Dossier Santé mentale 

L’objectif d’Humain Avant Tout est de réduire les tabous entourant la santé mentale, briser l’isolement, redonner espoir et inciter les gens à demander de l’aide. L’organisme diffuse des témoignages de personnes qui vivent ou qui ont déjà vécu des troubles psychologiques diagnostiqués ou non. Voici celui de Véronique.

J’ai vécu une deuxième grossesse assez difficile. J’avais déjà fait une fausse couche avant la naissance de mon premier garçon et j’avais peur que ça m’arrive à nouveau. J’ai vécu toutes sortes d’événements au fil de la grossesse, dont deux pneumonies. Peu de temps après, à 32 semaines, j’ai perdu mes eaux. J’ai dû être hospitalisée pendant un mois, jusqu’à ce que j’accouche. J’ai beaucoup pleuré dans les premiers jours…C’était difficile parce que je ne pouvais pas être avec mon autre fils pendant ce temps-là…Il y a eu des complications à l’accouchement et j’ai eu une césarienne d’urgence. Mon fils a été amené dans un autre hôpital aux soins intensifs. J’ai seulement pu le prendre dans mes bras quand il avait 5 jours… J’ai vécu beaucoup de culpabilité pendant cette épreuve, parce que j’avais l’impression de devoir choisir entre mes deux enfants.

Le premier mois de sa vie, il prenait peu de poids et ça a été un gros stress. Une fois qu’il allait mieux, je suis allée consulter une psychologue. J’avais voulu le faire après ma première grossesse, mais je ne savais pas que c’était possible d’aller aux séances en compagnie de mon bébé, ce qui est moins stressant côté logistique. Tenir mon bébé dans mes bras pendant les séances m’a aidé à donner un sens à ce que j’avais vécu. La psychologue m’a aidée à relativiser et à me déculpabiliser. J’ai réalisé que je me comparais beaucoup avec les autres mères autour de moi. J’ai aussi écrit dans un journal et ça m’a fait du bien.

Aujourd’hui, mon fils a un an et demi et il va bien, mais il a un retard moteur global et un léger retard de langage. Il ne marche pas encore et c’est comme si j’ai encore de la misère à imaginer qu’il va réussir à franchir certaines étapes du développement. Mais je me sens plus en confiance qu’avant ; je sens que ça peut bien aller pour lui aussi, même s’il y a toujours une part d’incertitude dans la vie…J’avais envie de raconter mon histoire parce que je trouve qu’on ne dit pas assez que c’est possible d’aller consulter pendant la grossesse ou après l’accouchement, même en y allant avec son bébé, et qu’on n’a pas besoin d’être en dépression pour aller voir une psychologue…

Abonnez-vous au format numérique afin de découvrir les articles du magazine portant sur la santé mentale

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est decouvrez-notre-magazine.png.

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Autres textes sur le Suicide

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser