Pacifest, journée pour célébrer la Paix

Journée internationale de la Paix

Participez aux Pacifest le 21 Septembre

Pacifest est le festival de Montréal célébrant la Journée Internationale de la Paix. Toute la famille est invitée à se joindre à nous lors de ces événements.

Raymond Viger  Dossier Paix

Venez faire la Paix !
L’objectif de Pacifest est d’inspirer la Paix, en embrassant nos différences culturelles et sociales et que nous nous réjouissons de la diversité humaine qui habite cette planète.

Plusieurs activités vous sont offertes pour souligner la Journée internationale de la Paix le 21 septembre:

Participez en grand nombre! Laissez-nous un commentaire sur comment vous allez souligner la Journée internationale de la Paix.

Autobus de la Paix vers les Nations-Unies.

Autres textes sur Paix

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Autobus de la Paix

Journée internationale de la Paix

Vers les Nations Unies à New York

Du 17 au 19 septembre 2013 une délégation Québécoise participera aux célébrations de la Journée Internationale de la Paix au siège des Nations Unies à New York.

Raymond Viger  Dossier Paix 

Peace_dove paix journée internationaleDans le cadre des activités du Pacifest 2013 et des célébrations de la Journée Internationale de la Paix (21 septembre), Cercle de Paix organise un voyage de 2 jours à New York permettant à notre délégation jeunesse d’assister à la cérémonie « Student Observance » au siège des Nations Unies.

Il s’agit d’une occasion unique de rencontrer des centaines de jeunes provenant de tous les horizons, des dignitaires des Nations Unies tels que le Secrétaire général, le Président de l’assemblée, les représentants d’ONG, et de prendre part aux activités-conférences sur les enjeux inhérents au développement d’une Culture de Paix dans le monde.

Cette opportunité unique s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 35 ans démontrant un intérêt marqué pour l’implication sociale et désireux d’endosser le rôle de Jeune Ambassadeur de la Paix.

Pour obtenir plus d’information, communiquez avec Pacifest peacebus@pacifest.caVideo Autobus de la Paix

Autres textes sur Paix

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Offrir l’imaginaire en lecture aux enfants

14e édition de la campagne La lecture en cadeau

Offrir l’imaginaire aux enfants en lecture

Du 1er novembre au 31 décembre se tiendra la 14e édition de la campagne La lecture en cadeau de la Fondation pour l’alphabétisation. Cette campagne se charge de récolter des livres neufs pour les redistribuer aux enfants de milieux défavorisés dans le but de prévenir l’analphabétisme et le décrochage scolaire.

Anders Turgeon Dossiers DécrochageÉducation

Lutter contre l’analphabétisme juvénile

« Cherchant à mettre sur pied un projet rassembleur qui aurait un impact pour contrer l’analphabétisme […], Sophie Labrecque, ancienne présidente-directrice générale de la Fondation, a eu l’idée originale de La lecture en cadeau.[1]» Voilà comment a débuté cette campagne qui a vu le jour lors de la crise du verglas en 1998 en collaboration avec différents acteurs du milieu de la littérature : auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, éducateurs et lecteurs.

La lecture en cadeau a contribué à faire entrer la lecture dans les familles défavorisées où l’analphabétisme est plus à risque de se développer. Ciblant les enfants de 0 à 12 ans comme étant les plus à risques de devenir analphabètes, la campagne a permis à ces jeunes d’avoir davantage accès à des livres neufs sans avoir à les payer.

La campagne permet aussi de stimuler la lecture chez les parents n’ayant pas d’habitudes de lecture. Afin de maîtriser cette activité et d’être en mesure d’aider leurs enfants dans leur cheminement scolaire, la Fondation pour l’alphabétisation leur fournit de l’aide via la ligne de référence Info-Alpha.

Le succès des livres neufs depuis 13 ans

Depuis sa première édition en 1999, La lecture en cadeau a permis de rejoindre plus de 286 000 enfants de 0 à 12 ans ainsi que leurs parents. De ce nombre, 30 775 enfants se sont vus remettre un livre neuf lors de la 13e édition de la campagne, de novembre à décembre 2011. Ils ont reçu leur livre par le biais de réseaux de distribution tels que :

  • le réseau scolaire par le ciblage des écoles en milieu défavorisé par le Ministère de l’Éducation;
  • les organismes membres de la Fédération des organismes communautaires Famille;
  • les Centres de la petite enfance (CPE);
  • les autres organismes communautaires ayant obtenu une autorisation de distribution par la Fondation.

Pour les deux derniers mois de cette année, la Fondation pour l’alphabétisation vous donne rendez-vous dans 150 librairies, bibliothèques et salons du livre à travers le Québec dans le cadre de la campagne La lecture en cadeau. Outre le don d’un livre neuf à un enfant pauvre, vous pouvez prendre part à La lecture en cadeau de deux autres manières :

  • faire un don en argent pour permettre la distribution des livres aux enfants;
  • organiser une collecte de livres ou de fonds auprès de vos collègues de travail ou de votre entourage.

En participant à cette campagne, vous vous engagez à fournir un livre jeunesse neuf à un enfant dans le besoin. De plus, vous ne faites pas qu’offrir un livre à un enfant de 0 à 12 ans. Vous aidez des jeunes de milieux défavorisés à acquérir le goût de la lecture. De ce fait, l’imaginaire de ces jeunes est stimulé et ils développent ainsi leur créativité. Ils sont donc moins susceptibles de décrocher et de devenir analphabètes.

Pour plus d’informations

Si vous désirez rejoindre la Fondation pour l’alphabétisation afin d’en connaître davantage sur La lecture en cadeau, vous pouvez consulter la section des enfants sur leur site web ou vous pouvez les appeler sur la ligne Info-Alpha au 1-800-361-9142.


[1] Fondation pour l’alphabétisation. Enfants : La lecture en cadeau. Historique du programme, [http://www.fondationalphabetisation.org/enfants/la_lecture_en_cadeau/historique/] (page consultée le 26 octobre 2012).

Autres textes

Autres textes sur le Décrochage:

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

Une boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Philippe Fehmiu et le restaurant Robin des bois

Restaurant Robin des bois

Entrevue avec Philippe Fehmiu

Sur la sellette depuis son congédiement par TQS suite à l’affaire Mailloux, l’animateur Philippe Fehmiu veut semer le bonheur. Avec sa complice de tous les jours, Judy Servay, il concocte un projet de restaurant pour venir en aide au milieu communautaire.

Dominic Desmarais        Dossier Communautaire

Philippe Fehmiu s’excuse. Pris par ses engagements, l’animateur aujourd’hui connu à la grandeur de la province arrive 1h30 en retard. Difficile de lui en vouloir. L’homme est sympathique, avenant. Entre deux appels, une commande au restaurant faite en espagnol qui lui vaut des compliments, l’ancien animateur de Musique Plus et de Loft Story, aujourd’hui sur les ondes de CKOI, dévoile un côté de sa personnalité: l’engagé social.

Il y a 10 ans, avec Judy, la mère de sa petite fille, Philippe offrait son temps au Centre jeunesse Mont Saint-Antoine. Chaque lundi soir, les deux tourtereaux jouaient au billard avec les jeunes ados. Philippe, alors à l’emploi de Musique Plus, invitait des artistes populaires de l’heure à se joindre à eux. Les Dubmatique, Marc Déry y sont allés. «On était des adultes aux rapports conviviaux, qui ne les jugeaient pas», précise le verbomoteur entre deux boPhilippe Fehmiu restaurant robin des boisuchées. Judy acquiesce. Productrice à l’époque chez Soma Productions, elle travaillait dans le vidéoclip, les publicités, les films et documentaires. Pendant deux ans, ils passeront leurs lundis soirs avec les jeunes. «On repartait en braillant un soir sur deux», se souvient-elle. 1h30 plus tard, Philippe utilisera sensiblement les mêmes mots. Visiblement, le couple est au diapason.

Les ados de la maison Saint-Antoine devenus adultes, Philippe et Judy décident de parrainer chacun un jeune. Judy offre un stage à l’un d’eux dans sa maison de production. Sans trop de succès, finalement. «Il est devenu vendeur de pot…» raconte-t-elle, déçue.

