Le pétrole et l’environnement

Enbridge et Plan Nord

Sauver la planète ou l’économie?

Normand Charest Dossier Environnement

Suite à son séjour chez les Haïdas en Colombie-Britannique, où Fanny Aïshaa travaillait avec eux sur une murale, elle raconte:

À la fin de ce voyage, j’ai passé 2 jours à écouter les témoignages, lors des audiences publiques fédérales auprès des Haïdas et des habitants de l’île (en Colombie-Britannique) qui refusent le projet controversé de Enbridge. Les gens pleuraient d’émotion, d’amour du territoire. Ils se sont unis et ils ont tous partagé leur cri du cœur pour protéger le monde naturel. Ils n’ont attaqué personne dans leurs mots. C’était un hymne à la beauté du monde, affirmant qu’aucun argent ne pourrait acheter la valeur de l’océan. Un hymne dans lequel les Autochtones et les nouveaux arrivants ne faisaient qu’un. Ça m’a fait penser au Plan Nord qui va trop vite, et à ces voix qui ne sont pas écoutées.

Le Projet Enbridge

Le projet en question propose de construire un pipeline de 1 170 km afin d’acheminer le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta, vers le nord de la Colombie-Britannique où il serait chargé dans de superpétroliers à destination de l’étranger.

La société Enbridge fait miroiter, sur son site Web, de nombreux avantages pour les habitants de cette province. Elle promet 4 000 emplois sur 3 ans dans la construction, ainsi que d’autres emplois à long terme. Et puis des centaines de millions en revenus de taxes et de grandes retombées économiques.

De plus, la majorité des emplois pourrait être réservée aux Autochtones, auxquels la société offre une participation de 10% des actions. Enbridge prétend aussi avoir conclu de nombreuses ententes de principe avec des communautés autochtones, le long du corridor proposé pour le pipeline.

Les Premières Nations

Selon les représentants de plusieurs Premières Nations, il est faux de prétendre que ces ententes ont été nombreuses. D’ailleurs, plusieurs de ces représentants, rassemblés en mai dernier, ont déclaré : « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre nos terres et nos eaux contre cette menace de Enbridge. »

Mais les Autochtones ne sont pas les seuls à vouloir défendre leurs territoires, car les environnementalistes se joignent au mouvement de résistance.

Les deux groupes mettent en garde la population contre la destruction d’écosystèmes riches, mais fragiles, que la circulation des pétroliers menace. La faune et la flore indigènes sont à risque, autant les baleines que les rares «spirit bears» (les grands ours de couleur claire), autant les fonds marins que la forêt pluviale.

Les audiences publiques

Le gouvernement fédéral a lancé des audiences publiques qui doivent se terminer en septembre 2012. La commission remettra son rapport en décembre. Selon The Economist de Londres, en même temps, le gouvernement canadien s’empresse d’enlever tous les obstacles bureaucratiques afin de faciliter l’avancement du projet. Ce qui pourrait accélérer, en même temps, la réalisation d’autres grands projets de développement dans diverses provinces, dont le Québec.

C’est le ralentissement des exportations de produits pétroliers vers les États-Unis, causé par l’exploitation du gaz de schiste américain, qui explique la hâte du fédéral. Ce que notre voisin du sud n’achètera plus devra être vendu ailleurs au plus tôt. Et pour cela, la construction de nouveaux pipelines est considérée comme essentielle.

Dans ce cas, le sentiment d’urgence des impératifs économiques risque encore de reléguer à l’arrière-plan la prudence écologique, la logique du développement durable. Et puis, tout simplement, l’amour de la nature, le sentiment d’appartenance avec elle que partagent les Premières Nations, c’est-à-dire la qualité de vie dans son sens le plus pur.

Le danger qui plane sur le nord de la Colombie-Britannique menace aussi le Nord québécois. En période de précarité économique, les milliers d’emplois et l’enrichissement que le Plan Nord québécois fait miroiter, par exemple, risquent d’occulter complètement la prudence écologique. Et de noyer les protestations sous la propagande économique.

Grand vernissage sur l’environnement les 28, 29 et 30 septembre prochain au Café Graffiti. 4237 Ste-Catherine est. Infos: (514) 259-6900.

Autres textes Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

Richard Martineau, les sacs de plastique et la France

Richard Martineau, les sacs de plastique et la France

Dossier: Richard Martineau, Journal de Montréal

Dans sa chronique du 15 août dernier dans le Journal de Montréal, Richard Martineau nous lance un cri du coeur pour que nous cessions l’usage des sacs de plastique qui polluent notre environnement. Je suis en parfait accord avec la mobilisation que Richard Martineau tente.  Ces sacs, fabriqués avec du pétrole ne sont pas biodégradables et infectent notre environnement.

Je voudrais ici souligner la mentalité française sur ces sacs que nous devons éviter d’utiliser. En France, lorsque vous faites votre épicerie, il n’y en a pas de sac de plastique. Si vous n’amenez pas votre sac en tissu réutilisable, votre épicerie va être placée dans votre charriot sans aucun sac. Vous vous arrangerez pour la transporter, item par item.

De plus, les sacs réutilisables sont vendus à 1 euro chacun. Quand on sait que tout coûte plus cher en France, ces sacs à 1 euro ne sont vraiment pas chers. En plus, ils ont des collections de sacs de toutes les couleurs avec différents motifs. Plusieurs Français en ont une collection des plus variées. Je connais plusieurs Québécois qui, lors de leur séjour en France, s’achètent des sacs réutilisables pour leur beauté et leur prix économique.

Si nous voulons que les gens changent leurs habitudes et optent pour le sac réutilisable, les Français nous enseignent ici 3 choses.

1- Ne pas donner le choix. Si tu n’as pas ton sac, tu n’auras aucune autre alternative.

2- Le sac doit être beau et attrayant.

3- Finalement, le sac doit être financièrement économique et accessible.

Autres textes sur Richard Martineau

Autres textes dossier Environnement

Une forêt contre le tsunami

Les sacs de plastiques et l’environnement

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

Guy Laliberté, touriste de l’espace et la fondation One drop

Les folies écologiques d’un architecte

Quand l’exotisme nous tue

Des éoliennes fabriqués en Europe

Ford, GM et Toyota démantèlent le métro de Los Angeles!

L’environnement et les trucs de grand-mère

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le prix du pétrole et l’OPEP

Le prix du pétrole et l’OPEP

Le Journal de Montréal rapportait le 16 octobre dernier un article de l’agence France-Presse sur l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

L’OPEP a convenu de baisser sa production de barils de pétrole. La motivation est de faire remonter le prix de ce fameux baril, jugé trop bas.

Je suis scandalisé à chaque fois que je vois un groupe de personne décider de magouiller ensemble pour contrôler les prix que le consommateur va payer. Malgré toutes les formules mathématiques inventées pour donner un prix au baril de pétrole en fonction de l’offre et de la demande, à partir du moment où quelques chefs des grandes familles arabes décident ensemble de la quantité produite, nos formules mathématiques ne valent plus rien.

J’ai la même aversion lorsque j’entends des agriculteurs tuer des bêtes pour faire augmenter le prix ou encore le Canada qui a déjà fait du «dumping» de son blé, encore une fois pour faire augmenter les prix.

Il existe pourtant une loi contre de telles coalitions. Mais nos lois sont-elles suffisamment appliquées pour répondre à la protection du consommateur? Nous avons aussi une loi contre les monopoles. À partir du moment où différents concurrents se regroupent en association pour faire la pluie et le beau temps, pour décider ensemble, nous ne sommes plus dans les lois du marché de l’offre et de la demande. Cette organisation devrait être considérée comme un monopole et nous devrions pouvoir réagir à cela.

Les situations de monopoles et de coalition sont contraires aux règles du capitalisme.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Shell et sa publicité sur son essence

Shell et sa publicité sur son essence

Dossier Protection du consommateur.

Les dernières publicités vantant les mérites des essences Shell et son engagement pour en faire une «vraie» bonne essence extraordinaire me portent à réfléchir.

Il y a quelques années, Shell a été reconnu coupable d’avoir mis sur le marché de l’essence de mauvaise qualité et d’avoir endommagé les moteurs des automobiles. Les consommateurs lésés ont gagnés un recours collectif contre Shell.

Ancien consommateur fidèle de Shell, j’ai perdu une automobile qui avait eu des problèmes de pompe à essence, un des signes soulignés par le recours collectif. Dans mon cas, j’ai possiblement été une victime des mauvaises essences de Shell qui n’a pu se faire dédommager. J’ai abandonné ma voiture à une cour à «scrap» avant le début du recours collectif.

Mantenant, les publicités de Shell ne cessent de vanter la qualité de leur essence. Est-ce une façon de nous faire oublier qu’ils ont bouziller nos voitures avec de la mauvaise essence? Est-ce que je dois en conclure que lorsque les multinationales nous présentent une publicité sur les avantages d’un de leurs produits je peux en conclure que cela faisait parti de leurs points faibles et qu’ils tentent de nous cacher la vérité avec leur tapage publicitaire?

J’ai longtemps tenté d’ignorer toutes les formes de publicité. Maitenant, je les regarde d’un oeil différent. La publicité m’indique les points à surveiller dans l’histoire du produit.

Autres textes Protection du consommateur:

Ressources

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les pétrolières et le consommateur

Les pétrolières et le consommateur.

Dossier Journal de Montréal

Le prix de l’essence nous a fait connaître toutes sortes d’émotions dans la dernière année. Pendant que le consommateur jouait à la loterie pour savoir s’il ferait le plein la journée où l’essence était à un prix acceptable ou s’il serait obligé de le faire lorsque les prix étaient gonflés à bloc, les pétrolières s’en mettent plein les poches.

On peut lire dans le Journal de Montréal du 3 février dernier que la pétrolière Impériale, à elle seule a fait un milliard en profit pour un seul trimestre! Les profits de 2005 battent le record de 2004. Pendant que le consommateur s’enlise, les pétrolières ne cessent d’en profiter.

Était-ce acceptable que le prix de l’essence augmente de 10 ou 20 sous le litre en une seule journée? Quelle partie de ces augmentations étaient artificielles et ne servaient qu’à enrichier des monopoles déjà trop riches? Comment se fait-il que les prix augmentaient rapidement, mais prenaient une semaine à redescendre tranquillement?

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La démocratie et l’argent.

La démocratie et l’argent.

En tant que société, il nous arrive régulièrement d’avoir à exercer notre droit et notre responsabilité démocratique. Élections, référendums… Mais sommes-nous vraiment dans un système qui respecte notre droit démocratique?

D’un côté, les élections nous permettent d’entendre toutes sortes de politiciens nous faire des tonnes et des tonnes de promesses. Après leurs élections, la démocratie en prend pour son rhume et nous devons nous contenter de regarder le train passer. Le gouvernement en place impose son rhtyme, ses idées et, trop souvent, exige de ses députés qu’ils votent selon la ligne du partie. Belle démocratie. Des bulletins de vote signés en blanc pour le chef de parti.

Et que dire des référendums. Prenons celui de Cacouna pour l’arrivée d’un port pour les bateaux transportant du méthane. Un comité du non s’est mis en place rapidement, tentant de convaincre tout le monde de s’opposer au projet. Quinze jours avant le référendum, puisque personne ne s’était levé pour appuyer le projet, les entreprises parainnant ce projet ont motivé quelques citoyens à prendre position en faveur, ont payé toutes leurs dépenses pour faire une grosse cabale, leur ont fourni les appuis techniques pour trouver les meilleures arguementations possibles pour gagner la faveur populaire. Oui à 57%! Tout un référendum qui s’est gagné avec les gros pétro-dollars de l’industrie.

Est-ce que la démocratie est fonction de la grosseur de notre porte-feuille?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :