Recueil de textes – LGBTQ+

Fierté Littéraire (sous la supervision de Denis-Martin Chabot)

Date de parution : 28 mars 2022 | Prix : 20,00$

Description du livre Les mots qui libèrent

Briser le silence un mot à la fois. Déboulonner un tabou, celui de la violence dans les relations intimes et amoureuses. Un tabou encore plus tabou chez les personnes des communautés 2LGBTIQIA+.

Pourquoi ? La honte, la peur, ne pas être cru.e.s, l’isolement, la pression sociale, être exclu.e.s. Dans la mouvance de #MeToo, des victimes de violence trouvent enfin une voix. Une toute petite voix parfois, dont l’acte très intime d’écrire en est le premier balbutiement, le premier coming out. Écoutons. Entendons ces mots. Lisons cette parole. Libérons.

Dix-neuf textes disent la violence. Des perspectives diverses. Des textes durs. Des paroles crues. Mais nécessaires. En conséquence, ce livre comporte des descriptions de violence et de sexualité ainsi que du langage pouvant ne pas convenir à tout le monde. Nous préférons vous en avertir.

Fierté littéraire remercie le Bureau de lutte contre l’homophobie et la transphobie du ministère de la Justice du Québec pour sa contribution exceptionnelle à cet ouvrage.

Auteur du mois de mars : Denis-Martin Chabot

En quoi l’écriture vous a-t-elle fait du bien durant la pandémie et en quoi vous a-t-elle donné de l’espoir de traverser toutes ces épreuves ?

Découvrez la réponse de ….

Denis-Martin Chabot, Fierté littéraire

Écrire a été salutaire pour plusieurs personnes pendant la pandémie. Écrire est un acte très solitaire. Prises dans l’isolement, plusieurs personnes ont trouvé dans les mots qu’elles mettaient sur papier une façon très sécuritaire d’exprimer ce qu’elles ressentaient, à l’abri du jugement des autres.

Pour les personnes des communautés 2LGBTQIA+, écrire est souvent la première étape du coming-out. Se l’écrire à soi. Ça donne un certain réel à ce qu’on ressent, ce qu’on vit. Ça valide.

Dans le cas de la thématique du recueil, c’est souvent inspiré de faits vécus que les personnes ont créé leurs nouvelles. Ils, elles et iels mettaient des mots sur leur histoire, sur les émotions. Pour la première fois dans certains cas.

Évidemment, écrire demeure un acte discret. Entre soi et l’écran ou le papier.

Soumettre son texte à un appel à texte et le voir publier, c’est autre chose. Même en inscrivant un pseudonyme, c’est un geste empreint de courage et de résilience. Un grand pas en avant.

Je suis fier de ces personnes qui ont osé écrire sur ce double tabou qu’est la violence dans les relations intimes chez les personnes 2LGBTQIA+. Double, car en plus de la honte et la peur d’avoir été l’objet de violence, elles risquent aussi d’exposer leur identité sexuelle ou de genre devant des personnes qui pourraient ne pas les accueillir avec bienveillance.

Ce livre servira-t-il de catharsis pour les personnes qui vivent ou qui ont vécu dans cette violence ? Aidera-t-il à prévenir le pire ? On espère juste libérer la parole, un mot à la fois.

Denis-Martin Chabot, Fierté littéraire

Invitation au lancement du livre

28 mars 2022 à 19h | Théâtre La Comédie de Montréal

Autres livres pouvant vous intéresser