux.

Depuis 1992, l’auteur est directeur clinique du Journal de la Rue et rédacteur en chef du magazine Reflet de Société. Les thèmes sociaux font partie de son quotidien.

Depuis 1997, Raymond Viger a été consulté par différents organismes, universités et institutions partout dans le monde. En 2007, il a été invité à faire une tournée d’une trentaine de conférences dans les principales villes de France sur l’intervention auprès des jeunes.

Autres livres de l’auteur (Raymond Viger)