Dons de sperme et l’anonymat des pères

Connaître son père biologique est-il fondamental?

L’insémination artificielle

Les enfants issus d’un don de sperme sont de plus en plus nombreux à réclamer la levée de l’anonymat du donneur. Pour certains, connaître leur père biologique est fondamental.

Julie Philippe   Dossier Famille

insémination-artificielle-don-sperme-bebe-eprouvette Quelle serait votre réaction en apprenant que vous devez la vie non pas à votre père mais à un inconnu? Les enfants issus d’un don de sperme sont de plus en plus nombreux à réclamer la levée de l’anonymat du donneur. Pour certains, connaître leur père biologique est fondamental.

Au Québec, l’insémination artificielle par donation anonyme est une technique de fécondation courante, généralement utilisée par les couples infertiles. En grandissant, beaucoup d’«enfants éprouvettes» souhaitent connaître leur parent biologique.

Olivia Pratten, jeune Britanno-Colombienne de 28 ans, aimerait rencontrer son géniteur. Elle pense que cela pourrait expliquer certains de ses traits de caractère et éclairer ses antécédents médicaux. Selon elle, on ne peut pas savoir où l’on va, si l’on ne sait pas d’où l’on vient. En octobre 2008, elle a déposé un recours collectif au nom de tous les Britanno-Colombiens conçus par don anonyme de sperme, d’ovocyte (cellule féminine présente dans les ovaires) ou d’embryon pour empêcher le transfert ou la destruction des dossiers médicaux des donneurs. La Cour suprême de Colombie-Britannique a prononcé une injonction en ce sens. À ce jour, la jeune femme n’a toujours pas reçu de réponse.

Des avis qui divergent

En décembre 2009, la Commission de l’éthique, de la science et de la technologie du Québec a remis un rapport sur l’éthique et la procréation assistée au ministère de la Santé et des Services sociaux. Cette commission est rattachée au Conseil de la science et de la technologie dont la mission est de mettre en discussion des questions éthiques, notamment par voie de forum, pour dégager des orientations. Elle était présidée par Édith Deleury, professeure en droit à l’Université Laval et composée pour l’essentiel, de médecins et spécialistes.

Concernant la levée de l’anonymat des donneurs, les experts ont estimé que la connaissance «des informations insémination-artificielle-don-sperme-bebe-eprouvette-fecondationà caractère médical peuvent être nécessaires à la préservation de la vie et de la santé de l’enfant». La commission a recommandé d’informer l’ensemble de la famille ainsi que le donneur, des effets potentiels du secret sur l’enfant. Elle propose que des conseillers issus des cliniques de fertilité soient chargés de transmettre ces informations. Selon la Commission, la mise sur pied d’un organisme de données à «des fins de surveillance du développement des enfants issus de la procréation assistée» serait une bonne chose.

Édith Deleury revient sur l’un des points essentiels du rapport: «Nous proposons de procéder par étape, il est préférable de laisser la possibilité aux donneurs de briser l’anonymat concernant leur don, plutôt que de proposer une levée complète de l’anonymat». Le rapport suggère néanmoins de donner les mêmes droits aux enfants issus d’un don qu’à ceux qui ont été adoptés. «Comme les enfants adoptés, l’enfant créé par insémination pourrait avoir la possibilité de connaître le donneur si celui-ci y consent», explique Mme Deleury. Depuis la publication de ce rapport, d’autres travaux ont été publiés.

En juin 2010, une étude américaine intitulée  My daddy’s name is donnor a permis de comparer l’expérience et l’opinion d’adultes ayant été conçus par don de sperme à celles de personnes adoptées ou ayant grandi avec leurs parents biologiques. Pour les besoins de l’enquête, 1687 individus ont été interrogés.

Cette étude a été réalisée par Internet pour la Commission sur l’avenir de la condition parentale entre les 10 et 28 juillet 2008. Un groupe d’universitaires et d’experts s’est penché sur «la situation juridique, éthique, sociale et scientifique des parents dans la société contemporaine». 38,5 % des personnes conçues grâce à un don disent ne pas être d’accord avec l’idée qu’on puisse «délibérément concevoir un enfant sans père». De ce nombre, 52 % des hommes et 48 % des femmes estiment même avoir subi un préjudice. Pour 67 % d’entre eux, il faudrait que le don ne soit plus anonyme. Cette fin de l’anonymat est d’ailleurs l’une des dix-neuf recommandations formulées par la Commission sur l’avenir de la condition parentale.

Une annonce choc

La réaction des enfants à l’annonce de leur mode de conception sont variables. Selon Chantal Collard, chercheuse en anthropologie sur l’adoption et la procréation assistée au Québec, «Certains jeunes ont de fortes réactions en apprenant que leur père biologique est un inconnu», constate-t-elle. L’enfant peut se sentir amputé d’une part de lui-même selon Phyllis Creighton, chercheuse sur les questions éthiques, ancienne membre du Comité consultatif sur les techniques de reproduction et de génétique à Toronto.«Le monde est si anonyme qu’on a besoin de connaître son identité. Ces personnes ne cherchent pas un père, mais à connaître d’où leur viennent leurs caractéristiques», soutient-elle.

Pour Shelley Deacon, 30 ans, originaire de Kamloops en Colombie-Britannique, la nouvelle a été fracassante. «Ma mère me l’a dit vers l’âge de 11 ans, ça a été un vrai choc! Malgré tout, c’était peut-être plus facile pour moi que pour d’autres car je n’avais pas de père. J’aimerais savoir qui est le donneur car c’est difficile d’être dans l’ignorance. Une moitié de moi est inconnue. Je n’ai pas choisi, ce n’est pas juste! De plus, je viens d’avoir un enfant. Je suis inquiète par rapport à la méconnaissance de mes antécédents médicaux», confie la jeune femme.

En revanche, la nouvelle de sa conception,  n’a pas posé de problème à Olivia Pratten. «J’ai découvert comment j’avais été conçue à l’âge de 5 ans en demandant à ma mère comment l’on faisait les bébés. Elle m’a expliqué que mon papa n’avait pas assez de graines. Je pensais que j’étais unique, j’étais contente», raconte-t-elle.

Plusieurs experts comme Édith Deleury, conseillent aux parents de ne rien cacher à leurs enfants et d’éviter les non-dits. «Il faut encourager les parents à en parler assez tôt. Il ne s’agit pas, pour les enfants, de renier ceux qui les ont élevés. C’est un besoin de savoir d’où l’on vient qui est surtout ressenti à l’adolescence et au moment de devenir parents», estime Édith Deleury.

Un don du ciel?

Beaucoup de personnes issues d’un don souhaitent avant tout la levée de l’anonymat. «Si le donneur y consent, l’enfant pourrait connaître son identité. Dans les pays où ce n’est plus anonyme, les donations ne sont pas moins nombreuses. Il faut surtout une bonne information et une valorisation du donneur. Il ne faudrait pas qu’il soit simplement considéré comme un instrument mais que son geste soit plus responsable», affirme Mme Deleury. Elle souhaite aussi que les donneurs soient informés. Reste à savoir s’ils accepteront.
Pour Joseph, un Montréalais de 26 ans et donneur occasionnel, il n’est pas question de devenir le père de l’enfant. En revanche, il considère que les parents sont libres d’offrir la possibilité aux enfants de le voir. Suzanne Charland, coordinatrice de la banque des donneurs de la clinique Ovo à Montréal pense que l’absence d’anonymat peut nuire au nombre de donations. «Les donneurs sont difficiles à recruter. Pour 200 hommes à qui l’on va parler, un seul va accepter», mentionne-t-elle.

Rechercher son géniteur n’est pas une priorité pour tous les individus conçus par insémination. Certains s’en moquent complètement. «Des jeunes qui pourraient connaître le donneur ne cherchent pas à savoir qui il est, ou activent la recherche plus tard», déclare Chantal Collard.

Donneurs sollicités

Depuis le 5 août 2010, le Québec est le premier gouvernement d’Amérique du Nord à offrir gratuitement des traitements de procréation assistée aux couples infertiles. Les donneurs de sperme risquent d’être encore plus sollicités. Édith Deleury se demande si ce nouveau service est vraiment une nécessité. «Dans le contexte actuel, avec un manque de personnel au niveau des services de santé, on peut se demander s’il s’agit du moment approprié», déclare-t-elle.

Illustration Renart L’Éveillé

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Avorter?

Spectacle hip hop au Bistro le Ste-Cath (l’ancien Bistro In Vivo)

Avorter?

Témoignage de Marie, Vol 16, no. 3       Dossiers Avortement, Sexualité.

pour ou contre l'avortement, pourquoi avorter, comment avorter

Pour ou contre l’avortement?

Je n’en croyais pas mes yeux. Cela ne pouvait pas m’arriver à moi. Pourtant, à regarder le résultat du test, il n’y avait aucun doute. J’étais enceinte.

À 38 ans, après plusieurs années d’essais, j’en étais venue à croire que c’était peut-être impossible, que j’étais infertile. Et voilà qu’à peine un mois dans une nouvelle relation, même avec protection, sans prévenir…une grossesse. Pendant un doux moment, je ne pouvais effacer le sourire formé sur mes lèvres. Pour moi, c’était comme un miracle.

Ma joie fut vite assombrie par la triste réalité de ma situation. Je retournais au pays après 6 ans d’absence pour faire le point sur ma vie. Je voulais changer de carrière et prendre le temps nécessaire pour faire un choix réfléchi. Je n’avais pas d’emploi stable et je n’en voulais point. Je souhaitais explorer différents métiers, écrire, faire de l’escalade et voyager.

L’avortement, un choix?

Ne sachant pas moi-même que faire de ma vie et comment subvenir à mes besoins, comment pouvais-je même penser à subvenir adéquatement aux besoins d’un enfant? L’avortement semblait être un choix sain et responsable.

D’un autre côté, cela faisait 11 ans que je voulais un enfant. Je savais que mon horloge biologique me rapprochait du jour où une grossesse serait impossible. Était-ce ma seule occasion de devenir mère? En choisissant de ne pas avoir cet enfant, n’était-ce pas aussi un peu prendre le risque de renoncer à la maternité à tout jamais?

Mère monoparentale, adoption, avortement?

Tous les scénarios possibles et imaginables se bousculaient dans ma tête. Élever un enfant avec un homme que je connaissais à peine, être mère monoparentale, le mettre en adoption, avorter, un million de détails… tant de possibilités. Bien que le choix fut difficile, j’optai finalement pour l’avortement. Je ne me sentais pas capable de donner à cette nouvelle vie tout ce dont elle avait droit et besoin. En tout cas, pas maintenant.

Je commençais donc à chercher où l’on pratiquait des avortements à Montréal. À mon grand étonnement, il était impossible de prendre rendez-vous immédiatement. Il y avait au minimum une semaine d’attente partout, à part le centre Morgentaler, plus dispendieux. Je savais que je n’étais pas la première à faire ce choix, mais j’étais loin de me douter du nombre de femmes qui avaient besoin de ce service également.

En cherchant sur Internet, j’ai appris qu’il y avait environ 46 millions d’avortements par année sur notre planète. J’étais une des chanceuses qui avait accès à des infrastructures médicales sécuritaires puisque le Canada a légalisé l’avortement. Mais ce n’est pas le cas partout dans le monde. Vingt millions de femmes par année n’ont pas cette chance; elles mettent sérieusement leur vie en danger en choisissant l’avortement. J’étais ahurie devant ces chiffres. Je ne croyais pas qu’on en était encore là en 2007.

Centre de santé des femmes de Montréal

Je réussis à obtenir un rendez-vous au Centre de santé des femmes de Montréal deux semaines plus tard. L’attente m’apparut interminable. Mentalement, ma décision était prise et je n’ai jamais changé d’idée par la suite. Mais ce n’était pas parce que j’avais décidé de ne pas le garder que j’étais moins enceinte. Tout au contraire!

Mon corps se transformait sous mes yeux. À 5 semaines de grossesse seulement, mes seins avaient déjà grossi au point que la plupart de mes soutiens-gorge ne me faisaient plus. Non seulement mes seins étaient-ils gigantesques, ils étaient aussi hyper sensibles et me réveillaient la nuit. J’avais également des crampes semblables à celles des menstruations. Extrême fatigue, acné, flatulences, constipation, nausée et changement du goût de certains aliments se mirent également de la partie. Pour moi, tous ces changements étaient d’autant plus difficiles à supporter que j’avais décidé de ne pas poursuivre ma grossesse. Je voulais seulement retrouver mon rythme de vie et mon corps d’avant.

La journée précédent l’avortement, je me rendis au Centre pour une rencontre afin de remplir les documents nécessaires, déterminer le stade de la grossesse et m’informer de la procédure du lendemain. Quel soulagement de me retrouver dans un endroit accueillant qui ne ressemblait en rien à un hôpital!

Le centre était un logement converti. Il y avait un salon et même une grande cuisine. Les intervenantes, toutes des femmes, étaient calmes, chaleureuses et compréhensives. Elles ont su me rassurer et me mettre en confiance immédiatement. La docteure a déterminé que j’étais dans ma sixième semaine de grossesse et qu’aucune complication n’était apparente. On pouvait donc procéder à l’avortement le lendemain.

Le jour de mon avortement

Le jour J, à ma demande, on m’a donné des calmants et une injection pour m’aider à me détendre. Le centre donne toujours à chaque femme le choix des médicaments. Bien que j’avais confiance et aucun doute sur mon choix, j’étais nerveuse et je craignais la douleur qu’une telle procédure pourrait provoquer. Quoiqu’on m’avait assuré qu’un fœtus de cet âge ne se discernait qu’au microscope, j’avais peur de voir un minuscule bébé tout bien formé de quelques centimètres aspiré hors de moi.

J’étais consciente durant toute la procédure. Il y avait trois femmes avec moi dans la salle: la docteure, son assistante et une accompagnatrice à mes côtés pour me parler, me rassurer, m’expliquer ce qui se passait. La procédure ne dura que quelques minutes. Bien qu’inconfortable, cela n’a pas été atrocement douloureux. C’était comparable à des grosses crampes de menstruation. J’ai demandé à voir ce qui avait été retiré. À mon grand soulagement, je n’ai même pas pu identifier le sac embryonnaire. Tout était trop petit pour ressembler à quoi que ce soit. Ensuite, on m’accompagna dans une salle de repos.

Je n’oublierai jamais cette expérience. Bien qu’un avortement ne soit pas un événement souhaitable, je suis reconnaissante de l’avoir vécu dans un endroit aussi chaleureux et compatissant que le Centre de santé des femmes à Montréal. Dire qu’il y a quelques mois à peine, je me trouvais en Turquie. Je n’ose même pas imaginer ce que mon expérience aurait pu être là-bas…

autres textes sur l’avortement:

PUBLICITÉlivre croissance personnelle bouquin cheminement personnel guide recueil

L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Maintenant disponible en anglais: LOVE in 3D.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:  (514) 259-6900.

%d blogueurs aiment cette page :