En affaire, la rentabilité est une courbe

Limite du marketing

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire être en business économie

Je mets 1$ en promotion. J’obtiens 2$ de vente. Intéressant.

Je décide de multiplier cette stratégie. Je mets 10$ en promotion mais, contrairement à ce que je m’attendais, je n’obtiens que 19$ de vente.

J’augmente encore la promotion à 100$ et mes ventes n’atteignent que 150$.

Jusqu’au moment fatidique ou avec 1000$ en promotion j’obtiens 990$ de vente.

chute euler courbe kv 900Les résultats d’une promotion sont rarement linéaires. Les premiers investissements peuvent aller chercher les ventes faciles. Et plus on continue et plus on doit déterrer les ventes plus ardues.

Il faut connaître son budget de promotion et connaître les objectifs de vente que l’on se donne. Est-ce des ventes qui dénère des profits ou des parts de marché?

Seuil minimum

Il est rare que les premières ventes arrivent avec le premier dollar investit. Il peut y avoir un placement minimum pour commencer à recueillir le fruit de notre travail.

Il faut bien connaître son marché pour déterminer les objectifs à atteindre et les moyens que l’on se donne pour y arriver.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Publicités

En affaire, bien définir le mandat

Qui fait quoi, quand, comment et avec quel budget?

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire économie être en business

En affaire, il faut donner des mandats clairs, nets et précis à nos principaux collaborateurs.

Le mandat doit répondre aux questions de base pour donner une direction, un sens et une cohérence dans le travail de chacun.

Des mandats aussi simple que de faire l’entretien montrent facilement les extrêmes possibles. Si je dis à un employé de faire le ménage du local il pourrait prendre 3 jours à tout replacer, nettoyer… Si je lui dis de le faire mais avec un budget temps de 30 minutes, il pourra planifier son travail en conséquence et atteindre l’objectif que j’ai en tête.

  • Combien de temps doit-il prévoir au mandat?
  • Est-ce qu’il peut demander à d’autres employés de l’accompagner?
  • Quel est le niveau à atteindre?
  • A-t-il un budget pour de nouveaux produits et outils ou s’il doit se débrouiller avec ce qu’il a?

Si je ne défini pas mon objectif clairement, aucun employé ne peut le deviner.

Si je veux pouvoir évaluer la qualité du rendement qu’il me donne, je dois avoir eu des mandats clairs, nets et précis.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

En affaire, savoir communiquer

Informations et archives

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire être en business économie finance employés

Pour prendre une décision, il faut avoir l’information.

Les communications sont de plus en plus nombreuses et sont appelées à se multiplier encore plus.

Il faut rapidement apprendre à démêler le tout avant de crouler sous l’information. Trop est comme pas assez.

Groupe de communication

Pour éviter de perdre du temps à trouver les courriels de tous les destinataires, faire des groupes de communication dans notre système de messagerie nous fait sauver du temps. Dans Facebook on peut aussi faire des groupes fermés par affinité. Exemple, le groupe des serveurs de notre bistro, le groupe des cuisiniers, le groupe des graffiteurs, le groupe des danseurs…

J’ai une soixantaine d’artistes graffiteurs regroupés dans mon courriel. Quand un contrat les concernent et que je peux rapidement les rejoindre d’un seul clic.

L’objet de la communication

Un outil sous-utilisé est de mettre l’objet du courriel. Il permet de pouvoir archiver les messages et d’en connaître le contenu sans avoir à tous les ouvrir. Pour que ce soit efficace, il faut supprimer ce qui n’est pas important et s’assurer que l’on conserve ceux qui sont importants.

Dans les systèmes de messageries, il existe des catégories dans lesquelles on peut archiver nos messages. Les utiliser va vous faire épargner beaucoup de temps.

Recherche

La fonction RECHERCHE de vos courriels ne peut être efficace que si vous identifié vos messages avez des objets pertinents.

La majorité de mes interlocuteurs répondent à mes messages sans changer l’objet. Nous pouvons avoir plusieurs échanges qui aurons tous le même titre. Si un de ces courriels méritent d’être archivé, je vais me le retourner en lui mettant un objet spécifique qui me permettra de le retracer facilement avec la fonction RECHERCHE.

Exemple on commence une communication intitulée NÉGOCIATION. Après une virulente discussion impliquant 8 courriels nous finalisons une entente. Je vais possiblement mettre en archive le courriel avec l’objet: LISTE DE PRIX DE … 2016 ou encore CONTRAT DE … 2016.

Le nom de la personne ou de la compagnie impliquée mais aussi l’année. À moins que d’avoir une entreprise qui dure longtemps ne fasse pas parti de vos objectifs. Ça fait 25 ans que je suis le directeur du Journal de la Rue. Certains fournisseurs me suivent depuis un quart de siècle. Et à chaque année ils me fournissent de nouvelles listes de prix.

En organisant vos communications, vous serez surpris de vous rendre compte que vos interlocuteurs ne le sont pas.

Et avoir accès à des archives que l’on peut consulter rapidement font parti d’un avantage important quand on est en affaire.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

En affaire 16: apprendre à décrocher, Joyeuse St-Jean Baptiste

Prendre une pause

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

chien-2

wagvhthv-1

Cette chronique sur les affaires et l’entreprenariat tombe cette année en même temps que la St-Jean Baptiste.

Joyeuse St-Jean Baptiste. J’en profite pour dire qu’en affaire, il faut apprendre à décrocher rapidement et facilement. Parfois les instants de pause ne sont pas très longs. Il faut savoir en profiter.

Vous me direz alors que je suis un très mauvais exemple puisqu’en cette journée de fête je me retrouve à écrire un billet pour la chronique Affaire.

Ne vous inquiétez pas. Ce billet a été écrit il y a un mois et je l’ai post-daté pour qu’il soit publié en cette journée de St-Jean Baptiste.

Quand on est d’avance et qu’on voit venir les choses, cela nous permet de s’organiser et de se structurer en conséquences. Ceux qui sont toujours à la dernière minute sont possiblement en train de travailler en cette journée de vacances.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Être en affaire no 15: Se structurer adéquatement

Bien classer et archiver ses soumissions

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire conseils partir à son compte trucs businessUn client vous appelle pour avoir une soumission pour un produit ou service que vous offrez. Même si chaque projet est un clé en main, il faut être cohérent sur son coût. Comment réagirait un client qui vous rappelle dans 6 mois ou un an pour le même service et qu’il se fait répondre un prix très différent? Malgré l’inflation, malgré les économies d’échelle sur des produits qui baissent, il y a une limite dans les différences que les clients peuvent accepter et comprendre. C’est pourquoi il ne faut pas « garocher » n’importe quel prix à un client et qu’il faut  pouvoir se « souvenir » des soumissions faites et des budgets demandés. De plus, imaginez que vous êtes plusieurs à donner des prix à la clientèle. Il faut que le prix donné le matin par un employé soit le même qu’un autre en après-midi!

En tant que bon dyslexique, je parle de moi ici, la technique de communication quand je travaillais avec mes collègues était d’avoir un cahier dans lequel nous notions date, nom et coordonnés du client, détail du contrat, prix et conditions. Si nous avions fait une soumission écrite, j’imprimais la soumission que j’annexais à nos archives. Cela nous permettait de retracer rapidement un client qui rappelait. Classé en ordre chronologique avec premièrement le nom du client, nous pouvions facilement retracer l’information à partir de peu d’informations.

Je classe aussi ces informations dans des courriels que je m’envoie. Automatiquement classé par ordre chronologique, j’inscrit dans l’objet le nom du client et quelques mots de références pour me souvenir rapidement du sujet de la soumission. Ces mots clés me permettre de demander une recherche parmi mes courriels et de pouvoir retrouver rapidement la soumission.

Chronique Réussir en affaire

Publicité D’un couvert à l’autre: histoire d’un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

 

Être en affaire no 14: Être le premier en tout

Être le premier employé de son entreprise

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire conseils partir à son compte trucs business entrepreneurN’oubliez pas le contexte dans lequel on situe cette chronique. Vous voulez partir à votre compte, créer votre propre entreprise. Quand je reçois un futur entrepreneur et qu’il me dit qu’il doit trouver de l’argent pour se payer un local aménagé, une secrétaire pour répondre au téléphone, un vendeur pour représenter son entreprise, un salaire décent pour lui … je commence par lui dire qu’il prend un mauvais départ et qu’il devrait demeurer employé.

Avec tous ses frais fixes qu’il s’impose dès le départ, il hypothèque son entreprise. De plus, quand tu débutes, tu dois créer des définitions de tâches, comprendre l’inter-relation de chacun des postes, t’assurer qu’il y a suffisamment de travail pour créer un poste à plein temps… Et il faut que l’entreprise commence à faire de l’argent si on veut pouvoir en dépenser éventuellement. L’entrepreneur qui débute devient son premier employé.

L’entrepreneur qui prend les différents postes de travail dès le départ avant de le déléguer à un employé permet de se sécuriser:

  • Il peut remplacer n’importe qui à pied lever.
  • Il n’est pas à la merci de ses employés.
  • Il comprend mieux les différents fonctions de son entreprise et peut faire de meilleurs liens…
  • Il peut plus facilement voir les erreurs de ses employés.

Et le salaire d’un entrepreneur est proportionnel aux profits de son entreprise. N’exigez pas de votre entreprise un certain niveau de salaire si votre entreprise ne réussit pas à faire ses ventes. Faites des profits et votez-vous un salaire qui est un pourcentage des profits réalisés. Et n’oubliez pas d’en laisser pour la Recherche et développement, pour les nouveaux projets, pour créer un « cash flow » positif… Il ne faut pas vider les coffres à chaque occasion que vous aurez. Pour sa croissance, votre entreprise aura besoin de capitaux.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: histoire d’un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Être en affaire no 13: En retard ou en avance?

Ne jamais remettre à demain…

ce que l’on peut faire hier

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

réussir en affaire trucs partir à son compte entrepreneur conseilsTrop d’employés qui se disent professionnels sont en réalité des artistes. Lorsque je donne un délai d’une semaine à un employé pour accomplir une tâche j’ai remarqué que certains employés me le remettent toujours à la dernière minute et qu’ils ont tendances à défoncer l’échéancier demandé. D’autres pourraient me le remettre plusieurs jours à l’avance.

Si j’avais à congédier un employé, d’après vous, lequel passerait dans le moulinet?

Toujours être à la dernière minute vous mets en situation de risque:

  • Panne électrique dans le quartier vous empêchant de livrer le document.
  • Bris des ordinateurs.
  • Vol des ordinateurs.
  • Vous tombez malades et devez vous absenter du bureau.
  • Votre enfant, votre conjoint ou votre chat tombe gravement malade.

Les raisons pouvant vous empêcher d’être à votre meilleur la journée fatidique sont nombreuses. Mais il y a pire. La bonification du rapport à remettre. Et c’est ce qui pourrait vous démarquer face à vos collègues.

Quand on termine à l’avance un rapport, le recul que nous prenons nous permet de le garder inconsciemment en tête. Il m’est arrivé régulièrement de retourner au rapport pour rajouter quelques idées qui ont muri. J’ai la réputation d’être une boîte à idées. Pour se faire, il faut être capable de laisser murir les projets en nous et de se donner du temps. Être à l’avance sur notre travail est devenu une façon de faire qui me permet de bonifier mes idées et d’aller un peu plus loin.

Chronique Réussir en affaire

Publicité D’un couvert à l’autre: histoire d’un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

%d blogueurs aiment cette page :