Covid-19; le Québec dans le top 5, sensationnalisme inutile

Le Québec et le Coronavirus

Le top 5 des bad boys

  • Les chiffres, on peut leur faire dire à peu près n’importe quoi.
  • En période de pandémie et lorsqu’il faut remplir du temps d’antenne on en invente.
  • Quand on est politicien et qu’on veut attaquer le parti d’en face on utilise n’importe quel argument. 

Raymond Viger dossier Coronavirus

Si on retranchait le Québec du Canada et qu’on l’intégrait dans la liste des pays en comparant le nombre de décès par millions de personnes, le Québec serait au 5e rang au monde.

Pourquoi se limiter au Québec. Faisons le même exercice avec la ville de New-York. Créons une série de pays avec d’autres lieux comme Montréal et Laval. Allons chercher les villes, villages, provinces ou lieu à définir où le coronavirus a fait un ravage.

Le Québec se situerait comment dans un tel exercice avec tous ces nouveaux pays que nous venons de fédérer?

La question qui tue. Était-ce une nouvelle utile et d’intérêt public? Était-ce du sensationnalisme?

À vous de juger.

Autres textes sur le Coronavirus

Covid-19 et le prix du pétrole

Le pétrole albertain à moins de 0$ le baril!

Les producteurs de pétrole paient pour que leurs clients prennent leurs stocks

Si le média qui a ramené cette information n’avait pas été Radio-Canada, j’aurais été obligé d’en douter. Leur source est le premier ministre albertain Jason Kenney.

Raymond Viger Dossiers CoronavirusÉconomie

ExxonMobil_Baton_Rouge.jpg

Deux raisons sont invoqués pour justifier cette chute de prix. D’une part, la COVID-19 qui a fait chuter la demande. Personnellement, depuis un mois je n’ai pas encore eu besoin d’essence et mon réservoir affiche encore la moitié. D’autre part, l’Arabie-saoudite a débuté une guerre de prix avec la Russie faisant augmenter l’offre.

Oil_well.jpgC’est ainsi que pour les producteurs de pétrole albertain il en coûte moins cher de payer pour que les acheteurs viennent prendre leur stock que d’arrêter la production.

Suite à la guerre de prix de l’Arabie-Saoudite, le prix à la pompe s’est rapidement effondré entre 0,70 à 0,88 sous le litre. Mais avec des barils de pétrole sous 0$, il faudrait qu’il descende encore beaucoup plus bas. Parce que le prix à la pompe est supposé répondre à l’offre et à la demande aussi.

Reprenons le calcul que Le Soleil nous a déjà présenté. En 2005, le prix du pétrole à la pompe était de 0,79$ le litre pour un prix au baril de 44,86$. Avec l’effondrement du prix de pétrole en 2020 à combien devrait se vendre le pétrole à la pompe selon vous?

Autres textes sur le Coronavirus

Autres textes sur le Pétrole

Autres textes sur Économie

Pour combattre le coronavirus: Purell ou savon?

Pourquoi utiliser un gel hydroalcoolique dans les CLSC et autres lieux publics?

Le public avait-il raison de dévaliser les inventaires de Purell au début de la crise du Corid-19?

Le Covid-19, le savon et le Purell

Raymond Viger Dossiers Coronavirus, Santé

2015101912104120160906104515istock14217846savon2.jpgAu lieu de me limiter à un commentaire personnel, je préfère vous présenter plusieurs références sur la fausse perception de protection que le public retrouve face à l’utilisation du Purell en ces temps de crise.

Émission Découverte du 5 avril, Radio-Canada Journaliste Danny Lemieux avec la présentation de Charles Tisseyre:

Environ 80% des maladies infectieuses se transmettent par les mains. Pour éviter leur propagation, le lavage des mains s’inscrit alors comme une règle élémentaire d’hygiène. Mais comment le savon parvient-il à éliminer un virus?

Le savon dissout le gras. Et c’est le point faible du Corona virus. Son enveloppe étant formée de gras. Le savon va s’y fixer et la dégrader. Le virus n’est alors plus infectueux.

Santé Canada préconise que le gel hydroalcoolique (Purell), ne devrait être utilisé seulement s’il n’y a pas d’eau de disponible. Parce qu’il est moins efficace.

2015101912104120160906104515istock14217846savon2.jpgJournal Le Quotidien, 20 mars 2020, Jean-François Cliche:

Alexandre Chagnon, pharmacien d’hôpital et fondateur du site Questionpourunpharmacien.com «l’eau et le savon sont au moins aussi efficaces que le gel hydroalcoolique [lorsqu’on savonne les mains pendant au moins 20 secondes]».

Marine Corniou, Québec Science, 6 septembre 2016.

Les antibactériens interdits aux États-Unis. Il sera désormais interdit de commercialiser aux États-Unis les savons antibactériens.

L’avis, rendu par la Food and Drug Administration (FDA), mentionne que ces produits ne sont pas plus efficaces que l’eau et le savon classique pour limiter les infections.

En fait, comme l’explique dans le communiqué Janet Woodcock, directrice du Centre d’évaluation et de recherche pour les médicaments (CDER) de la FDA, « certaines données suggèrent même que ces ingrédients antibactériens sont plus néfastes que bénéfiques à long terme », entraînant notamment une résistance bactérienne et des dérèglements hormonaux chez les utilisateurs.

66c765abd6_50161058_mains-savon.jpgRéponses aux questions initialement posées par votre humble serviteur:

Pourquoi utiliser un gel hydroalcoolique dans les CLSC et autres lieux publics? PARCE QU’IL N’Y A PAS D’EAU À L’ENTRÉE DES LIEUX PUBLICS.

Le public avait-il raison de dévaliser les inventaires de Purell au début de la crise du Corid-19? VRAIMENT PAS. Pour un usage résidentiel, savon et eau faisait une meilleure job. Mauvaise compréhension du public envers le savon et le gel hydroalcoolique. Les pharmaciens et autres vendeurs de Purell auraient dû informer et sensibiliser le public de cette réalité.

Les gouvernements ayant un point de presse quotidiens et le directeur de la santé publique Dr Horacio Arruda auraient aussi dû informer le public de cette nuance concernant le savon et les gels hydroalcooliques.

Autres textes sur le Coronavirus

Autres textes sur Santé

 

Union des écrivains du Québec (UNEQ), le travail gratuit et le Coronavirus

La déclaration des auteurs contre le travail gratuit

Raymond Viger Dossiers CoronavirusLivres

Depuis l’automne dernier, une pétition des auteurs professionnels circulent. La pétition réclame de meilleures conditions de travail pour les auteurs.

desk-1869579_960_720.jpgIl faut savoir que le contrat de base d’un auteur qui aurait travaillé une année complète pour préparer la publication d’un roman ne lui garantit pas d’être payé pour ce travail. Il ne recevra que 10% des ventes en royauté. Sachant qu’un best-seller au Québec représente des ventes de 3 000 exemplaires, s’il se vend à 30$ l’auteur recevra 9 000$ pour son année de travail. Faux. Il devra faire la promotion de son livre, se déplacer souvent à ces frais dans les salons du livre, séance de signature et autre. Encore plus de travail, de déplacements et de dépenses.

Mis à part quelques rares exceptions, pour la majorité des auteurs, il faut être enseignant, journaliste, un travail qui n’exige pas 100% de notre énergie, d’avoir hérité ou d’être millionnaire…

desk-1869579_960_720.jpgQuand l’UNEQ réclame et affiche des taux minimums (vraiment minimum) pour le travail d’écrivain, je suis parfaitement d’accord.

Quand les auteurs se réunissent pour mettre sur la table une pétition pour réclamer de meilleurs conditions de travail (ou de survie), je suis parfaitement d’accord.

Depuis près de 30 ans, notre organisme a toujours fait un point d’honneur à ne jamais demander de bénévolat auprès des artistes que nous représentons. Quand nous faisons un spectacle de financement, nous mettons nos jeunes artistes à l’honneur et nous leur payons tous leur cachet. Et ce principe est valable aussi pour les artistes invités. Nous avons été fier de dire que, parce que nous payons des cachets à chaque artiste, tous nos spectacles de financement ont été déficitaires.

Quand je veux inviter un certain nombre d’artistes pour des événements, il m’arrive souvent de débuter par démarcher des commandites et des bailleurs de fonds. Quand je suis accepté et que j’ai l’argent en main, à ce moment-là je contacte l’artiste et je lui parle de mon projet.

Je dois cependant mettre un bémol à l’une des affirmations de l’UNEQ.

La crise n’est pas une excuse au travail gratuit des écrivaines et des écrivains !

microphone-on-laptop-1212829-300x192.jpgNous sommes en période de confinement. Le Québec est mis sur pause. Pour soutenir tous les Canadiens, le gouvernement a créé la Prestation canadienne d’urgence permettant de recevoir 2 000$.

L’UNEQ avait remarqué des annonces destinées aux artistes faisant appel à leur générosité et à leur solidarité, les invitant à produire du contenu en ligne pour aider la population à « mieux vivre » cette crise.

Compte tenu que nous sommes confiné à la maison, que nous recevons une allocation malgré que nous nous soyons dans l’impossibilité de travailler, pourquoi ne pas prendre ce temps, payé par les taxes de tout le monde, pour se faire connaître, se faire entendre et distraire les gens qui, vont payer les allocations que l’on reçoit.

C’est un des rares cas où je pourrais être d’accord avec le principe d’actions bénévoles des artistes.

Malgré tout, je lance un message aux organismes communautaires. Il ne faut pas que demander un travail bénévole des artistes soit une mauvaise habitude ou une mauvaise façon de travailler. Nous avons une responsabilité de créer une richesse sociale à tous les niveaux. Et cela commence par payer les artistes pour leur travail et leur implication.

Autres textes sur le Coronavirus

Autres textes sur Livres

Communauté juive ultra orthodoxe Tosh de Boisbriand

Quand la religion met en danger la planète

Raymond Viger Dossiers CoronavirusReligion et Santé

La communauté juive ultra-orthodoxe Kiryas Tosh de Boisbriand n’obéit pas aux consignes donné par le gouvernement du Québec.

Religion et spiritualitéCette communauté continue des rassemblements malgré tous les avis qui ont été donnés autant par le gouvernement que par la Santé publique.

Lundi le 6 avril, 200 personnes ont sorti de leurs demeures pour manifester leurs mécontentements envers le travail des policiers qui doivent faire le guet pour tenter d’éviter ce genre de dérapage.

Le Rabbin de Thornhill à Toronto, M. Charles Grysman a été très clair sur la position de l’ensemble des Juifs à travers le monde sur ces événements de la communauté de Boisbriand:

Suivez les règles, restez chez vous, protégez-vous et protégez les autres.

Je suis content que les Juifs à travers le monde se positionnent dans un tel dérapage. Je ne voudrais pas que mes concitoyens jugent tous les juifs en pensant qu’ils sont tous des hors la loi qui mettent impunément la vie des autres en danger.

Ce n’est pas les juifs qui sont ici fautifs et dangereux mais la communauté Kiryas Tosh de Boisbriand.

Ce que je ne comprends c’est pourquoi il n’y a pas eu d’amendes envers ces personnes qui se sont regroupés dans ce quartier. C’est illégal. Les corps policiers ont reçu ordre de commencer à donner des amendes. Plusieurs citoyens en ont reçus. Pourquoi pas eux?

En quoi cette communauté fait-elle peur aux corps policiers?

Pourquoi cette communauté reçoit-elle un traitement particulier?

C’est plus qu’une injustice. C’est la dangerosité de leurs gestes qu’il faut juger et qu’il faut réprimer.

Il n’y a pas 2 batailles contre le virus Corid-19. Il n’y a qu’un seul combat qui devrait nous rassembler tous. Et ceux qui sont hors d’ordre, peu importe leurs religions, leurs races ou autres devraient être puni en toute égalité.

Autres textes sur le Coronavirus

Autres textes sur Religion et spiritualité

%d blogueurs aiment cette page :