DIOR: de l’immigration à la consommation

Dior, une jeune Québécoise d’origine sénégalaise, a une relation avec sa mère faite de menaces et de violence, qui l’a déstabilisée au point où elle a fui dans la consommation de marijuana, s’attirant problème par-dessus problème.

Dominic Desmarais             Dossier Croissance personnelle

fille immigration jeune consommationDior est pleine de compassion et d’empathie. Dès son enfance, elle se démarquait par une énergie peu commune. «Au primaire, on m’appelait madame Pompadour ou la princesse de Saba. J’arrivais en grande pompe! J’étais gentille et serviable, mais je parlais tout le temps.» Dissipée, la jeune Dior parvenait mal à se concentrer. En classe, elle dérangeait les autres élèves, au grand dam de ses professeurs et de sa mère qui ne savait pas comment la discipliner.

La première tentative de sa mère fut de l’envoyer dans un établissement privé au secondaire. Un encadrement plus strict permettrait à sa fille de mieux canaliser son énergie. Dior le concède, le secondaire l’a poussée à travailler. Mais ses débordements verbaux refusaient de disparaître. Tout en développant un côté studieux qu’elle ne se connaissait pas, l’adolescente continuait de prendre trop de place en classe. «Ma mère avait de la peine quand elle apprenait que je dérangeais. Elle ne savait pas comment agir avec moi alors elle me criait après. Elle n’était pas toujours d’accord avec ce que je voulais faire. J’étais déséquilibrée entre ce qu’elle voulait de moi et ce qui m’intéressait.»

Une relation orageuse

En pleine crise d’adolescence, Dior se bute à sa mère qui compose mal avec la différence entre la vie et l’attitude des jeunes dans son pays d’origine et le Québec. Mère monoparentale, elle mettait ses espoirs en sa fille unique pour qu’elle réussisse là où elle-même avait échoué. «Je devais prendre le meilleur des deux mondes. De la culture africaine enrichie des possibilités qu’offre l’éducation au Canada. Je défiais beaucoup l’autorité de ma mère. J’avais l’impression qu’elle me donnait des ordres dont je ne comprenais pas la raison. Je commençais à être irrespectueuse. Je devenais de plus en plus agitée à l’école, ce qui l’amenait à vouloir me contrôler encore plus.»

À 14 ans, les cris et la violence physique font partie de leur dynamique familiale. Pour essayer de régler leurs différends, elles vont en médiation devant un travailleur social. Rien n’y fait.

À partir de 16 ans, Dior commence à consommer du cannabis avec des amis. Elle s’aperçoit que son volcan intérieur se calme à chaque inhalation. Puis s’enchaînent les sorties, les danses et l’alcool. Elle rentre au petit matin. Sa relation avec sa mère s’envenime.

Sa mère prend rapidement le réflexe d’appeler la police qui débarque aux trois jours pour les empêcher d’en venir aux coups. À 17 ans, sa mère, excédée, la met à la porte.

Dior venait de compléter sa première session au cégep Brébeuf, un établissement privé haut de gamme. Elle avait travaillé tout l’été pour s’offrir cette éducation privilégiée. «Quand elle m’a sorti de la maison, je me suis rendue au cégep avec mes sacs remplis de vêtements, accompagnée de policiers. La directrice, pour m’aider, m’a trouvé une chambre en résidence.» Dior n’a pas d’argent, pas de meubles ni d’instruments de cuisine. Parfois, elle vole de la nourriture à d’autres résidents. Pour se faire de l’argent, elle commence à vendre du pot et vole une partie de la marchandise à son profit. Quand elle va voir sa mère, elle fouille dans son portefeuille et lui subtilise de l’argent. «J’allais la voir parce que je me sentais seule. J’avais besoin de son affection.»

La jeune femme le concède, elle faisait de mauvais choix. Sans égard pour les autres et pour les conséquences que ses actions engendraient, Dior se croyait tout permis. Comme de fumer des joints en résidence. Une fois elle est dénoncée et mise à la porte. Un deuxième déménagement forcé en moins d’un an. Un deuxième choc qui la traumatisait et exacerbait d’autant sa colère.

Par chance, Dior se trouve une famille pour l’héberger. Un couple qui, un an plus tôt, avait perdu sa fille des suites d’une overdose. La jeune femme, encore une fois, passe à côté de la perche qui lui était tendue. Ses problèmes émotionnels la rendent aveugle. Le peu d’argent qui passe entre ses mains disparaît dans l’alcool et le pot pour éteindre ses souffrances. À 18 ans, incapable de payer ses études, elle quitte son beau collège privé pour travailler.

Un cadeau empoisonné

À 19 ans, elle reçoit un montant d’argent pour la dédommager d’un accident de voiture survenu quatre ans plus tôt. Elle place son magot, mais sa mère en réclame la moitié. Elle exerce du chantage sur Dior qui se rebiffe. La confrontation entre les deux continue. La jeune femme tient son bout en pensant à ses rêves d’avenir.

Mais ce répit est de courte durée. Quelques mois plus tard, sa cousine, maniaco-dépressive, se suicide. Dior arrête tous ses projets. Elle noie son chagrin de la seule façon qu’elle connaît: en fumant des joints. «J’avais besoin de me détendre. J’étais complètement dépassée par les événements. En un an, j’ai dépensé tout mon argent.»

Dior touche le fond. Elle fait ses études collégiales dans un établissement public. Elle emménage en appartement avec une amie d’enfance. Un nouveau départ. Mais ses problèmes, trop lourds, refont surface. Sa colocataire, grande consommatrice de crack, l’agresse. Encore une fois, elle se retrouve à la rue.

Elle décide de cogner à la porte du centre Dollar-Cormier pour l’aider à cesser de consommer. Elle y suit une thérapie de deux mois et y retourne un an plus tard pour un séjour de quatre mois, vu l’insuccès de sa première tentative. «Là-bas, l’approche est axée sur la réduction des méfaits. C’est plus un éveil face à la consommation. Mais je n’étais pas encore rendue à pouvoir faire des choix éclairés.»

Commence alors une période d’instabilité où elle fait ressortir sa violence. De 2000 à 2007, elle voit passer 33 colocataires. «Que ce soit les autres qui aient quitté ou moi, ça fait beaucoup. J’étais très frustrée et peu conciliante. C’était la chicane perpétuelle.» Dior est une bombe qui n’attend que d’exploser. Dès qu’on lui en donne l’occasion, elle fait sortir sa colère refoulée. Son attitude lui attire aussi la violence des autres.

Dior s’inscrit à une thérapie donnée par le centre pour toxicomanes Portage. «À mon arrivée, je résistais complètement. J’étais toujours sur la défensive, j’étais agressive. Ils ne m’ont pas laissé tomber.» Après deux mois, elle est envoyée en thérapie pour adolescents. Avec des plus jeunes qu’elle, Dior trouve chaussure à son pied. Elle travaille son humilité tous les jours. «Il fallait que je m’ouvre devant elles parce que je suivais les mêmes thérapies. Des ados, c’est plus direct. J’ai appris à me remettre en question. Je m’améliorais, je faisais moins de crises, mais j’étais encore trop autoritaire.»

À la fin de sa thérapie de quatre mois, le directeur de Portage l’approche pour lui proposer de travailler au centre. Le directeur veut qu’elle intervienne auprès des communautés culturelles pour qui les problèmes de consommation sont tabous. Sous sa carapace farouche et agressive, il aime son côté maternel et son écoute. «À Portage, ils voulaient changer la mentalité d’intervention où l’approche était répressive, méchante. La bonne vieille méthode de la confrontation. Mais les problèmes de toxicomanie ont changé. La demande vient de gens qui n’ont pas reçu d’amour dans la vie. Ma façon d’intervenir dans les groupes collait bien avec cette nouvelle approche, celle d’une famille communautaire.»

Comme intervenante, Dior continue son propre apprentissage. Elle apprend à améliorer son écoute, des autres comme de sa personne. Ses débuts dans son nouvel emploi sont ardus. Elle est blessée par la colère que les jeunes lui envoient. «Même si je suis devenue une intervenante, je reste un être humain. Les crises des autres me permettent de me remettre en question, de me découvrir.» Ses collègues sont, pour la plupart, passés par les services de Portage avant d’y travailler. Sans cette expérience, Dior conçoit mal qu’il soit possible d’y œuvrer. «Je sais que je vais rentrer dans mes chocs émotifs que j’ai laissés de côté. C’est difficile, au début. Les gens sont en réaction parce qu’ils sont en rétablissement. Il faut toujours se détacher comme les intervenants l’ont fait avec moi. Au début, les toxicomanes se protègent pour, petit à petit, apprendre à gérer leurs émotions. Ce sont tous des toxicomanes. Tout le monde est obligé d’accepter son état plutôt que de le nier ou de le fuir.»

Dior est retournée vivre avec sa mère. Leur relation est moins tendue. Bien que son volcan intérieur soit apaisé, elle éprouve de la difficulté à prendre des décisions, à faire des choix pour elle. Encore fragile, elle continue d’apprendre à se connaître. Il lui a fallu prendre un long détour avant de revenir à la case départ.

Autres textes sur Croissance personnelle

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Publicités

Un abri pour les chats abandonnés doit fermer à Montréal-Nord

No kills shelter, un abri pour les chats

Human-aux-chats, missionnaires pour les chats

Raymond Viger   Dossier Environnement

chat-abandonne-chaton-soins-chatsCTV news nous apprend que le chef inspecteur des pompiers de Montréal, M. Alain Rouleau vient de demander la fermeture du No kills shelter qui abrite 300 chats abandonnés. Tout cela parce qu’au 2e étage il n’y a pas de sortie de secours.

Le SPCA et le Berger Blanc sont pleins et ne peuvent recevoir les 300 chats.

La responsable de Human-aux-chats, Monica Campo soulignent que tous les chats sont vaccinés, stérilisés et en pleine santé. Ils doivent trouver un nouvel endroit pour loger les 300 chats en 24 heures!

Si vous avez des propositions à faire aux équipes de bénévoles de Human-aux-chats pour les aider à se relocaliser, n’hésitez pas à en faire part. Sinon, 300 chats risquent de se retrouver à la rue.

Pour ceux qui veulent adopter un chat, vous pouvez contacter Monica Campo au 514-220-0353. If you want to adopt a cat, contact Monica Campo au 514-220-0353.

Cette information sur la fermeture de l’abri pour les chats m’est parvenu grâce à l’intervention de Jose Teitelbaum. Merci Jose pour votre implication et d’avoir relayé rapidement l’information.

Je suis personnellement touché par cet événement. Je vous présente l’histoire de mes chats et vous comprendrez sûrement.

Le Journal de la Rue se situe au 2e étage, juste au-dessus du Café-Graffiti. C’est la pause. Le beau temps nous fait sortir. Le miaulement d’un chat attire notre regard. Prisonnier sur la corniche, il lance un cri de détresse.

Je monte secourir la pauvre bête. Elle me suit à l’intérieur du local et me quitte aussitôt. J’étais convaincu que l’histoire de ce chat et de son sauvetage s’arrêterait là.

Le lendemain matin, le chat revient. Danielle et Lyne décident de le nourrir. La journée suivante, on retrouve le chat dans un placard du Journal. Il vient d’accoucher de trois magnifiques chatons. Le chat était finalement une chatte!

N’ayant pas trouvé de famille d’accueil pour cette nouvelle famille, Danielle et moi avons décidé d’adopter la petite famille. Nous les ferons dégriffer et opérer pour éviter que la lignée continue de s’accroître. On accueille des jeunes de la rue. Pourquoi pas des chats de la rue?

En abandonnant des animaux ainsi, sans être opérés, combien d’autres rejetons vont errer dans nos rues? Quelles sont les solutions qui s’offrent à nous?

PS: Après avoir vérifié ce que représentait de dégriffer un chat, Danielle et moi avons décidé de ne pas les faire dégriffer, nous limitant à les faire stéréliser. Dégriffer un chat c’est beaucoup plus que lui enlever les griffes. Une partie de sa patte est aussi coupé. Si le chat s’évade, comment va-t-il survivre seul sans ses griffes? En France, il n’est plus autorisé de faire dégriffer les chats.

Suite à cette adoption un peu originale de mes chats, j’ai demandé à Marie-Claude Marsolais de nous faire un reportage sur la réalité des chats abandonnés.

Missionnaires pour les chats

Reportage de Marie-Claude Marsolais  Dossier Environnement

Acte anodin pour certains, l’abandon d’un animal dans une ruelle n’est pas sans conséquence. Il entraîne rapidement une surpopulation d’animaux errants qui risquent fortement l’euthanasie. Chaque années à Montréal, plus de 50 000 chats errants terminent leurs jours euthanasiés. Ce chiffre faramineux ne signifie pas que 50 000 individus aient abandonné leur chat.

Le problème, c’est l’accouplement. Linda Robinson, du SPCA de la Montérégie, en sait quelque chose. «Si deux chats non-stérélisés s’accouplent, 20 000 chatons descendront de cette union, en cinq ans seulement, s’exclame-t-elle en ajoutant que le public ne réalise pas la quantité d’animaux que l’on doit tuer. La majorité serait très choquée de le savoir.»

La stérilisation des chats

La stérilisation des animaux est l’outil majeur pour combattre la surpopulation de chats errants. Bien que nécessaire, elle est cependant coûteuse. Quelques organismes sans but lucratif offrent toutefois des services vétérinaires à prix réduits. L’organisation Chatocat, qui est devenu Human-aux-chats, par exemple, fait affaire avec trois cliniques vétérinaires dont deux sur l’île de Montréal et une à Laval. Les bénévoles de Human-aux-chats se déplacent pour aller chercher les bêtes et les amener chez le vétérinaire pour les opérer. Monica Campo, souligne que l’organisme est contre l’euthanasie. «Nous misons beaucoup sur la promotion de la stérilisation des animaux.»

Même chose à La Fondation Bond. Dorothy Bond, la fondatrice de l’organisme qui œuvre pour le bien-être des animaux, insiste: «La stérilisation est essentielle. On rend un grand service aux animaux, mais aussi aux contribuables. À Montréal, la ville paie la SPCA pour qu’elle euthanasie les chats et chiens errants. C’est très dispendieux et surtout cruel». Par l’intermédiaire de quelques vétérinaires affiliés, la Fondation Bond offre des services de stérilisation aux personnes à revenus modestes. «Auparavant, le service était offerts à tous. Mais il y a une si grande demande que l’on a dû limiter l’accès» explique-t-elle déçue.

L’adoption ou la maison d’accueil

L’adoption et l’accueil temporaire sont d’autres moyens d’éviter l’euthanasie. La Fondation Bond est en lien avec de multiples refuges au Québec. Une visite sur le site Internet suffit pour trouver plusieurs adresses qui offrent des animaux en adoption.

Human-aux-chats coordonne pour sa part son propre système d’adoption. Le site Internet regorge de photos de chats en adoption. Ce sont les bénévoles qui prennent le portrait des bêtes et les affichent par la suite sur le site. Mme Campo ne cache pas son désarroi. «Il y a un manque flagrant de maisons d’accueil. Nous ne savons plus où mettre les chats», s’inquiète-elle en rappelant que Human-aux-chats est constamment à la recherche de personnes intéressées à héberger temporairement des petits pensionnaires à poils.

Une question de responsabilisation

L’abandon d’un animal domestique demeure un problème récurrent. Chaque année des centaines d’individus se débarrassent de leur bête. Mme Bond est catégorique: «C’est très difficile pour un animal, de se retrouver sans source de nourriture et sans refuge. Les gens ne réalisent pas le mal qu’ils font à un animal en l’abandonnant.»

Linda Robinson, de la SPCA Montérégie, veut responsabiliser les gens qui accueillent un animal. «De nos jours, les gens ont de moins en moins de temps à consacrer aux temps libres. Les animaux deviennent un fardeau rapidement, et sont plus propices à être abandonnés, raconte Mme Robinson. Il n’est pas rare de voir des animaux revenir dans nos locaux, après un mois d’adoption. Les gens ne réalisent pas l’ampleur de la charge.»

Monica Campo va dans le même sens. Elle rappelle que l’animal devient totalement dépendant de son maître. «Nous essayons de faire beaucoup de sensibilisation. On ne peut pas déresponsabiliser le citoyen.»

Pourquoi devrait-on être responsable envers les animaux? «Ils sont importants pour les humains, dit Mme Bond, en évoquant les bienfaits de la zoothérapie. Ils sont des êtres vivants au même titre que l’homme, poursuit-elle, on leur doit du respect». Pas bête comme réponse!

Reportage de CTV sur la fermeture de l’abri pour chats abandonnés.

Site Internet de la Fondation Bond.

Autres textes sur l’Environnement

Pistes cyclables du Québec et de l’Europe

Misericordia, mode équitable et bioéthique

Une forêt contre le tsunami

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

Guy Laliberté, touriste de l’espace et la fondation One drop

Les folies écologiques d’un architecte

Quand l’exotisme nous tue

Des éoliennes fabriqués en Europe

Ford, GM et Toyota démantèlent le métro de Los Angeles!

L’environnement et les trucs de grand-mère

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

%d blogueurs aiment cette page :