La pornographie féministe : une antithèse ou pas ?

La pornographie féministe, alternative à la pornographie mainstream et à ses dessous peu reluisants, a de plus en plus de succès, en particulier auprès des femmes. Une pornographie plus sécuritaire pour les acteurs et les actrices, qui respecte leur consentement, qui montre du vrai plaisir. Mais cette industrie divise les féministes : certaines y voient une façon de se réapproprier la sexualité féminine, d’autres une perpétuation des violences misogynes.

Annie Sprinkle, de son vrai nom Ellen F. Steinberg, est une actrice pornographique féministe américaine. À 64 ans, elle est l’une des actrices les plus réputées dans le milieu, a tourné 83 films, et en a réalisé deux. Certains diront que faire du porno et se revendiquer féministe est contradictoire : elle ne voit pas du tout les choses comme ça. Elle nous raconte que ses parents étaient féministes, mais qu’ils voyaient la pornographie comme quelque chose de contraire à leurs principes. En suivant un cours d’études du genre à l’université, elle a compris « ce qu’était vraiment une féministe », et s’est rendu compte qu’elle en était une. À cette époque, les féministes anti porn protestaient, mais elle ne se reconnaissait pas dans leur message. Puis le terme de « sex positive feminist » est arrivé. Ce courant du féminisme, apparu dans les années 1980 et issu de la communauté LGBT, s’oppose à l’abolitionnisme de nombreuses radicales en revendiquant la libération des femmes à travers leur sexualité. Annie s’est directement reconnue dans ce mouvement, proche de ses convictions.

Mais dans la pornographie, comme dans n’importe quelle industrie, il existe de bons comme de mauvais employeurs, et donc, de bons comme de mauvais réalisateurs. Annie raconte en riant qu’elle et ses collègues disaient souvent que ceux qui faisaient un effort dans les repas servis à l’équipe étaient les bons réalisateurs, et ceux qui se contentaient de servir de la pizza et de la charcuterie étaient les mauvais réalisateurs. Maria Beatty, notamment, est une réalisatrice pornographique féministe. Nous l’avons contactée, afin de lui poser des questions sur la manière dont elle dirige ses tournages. Elle nous a expliqué tourner environ un long-métrage par an. L’équipe passe entre six et neuf heures par jour sur le plateau, mais le tournage en lui-même dure à peu près quatre heures par jour. Chaque jour de tournage est entrecoupé de plusieurs courtes pauses, et d’une heure de pause déjeuner. Des conditions de tournage classiques, donc.

Nous lui avons alors demandé comment elle s’assurait de ne pas dépasser les limites des acteurs et actrices, et si le plaisir exprimé était réel, et non pas simulé. Et la réponse est simple : elle se tient à l’écart des acteurs professionnels, qui ont une manière de jouer, de simuler, qui, selon elle, n’est pas convaincante, mais plutôt « play-acting », en particulier chez les femmes. Elle préfère donc collaborer, avec des travailleurs du sexe ou des féministes pro-sexe, car, selon elle, « ce sont des gens qui aiment beaucoup s’amuser et prendre du plaisir en explorant leur sexualité à la caméra, avec une personne dont ils se sentent proches, et pour qui ils ressentent de l’amour et de la compassion ». « L’authenticité rayonne et est inimitable », ajoute-t-elle. Cette différence avec ce que l’on voit en pornographie mainstream est notable. Maria n’a jamais reçu de plainte de la part des acteurs concernant la manière dont elle dirigeait ses tournages, et précise qu’elle « ne pousse jamais un acteur à dépasser ses limites, à moins qu’il ne le désire et ne soit capable de le faire ». La réalisatrice correspond à ce qu’on attend des réalisateurs pornographiques : elle fait attention à ce que le consentement de ses performeurs soit toujours respecté, et à ce qu’ils se sentent à l’aise.

Mais, malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les réalisateurs. Annie Sprinkle nous raconte qu’une fois, on l’a pressée de tourner une scène d’anal alors qu’elle ne le voulait pas, et qu’elle a quand même fini par céder. En échange, elle n’a reçu que 25$ d’extra, ce qui l’a vraiment énervée. Elle explique que « c’est le jour où j’ai appris à m’imposer, à dire non, et à poser des limites. Je me suis sentie mal après cette scène, comme si j’avais été sous pression. Je me suis dit que je ne laisserai pas cela arriver de nouveau, et je ne l’ai pas fait ». Elle précise qu’elle n’a jamais été violée, ou mise sous pression d’une autre manière. Elle a couché avec plus de 3000 hommes, « presque tous de bonnes expériences », et déclare que, même s’il y a eu quelques mauvais moments, il n’y a pas de quoi se plaindre. Mais ce type de pression que l’on fait subir aux actrices existe, malheureusement, et représente les mauvais côtés de la pornographie, qu’elle soit féministe ou non.

Nous avons interrogé sur le sujet Julie Lavigne, professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) au département de sexologie, et spécialisée, entre autres, dans l’étude de la pornographie. Pour elle, la pornographie féministe peut exister. « Il y a beaucoup plus de pornographies qui n’ont même pas besoin d’être féministes, qui sont beaucoup plus éthiques maintenant ».

Mais beaucoup continuent à dire que la pornographie, qu’elle soit féministe ou non, reste un outil de domination misogyne. Lorsqu’on lui demande ce qu’elle en pense, elle rappelle qu’il n’existe pas qu’une seule pornographie, qu’il y a des productions qui sont effectivement vraiment machistes, mais qu’il faut d’abord se demander ce qu’est la pornographie. « Est-ce le fait de montrer une relation à caractère sexuel qui est anti féministe, ou est-ce le fait de représenter certaines sexualités qui pose problème ? Il y a beaucoup de féministes qui voyaient dans toute pornographie une violence faite aux femmes, des féministes pour qui le porno en soit montre que la femme est au service de l’homme. Mais dans certaines productions, c’est tout le contraire, il n’y a même pas d’homme dedans », ajoute-t-elle en riant. Puis elle reprend « mais en même temps, je comprends tout à fait quand on essaie d’exemplifier le système patriarcal, il y a beaucoup de pornographies qui peuvent être très utiles pour le dénoncer. » Lorsqu’on lui demande son avis au sujet de la soumission féminine dans le porno féministe, elle répond que certaines militantes voient un problème dans le BDSM en tant que tel, mais que d’autres considèrent appartenir à cette communauté, et que donc, tant qu’il s’agit de pratiques consenties, on ne peut pas vraiment juger. « Il y a différents types de sexualités consentantes qui ne sont pas nécessairement politically correct ; est-ce du ressort du projet féministe que de les anéantir ? C’est une autre question ».

Alors, la pornographie féministe est-elle une perpétuation des violences faites aux femmes ? Tout dépend des productions, des réalisateurs. Dans le milieu du porno, c’est souvent au cas par cas qu’il faut se poser la question. Certains tournages se font dans le respect de chacun, tandis que d’autres se passent mal. La pornographie en elle-même, le fait de montrer un acte sexuel, n’est pas, d’après Julie Lavigne, une violence. Ce sont les dérives et les mauvaises conditions de tournage qui peuvent conduire à des violences sexuelles, physiques, ou psychologiques. Selon Julie, le porno féministe ne changera pas entièrement l’industrie ; cependant, comme elle le mentionne, certains de ses éléments se retrouvent maintenant dans la pornographie mainstream.

Publicités

Sexualité: T-shirts et roman

T-shirt sexualité Spider condom

T-shirt Spider condom

Sexualité t-shirt Super condom

T-Shirt Super condom

 

 

 

 

 

 

Des T-shirts originaux, un design exclusif et qui soutiennent l’intervention du Café Graffiti auprès des jeunes.

Pour commander par internet: https://editionstnt.com/t-shirt-design

Par courriel info@editionstnt.com

Par téléphone (514) 256-9000.

Par la poste:

Café Graffiti 625 De La Salle, Montréal. Qc H1V 2J3

20$ chacun (plus taxes et transport).

Roman sur la sexualité

Sexualité roman éducation sexuelleLe roman permet d’entendre le témoignage autant de victimes que d’abuseurs, des jeunes en quête de leur identité sexuelle. Il aborde la sexualité sous différents angles tout en dédramatisant le sujet : relation d’amitié, relations amoureuses, sexualité, abus, harcèlement, homosexualité… Il permet aux adolescents dans leur quête sexuelle, aux personnes vivant des difficultés touchant la sexualité, aux enseignants et parents qui doivent parler de sexualité avec les jeunes de s’y retrouver tout en découvrant des moyens pour les aider et les soutenir dans leur cheminement.

Les jeunes ont des pratiques et des activités sexuelles sans équivoque. Nous n’en sommes plus à feutrer nos mots pour parler de sexualité, les jeunes peuvent en parler possiblement plus ouvertement que nous sommes capables de le faire.

Le roman de 292 pages reflète cette nouvelle réalité. Il est attrayant et descriptif pour les jeunes qui veulent découvrir leur sexualité et en parler.

24,95$ plus taxes et transport.

https://editionstnt.com/produit/vanessa-voyages-dans-les-caraibes/

Merci pour votre présence et votre soutien.

Union des écrivains, les auteurs et les médias

Une formation à l’UNEQ (Union des Écrivains du Québec)

Samedi 10 novembre. Une journée de ressourcement organisé par l’UNEQ. Avec Messieurs André Lavoie et Stéphane Berthomet.

Une journée des plus plaisantes et informatives. Une formation qui me donnent le goût de trouver plus de temps pour m’occuper de mes livres, de mes ateliers et de mes conférences.

Et quelle surprise de revoir Clémence Bourget. Lors d’un congrès de la Fédération Professionnelle des Journalistes (FPJQ), elle avait participé à un de mes ateliers sur le référencement d’un blogue. Après 15 ans, j’ai été surpris qu’elle m’ait, non seulement reconnu, mais qu’elle s’set souvenu de mes interventions.

Je regarde maintenant mon agenda. Comment faire pour me trouver un minimum d’une heure par jour pour m’occuper de mes livres?

Je vous laisse tout de même un descriptif de mon dernier livre et de ma bio. Je ne devrais pas en mettre tant que ça mais en attendant de trouver un peu de temps pour mieux vous présenter mon travail du dernier quart de siècle.

Vanessa, Voyage dans les Caraïbes

Livre éducation sexuelle, roman sexualité

Le ministère de l’Éducation a fait plusieurs coupures. Les enseignants ont maintenant la responsabilité de parler sexualité pendant les cours réguliers. Certains enseignants sont démunis et ont besoin de nouveaux outils pour les soutenir.

Vanessa… Voyage dans les Caraïbes est un outil de discussion, de réflexion dans le respect sans être moralisateur. L’humour est une approche attrayant et aide à dédramatiser les évènements de la vie.

Attrayant et par l’humour, ce roman de 292 pages parle de sexualité. Avec simplicité. Parce qu’on ne peut pas laisser les sites pornographiques ou n’importe qui le faire. Il faut s’outiller pour rejoindre le jeune mais aussi les adultes souvent blessés dans leur sexualité.

La sexualité

Le roman permet d’entendre le témoignage autant de victimes que d’abuseurs, des jeunes en quête de leur identité sexuelle. Il aborde la sexualité sous différents angles tout en dédramatisant le sujet : relation d’amitié, relations amoureuses, sexualité, abus, harcèlement, homosexualité… Il permet aux adolescents dans leur quête sexuelle, aux personnes vivant des difficultés touchant la sexualité, aux enseignants et parents qui doivent parler de sexualité avec les jeunes de s’y retrouver tout en découvrant des moyens pour les aider et les soutenir dans leur cheminement.

Les jeunes ont des pratiques et des activités sexuelles sans équivoque. Nous n’en sommes plus à feutrer nos mots pour parler de sexualité, les jeunes peuvent en parler possiblement plus ouvertement que nous sommes capables de le faire.

Le roman reflète cette nouvelle réalité. Il est attrayant et descriptif pour les jeunes qui veulent découvrir leur sexualité et en parler.

Suite à de nombreux comité de lecture, le roman a été réécrit à plusieurs reprises. Un travail qui a duré plus de 15 ans. Il est maintenant prêt à partir pour l’imprimerie.

Parcours de l’auteur

auteur conférencier journalisteHomme d’affaire reconnu, au début de la trentaine il fait deux tentatives de suicide. Il débute une première thérapie pour sortir de la crise suicidaire. Une 2e pour démonter ce qui l’amène à entrer en crise. Appréciant le nouveau mode de vie qu’il découvre il continue et suit son cours de thérapeute. Non pas pour sauver le monde mais pour s’assurer de reconnaître les signes avant-coureurs de sa dépression et de ses propres difficultés de fonctionnement.

Depuis les 25 dernières années, l’auteur a été travailleur de rue et intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. Il a été le confident de victimes d’actes sexuels, d’agresseurs, de gens perturbés dans leur sexualité. Il a travaillé dans plusieurs milieux fermés, notamment, les jeunes marginalisés ainsi que des milieux de prostitution. Il a enseigné pendant 5 ans en Travail Social à l’Université McGill. Avec ce roman, il nous partage son vécu et celui de milliers de personnes qu’il a aidé.

L’ensemble des confidences reçus font de l’auteur une personne crédible et reconnu. Il a reçu plusieurs prix autant pour son intervention qu’en journalisme.

Journaliste depuis 1974 il a publié son premier roman en 1992. Il est régulièrement demandé pour donner des conférences et des ateliers autant dans des écoles, organismes communautaires qu’auprès des citoyens impliqués et sensibles aux thèmes sociaux.

Depuis 1992, l’auteur est directeur clinique au Journal de la Rue et rédacteur en chef pour le magazine Reflet de Société. Les thèmes sociaux font parti de son quotidien.

Depuis 1997, l’auteur a été consulté par différents organismes, universités et institutions à travers le monde. En 2007, il a été invité à faire une tournée d’une trentaine de conférences dans les principales villes de France sur l’intervention auprès des jeunes.

Pour réserver votre exemplaire, par téléphone: (514) 256-9000. Par la poste: Éditions TNT 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

 

 

Roman sur la sexualité chez Renaud Bray

Après les librairies Raffin et les Libraires indépendants, Renaud Bray emboîte le pas.

Le roman sur la sexualité Vanessa… Voyages dans les Caraïbes de Raymond Viger est maintenant disponible sur les sites Internet de toutes ces librairies, en version papier ou électronique.

Vanessa… Voyages dans les Caraïbes $24.95

Le ministère de l’Éducation a fait plusieurs coupures qui font mal. Les enseignants ont maintenant la responsabilité de parler de sexualité pendant les cours réguliers. Certains enseignants sont démunis devant l’objectif à atteindre et ont besoin de nouveaux outils pour les soutenir.

Est-ce que nous voulons que nos jeunes s’initient à la sexualité par la pornographie ou encore un chef de gang? Beaucoup de documents existent et traitent de sexualité. Mais combien sont des outils de discussion, de réflexion dans le respect sans être moralisateur? L’humour est une approche attrayant et aide à dédramatiser les situations.

http://editionstnt.com/produit/vanessa-voyages-dans-les-caraibes/

Par téléphone (514) 256-9000

Raymond Viger

Homme d’affaire reconnu, au début de la trentaine il fait deux tentatives de suicide. Il débute une première thérapie pour sortir de la crise suicidaire. Une 2e pour démonter ce qui l’amène à entrer en crise. Appréciant le nouveau mode de vie qu’il découvre il continue et suit son cours de thérapeute. Non pas pour sauver le monde mais pour s’assurer de reconnaître les signes avant-coureurs de sa dépression et de ses propres difficultés de fonctionnement.

Depuis les 25 dernières années, l’auteur a été travailleur de rue et intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. Il a été le confident de victimes d’actes sexuels, d’agresseurs, de gens perturbés dans leur sexualité. Il a travaillé dans plusieurs milieux fermés, notamment, les jeunes marginalisés ainsi que des milieux de prostitution. Il a enseigné pendant 5 ans en Travail Social à l’Université McGill. Avec ces livres, il nous partage son vécu et celui de milliers de personnes qu’il a aidé.

L’ensemble des confidences reçus font de l’auteur une personne crédible et reconnu. Il a reçu plusieurs prix autant pour son intervention qu’en journalisme.

Journaliste depuis 1974 il a publié son premier roman en 1992. Il est régulièrement demandé pour donner des conférences et des ateliers autant dans des écoles, organismes communautaires qu’auprès des citoyens impliqués et sensibles aux thèmes sociaux.

Depuis 1992, l’auteur est directeur clinique au Journal de la Rue et rédacteur en chef pour le magazine Reflet de Société. Les thèmes sociaux font parti de son quotidien.

Depuis 1997, l’auteur a été consulté par différents organismes, universités et institutions à travers le monde. En 2007, il a été invité à faire une tournée d’une trentaine de conférences dans les principales villes de France sur l’intervention auprès des jeunes.

À propos des Éditions TNT

Les Éditions TNT sont nées en 1992 d’un désir de partager des œuvres pamphlétaires, des œuvres qui crieraient leurs messages d’espoir, d’amour et de révolte. Les jeunes poètes marginalisés ont rapidement trouvé une place en son sein. Vivant toutes sortes problématiques personnelles, ils ont travaillé d’arrache-pied pour perfectionner leurs messages.

Avec les années, les livres de TNT se sont diversifiés. Des guides de prévention, des romans et même des essais ont vu le jour. Mais l’essence de TNT reste : publier des auteurs qui ont le feu de la littérature en eux et encourager le débat social du Québec.

Presque 25 ans après sa naissance, TNT est fier de compter plusieurs best-sellers parmi ses publications dont Le guide d’intervention auprès d’une personne suicidaire, Vanessa, voyage dans les Caraïbes (roman d’éducation sexuelle) et Après la pluie… Le beau temps (poésie).

Merci de nous lire et de participer à l’enrichissement de notre société.

http://editionstnt.com/produit/vanessa-voyages-dans-les-caraibes/

Peut-on jouir pendant un viol?

Sexualité, agression, jouissance et orgasme

Raymond Viger     Dossiers Sexualité

Je sais que le sujet fait énormément réagir les victimes de viol. Est-ce possible de s’imaginer que l’on puisse jouir pendant que l’on se fait violer?

Depuis plus de 25 ans que je fais de l’intervention. Les 25 autres années préalables, j’ai été le confident d’une quantité assez phénoménales de femmes.

Ces femmes ont été violées et agressées de différentes façons. Pour la majorité, elles connaissaient leurs agresseurs. Les agressions et les viols se sont passés dans des endroits qu’elles connaissaient et où elles avaient été consentantes d’y aller, entre autre, leurs propres appartement ou ceux de leurs agresseurs.

J’ai eu des femmes en thérapie qui, plusieurs années après les évènements, en arrivaient à conclure que, finalement, elles n’avaient jamais été consentantes. Elles avaient abandonné leur résistance et cessé de dire NON. Lasse, épuisée et incapable de se faire respecter.

Une importante définition des mots utilisés

La subtilité de la question, à savoir si on peut jouir pendant un viol, dépend de la définition que l’on donne à ces mots. La jouissance implique un plaisir intense. Un orgasme est une réaction physique du corps de la femme à différents stimulus.

On associe souvent l’orgasme à la jouissance. Pendant un viol, les différents stimulus sur le corps de la femme peuvent l’amener à un orgasme. Mais a-t-elle vraiment eue une jouissance dans le terme d’un plaisir intense? J’ai rencontré plusieurs femmes qui ont été agressées et qui n’ont jamais osées porter plaintes. Des femmes confuses entre l’idée d’avoir eu un orgasme pendant une relation non consentante. Comment puis-je avoir été violée si j’ai eu un orgasme?

Et même si elle pense avoir eu un certain plaisir dans un acte sexuel, est-ce que l’alcool, un contexte particulier, des drogues, peuvent avoir prédisposé la femme à une relation qui n’était pas consentante?

Et que dire de la peur d’une femme devant un homme violent. La peur de se faire battre peut-elle être une raison pour baisser les bras et « faire semblant » d’accepter la relation sexuelle?

Faire semblant n’est pas un consentement.

Toute forme de violence est à proscrire:

verbale, physique, émotionnelle…

Un orgasme n’est pas synonyme de jouissance et de plaisir. Et oui, nous pouvons être violée et avoir un orgasme. Et cela demeure un viol.

Ce soir à l’émission Tout le monde en parle, Guy A. Lepage va débattre du sujet avec la journaliste Léa Clermont-Dion, Aurélie Lanctôt, la sexologue Sylvie Lanctôt et Lise Bilodeau.

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité.

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

Compte tenu du sujet développé, je ne peux pas affirmer que certains passages explicites ne choqueront pas certains. C’est pourquoi j’ai décidé de le classer 14 ans et plus. C’est l’âge à laquelle une jeune fille peut rencontrer une infirmière du CLSC et demander que les parents ne soient pas avisés de sa démarche.

14 ans et plus. Parental Guidance

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

autres textes sur sexualité

Les ruptures amoureuses toxiques, Ingrid Falaise

 Violence conjugale

Ingrid Falaise, dossier Famille 

Je suis un oiseau de nuit, je l’ai toujours été. Alors que l’insomnie me gagne au lieu de compter les moutons je compose des chansons, ou des chapitres, ou des billets.

Cette nuit, je réfléchis à l’hiver, le temps des ruptures. Ces temps-ci, alors que la grisaille accapare notre moral, les séparations pleuvent comme si les nuages n’avaient pas assez fourni.

À la petite cuillère, nous ramassons les états d’âme accumulés au sol. Détruits, meurtris, rien ne va plus, «j’ai tout perdu» nous raconte ces morceaux brisés, étalés sur le plancher.

Ce qui me frappe, c’est la quantité de confidents qui étaient prisonniers d’une relation toxique empreinte de manipulation. Des histoires de hics et de heurts répétées depuis des années. Le nombre de fois où ces paroles ont résonné lors de conversations.

«Cette fois-ci c’est la bonne» «Il a compris» ou «Elle va changer» «Je reste pour les enfants»

Rester au nom des enfants… Ces petits bouts d’humain remplis d’amour méritent au contraire d’avoir un parent épanoui, solide et heureux surtout. Non pas un papa ou une maman qui reste dans une relation en leur nom. Imaginez la charge que ces enfants porteront sur leurs épaules. « Papa est malheureux à cause de moi. »

Toxique

La voix intérieure le sait. Mais le niveau de dysfonction et de manipulation dans le couple est si élevé qu’on ne l’écoute plus. Alors on encaisse et on diminue la gravité des propos, des infidélités, des mensonges. Car une personne toxique et manipulatrice ne souhaite pas le bonheur de son partenaire. C’est une égocentrique qui sabote l’épanouissement du conjoint qu’elle dit aimer. «Je t’encourage dans tes projets», dira-t-elle pour, par la suite, reprocher à son partenaire ses heures de travail, de répétition ou d’étude.

Il y a autant de degrés de toxicité que d’histoires d’amour ou de relations amoureuses. Mais le maître du toxique est un individu qui ne reconnaît pas ses torts, méprise et rabaisse l’autre afin de garder sur lui une emprise, un pouvoir. «C’est toujours quand tu le décides», nous reprochera cette personne alors qu’au contraire, le reproche devrait être inversé. «Si tu m’aimais réellement, tu aurais fait autrement», nous lancera-t-il pour nous culpabiliser.

L’auteure du livre Les manipulateurs sont parmis nous, Isabelle Nazare-Aga, explique que ce type de personne semble tout savoir. Il «affirme» des choses, il reporte ses responsabilités sur nous. Il nous demande de répondre immédiatement à ses demandes. Il nous critique et nous dévalorise. Et puis, nous doutons et nous finissons par avoir peur de lui dire certaines choses. Il est doué pour créer de la confusion dans notre tête. Il ne formule pas ses demandes de manière claire, il nous rend coupable de faits imaginaires. Il crée des malentendus, il prêche le faux pour savoir le vrai. Et tout ceci derrière un masque, si beau et attrayant. Autour d’une table, ils sont sympathiques, séducteurs, cultivés.

Une relation toxique, ce n’est pas une dispute de temps à autre. C’est lorsque les efforts ne sont qu’en sens unique, lorsque les sentiments exprimés sont balayés du revers de la main. Le simple fait d’exposer une émotion ou de demander un changement au sein du couple est difficile, alors de ne pas être écouté et recevoir des reproches en guise de réponse fera clore nos lèvres pour de bon.

Être dans une relation toxique, c’est oublier de se choisir au réveil et de porter notre attention sur l’autre par peur de faire un faux pas ou de s’attirer un reproche, un regard de travers. C’est être envahi par le stress et l’angoisse en présence de l’autre. C’est aussi ne pas pouvoir s’en passer, car il vous aura rentré dans l’esprit que vous n’aurez jamais personne de mieux que lui.

Pourquoi endurons-nous ces nuits où il n’est pas rentré, ses mensonges à répétitions et ses cachoteries qui nous rendent paranoïaque?

Parce que toutes les fois où nous avons confronté le toxique, manipulateur, pervers, narcissique (un ou tous ces adjectifs à la fois), nous aurons été manipulés pour que nous restions. Car ces femmes et hommes toxiques ne peuvent concevoir de perdre leur emprise sur leur conjoint.

Dans un jadis non si lointain, je ne savais pas qu’il était possible de se choisir. Se choisir, c’est s’aimer assez pour honorer qui nous sommes à chaque instant, à tout moment. C’est être doux envers nous-même et cesser de vivre pour l’autre. Mais surtout, c’est d’ouvrir son cœur non pas vers l’extérieur, mais vers l’intérieur comme je l’ai fait il n’y a pas si longtemps. Vers nous même. Car nous sommes la personne la plus importante et nous méritons d’être aimé, respecté, honoré dans toutes les sphères de notre vie.

——
Ingrid Falaise est une actrice québécoise de 35 ans. Le Monstre est un récit autobiographique sur les années où elle vécut de la violence conjugale. Écrit 16 années après les faits, ce livre retrace les 2 années qu’elle passa sous le joug de son ancien amoureux, un pervers narcissique.

Depuis Ingrid a repris sa carrière d’actrice et est devenue porte-parole de SOS Violence conjugale.

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

L’amour en 3 dimensions Roman sur la relation aux autres

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement
Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Mes Seins, vidéoclip d’Andréanne Martin

14225433_10153777756765906_8550975628727907691_n

Vidéo Mes seins, pour célébrer la femme

Fonceuse, rêveuse, curieuse, rieuse, allumeuse

Raymond Viger     Dossiers Sexualité

Avec sa chanson « Mes seins », Andréanne Martin a suscité beaucoup d’émotions, des fous rires, des élans de spontanéité, des beaux malaises.

Pourquoi parler des seins ?

La réponse est simple : c’est la célébration de la femme, dans toutes ses différences, peu importe son âge, sa culture ou son style, l’important, c’est qu’elle soit bien dans sa peau. C’est ce qui fait qu’une femme est belle.

Vidéoclip sur la chanson « Mes seins »

  • Souligner l’égalité et la célébration des femmes13891852_1830513350513502_7142607458435591166_n
  • Célébrer toutes les femmes dans leurs différences
  • Rendre hommage au féminisme, à la diversité et à l’audace
  • « Mes seins », un vidéoclip festif

Participez au financement du vidéoclip Mes seins

Soutenez le financement du vidéoclip « Mes seins » d’Andréanne Martin et bénéficiez d’intéressants cadeaux originaux. Composez le (514) 256-9000.

$15 Le EP numérique « Mon beau bandit » vous sera acheminé via le web.

$30 Le EP physique dédicacé.

$30 Album « Fais-moi la musique » en prévente. Soyez le premier à le recevoi13590453_10154316572814439_8192350278517122192_nr (estimation sera posté en juin 2017)

$45 Album « Fais-moi la musique » en prévente remis en personne par Andréanne Martin (estimation juin 2017).

$60 Cours de chant privé d’une heure avec Andréanne Martin ainsi qu’un Ep physique « Mon beau bandit ».

$60 Atelier privé d’écriture de chanson d’une heure avec Andréanne Martin + Ep physique.

$120 Discographie de PUR Records.10 albums vous sera envoyé par la poste. Inclus un album double compté comme 2 albums, le Ep « Mon beau bandit » et l’album en prévente « Fais-moi la musique ». Estimation juin 2017.

$200 Une chanson personnalisée, juste pour vous par Andréanne Martin (version démo sans mix, ni mastering).

$300 Show duo acoustique d’une heure dans le confort de votre demeure (1 heure de route de Montréal, ensuite 40 cents le kilomètre).

$500 Show duo acoustique de deux heures dans le confort de votre demeure (1 heure 13680912_1826358124262358_8716363840048028041_nde route de Montréal, ensuite 40 cents le kilomètre).

$750 Spectacle full band 1 heure dans le confort de votre demeure (1 heure de route de Montréal, ensuite 40 cents le kilomètre).

$1000 Spectacle full band de deux heures dans le confort de votre demeure (1 heure de route de Montréal, ensuite 40 cents le kilomètre).

Soutenez le financement du vidéoclip Mes seins d’Andréanne Martin et bénéficiez d’intéressants cadeaux originaux. Composez le (514) 256-9000.

Qui est Andréanne Martin?

Andréanne Martin a partagé la scène avec Ginette Reno, Marie-Ève Janvier, Jean-François Breau, David Thibault, Andrée Watters, Nadja et bien d’autres.

2017

  • Signé par la maison de disques Pur Records ? Distribué dans les Archambault et Distribution Select.

2016

  • « Belle et Bum » aux côtés de Normand Brathwaite.
  • Premier Ep « Mon beau bandit ».
  • Premier vidéoclip du single « Je bégaye »sur les ondes de
  • Plusieurs chansons en ondes dans différentes stations de radios à travers le Québec.
  • Les Rencontres d’Astaffort en France parrainées parFrancis Cabrel.
  • Rencontre magique avec son idole Robert Charleboisau Festival de la chanson de St-Ambroise.

2015

  • Finaliste à l’émission Faites comme chez vous animée par  Morin sur les ondes de TVA.
  • Gagnante du Tremplin de Dégelis.
  • Prix Sodec pour son charisme et originalité.

2013

  • L’émission« La Voix »Équipe Ariane Moffatt.
  • Souligner l’égalité et la célébration des femmes
  • Célébrer toutes les femmes dans leurs différences
  • Rendre hommage au féminisme, à la diversité et à l’audace
  • Demi-finaliste Festival International de la chanson de Granby 2013.

Soutenez le financement du vidéoclip « Mes seins » d’Andréanne Martin et bénéficiez d’intéressants cadeaux originaux. Composez le (514) 256-9000.

autres textes sur sexualité

%d blogueurs aiment cette page :