Bombardier vole bas! La faillite de GM n’est pas le seul nuage dans le ciel de l’économie!

La faillite de GM n’est pas le seul nuage dans le ciel de l’économie!

Bombardier vole bas!

Raymond Viger                   Dossier Économie

On se fait bombarder de mauvaises informations touchant l’actualité économique. Après la faillite de GM, les comptables agréés qui accommodent les banques, les courtiers en fonds communs qui nous chargent 2 fois trop cher, voilà que le chroniqueur économique Jean Gagnon nous dévoile les résultats du premier trimestre de Bombardier.

Pas fort! Vraiment pas fort! L’aéronautique vole bas par les temps qui courent. Bombardier a eu plus d’annulation de commandes que d’avions livrés.

Sniff! Sniff! Moi qui voulait vous demander un petit don pour notre organisme communautaire. Vous pouvez envoyer directement l’argent à Bombardier. Nous on est déjà habitué de voler à rase montagne.

Mais pour ceux qui veulent nous soutenir par un don ou l’achat de publicité, ne vous gênez pas. Il y a un petit carré bleu en haut colonne de droite et c’est inscrit «Merci pour votre don». Votre don passe par le système sécurisé de Paypal.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Les jeunes en cheminement particulier et l’école

Les jeunes en cheminement particulier et l’école

Un jeune de 14 ans. Il a un problème de mathématique qu’il ne peut résoudre. Il est en Secondaire I et en cheminement particulier. Sa mère ne réussi pas à l’aider dans son devoir de mathématiques. Je les croise. Il me demande un coup de main.

Et pourquoi pas. Faire des devoirs avec un jeune est un instant privilégié pour faire un peu de relation d’aide. On peut pratiquer la patience, la persévérance, l’écoute… Ce ne devrait pas être trop compliqué. Après tout, j’ai 22 ans de scolarité, un DEC en Sciences pures et appliquées incluant les mathématiques 303 (3e cours du calcul différentiel et intégral). J’avais fait ce cours seulement parce que c’était le cours supposément le plus difficile de mathématiques au cégep. J’ai fait carrière en biochimie alimentaire. Suivi d’une carrière de 5 ans dans l’aviation avec tous les cours d’aérotechnique et d’aéronautique. Tout ça pour dire que le petit problème de mathématique de Secondaire I d’un élève en cheminement particulier ne devrait pas m’effrayer. Ayant été instructeur dans l’aviation et enseignant en travail social, ma capacité de lui enseigner les notions de base ne devrait pas être un problème non plus.

Il me présente sa feuille. Un exercice de défactorisation. Il faut ensuite trouver le plus petit multiplicateur commun et le plus grand dénominateur commun ou quelque chose du genre. Wow! Une chance qu’il est en Secondaire I et que j’ai fait 22 ans d’études. Heureusement que le jeune se souvenait comment défactoriser et que cela m’a permis de comprendre le restant du problème. Sinon je devait donner ma langue aux chats.

Nous avons des jeunes qui sont bons à l’école et qui mangent des sciences et des mathématiques. Un peu comme il existe des personnes qui mangent de la viance. Qu’on leur en donne. Il y a d’autres jeunes qui sont différents. Comme s’ils étaient végétariens, ils mangent autre chose. Alors pourquoi ne pas leur donner leurs légumes. Au lieu de les mettre dans des classes de cheminement particuliers et de tenter de leur taper sur la tête pour essayer de leur apprendre à défactoriser des nombres, pourquoi ne pas leur enseigner des sujets qui vont les intéresser et dans lesquels ils vont possiblement exceller.

Exemple; plomberie, électricité, menuiserie, soudure, mécanique, informatique, faire la cuisine… Des matières plus concretes pour eux, plus compréhensibles. Je suis désolé, mais je ne connais pas beaucoup de monde qui se dépannent dans la vie avec la défactorisation. Mais avec un peu de métiers de base, ces jeunes vont pouvoir se débrouiller dans leurs appartements, peut être y trouver un champ d’intérêt qui va les passionner.

Il y a des notions de base que tous les jeunes devraient apprendre. Lire, écrire, compter. Les plus motivés et intéressés peuvent aller plus loin. Ne les freinons pas. Pour ceux qui ne savent pas quoi faire de la factorisation des nombres, qu’on arrête de s’entêter à vouloir leur bourrer le crane.

Dans ce genre de devoir on envoit le signal aux jeunes que l’école ce n’est pas pour lui. Qu’il est mieux de continuer à être turbulent. Parce qu’il ne comprend rien et qu’il ne comprendra jamais rien. On envoie aussi le signal à ses parents qu’ils sont incompétents à l’aider dans la défactorisation des nombres et qu’ils sont de mauvais parents. On met, autant le jeune que ses parents en crise. En perpétuel conflit.

Pourquoi ne pas avoir du plaisir à accueillir ce jeune dans la fierté qu’il aurait à nous montrer sa première cabane à oiseaux qu’il a construit lui-même. La relation de ce jeune avec ses parents seraient tellement différente.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

https://raymondviger.wordpress.com/2006/12/22/violence-a-lecole-et-education-de-nos-jeunes-nouvelle-chronique-degide-royer-dans-reflet-de-societe/

%d blogueurs aiment cette page :