Rentrée scolaire en temps de pandémie

Dossier Santé mentale 

L’objectif d’Humain Avant Tout est de réduire les tabous entourant la santé mentale, briser l’isolement, redonner espoir et inciter les gens à demander de l’aide. L’organisme diffuse des témoignages de personnes qui vivent ou qui ont déjà vécu des troubles psychologiques diagnostiqués ou non. Voici celui de Elliott.

À cause de la COVID, je n’ai pas pu finir mon secondaire comme je l’avais envisagé, je n’ai pas eu mon bal et je n’ai pas fait mon entrée au cégep comme je l’avais prévu dans ma tête, ça m’a déboussolé. J’étudie en relation d’aide, c’est pas pour être dans mon lit sur Zoom! La première session a été rough, c’est complètement un autre monde. J’ai un trouble d’anxiété généralisée et les rentrées scolaires m’ont toujours causé beaucoup d’anxiété. Mais on s’adapte et on se trouve des moyens. Je me suis fait des amis, même si c’est à distance. Et on est tous dans le même bateau au cégep. Je sais que je vais être capable de continuer à y faire face et je me dis que ça peut juste aller en s’améliorant. Je ne pense pas qu’on peut s’habituer à un manque de présence humaine, mais je pense qu’on apprend à vivre avec en ce moment, même si c’est très dur. C’est une année de résilience et d’adaptation.

En tant que personne trans, c’est une épreuve de vivre ça au quotidien en pandémie. J’ai eu la chance d’être hormoné avant la pandémie et mes changements légaux sont faits, mais ma mastectomie est retardée. En étant toujours chez moi, je n’ai pas le choix de faire de l’introspection…On n’a pas le choix de se regarder dans le miroir et de se demander « Moi je suis qui, qu’est-ce que je veux, qu’est-ce qui me motive, qu’est-ce qui est important pour moi? ». Ça fait souvent réaliser qu’on ne se connait pas assez soi-même. Je pense que c’est important de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres…

Je vis encore avec mes parents et mon frère. Être ensemble 24h sur 24, c’est intense, mais dans les moments difficiles, on a tous été là l’un pour l’autre. Je pense qu’on va s’en sortir plus grandi et plus fort en s’entourant des bonnes personnes et en tentant d’être reconnaissant de ce qu’on a. Au début, on se disait que c’était temporaire, mais après 10 mois, c’est sûr que ça devient lourd. C’est vraiment pas un moment agréable, mais on va passer au travers.

Ce témoignage a été parrainé par Sophie Maffolini, contributrice de notre campagne de financement participatif. Photo prise sur le site internet Humain Avant Tout

Abonnez-vous au format numérique afin de découvrir les articles du magazine portant sur la santé mentale

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est decouvrez-notre-magazine.png.

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Autres textes sur le Suicide

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Les jeunes ne votent pas ?

C’est un refrain qu’on entend souvent, chaque élection, et depuis des décennies. Mais est-ce bien vrai ?

Un texte de Gabrielle Brassard-Lecours – Dossier Politique

En ce moment, la majorité des conseillers et conseillères de l’équipe de la mairesse Valérie Plante ont dans la vingtaine et la jeune trentaine. Même chose du côté de Québec solidaire. Ce dernier use même de tactiques pour parler directement aux «jeunes», notamment en invitant des influenceurs à monter à bord de leur autobus de tournée de campagne électorale.

Si de nombreux «milléniaux» travaillent dans l’ombre des principaux partis politiques qui font campagne en ce moment au Québec, sur le terrain et dans les médias, ces derniers sont plutôt désillusionnés de la politique, cyniques, et ne savent pas pour qui ils vont voter, aujourd’hui plus que jamais. Ni même s’ils vont voter tout court. Certains se font même carrément retirer de la liste des électeurs.

Selon un article du Devoir, les 18-35 ans représentent 28 % de l’électorat. Un pourcentage non négligeable de votes pour les partis politiques, qui tentent de courtiser cette tranche d’âge pour aller chercher leur voix. D’après le même article, les 18-24 ans et les 25-34 ans se présentent toujours moins aux urnes que le reste de la population, les baby-boomers étant encore majoritaires dans notre société.

Des solutions pour le vote chez les jeunes

Pour 2020, le directeur général des élections envisage la possibilité de tenir un vote électronique, ce qui pourrait peut-être encourager plus de jeunes à voter.

Pour certains universitaires qui étudient le vote chez les jeunes, la motivation à voter passe avant tout à l’éducation à la citoyenneté, qui devrait commencer dès le primaire et le secondaire selon eux. Cela permettrait d’apprendre aux enfants et adolescents qu’est-ce que c’est que de voter, pourquoi c’est important, etc.

En attendant, si les jeunes n’ont pas envie d’aller aux urnes, les jeunes n’hésitent pas à investir plusieurs plateformes numériques pour exprimer leur opinion.

En complément à Reflet de Société +

Dans de nombreux pays à travers le monde, le vote obligatoire a été instauré. Mais de quoi s’agit-il et quels sont ses effets ? Réponse avec cette balado du département de Science politique de l’Université de Montréal.

Autres textes sur Politique

Suggestions de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Capsule de français : D’où vient la langue française ?

Thématique : Histoire du français

L’histoire de la langue française en est une longue, mais pas si longue que ça, tout dépendant de votre perspective. On la divise généralement en quatre étapes ou périodes : l’ancien français, le moyen français, le français classique et le français moderne.

Un texte de Ada Luna Salita publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Éducation

Le français lui-même date de l’an 842. Bon, le premier texte écrit en français date de 842, il s’agit des Serments de Strasbourg, un traité militaire, mais on parlait sûrement la langue bien avant ça. En tout cas, on dit qu’il s’agit des premières traces écrites de français où on commence à observer des différences substantielles avec le latin et avec le gallo-roman.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Éducation

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Combattre la sextorsion par l’éducation

Les experts sont unanimes : la meilleure arme contre la sextortion, c’est la prévention. « Il faut s’adresser directement aux ados. Dans le scénario idéal, le jeune irait se confier à un adulte de confiance. Mais dans les faits, ce n’est pas ce qui se passe dans la plupart des cas. Ils ont peur, honte, et veulent se débrouiller seuls », constate René Morin, porte-parole du Centre canadien de protection de l’enfance.

Un texte de Takwa Souissi publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Agressions sexuelles

Depuis quelques années, l’organisation observe d’ailleurs une augmentation marquée des signalements venant de jeunes de 12 à 17 ans. Face à la complexité du problème, elle a décidé de créer plusieurs ressources éducatives pour les jeunes, les familles et les écoles.

La suite est disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la culture du viol

Autres articles publiés dans ce magazine

        Biais9

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Autres livres pouvant vous intéresser

Funbusy

Chantal Lee a grandi dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

Elle s’est découvert une passion pour l’écriture dès son jeune âge, mais ce n’est que depuis 2001 qu’elle écrit sur une base régulière.

Violence, drogue, faible estime de soi et abus sexuels ont trop longtemps fait partie de la vie de cette femme courageuse. Chantal Lee a réussi à reprendre le dessus et malgré la grave maladie qui l’afflige depuis quelques années, elle partage par le biais de son premier recueil de poésie son inconditionnel amour de la vie.

Prix : 9,95$

Capsule de français : Quand les animaux nous ressemblent

Thématique : Anthropomorphisme

L’anthropomorphisme est une tendance qu’ont les êtres humains à attribuer des caractéristiques qui leur sont propres, à des objets ou à des animaux. Souvent, il s’agit de traits de caractère ou d’une conscience. Cette tendance peut se refléter, entre autres, dans notre approche envers nos animaux de compagnie et dans la façon dont on les traite.

Un texte de Ada Luna Salita publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Éducation

Voici quelques exemples d’expressions inspirées par le comportement de l’animal, auquel on attribue par la suite des caractéristiques humaines : tête de mule, tête de cochon, têtu comme un âne, mémoire d’éléphant ou de poisson rouge, larmes de crocodile et yeux de lynx.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Éducation

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Sécurité minimale: un pas de plus vers la liberté

L’humidité s’élève en vagues de la rivière des Prairies. Comme les insectes, je le constate, qui mordillent lentement ma jambe, présences grises et furtives dans la lumière basse en fin d’après-midi.

Un texte de Colin McGregor publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Chronique d’un prisonnier

« Je croise un homme de 70 ans aux yeux rouges. Il tient dans ses mains le diplôme d’études primaires qu’il vient de recevoir. Il le porte comme s’il était fait d’or.», raconte le prisonnier incarcéré au Centre fédéral de Formation de Laval.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Chronique d’un prisonnier

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est livre_lintervention_de_crise_aupres_dune_personne_suicidaire_raymond_viger_editions_tnt.jpg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.


Autres livres pouvant vous intéresser

Capsule de français : Atoca, canneberge et cranberry : un goût unique pour une personnalité multiple!

Thématique : Canneberge

Que peuvent bien avoir en commun la dinde de Noël, les céréales que je mange le matin et la crème pour la peau dont toutes les actrices hollywoodiennes se servent pour ne pas vieillir trop vite? La canneberge, bien sûr! 

Un texte de Aude Charrin publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Éducation

Ce petit fruit rond, rose, acidulé et qui préfère grandir dans le froid est principalement cultivé en Amérique du Nord. Cette baie est désignée au Québec de bien des façons : canneberge, atoca, ataca, ou encore otoka, parce que vous vous doutez bien que les Iroquois n’ont pas attendu l’arrivée des premiers colon pour consommer cette savoureuse baie.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Éducation

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

%d blogueurs aiment cette page :