Dossier Santé mentale 

L’objectif d’Humain Avant Tout est de réduire les tabous entourant la santé mentale, briser l’isolement, redonner espoir et inciter les gens à demander de l’aide. L’organisme diffuse des témoignages de personnes qui vivent ou qui ont déjà vécu des troubles psychologiques diagnostiqués ou non. Voici celui de Simon.

J’ai un diagnostic de schizophrénie depuis 2003. J’ai vécu une déception amoureuse à 19 ans et j’ai été vraiment mal à point pendant 2-3 ans. J’ai commencé à consommer du pot, ça me permettait de cacher ma détresse psychologique. À un moment donné, j’ai craqué. J’ai perdu mon emploi et j’ai eu une altercation physique avec un coloc qui s’en est pris à moi. J’ai eu mes premiers symptômes par la suite. J’avais la sensation de ne pas être dans mon corps et l’impression qu’il y avait des forces occultes autour de moi. J’ai tout perdu mes repères…

Un matin, je me suis réveillé en psychose. Je me suis retrouvé à l’hôpital à deux reprises et la deuxième fois, j’y suis resté deux mois. J’étais choqué d’être retenu contre mon gré… Je me suis chicané avec ma mère, elle voulait que je reste et moi je pensais qu’elle pouvait me faire sortir. J’ai pris une médication, et j’ai arrêté, pensant que je n’étais pas malade. Je suis retombé en psychose pendant deux mois, et ça a été ma dernière hospitalisation. J’ai compris qu’il fallait que je prenne ma médication et je me suis replacé lentement. J’ai participé à des ateliers d’écriture, ça a comme été une bouffée d’air frais. J’ai été suivi par une ergothérapeute et j me suis inscrit à un programme de réinsertion sociale, qui m’a permis de participer à un documentaire sur la schizophrénie, qu’on est allé présenter à Bruxelles.

J’ai ensuite appris l’existence du réseau pairs aidants. J’ai fait la formation, qui a été difficile pour moi. C’était un gros groupe et je vivais de l’anxiété sociale…mais je voulais réussir et je l’ai fait. J’ai été stagiaire à la Société québécoise de schizophrénie, où j’ai ensuite été engagé. Petit à petit, j’ai mieux compris mon rôle et je devenais plus confiant de ce que j’avais à dire, j’arrivais à donner espoir aux gens. Depuis 2011, je rencontre des personnes atteintes de schizophrénie et des familles. J’apprends au contact des autres, et les autres apprennent de moi, c’est un bel échange. J’ai trouvé un emploi, mais c’est plus que ça…c’est une raison de vivre et une mission de vie.

Ce témoignage a été réalisé en collaboration avec la Société québécoise de la schizophrénie (SQS). 

Ce témoignage a été parrainé par Sophie Maffolini, contributrice de notre campagne de financement participatif. Photo prise sur le site internet Humain Avant Tout

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Autres textes sur le Suicide

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser