L’intervention sociale à travers le breakdance

«Je suis tout et en même temps je ne suis rien.» Ainsi se caractérise le danseur de breakdance Jonas Napoléon, plus connu sous le nom d’Omégatron.

Un texte de Marie Semeur publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Santé mentale

Découvrez le parcours d’un des ambassadeurs du breakdance à Montréal, avec plus de 20 ans de carrière, 14 compétitions remportées, 10 ans de leçons de vie dans le social et une philosophie incroyable. Il nous fait part de son histoire avec le breakdance et de sa méthode d’intervention sociale auprès des jeunes.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Santé mentale

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Suggestion de lecture

25 ans de couverture sociale et culturelle

 

Autres livres pouvant vous intéresser

Le hip-hop au féminin : Vision du breakdance par des bgirls

Les bgirls, ces femmes qui pratiquent l’art du breakdance, sont de plus en plus présentes sur la scène hip-hop montréalaise et elles le valent bien! Malgré des difficultés d’acceptation dans les années 1990, ces femmes ont su écrire l’histoire du breakdance façon bgirling. Entre l’organisation d’événements hip-hop, les cours de danse et leur pratique personnelle, ces femmes nous racontent leur histoire dans un monde qui semble masculin. 

Dossier Hip-Hop

Kate (bgirl Lynx), Dana Schnitzer (bgirl Radio), Franchesca (bgirl Franchess) et Alexandra Landé ont eu des parcours différents. Elles ont eu besoin de s’exprimer à travers leur corps. Le hip-hop fut pour elles un monde, une passion et une famille. Même si elles ont un grand respect à l’égard de leurs pairs masculins (fondateurs du breakdance), elles n’en oublient pas les difficultés à gagner en crédibilité dans une discipline encore très masculine.

Faire sa place!

Ces femmes ne cherchent pas à être favorisées ou valorisées pour leur sexe. Dans le cypher (cercle de freestyle) où le battle (compétition de breakdance), le sexe ne prime pas! Ce qui compte c’est la performance. Elles aspirent à faire évoluer des mentalités, faire changer la vision des bboy à leur sujet et le langage masculin du breakdance. En plus de devoir être plus performantes que leurs compères masculins, les bgirls doivent également faire face aux regards souvent critiques et sceptiques des bboys.

« Avant c’était mal vu d’être une bgirl. C’était rare de voir des filles faire du breakdance », explique bgirl Radio. Pour Lynx, l’histoire va beaucoup plus loin : « Lors de mes voyages, je voyais que le breakdance féminin n’était pas accepté. Au Vietnam par exemple, ce n’est pas très féminin de voir une fille se rouler par terre! » À Montréal, les mentalités concernant la femme évoluent, ce qui est un avantage. « On est de plus en plus acceptées dans le milieu », précise-t-elle.

Alexandra Landé, chorégraphe hip-hop et organisatrice du désormais célèbre Bust A Move (compétition de breakdance), ajoute que les danseuses hip-hop canadiennes ont beaucoup plus de mal sur la scène internationale (exception faite des États-Unis).

Elle explique également sa vision mitigée du genre dans le hip-hop : « Je ne crois pas en la différence de sexe. Je pense que nous sommes tous passionnés. La différence entre la femme et l’homme se fait dans les valeurs que tu défends à travers ta danse. »

Elle affirme que le plus gros dans le breakdance est physique : « Les bgirls doivent constamment faire face au langage et à la critique des hommes. Dans la danse hip-hop, ça nous sauve, car le seul langage connu, c’est celui du corps, et la discipline est moins physique  », dit-elle. Rappelons que lors de la compétition Bust A Move de 2015, les victoires dans 4 des 6 catégories ont été remportées par des femmes. Par rapport aux années précédentes, c’est une grande avancée.

Déconstruire les préjugés

Le plus dur pour elles, confie Lynx, c’était de trouver quelqu’un pour leur enseigner le breakdance. C’est leurs mentors Radar et Omegatron qui prennent le risque de les former. À l’époque très peu de bboys les poussent à apprendre. « Mon crew (groupe) n’était pas accepté, un groupe de filles qui débarquent dans les battle et s’intéressent au breakdance? Ce n’était pas commun de voir ça! Et les bboys nous l’ont bien fait savoir! Ils ne nous ont pas accueillies très chaleureusement… »

À l’époque, certains voient le breakdance féminin comme une révolution et s’intéressent phénomène. Malheureusement ce qui devait être un moyen de valoriser le bgirling a pris une tout autre tournure. Les bgirls étaient vues comme des profiteuses qui utilisaient le hip-hop pour se faire de l’argent alors qu’elles n’avaient pas eu à se battre pour faire leur place.

Lynx explique avec regret cette expérience : « Les bgirls étant rares à l’époque, on était souvent approchées pour faire des publicités, car c’était vendeur. Très naïves, on a foncé dans le stigmate, ce qui nous a décrédibilisées auprès des bboys. Nous, on voulait  simplement s’amuser et prouver que nous aussi avions notre place. »

Le plus drôle, ajoute-t-elle, ce n’est pas que les MC’s l’annonçaient comme un bboy mais plutôt que certains la critiquaient physiquement : « On essayait de trouver un peu de féminité dans nos mouvements et notre style vestimentaire, ce qui n’était pas du goût de tout le monde. Certains disaient “Tu ressembles à un garçon, arrête de mettre des baggies!” Quand j’y repense, c’était drôle qu’un mec me conseille d’être féminine. Mais je prenais cette critique pour la transformer en énergie positive. »

« Pas fake mais real! » Lynx et Radio seront d’accord sur ce point, « On devait se battre encore plus pour être valorisées. Ce n’était pas gratuit de convaincre les gens. On devait leur montrer qu’on était légitimes. Être autant capables que les bboys », expliquent-elles avec tristesse.

Ouvrir le chemin

Pour les anciennes du milieu comme Lynx, Radio et Alexandra, transmettre leur savoir et l’énergie du hip-hop à la nouvelle génération est essentiel. Après s’être battues pour donner une place et une crédibilité aux bgirls, elles doivent maintenant la partager.

Voir de plus en plus de femmes présentes sur la scène hip-hop pousse la nouvelle génération à se frotter au breakdance. Ellementale 5 (premier groupe de breakdance féminin fondé par Lynx et Radio) et les autres bgirls des années 1990 ont ouvert le chemin aux jeunes femmes d’aujourd’hui.

Certains breakdancers de la précédente génération voient la nouvelle comme des compétiteurs qui ont tendance à oublier les valeurs qui animent le breakdance. Le partage d’énergie, d’émotions et l’entraide sont des principes qui se perdent, bien que l’accès au breakdance pour les femmes et les jeunes soit facilité, notamment par Internet. Ne pas tomber dans l’imitation est d’autant plus difficile!

Franchesca est l’une de ces jeunes. Bgirl depuis presque deux ans, elle débarque dans le milieu avec les bases que son mentor lui a enseignées au Cégep, en plus des heures de répétitions effectuées dans son sous-sol, devant YouTube. Pour elle, l’enjeu est différent. Elle n’a plus à changer les stéréotypes physiques, mais à travailler plus dur pour prouver sa valeur. Elle doit convaincre les bboys et encore plus les bgirls qu’elle a sa place. «Les attentes sont plus élevées pour ces jeunes et la compétition est de plus en plus dure», explique Radio.

« Pour gagner sa place aujourd’hui, il faut beaucoup de motivation et des heures d’entraînement, explique Franchesca. Admettons qu’un bboy me critique sur le fait que je sois une bgirl, je lui dirais “très bien, faisons un battle”. Ça arrive rarement. Quand je danse, on remarque plus mes lacunes que mon sexe. Mais on gagne en maturité et on brise la glace. Et je pense que ce changement de mentalité s’est fait grâce au travail des anciennes bgirls. »

« Pour progresser dans ce milieu, il est primordial d’être entouré d’un groupe. C’est compliqué pour une jeune femme d’en trouver un qui veuille bien t’accepter, surtout quand tu es récente dans le milieu. Il faut faire ses preuves et être présente de manière régulière dans les battle et cypher, » rappelle Franchesca.

Dans cette culture vivante, chacun à sa propre histoire. Mais que l’on soit homme ou femme, la seule chose qui compte, c’est la manière de s’approprier cette culture. Ce qui est sûr c’est que pour y arriver il faut d’abord commencer par se prouver à soi-même qu’on peut le faire et se lancer dans le cypher avec amour et détermination.

Autres textes sur Hip-Hop

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Rémi Jean-Lefebvre nous présente SBU ONE en photos aux Francofolies

Photoreportage de Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café graffiti qu’aux Édition TNT.

Lors des Francofolies de Montréal, du 8 au 17 juin, le Café Graffiti  présentait chaque soir une démonstration de peinture.

Photographie Rémi Jean-Lefebvre

Crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Plusieurs grands noms du milieu des arts, muralistes ou graffiteurs, se sont présentés pour livrer d’impressionnantes prestations. Le tout se déroulait dans une ambiance décontractée aux saveurs hip-hop à la Place des arts, accompagné de séances éphémères de breakdance, pour finir à la tombée de la nuit en fête dansante pour jeunes et moins jeunes.

Une fois achevées, les fresques étaient placardées sur les murs extérieurs créant un agrégat d’œuvres éclectiques grandissant jour après jour. La diversité de style créait la beauté de la chose, l’ensemble pouvant combler les gouts de tout un chacun.

Photographie Rémi Jean-Lefebvre

Crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Aujourd’hui, Rémi Jean-Lefebvre nous présente quelques photos de SBU ONE


Les articles de Rémi Jean-Lefebvre

La créativité de Rémi Jean-Lefebvre

Les différents profils de Rémi Jean-Lefebvre

Autres billets sur le Graffiti

Pour les 15 ans du Café-Graffiti, son histoire

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graffOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants.

Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Aux Francofolies, Rémi Jean-Lefebvre nous présente Jonathan Cormier

Photoreportage de Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café-Graffiti qu’aux Éditions TNT.

Crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre

Maîtrisant d’abord le dessin au crayon-feutre, Jonathan Cormier explore plusieurs médiums: le crayon, l’huile, l’acrylique, la canette. C’est cette dernière qu’il préfère.

À travers son exploration, il cherche encore, il cherche son style, il cherche son style unique, il cherche le petit quelque chose qui lui permettra de faire sa marque. Jonathan est un artiste à surveiller dont on voudra suivre l’évolution.

crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre photos

Jonathan a décroché plusieurs contrats pour le cinéma et la télévision. Plusieurs collectionneurs ont déjà commencé à garnir leur portefeuille de toiles de Jonathan.

Jonathan Cormier, un garçon bien sage qui s’éclate sur le canevas et ses différents médiums.

Crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Photos Rémi Jean-Lefebvre

Les articles de Rémi Jean-Lefebvre

La créativité de Rémi Jean-Lefebvre

Les différents profils de Rémi Jean-Lefebvre

Autres billets sur le Graffiti

Pour les 15 ans du Café-Graffiti, son histoire

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graffOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants.

Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Rémi Jean-Lefebvre aux Francofolies

Photoreportage de Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café Graffiti qu’aux Éditions TNT.

Rémi Jean-Lefebvre aux FrancofoliesÊtes-vous allés aux Francofolies cet été 2018 ?  De la bonne musique, du soleil, beaucoup de monde, et si vous en avez eu la chance proche du Musée d’art contemporain : du graffiti !

Du 8 au 17 juin, le Café Graffiti  offrait chaque soir une démonstration de peinture sur panneau de bois. Plusieurs grands noms du milieu des arts, muralistes ou graffiteurs, se sont présentés pour livrer d’impressionnantes prestations. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister à la création d’œuvres d’art en direct. Le tout se déroulait dans une ambiance décontractée aux saveurs hip-hop à la Place des arts, accompagné de séances éphémères de breakdance, pour finir à la tombée de la nuit en fête dansante pour jeunes et moins jeunes. Une fois achevées, les fresques étaient placardées sur les murs extérieurs créant un agrégat d’œuvres éclectiques grandissant jour après jour. La diversité de style créait la beauté de la chose, l’ensemble pouvant combler les gouts de tout un chacun. Paysage bédéiste de JO, dinosaurisme de SBuONE,  hyperréalisme de DEPS, mosaïque de personnages de MONOSOURCIL, style graffiti de BIBI UNA et SIMON, sans compter le talentueux ARPI !

Beaucoup de rencontres mémorables et d’échanges intéressants se sont créés entre artistes et festivaliers. Sans parler la curiosité enivrante des enfants qui ne quittaient pas des yeux le tracé de la bombe aérosol crachant ses pigments sur le panneau de bois.

Un article de Rémi Jean-Lefebvre initialement écrit pour le magazine Reflet de Société +

Les articles de Rémi Jean-Lefebvre

La créativité de Rémi Jean-Lefebvre

Les différents profils de Rémi Jean-Lefebvre

Autres billets sur le Graffiti

Pour les 15 ans du Café-Graffiti, son histoire

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graffOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants.

Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel 

Rodéo urbain, Musique Country-Western

Date : Du 24 au 27 août 2017

Lieu : Quai Jacques-Cartier à Montréal

Montréal est Country

Plongez dans l’univers Western en milieu urbain

Rodéo, musique Country et expériences gourmandes

Épreuves de dressage

Ces épreuves regroupent trois disciplines : la monte du cheval de rodéo sans selle, la monte de cheval avec selle et la monte du taureau.

La performance d’un concurrent et de sa monture aux épreuves de dressage est évaluée par deux juges de rodéo. Ils décernent 50 points chacun : 25 pour le talent équestre du cavalier et 25 pour la qualité des ruades de l’animal, ce qui permet d’évaluer le degré de difficulté.

Une bonne marque tourne autour de 80 points; obtenir davantage est exceptionnel.

Épreuves d’habileté (Gymkhana)

Les circuits comprennent trois volets : la course entre barils, la course en sauvetage et l’échange de cavaliers.

Ces concours de rodéo demandent de l’agilité et de la rapidité. Les concurrents cherchent à les compléter le plus rapidement possible, sans en enfreindre les règles, afin d’éviter des pénalités de temps.

Course entre les barils

Concours de rodéole cavalier doit accomplir avec succès des tracés à la gauche et à la droite des trois barils disposés à la verticale dans l’arène, sans les faire tomber, sans quoi une pénalité de cinq secondes est attribuable à chaque obstacle renversé au sol, pour un maximum de 15 secondes.

La course en sauvetage

Discipline qui nécessite la participation de deux cowboys et d’un cheval de rodéo. Le but de l’exercice étant que le premier participant débute la course au galop pour que son allié, alors au sol, le rejoigne sur le cheval entre la deuxième et la troisième borne du parcours, pendant que l’animal se déplace à une vitesse de 75 km/h. Ils doivent franchir la ligne d’arrivée avec leurs 2 jambes de chaque côté de la monture.

L’échange de cavaliers

Épreuve d’habileté qui implique la participation de deux cavaliers et d’une monture. Le premier cowboy contourne les deux premières bornes de l’arène suite à quoi, entre la deuxième et la troisième marque, il doit sauter du cheval pour laisser la place à son partenaire. Le cavalier sur le cheval doit franchir la ligne d’arrivée avec les 2 jambes de chaque côté de la monture.

Mise en selle par:

FESTIVALWESTERN-sttite-1.png

Un évènement faisant parti de la programmation du 375e de Montréal

375MTL_pendrillon_rouge_Fr-1-150x150.png


Admission gratuite

100% des profits reversés à la communauté

Réservations et informations: (514) 223-8116


Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant souper spectacleUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Plus de 260 spectacles gratuits sont présentés annuellement.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet.Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Hochelaga-Maisonneuve sera représenté à Versailles en France

Exposition internationale de photographies

Vernissage du photographe Georges Dutil

Raymond Viger | Dossiers Le Ste-CathRestaurant

photographie vernissage versailles france photos georges dutilAvec seulement quelques semaines de préparation, la soirée bénéfice pour soutenir le vernissage du photographe Georges Dutil a été un franc succès.

Une salle comble pour présenter autant de prestations sur scène que leurs vœux, plusieurs photographies imprimées sur métal ont été vendu.

Un encan a mis en compétition Mme Sicotte de la Banque Nationale de la rue Ontario et Mme Laroche de la Caisse Desjardins Hochelaga-Maisonneuve. Un match nul où chacun des belligérants a remporté sa photographie.

Photographies hochelaga-maisonneuve homa photos georges dutilIl reste encore des toiles exposées au Bistro le Ste-Cath. 4264 Ste-Catherine est.

Vous pouvez aussi continuer à soutenir Georges Dutil dans ses entreprises tout en conservant un souvenir inoubliable en commandant par Internet les cartes de vœux imprimées avec ses photos. Elles sont aussi en vente à la Coccinelle Jaune sur Ste-Catherine.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre infolettre sur le site http://www.le-ste-cath.com

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

restaurant bistro quoi faire ou manger-ste-cathUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

%d blogueurs aiment cette page :