«Le mien valorisait toujours les voitures, l’argent, la violence, se rappelle l’animateur. Son père et son frère étaient en prison. Il est devenu un caïd. Il m’a déjà invité dans une taverne. Il m’attendait avec ses amis, qu’il voulait me présenter…» Ne voulant pas s’associer à des petits truands et au danger que ça représente, il coupe les ponts. «J’ai vécu une déception. Un échec. On a passé deux ans avec eux.»

L’expérience, éprouvante, leur a permis de comprendre qu’ils voulaient bien s’impliquer, mais qu’ils n’avaient pas les capacités de vivre avec cette détresse. Aujourd’hui, ils connaissent mieux leurs limites. Aider, oui, mais pas au prix d’avoir besoin d’aide à leur tour.

Le projet Robin des Bois

Le couple Fehmiu – Servay compte ouvrir un restaurant, Le Robin des Bois, dont les profits seraient versés à des organismes communautaires. L’idée est simple. Par leur concept, ils veulent encourager le bénévolat, l’engagement et le don de soi. Ce qui, souhaitent les deux compères, sensibilisera les gens aux besoins des plus démunis. La plupart des employés seront des bénévoles.

«On s’est inspiré de nos partys de Noël, une tradition de plusieurs années», affirme la productrice. «La publicité, enchaîne Philippe, c’est l’industrie la plus dénudée de valeurs. Les ¾ sont sur la cocaïne, les gens baisent avec n’importe qui, les gens sont tristes. Judy faisait de la pub pour l’industrie. Leurs partys étaient extra-vagants… Des fontaines de champagne, des bateaux… Nous, dans nos partys, on faisait la bouffe tous ensemble, on s’amusait. Comme dans un party! Dans l’industrie, les gens disaient que c’était le seul party où ils étaient heureux le lendemain.»

Leur voyage en Afrique les a également inspirés. Partis visiter la sœur de Philippe et tourner un documentaire sur la tradition orale transmise de père en fils et de mère en fille, ils sont frappés par la place qu’occupe la famille. «Seul, tu n’existes pas. En Guinée-Conakry, on l’a vu tout de suite. Ils sont très pauvres, mais ils partagent tout. Ils sont 4 à 5 autour d’un seul bol de riz. Même s’ils n’ont pas grand-chose à manger, ils rient, ils s’amusent», raconte Philippe.

L’expérience africaine les fait réfléchir. «Quand tu reviens, que tu vois tes amis sur les antidépresseurs, qui suivent un psychologue… Ils gagnent 75 000$ par année… C’est quoi ce vide? C’est ce qui explique la drogue, la dépression, le suicide», souligne Judy qui conclut que le bénévolat aiderait à alléger cette tristesse. «Mais les gens ont besoin d’être structurés, dit-elle en parlant du bénévolat. On l’a entendu 1000 fois: j’aimerais ça faire du bénévolat. Mais ils ne savent pas où, comment» explique-t-elle. «Et les gens ne veulent pas être en contact avec la misère», constate Philippe, qui l’a appris à ses dépens, avec les jeunes du Mont Saint-Antoine. D’où l’idée de trouver une façon d’aider ces organismes qui travaillent en première ligne avec les plus démunis.

On veut leur donner de l’argent pour qu’ils embauchent des employés, plutôt que des bénévoles.» Judy cite en exemple les lignes d’action suicide. Bien que le restaurant ne soit encore qu’un projet – ils cherchent activement un local -, l’engouement est palpable. «En ce moment, nous avons une liste de 300 bénévoles intéressés et nous ne sommes pas encore ouvert. On a de grands chefs (cuisiniers) qui veulent aider, la Caisse populaire va donner de l’argent», s’exclame Judy d’un ton optimiste.

Les deux planchent sur un projet d’émission centré sur le Robin des Bois. À saveur culturelle, l’émission en devenir accueillerait des artistes, des bénévoles, des donateurs et les clients présents dans l’établissement.

Un tel concept intéresserait-il le monde de la télévision? La visibilité toute nouvelle de Philippe Fehmiu suite à sa sortie contre le Doc Mailloux lui servirait-elle? Le principal intéressé le croit mais avance une autre raison. L’émission de Chantal Lacroix, Donnez au suivant, sur le réseau TQS. Une émission centrée sur une chaîne de services rendus. «On a rencontré un diffuseur pour notre documentaire sur la tradition orale en Guinée. On a parlé du resto. La dame n’était pas trop emballée…», confirme celui qui animera le Robin des Bois, le sourire espiègle.

Moi, ça fait 10 ans que j’essaie de faire des shows de bénévolat, avance Judy. Bénévolat, c’est le mot le moins sexy, à la télé…» Philippe regarde sa conjointe, tout sourire. «La femme s’est quasiment mise à bailler quand on en discutait…»

C’était un mercredi. Le lendemain, Chantal Lacroix prenait les ondes avec son émission. Le samedi, dans le journal, un article élogieux vantait les mérites de Donnez au suivant. «Le lundi, c’est elle, la diffuseuse, qui nous parle de l’article… Que le bénévolat, c’est un mouvement à la mode!» Philippe et Judy s’échangent un sourire complice. Leur bonheur est contagieux.

Judy ne regrette pas sa décision d’abandonner l’univers de la publicité. «C’est enivrant de travailler dans un milieu qui n’est pas compétitif. Si on veut nous copier, tant mieux. Mais c’est certain qu’on veut que le projet soit rentable…»

Sitôt ces mots prononcés, Judy ressent un malaise. Comme si associer rentabilité au don de soi sonnait mal.

Bistro In Vivo est maintenant fermé et fait place au Bistro le Ste-Cath.

Autres textes sur Hochelaga-Maisonneuve

Autres textes sur restaurants

DVD pour la promotion du bénévolat.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le communautaire en action: des gens de coeur

Des gens de cœur

Le communautaire en action

Pourquoi est-on suspicieux dès qu’une organisation présente de bons résultats? On scrute ce groupe et ses responsables avec l’espoir de trouver une erreur. Pourquoi n’éprouve-t-on pas le désir de se joindre à ce succès ou, du moins, de le soutenir voire de le reproduire?

Charles T.   Dossier communautaire, Bénévolat.

benevolat-implication-communautaire-benevole-citoyennete

On prétend qu’en période difficile, on sait être solidaire! Pourtant il semblerait que ça ne soit pas toujours le cas. On parle partout d’aidants naturels, de simplicité volontaire, de démarches vers l’autonomie, d’entraide populaire et d’actions communautaires indépendantes, mais qui connaît vraiment le milieu communautaire? Celui qui se trouve dans sa propre cour!

Quel dommage car, lorsqu’on découvre les organismes et que l’on est informé sur les changements et l’aide qu’ils apportent à la communauté, on comprend mieux leur importance.

Une qualité de vie

Savez-vous que ce sont eux qui contribuent à améliorer la qualité de vie de milliers de citoyens? Peut-être un membre de votre famille en a-t-il bénéficié? Pouvez-vous imaginer combien d’argent ces organismes permettent  au gouvernement d’économiser chaque année?

Les médias évoquent souvent le budget réservé aux programmes sociaux en termes de gros chiffres. Mais cet argent est redistribué à des milliers d’organismes à travers le pays: au Canada, pour 33 millions de personnes, il existe 160 000 organismes de bienfaisance dont 46 000 au Québec. Finalement un organisme reçoit bien peu!

Les champs d’intervention

bénévolat communautaire bénévoles soutien humanitaire Les maladies mentales, la dépendance, la consommation, l’isolement, la pauvreté, la souffrance psychologique, la violence faite aux enfants, la violence conjugale, les agressions sexuelles, l’abandon sont autant de domaines d’action du milieu communautaire, et la liste est loin d’être exhaustive. Combien de ces organismes permettent aux jeunes en détresse de quitter la rue, de se réorienter vers l’école ou vers un travail? Certains reçoivent un traitement en centre de désintoxication ou de thérapie et  s’en sortent. Ils deviennent alors des citoyens respectables qui payent leurs impôts.

Certains de ces groupes communautaires ont pour mission d’accompagner des personnes âgées, malades, démunies et isolées pour leurs rendez-vous médicaux ou légaux importants. D’autres offrent des activités sociales ou artistiques afin de redonner espoir à une population fragilisée pour mille raisons. N’est-ce pas la responsabilité de la société d’aider les plus faibles? Car il est faux  de croire que nous sommes égaux dans la vie!

Des jeunes de la rue, qui pour une fois mangent à leur faim et participent à des activités dans un contexte accueillant, reprendront confiance! Il en est ainsi pour des familles démunies ou isolées,  pour des parents qui s’occupent d’enfants malades ou différents, qui sont dépassés et qui ont épuisé toutes leurs ressources. Les organismes stimulent et guident des gens qui avaient perdu tout espoir de voir leurs rêves s’accomplir.

Personnellement, j’ai entendu des témoignages poignants de personnes qui affirment être en vie et heureux grâce aux employés et aux bénévoles qui œuvrent dans ces organisations. J’ai aussi été témoin des miracles qu’accomplissent chaque jour ces femmes et ces hommes de cœur en sauvant la vie de gens désespérés et exclus du système traditionnel.

Les artisans de l’implication bénévole

bénévolat soutien communautaire humanitaire benevoles Que dire alors de ces organismes et des personnes qui y travaillent? Bien souvent, ce sont des femmes qui soutiennent la communauté, non pas pour le salaire qui paraît bien dérisoire par rapport à leurs compétences, mais par humanisme et par attachement à la cause.

Ces gens de cœur ne comptent pas les heures consacrées à leur mission et considèrent les bénéficiaires comme des hommes et des femmes, non comme des numéros de dossier. Certains se réveillent la nuit, inquiets pour une personne qui souffre.

Mais en réalité, l’essentiel de leur travail n’est pas directement lié à la personne qui a besoin de soutien. Ces gens d’une qualité humaine rare, d’une expertise certaine et d’un professionnalisme indiscutable, pas-sent beaucoup de temps à chercher de l’argent pour que l’organisme sur-vive: les demandes de subventions gouvernementales sont longues et exigeantes à exécuter, les réponses arrivent trop souvent tardivement. Certaines subventions, destinées à payer les minces salaires des intervenants, sont supprimées ou dirigées vers d’autres portefeuilles. Dans la majorité des cas, une petite poignée de personnes travaillent à réaliser la mission du mieux qu’elles peuvent et avec bien peu de ressources. Chaque mois de plus est une victoire!

Créativité, polyvalence et don de soi sont gages de réussite et d’espoir. Le membre qui s’engage doit être à la fois commis de bureau, gestionnaire, réceptionniste, organisateur d’événements, commis comptable, responsable des communications… Mais il doit, en tout premier lieu, être disponible pour la personne qui réclame du soutien puisque telle est sa mission, sa raison d’être et sa formation professionnelle. Il est intervenant, écoutant, souriant et surtout accueillant. Pourtant une épée de Damoclès menace en permanence!

La place du communautaire dans la société

Les organismes communautaires ont leur place et un rôle important à jouer au sein de la société. Nous devons les aider à survivre! Nous devons les appuyer dans leurs demandes d’aide aux gouvernements et aux grandes entreprises. C’est notre responsabilité. Repérez dans votre quartier les organismes près de chez vous et renseignez- vous sur leurs réalisations. Prenez le temps de vivre une journée ou seulement un après-midi avec eux. Interrogez ces personnes de cœur qui viennent en aide aux souffrants et aux marginaux. Vous comprendrez mieux leur essoufflement, mais surtout leur valeur et leur importance pour la population. Peut-être même découvrirez vous que leurs services sont enrichissants et s’adressent à vous ou à vos proches?

Le communautaire est partout mais on ne le voit pas! Que ce soit dans les domaines de la santé, de la culture ou de l’éducation, quelqu’un œuvre chaque jour pour améliorer notre qualité de vie et celle de notre environnement! De même qu’il existe du travail humanitaire à l’international, ici même, dans notre ville, des centaines de travailleurs humanitaires, très souvent bénévoles, ont besoin de notre aide et de notre appui!

Cessons de douter, chers concitoyens, et engageons-nous dans le milieu communautaire: nous contribuerons à créer un monde meilleur, car lorsque le peuple s’implique, les décideurs suivent. On appelle ce phénomène la politique!

Autres textes sur le Bénévolat

Prix hommage Bénévolat-Québec

Le communautaire en action: des gens de coeur

Bénévolat, Vidéo et DVD

Charite bien ordonnee commence par nous tous

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur le communautaire et le Bénévolat

Bénévolat, Vidéo et DVD

Charite bien ordonnee commence par nous tous

Louise Gagné, bénévole de l’année

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Rentrée scolaire, Mission Bon Accueil Distribution d’effets scolaires

Rentrée scolaire, Mission Bon Accueil Distribution d’effets scolaires

François Richard Dossier Organisme communautaire

Photos Rentrée la tête haute 2008 196[1] Mission Bon Acceuil, un organisme qui vient en aide aux personnes en difficulté financière, tient lundi et mardi la huitième édition de son événement Rentrée la tête haute. À cette occasion plus de 2000 sacs scolaires, contenant crayons, boîte à lunch et autres cahiers de feuilles lignées seront distribués. Plus qu’une simple distribution, Rentrée la tête haute permet aux enfants de passer la journée dans une ambiance festive avec mascotte, maquillage et structures gonflables. La rue Acorn dans le quartier Saint-Henri, où sont situés les bureaux de Mission Bon Accueil, sera fermée pour l’occasion.

Rentrée la tête haute

Rentrée la tête haute se déroule les lundi 17 et mardi 18 août 2009, de 9h à 16h au Centre multiservices de Mission Bon Accueil situé au 4755 D, rue Acorn (angle de Courcelles), dans le quartier St-Henri à Montréal. Pour plus d’information veuillez visiter le site de Mission Bon Accueil.

PS 22 août 2009 11:30 heures: Reflet de Société publiera le 1er septembre un spécial sur la rentrée scolaire pour ceux qui ne rentreront pas: l’éducation en famille. Un dossier à ne pas manquer. Pour réserver votre numéro de la rentrée scolaire de Reflet de Société: (514) 256-9000.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Festival d’expression de la rue à Montréal: punks, hip-hop, jeunes de la rue, policiers

Festival d’expression de la rue à Montréal: punks, hip-hop, jeunes de la rue, policiers

François Richard   Dossiers Festival d’expression de la rue, Jeunes de la rue et Organismes communautaires

Rencontre avec Kim Heynemand, organisatrice du Festival d’expression de la rue (FER)

L’équipe organisatrice du FER a vécu son lot de difficultés cette année. Le Festival aurait bien pu ne pas avoir lieu suite au refus de l’Université du Québec à Montréal d’accueillir l’événement sur son terrain de la Place Pasteur (rue Saint-Denis). Depuis sa création il y a 12 ans, toutes les éditions du FER s’étaient déroulées à cet endroit. Le Festival aura finalement lieu au Parc de la Paix, rue Saint-Laurent, lors du dernier week-end du mois d’août et ses organisateurs peuvent enfin mettre de côté la recherche d’un terrain pour consacrer leurs énergies à la préparation de l’événement. Malgré les délais qui raccourcissent, l’une des organisatrice du FER, Kim Heynemand, a accepté de laisser de côté son travail quelques minutes afin de s’entretenir avec Reflet de Société. Elle nous parle de l’organisation du FER, du milieu des jeunes de la rue auquel il s’adresse et des difficultés de cohabitation entre marginaux et autres citoyens dans le centre de Montréal.

FER, Pairs Aidants, Jeunes de la rue à Montréal

Kim est une Pair Aidante. Les jeunes participant à ce programme ont tous un vécu marqué par la vie dans la rue. Ils sont jumelés avec un organisme communautaire du centre de Montréal et viennent en aide aux jeunes de la rue. Les Pairs Aidants doivent de plus organiser chaque année le FER, un événement mariant spectacles musicaux, projection de films et ateliers sur différentes problématiques telles les maladies transmises sexuellement et les drogues dures. Les organisateurs du FER ont consulté les jeunes de la rue au cours des dernières semaines afin de connaître leurs préférences quant au contenu de l’événement qui leur est consacré. Plusieurs des spectacles présentés au FER mettent d’ailleurs en vedette des jeunes de la rue.

Spectacles, prison, micro ouvert

‘Nous devons avoir une programmation assez souple, car nous sommes souvent confrontés aux imprévus, explique Kim Heynemand. Parfois des jeunes que nous avons embauché sont en prison ou trop éméchés pour jouer quand l’heure de leur spectacle arrive. Le contraire est aussi vrai: des jeunes dont nous n’avions plus de nouvelles refont surface à la dernière minute et veulent participer. C’est pourquoi nous privilégions les soirées de type micro ouvert, comme ça il est plus facile de déplacer des performances au cours d’une soirée.’ Elle précise toutefois qu’une partie importante de la programmation est fixe, notamment les activités de jours comme les kiosques d’information et de sensibilisation.

Hip-Hop, punks, jeunes de la rue

En plus des aléas des horaires de chacun, Kim doit composer avec une difficulté particulière: elle est en charge de l’organisation de la journée hip-hop. Et alors? ‘Bien, dans le comité organisateur, nous sommes tous des punks.’ Kim explique ensuite que de plus en plus de jeunes de la rue adhèrent à la mode hip-hop plutôt que punk. ‘Ça ne créé pas de conflit particulier, mais il y a de grandes différences dans la culture. Contrairement aux punks, les hip-hop ne tirent pas de fierté du fait de vivre dans la rue. Ils ont le même mode de vie, font appel aux mêmes ressources de soutien, mais ils n’en font pas un élément central de leur identité.’

Marqué au FER

La thématique de cette année est ‘Marqué au FER’, en référence à l’attention particulière de la part des policiers dont sont l’objet les jeunes de la rue. ‘Dans le cas des punks, ça m’a toujours semblé évident. Avec les cheveux colorés, les vêtements militaires et les grosses bottes, il est normal qu’ils soient aisément identifiables. J’ai par contre été surprise d’apprendre que les policiers du centre-ville connaissent tous les rappeurs de la rue par leur nom. Quand tu vis dans la rue, tu deviens une espèce de propriété publique. Des tas de gens te connaissent, mais vu le grand nombre de rencontres que tu fais dans une journée, tu ne peux pas te souvenir de tout le monde.’

Expulsion des jeunes, métro de Montréal, UQAM

Paradoxalement, une des raisons pour laquelle les jeunes de la rue deviennent une propriété publique, c’est qu’ils doivent de plus en plus ‘occuper des espaces semi-privés, explique Kim. Les jeunes sont systématiquement expulsés des parcs, ils doivent donc se rabattre sur les entrées de commerce et les institutions, comme l’UQAM ou les stations de métro. Ça exaspère les propriétaires et les utilisateurs, mais on ne peut pas pousser les jeunes dans le fleuve. Si on les bouge d’un lieu, ils en occuperont un autre.’ En ce sens, le déménagement du FER est conséquent. ‘Ça fait des années qu’il n’y a plus de jeunes de rue à la Place Pasteur, l’UQAM les chasse systématiquement de leurs propriétés.’

Jeunes marginaux, satisfaction

Le FER tente d’atténuer les tensions qui surviennent continuellement entre marginaux et autres habitants du quartier. Les résultats sont difficiles à évaluer, selon Kim. ‘Ça peut occasionner de belles rencontres. C’est sûr que pour un non-initié, la soirée punk vers 10-11 heures est peut-être à éviter, mais les activités hip-hop et les ateliers d’après-midi nous permettent de rejoindre un public d’horizons divers.’  Kim affirme que le FER fait un grand bien à des jeunes qui ont des histoires de vie souvent pénibles. ‘Ils peuvent passer trois jours dans un parc sans se faire tasser. Ça les valorise de participer, même si c’est simplement pour donner un coup de main à l’entretien. Ils en parlent encore des mois plus tard.’

                                                                                            ***

Le FER aura lieu les 26-27 et 28 août au Parc de la Paix, situé à l’angle des rues Saint-Laurent et René-Lévesque. Nous publierons la programmation complète de l’événement lorsqu’elle sera disponible.

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :