Covid-19; le Québec dans le top 5, sensationnalisme inutile

Le Québec et le Coronavirus

Le top 5 des bad boys

  • Les chiffres, on peut leur faire dire à peu près n’importe quoi.
  • En période de pandémie et lorsqu’il faut remplir du temps d’antenne on en invente.
  • Quand on est politicien et qu’on veut attaquer le parti d’en face on utilise n’importe quel argument. 

Raymond Viger dossier Coronavirus

Si on retranchait le Québec du Canada et qu’on l’intégrait dans la liste des pays en comparant le nombre de décès par millions de personnes, le Québec serait au 5e rang au monde.

Pourquoi se limiter au Québec. Faisons le même exercice avec la ville de New-York. Créons une série de pays avec d’autres lieux comme Montréal et Laval. Allons chercher les villes, villages, provinces ou lieu à définir où le coronavirus a fait un ravage.

Le Québec se situerait comment dans un tel exercice avec tous ces nouveaux pays que nous venons de fédérer?

La question qui tue. Était-ce une nouvelle utile et d’intérêt public? Était-ce du sensationnalisme?

À vous de juger.

Autres textes sur le Coronavirus

Une chance qu’on s’a, solidarité et communauté

Une chance qu’on s’a, un événement de solidarité dans un esprit de communauté

Afin de nous divertir dans ce temps de confinement, TVA et Télé-Québec, en partenariat avec le gouvernement du Québec, diffusera une grande spéciale de variétés intitulée «Une chance qu’on s’a» le dimanche 10 mai à 19h30. Pour la production de cet événement unique, le mandat a été donné aux Productions Déferlantes (La Voix,La Vraie Nature, Accès Illimité).

Frédéric Lebeuf. Dossier Communautaire

thumbnail_MONTAGE FINAL COMM4.png
thumbnail_unnamed (1).jpg

Seulement 14 jours séparaient le premier coup de téléphone et la diffusion de la grande spéciale «Une chance qu’on s’a». Comme c’était impossible d’enregistrer en direct dans le contexte actuel sans réduire considérablement la qualité visuelle ainsi que l’envergure de l’événement, l’équipe a du travaillé d’arrache-pied pour faire les tournages en un rien de temps. De plus, il fallait trouver les idées, approcher les artistes, faire le montage, faire le mix sonore, etc. Au moment d’écrire ces lignes, le travail n’est pas encore complété : «C’est tout un tour de force! Je n’ai jamais vu une équipe être aussi solidaire.» a avoué le vice-président des Productions Déferlantes Jean-Philippe Dion.

En plus de devoir produire rapidement le spectacle de variétés, il fallait aussi que l’équipe de production respecte toutes les règles de distanciation physique et d’hygiène. Pour parvenir à capter une grande qualité d’images, l’équipe a du se déplacer dans différents lieux de tournage. Toutefois, Dion affirme que personne de l’équipe n’est entré dans une résidence privée, ni rentré en contact à moins de 2 mètres d’une autre personne et qu’aucun artiste de 70 ans et plus ne s’est déplacé de son domicile.

Comme les besoins sont criants dans les organismes Les Petits Frères et SOS violence conjugale, les Québécois sont invités à participer à une collecte de dons dès maintenant : «Avec tout ce qui arrive en ce moment, on est encore plus sensible à l’importance des ainés ; ce qui est la mission des Petits Frères. Pour SOS violence conjugale, je n’ai pas besoin d’expliquer à quel point il doit avoir des choses très difficiles qui se vit en ce moment dans certains foyers au Québec.»

Un ajout de dernière minute : Le patriarche

«De faire une émission pour rendre hommage aux québécois sans avoir le patriarche, ça ne se pouvait pas. Il fallait vraiment avoir M. Vigneault» a souligné le producteur-animateur en parlant du poète légendaire Gilles Vigneault qui leur a concocté un duo tout simplement magnifique. Jeudi le 7 mai, l’homme de 91 ans s’est rajouté à l’impressionnante liste d’invités incluant déjà de grands noms du milieu artistique comme Céline Dion, Lara Fabian, Marc Labrèche, Guylaine Tremblay et Marc Dupré.

«Les Québécois, ce sont les grandes stars, ce sont les travailleurs et ce sont les gens qui souffrent en ce moment parce qu’ils n’ont plus d’emploi. On voulait vraiment avoir un portrait complet du Québec d’aujourd’hui et je pense que c’est ça que les gens vont avoir dans leur télé »,s’est-exclamé Jean-Philippe Dion qui ajoute aussi qu’ils ont trouvé des idées et des astuces afin de palier à l’absence de public.

La trace de l’événement dans la communauté

«Je pense que le grand événement laissera un genre de sourire et un sentiment de bien-être. Je pense que ça fera du bien. Je pense que c’est le genre d’émissions que tu veux écouter deux fois. Il en a vraiment pour tous les goûts, il en a pour les jeunes enfants, il en a pour les ados et il en a pour les personnes plus âgées ; il en a vraiment pour tout le monde.»,

Rappel : Le grand événement «Une chance qu’on s’a» sera diffusé en simultanée sur les chaînes de Télé-Québec et de TVA dimanche le 10 mai à 19h30. Dès maintenant, vous pouvez faire un don aux organismes Les Petits Frères et SOS violence conjugale en se rendant sur le site suivant : https://unechancequonsa.quebec/

Autres textes sur Communautaire

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café Graffiti

Le livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Reflet de Société en tournée des salons du livre 2020 !

Reflet de Société

en tournée des salons du livre 2020

 

 

Raymond Viger, rédacteur en chef du magazine Reflet de Société sera sur la route cette année 2020 !

Raymond Viger et Danielle Simard représenteront le magazine Reflet de Société dans les différents salons du livre du Québec. Eh oui, le rédacteur en chef est également auteur et fera la promotion de ses livres et des auteurs des Éditions TNT. C’est là une occasion pour Danielle et lui de faire le tour de neuf salons différents au travers de la belle province pour rencontrer les lecteurs plus éloignés et faire partager les écrits de l’organisme à de nouveaux intéressés.

Au programme :

  • Salon du livre de Trois-Rivières du 26 mars au 29 mars ;
  • Salon du livre de Sept-Îles du 23 au 26 avril ;
  • Salon du livre de la Matapédia du 1er au 3 mai ;
  • Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue (Val d’Or) du 21 au 24 mai ;
  • Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean du 1erau 4 octobre 2020 ;
  • Salon du livre de l’Estrie du 15 au 18 octobre 2020 ;
  • Salon du livre de Rimouski du5 au 8 novembre 2020 ;
  • Salon du livre de Montréal du 25 au 30 novembre 2020 ;
  • Salon du livre de Gatineau en février 2021.

Cette tournée des salons débutera à Trois-Rivières. Les directeurs ont prévu toute une campagne radiophonique, pour avertir leur public de leur arrivée. À l’achat d’un livre, vous repartirez en prime avec un numéro de Reflet de Société, qui vous permettra de découvrir par la même occasion des auteurs des Éditions TNT.

Reflet de Société remercie :

MAtv, Café Graffiti, Les Cabotins et le Loup Blond

Andréanne Martin fait des entrevues

Survol d’Hochelaga-Maisonneuve

Raymond Viger  Dossiers Café GraffitiHochelaga-Maisonneuve

logo-vox-ma-tv media télévisionMontréalité présente des citoyens engagés. La question de la semaine: le sport est-il important dans votre vie? Bruny Surin, président de sa propre Fondation, sera l’invité de l’émission sur MAtv.

Au Reportage-citoyen, Andréanne Martin nous fait découvrir ses trois lieux préférés: le Restaurant Cabotins, le Café Graffiti, et le Loup blond.

En chronique, Karine Perreault s’interroge sur la place du sport dans la vie des filles. Le fondateur d’Ali et les Princes de la rue; un organisme qui aide les jeunes à développer leur estime personnelle à travers les arts martiaux sera l’invité.

Horaire

  • Mercredi 30 novembre 2016 18:00
  • Mercredi 30 novembre 2016 22:30
  • Jeudi 1 décembre 2016 00:30
  • Jeudi 1 décembre 2016 05:30
  • Jeudi 1 décembre 2016 13:00
  • Samedi 3 décembre 2016 09:30

Autres textes sur Hochelaga-Maisonneuve

Autres billets sur le Graffiti:

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Guy A. Lepage au C2 Montréal

Respect et dignité des créateurs

Le web… pas payant

C2 Montréal unit les univers du commerce et de la créativité afin d’explorer les tendances, opportunités, bouleversements et mutations majeures qui se dessinent à l’horizon. Chaque année, plus de 5 000 décideurs et créatifs s’y rencontrent pour façonner, vivre et réinventer l’avenir des affaires.

Muhammad Yunus prix nobel paix Bangladesh microcrédit Grameen Bank

Muhammad Yunus Prix Nobel pour la Paix

D’un prix Nobel pour la Paix comme Muhammad Yunus du Bangladesh, en passant par PK Subban du Canadien de Montréal, une grande brochette d’invités de marque se sont retrouvé à C2 Montréal.

Une conférence que je ne pouvais pas manquer était celle qui réunissait Guy Crevier de La Presse, Guy A. Lepage en tant que producteur télé, Marie-France Bazzo et Olivier Royant directeur rédaction de Paris Match. Le thème de cette rencontre: Où s’en vont les médias traditionnels?

Guy A. Lepage Tout le monde en parle télévision

Guy A. Lepage, Tout le monde en parle

Guy A. Lepage prêche pour le respect et la dignité des créateurs. Internet ramène de gros revenus à des réseaux comme Facebook, Netflix, Youtube et autre. Contrairement aux cablodistributeurs qui doivent remettre des redevances aux créateurs, rien n’est disponible sur le net.

Internet demeure une excellente carte de visite, offre une grande visibilité mais n’est pas payant pour les créateurs.

Guy A. Lepage, un dinosaure repenti

En 2004, au début de Tout le monde en parle, Guy A. Lepage ne voulait pas que les gens puissent avoir accès à son émission sur d’autres plateforme et qu’ils puissent écouter l’émission à des heures différentes que le rendez-vous hebdomadaire du dimanche soir.

M. Lepage avoue avoir été un dinosaure sur ce point et avoir fait une importante erreur stratégique. Tout le monde en parle est maintenant disponible sur la plateforme Tou.tv. Il précise que le total de son auditoire est demeuré le même.

Autres textes sur Cinéma et télévision

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Un nouveau magazine arrive!

Reflet de Société du printemps

Raymond Viger     Dossiers Magazine du Québec, Média

magazine revue journalisme édition abonnement journalÇa y est !

Le prochain numéro du magazine Reflet de Société est entrain de se faire une beauté chez notre imprimeur.

D’ici quelques jours, vous le trouverez chez vous et profiterez de vos chroniques favorites.

Dans ce numéro du printemps 2016 figurent :

  • Le soutien de l’ergothérapie contre les difficultés scolaires;
  • La territoire Québec encore à définir;
    Le rapport de la CVRC
    La chronique de l’actrice québécoise Ingrid Falaise;
    Et bien d’autres articles ! 

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Abitibi: abus policiers envers les femmes autochtones

Radio-Canada a-t-il bien couvert les évènements?

Conséquences des dénonciations collectives

Raymond Viger Dossiers SuicideAutochtone

J’ai voyagé pendant cinq années le Grand Nord pour intervenir auprès des communautés Inuit où des épidémies de suicide faisaient rage et former les community workers locaux à intervenir et en arriver à pouvoir préparer eux-mêmes leurs relèves.

Qu’est-ce qui avait induit ces suicides en série?

show-image5Pendant de nombreuses années, des séries d’abus envers les femmes Inuits ont eu lieu. Les femmes se sont prises en main et ont débuté à dénoncer massivement et collectivement tous les abus qu’elles avaient subis.

Revivre ces horreurs pour les victimes et la honte pour les bourreaux a créé un climat fragilisant la communauté. Trop de gens devenant vulnérables en même temps a provoqué un climat propice pour des vagues de suicide.

Dans un tel état d’esprit et avec les liens de proximité que connaissent ces communautés, le suicide est rapidement devenu une épidémie.

Les communautés autochtones de Val D’Or vont-elles passer par le même processus suicidaire?

Il est important de favoriser un climat de dénonciation des abus. Parce que nous voulons que ceux-ci cessent. Mais plusieurs questions demeurent:

Est-ce que de médiatiser les victimes est la meilleure façon d’agir envers des personnes fragiles et vulnérables? Il arrive régulièrement qu’une victime décide de changer d’idée et de ne pas dénoncer ces agresseurs. Cela fait parti de son processus de guérison. Il faut accepter cette période d’ambivalence. Mais quand on fait passer ces femmes autochtones devant la caméra, elles ne pourront plus reculer.

Est-ce éthique et valable de laisser des personnes témoigner pour des tiers? On entend le témoignage d’une personne qui parle des abus subis par sa mère. Mais si la mère n’était pas prête à rendre publique sa dénonciation?

Certains témoignages ont aussi jeté un doute majeurs sur le sérieux du reportage. Il ne faut pas se contenter de recevoir un témoignage et le mettre en ligne. Une enquête exige un minimum de validation des témoignages reçus.

Oui, il est important de dénoncer ces abus.

Oui, il est important que les médias en parlent.

Non, les médias ne peuvent pas parler de sujets sociaux sensibles n’importe comment.

Non, les victimes n’ont pas à être présentées ainsi aux nouvelles. Et si elles témoignent, nous devons préserver leurs anonymats.

Il y a un processus de guérison qui doit rapidement être mis en place. Il faut aussi accepter que ce processus ne se fait pas rapidement mais qu’il nécessitera beaucoup de temps.

Malheureusement, je ne crois pas que Radio-Canada ait bien géré la présentation de ce dossier.

Parce que la protection des victimes est tout aussi importante que la dénonciation des abuseurs.

Est-ce les coupures que Radio-Canada a subies qui crée ce genre de dérapage?

Mise à jour 29 octobre: le Journal de Montréal nous apprend qu’une femme autochtone qui avait témoigné devant Radio-Canada est accusée de voies de faits sur les policiers.

Autres textes sur Autochtone et Inuits

Autres textes sur le Suicide:

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet:http://www.editionstnt.com/livres.html

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle, Montréal, Qc H1V 2J3

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

%d blogueurs aiment cette page :