Devient-on individualiste en vieillissant?

Voyage au Pérou

Vision du partage entre jeunes et adultes

Il y a deux ans, je suis partie quelques mois au Pérou afin d’apprendre l’Espagnol. Lors de ce séjour, j’ai travaillé dans une garderie située dans un quartier défavorisé de la ville de Cuzco. Une expérience extraordinaire qui m’a permis de me questionner sur la nature des relations humaines et le partage.

Annie Dion-Clément dossiers CommunautaireInternationalDéveloppement personnel.

entraide valeur partageLa garderie était située dans un immense garage où il n’y avait pas d’électricité. De vieilles tables à pic nique de couleurs jaune, bleu et rouge occupaient la place. Le sol était en terre et l’endroit sombre dû aux fenêtres étaient sales et fissurées.

Les petits de la garderie venaient de familles démunies et certains ne savaient pas écrire. Pendant ces journées, les enfants m’apprenaient des mots en Espagnol en jouant aux cartes. Nous faisions également des dessins ensemble. Mais de toutes les activités que j’ai faites avec eux, celle qui m’a le plus touchée était lorsque je leur préparais une collation.

Tous pour un

En début d’après-midi, j’arrivais à la garderie avec des fruits et du jus pour leur préparer une salade. Lorsque je commençais ma recette, il n’y avait qu’une dizaine d’enfants. Mais lorsque je servais les bols et les tasses de jus, plusieurs enfants sortaient en courant de la garderie pour aller chercher leurs amis.

Ainsi, au moment de la distribution du goûter, ce n’était plus une dizaine d’enfants mais une soixantaine qui attendaient leur portion, et dont pour certains, c’était leur seul repas de la journée.

J’étais à la fois surprise et heureuse de constater que malgré leur pauvreté, les enfants de ce bidonville cultivaient des valeurs de partage et d’entraide face à leurs petits confrères. Ils étaient solidaires et tentaient de venir en aide aux autres.

Une question me vint tout de même en tête: s’il n’y avait pas eu assez de salade de fruits pour tous, auraient-ils été si généreux? Peut-être étaient-ils encore trop jeunes pour avoir assimilé la notion de propriété et de pouvoir?

Un pour tous?adulte individualisme ?

Lors de ce voyage, étant étrangère, on me sollicitait souvent pour acheter des souvenirs sur la rue. Même les professeurs à l’école essayaient de me vendre des livres et des poupées pour bien terminer leur fin de mois.

Un jour, lors d’une visite au Temple du soleil, un site historique, plusieurs guides-interprètes du musée ce sont rués sauvagement vers moi et ce sont chicanés pour m’offrir leur service et obtenir de l’argent en retour. C’était un véritable combat pour la survie!

Ainsi, les petits de la garderie allaient peut être conservé ces valeurs d’entraide et de partage ou allaient-ils changer et se laisser porter par l’individualité?

Autres textes sur International

Autres textes sur Communautaire

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

Cadeaux de Noël et réveillon en famille

« La télé sur le divan »

Les petites joies de Noël

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossier Famille

Une émission de télé qui fait réfléchir, plutôt que des quizz à n’en plus finir, ce n’est pas très courant. Alors vaut mieux en profiter.

Logo_chronique 2 (ajusté)L’émission La télé sur le divan à Radio-Canada aborde chaque semaine un thème différent, illustré par des extraits de feuilletons télévisés. L’animateur discute avec quelques invités autour de ce thème, et Rose-Marie Charest (*) y apporte un éclairage psychologique… D’où le titre « sur le divan » : le divan du psy.

Lors de l’émission du 14 décembre, dont le titre était « Noël, un cadeau ? », elle soulignait qu’il valait mieux rechercher des petites joies plutôt qu’une grande joie illusoire qui exige, pour être parfaite, que nous soyons réunis en famille autour du sapin ou de la table du réveillon, père, mère et enfants – si c’est là le genre d’image qui nous motive.

cadeau noel famille fête noël réveillonCar dès qu’il manque un de ces éléments – et il en manquera toujours au moins un – nous risquons d’être malheureux, en considérant plus ce qui manque que ce qui nous est donné.

Se satisfaire des petites joies du présent, une à la fois, et s’ouvrir à de nouvelles sources de satisfaction, différentes de celles du passé ou différentes du rêve qui ne s’est jamais réalisé – voilà le début de la sagesse. Car les attentes sont souvent cause de désillusion, puisqu’elles  constituent des exigences, plus ou moins conscientes.

Pas d’attentes

Au cours de l’émission, on questionne les invités sur leurs expériences de Noël. « Croyiez-vous au Père Noël ? Lui envoyiez-vous une liste de cadeaux ? » La réponde de la comédienne Nicole Leblanc, la doyenne du groupe ce soir-là, était révélatrice.

Il n’y avait pas de Père Noël, chez elle, lorsqu’elle était enfant. Les cadeaux venaient des parents. Donc, pas de lettre au Père Noël et pas d’attentes : « On prenait ce qu’on nous donnait », disait-elle. Et c’est peut-être cela qui a déterminé son attitude actuelle, qui est de prendre ce qui lui est donné et d’y trouver sa joie.

La sagesse repose dans cette absence d’attentes. Mais cela peut prendre beaucoup de temps pour le comprendre.

À vos joies, donc !

feuille gui fête noel réveillon famille fêtesSans oublier que le bonheur commence par l’attention que l’on porte aux autres et qui nous revient en retour.

_____________

* Rose-Marie Charest, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec : aucun lien de parenté avec l’auteur de cette chronique.

« On se demande si Noël est un cadeau. Selon Rose-Marie Charest : “Cette fête, qui se veut une occasion de bonheur, semble causer bien du stress. Il est important de créer ses propres Fêtes : pour soi, et ceux qu’on aime. Se faire plaisir sans oublier d’être réaliste tant pour l’horaire et la fatigue que pour les finances.” Et si on donnait une petite chance à la magie de Noël? La chance d’être un 23 décembre autour d’une table, entouré de quelques amis, ou un 26 décembre au matin en allant glisser avec ses neveux? Si on calmait ses attentes face au 24 décembre? Si on donnait une chance à toutes les joies, les toutes petites comme les grandes, pendant tout le temps des Fêtes? »

Autres textes sur Noël

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :