Peut-on avoir un gouvernement responsable, capable de mettre ses culottes?

Journal de Montréal, 20 octobre, Michel Girard:

Les automobilistes québécois se font carrément exploiter par les pétrolières.

Photo Martin Chevalier, Journal de Montréal

On le savait. On s’en doutait. Il y a plusieurs décennies ont nous disait que les USA avaient 6 mois de réserve de pétrole et que l’offre et la demande fixait les différents prix de l’essence.

Puis un jour des intempéries font leurs ravages. Le prix de l’essence augmente.

Quelques années plus tard le prix du pétrole augmente. Non pas qu’il y ait eu un cataclysme rendant plus rare cet or noir. On pense qu’il va y avoir une catastrophes environnementales touchant le pétrole. La spéculation des pétrolières nous était confirmée.

Et que dire de la fixation des prix. Si nous étions dans un vrai marché d’offre et de demande, les prix ne serait pas à monter et descendre tous en même temps et de la même ampleur.

Aujourd’hui, le Journal de Montréal, sous la plume de son journaliste Michel Girard, nous confirme, chiffre à l’appui, que les pétrolières nous baisent officiellement, grandement, sérieusement…

Tout bon gouvernement avec ses armées de fonctionnaires pour faire sortir les chiffres devaient le savoir depuis des lustres.

Mais qu’est-ce que notre gouvernement attend pour protéger les droits et le respect de ses citoyens. Et je ne me limite pas à l’actuel gouvernement Caquiste ou les précédents Libéraux ou encore Péquistes. Tout le monde le sait que les pétrolières, les pharmaceutiques et autres grandes corporations viennent nous siphonner et profiter de nos bonnes grâces.

Peut-on avoir un gouvernement capable de mettre ses culottes et d’agir pour le bien-être du peuple?

Un gouvernement qui joue à l’autruche devant de telles extravagances financières est soit:

  • Myope et ne devrait pas être au pouvoir
  • Il fait parti de la fraude et reçoit des pots de vin
  • Complètement impuissant devant les grands profiteurs du système et incapable d’agir adéquatement.

Si vous voyez d’autres possibilités, merci de m’en faire part. Parce que dans ces hypothèses, je ne vois rien qui me donnent confiance envers nos gouvernements, peu importe la couleur de leur chemise.

Autre texte qui pourrait vous intéresser: Le pétrole, l’environnement et votre portefeuille

Si la lecture de ce genre de texte vous bouleverse au point de ne plus voir la lumière au bout du tunnel:

Guide d’intervention auprès d’une personne suicidaire

ressources suicide crise suicidaire vouloir se suicider mourirRessources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse:Stop Suicide

Pour soutenir notre intervention sociales auprès des jeunes vous pouvez vous abonner au magazine Reflet de Société.

Et pour ceux qui ont le coeur solide et qui croit au financement communautaire à travers des obligations d’épargne communautaire.

Merci pour votre présence et votre soutien.

Publicités

Où investir quand on a atteint le maximum de RÉER?

Jusqu’à 6,5% d’intérêt sur votre placement

Après 25 années d’intervention auprès de jeunes marginalisés, le Journal de la Rue, lance une émission d’obligations communautaires.

Aidez une cause sociale; original et attrayant

Disponibles en multiple de 1 000$, elles peuvent recevoir des rendements jusqu’à 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) exempte les organismes communautaires du prospectus et des frais de courtiers conventionnels permettant un réel investissement dans un organisme communautaire.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-9000.

Les placements durables et rentables

Jusqu’à 6,5% d’intérêt sur votre placement

Aidez une cause sociale, original et attrayant

Après 25 années d’intervention auprès de jeunes marginalisés, le Journal de la Rue, lance une émission d’obligations communautaires. Disponibles en multiple de 1 000$, elles peuvent recevoir des rendements jusqu’à 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) exempte les organismes communautaires du prospectus et des frais de courtiers conventionnels permettant un réel investissement dans un organisme communautaire.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-9000.

C’est le temps d’investir

Les obligations communautaires

Soutenir un organisme communautaire tout en conservant son capital. C’est possible.

Aidez une cause sociale et recevez jusqu’à 6,5% d’intérêt sur votre placement. Original et attrayant.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) exempte les organismes communautaires  du prospectus et des frais de courtiers conventionnels permettant un réel investissement dans un organisme communautaire.

Après 25 années d’intervention auprès de jeunes marginalisés, pour consolider l’ensemble de ses actions sociales et aller encore plus loin, le Journal de la Rue, lance une émission d’obligations communautaires. Disponibles en multiple de 1 000$, elles peuvent recevoir des rendements variant entre 1% et 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-9000.

Merci de partager dans vos réseaux.

Si vous préférez faire un don.

blog-rds1

Financer un organisme communautaire tout en faisant de l’argent

Les obligations communautaires

Soutenir un organisme communautaire tout en conservant son capital. C’est possible.

Aidez une cause sociale et recevez jusqu’à 6,5% d’intérêt sur votre placement. Original et attrayant.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) exempte les organismes communautaires  du prospectus et des frais de courtiers conventionnels permettant un réel investissement dans un organisme communautaire.

Après 25 années d’intervention auprès de jeunes marginalisés, pour consolider l’ensemble de ses actions sociales et aller encore plus loin, le Journal de la Rue, lance une émission d’obligations communautaires. Disponibles en multiple de 1 000$, elles peuvent recevoir des rendements variant entre 1% et 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-4467.

Merci de partager dans vos réseaux.

Si vous préférez faire un don.

blog-rds1

Comment soutenir un organisme communautaire et faire de l’argent

Les obligations communautaires

Un financement social équitable et solidaire

Une invitation du Journal de la Rue / Café Graffiti

Soutenir un organisme communautaire tout en conservant son capital. Vous aidez un organisme en économie sociale tout en recevant jusqu’à 6,5% d’intérêt sur votre placement.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) exempte les organismes communautaires  du prospectus et des frais de courtiers conventionnels permettant un réel investissement dans un organisme communautaire.

Après 25 années d’intervention auprès de jeunes marginalisés, pour consolider l’ensemble de ses actions sociales et aller encore plus loin, le Journal de la Rue, lance une émission d’obligations communautaires. Disponibles en multiple de 1 000$, elles peuvent recevoir des rendements variant entre 1% et 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-4467.

Merci de partager dans vos réseaux.

Si vous préférez faire un don.

blog-rds1

Ce qu’il faut savoir avant d’investir dans des obligations communautaires

Les obligations communautaires

À éviter pour la majorité des gens

Raymond Viger

Le Journal de la Rue, organisme dans lequel je suis impliqué depuis maintenant 25 ans, lance une émission d’obligations communautaires.

Cela a pu se faire grâce à une nouvelle règlementation de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Les organismes peuvent maintenant le faire en étant exemptés du prospectus et des frais de courtiers conventionnels. Les règles de l’AMF sont cependant très strictes.

  • L’organisme communautaire n’est pas un conseiller financier ou un conseiller en placement.
  • Personne, ni du côté de l’organisme émetteur, ni du côté de l’investisseur ne doit être payé ou recevoir une commission quelconque pour vendre des obligations communautaires.

Qui ne devrait pas investir dans des obligations communautaires:

  • Les obligations communautaires ne sont pas garanties. Il faut donc être un investisseur capable de perdre de l’argent sans mettre en péril ses finances personnelles.
  • Si vous avez des dettes sur vos cartes de crédit ou autre, commencez par les payer. Une carte de crédit peut vous coûter jusqu’à 29% d’intérêt par année. Aucun placement communautaire ne peut vous offrir un rendement qui pourrait justifier de ne pas payer vos dettes.
  • Il existe des placements de base qu’un citoyen doit envisager avant même de penser à investir dans un organisme communautaire. Un RÉER parce que déductible d’impôt en plus d’être un placement garanti. Il est un véhicule qui doit être priorisé aux obligations communautaires.
  • L’achat d’une maison avec l’avantage de pouvoir RAPPER avec son RÉER devrait passer bien avant l’idée d’investir dans un organisme communautaire.
  • Les banques et les caisses offrent des certificats de dépôt garantis. Jusqu’à 100 000$, votre investissement est garanti à 100% par la Société d’assurance dépôt du Canada.

Recherché, investisseurs particuliers

  • Vous avez payé toutes vos cartes de crédit, votre automobile et autres prêts.
  • Vous êtes propriétaire de votre maison et l’hypothèque à payer est une goutte d’eau dans votre budget.
  • Vous cotisez au maximum dans votre RÉER.
  • Vous avez des certificats de dépôts, pour vous et pour votre conjoint, atteignant les 100 000$ garantis par la Société d’assurance dépôt du Canada.
  • Vous pouvez prendre aisément des vacances à travers le monde même si vous perdez votre investissement communautaire.

Si vous répondez à ces critères très restrictifs, on pourrait envisager d’accepter votre investissement dans une obligation communautaire du Journal de la Rue. Vous pouvez alors me contacter:

Raymond Viger (514) 256-4467. raymondviger@hotmail.com

Pour tous les autres, soignez votre santé financière. L’argent ne fait pas le bonheur. Mais il peut éviter de s’arracher les cheveux avec les comptes à payer. Il peut aussi vous permettre de bénéficier d’une belle retraite dans le plaisir et le calme.

L’argent est un outil qui doit travailler pour vous.

Journal de la Rue

Émission d’obligations communautaires

Pour préparer un projet novateur de veille Internet auprès de personnes suicidaires et fragilisées ainsi que la consolidation de ses actions sociales, le Journal de la Rue prépare une émission d’obligations communautaires.

Les obligations, en multiple de 1 000$, peuvent recevoir des rendements variant entre 1% et 6,5% d’intérêts selon le montant et la durée des obligations.

Pour toutes informations concernant l’émission d’obligations communautaires du Journal de la Rue, contacter Raymond Viger

Courriel : raymondviger@hotmail.com Tél. : (514) 256-4467.

blog-rds1

%d blogueurs aiment cette page :