Dossier Santé mentale 

L’objectif d’Humain Avant Tout est de réduire les tabous entourant la santé mentale, briser l’isolement, redonner espoir et inciter les gens à demander de l’aide. L’organisme diffuse des témoignages de personnes qui vivent ou qui ont déjà vécu des troubles psychologiques diagnostiqués ou non. Voici celui d’Alexandra.

À 17 ans, j’ai quitté ma ville natale pour déménager à Sainte-Thérèse. Je vivais plusieurs changements en même temps : je partais de chez mes parents, je commençais des études en sciences de la nature et j’étais nouvellement en relation. Même si je réussissais bien, je n’aimais pas mon programme et je faisais des crises de panique après mes cours de physique. À un moment donné, j’ai constaté que j’avais perdu mon naturel avec mes amis. Je ne me reconnaissais plus, je me sentais déconnectée, un peu comme si j’avais perdu mon identité. Je ne ressentais plus beaucoup d’émotions et je sentais que je vivais ma vie comme un personnage. Il y avait même un brouillard devant mes yeux, comme si je n’étais pas vraiment là. En conduisant, ça m’arrivait de me regarder dans le rétroviseur pour me voir, pour m’assurer que j’étais bien là.

J’ai pu consulter une psychiatre et une psychologue, et c’est là que j’ai su que je vivais une dépersonnalisation. La dépersonnalisation, c’est faire l’expérience d’un détachement ou d’être un observateur extérieur de ses propres pensées, sensations et émotions. Ça cache souvent de l’anxiété ou une dépression. En thérapie, j’ai réalisé que dans la vie, j’ai toujours voulu rendre les autres heureux et je me suis oubliée là-dedans. À force de répondre aux besoins de tout le monde, j’en suis venue à ne plus ressentir mes propres besoins. Ç’a été un long cheminement, parce que pendant des années, j’ai eu l’habitude de demander aux autres ce qu’ils veulent, sans penser à ce dont j’avais envie. Ça m’a fait prendre conscience que mes émotions sont là pour me guider, j’ai comme un devoir moral envers moi-même de les écouter.

J’ai finalement décidé de partir un mois toute seule en Irlande. J’avais envie de prendre des décisions pour moi et ça m’a beaucoup aidée. Tranquillement, j’ai retrouvé mes couleurs, une à la fois, et je me suis reconnectée à qui j’étais. Je suis une personne extravertie, souriante, mais ça n’empêche pas que j’ai vécu des choses difficiles. C’est important de ne pas juger et de montrer que ça peut arriver à tout le monde. Chaque être humain a une histoire, un monde dans sa tête, peu importe la façade.

Abonnez-vous au format numérique afin de découvrir les articles du magazine portant sur la santé mentale

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est decouvrez-notre-magazine.png.

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Autres textes sur le Suicide

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser