Témoignage – La patience d’un ange

Si la grâce continue de me conduire, ma sobriété passera bientôt à la majorité : dix-huit ans bien sonnés. Une adulte au fond, mais encore un bébé naissant : après tout, quand ça se passe un jour à la fois, on n’a jamais plus que 24 heures à inscrire au compteur.

Un témoignage recueillie par Marie-France Bancel publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Alcool et drogues

« Je suis toujours émue par la présence de ces vieux membres à la fois chargés et allégés par des décennies d’expérience, de force et d’espoir. Souvent assis en silence au fond de la salle, ils attendent patiemment de pouvoir donner au suivant. Dans une société où tout est spectacle, la passation discrète d’un miracle est chose rare et belle à voir», affirme cette personne dans son témoignage.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous afin de découvrir les articles du magazine portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

* Publication à venir

Autres textes sur Alcool et drogues

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-1.jpeg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

La consommation, un poids sur les enfants

Ludivine (prénom fictif) tient à parler de drogues. Si elle en a consommé occasionnellement, elle a surtout été percutée de plein fouet par la consommation passée de son père. Aujourd’hui, Ludivine est adulte, mais sa famille et elle paient encore les conséquences de cette ancienne dépendance.

Un texte de Delphine Caubet publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Toxicomanie

 «La drogue a des répercussions sur la vie des personnes longtemps après l’arrêt de la consommation», explique Ludivine qui a subi celle de son père.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Toxicomanie

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

4e étape, inventaire moral. Alcoolisme et sérénité

De l’alcoolisme à la paix et à la sérénité, Jacques T.

Fraternité, soutien et aide

Raymond Viger | Dossiers Alcool et drogueAlcooliques Anonymes

André-Émile P. et Gisèle C. vous offre des ateliers de quatrième étape: l’inventaire moral.

L’atelier est une démarche basée sur les fraternités anonymes des 12 étapes ainsi que De l’alcoolisme à la paix et à la sérénité de Jacques T. (éditions Bibliothèque Québécoise).

Les ateliers se donneront sur une période de 8 semaines, chaque dimanche du 7 septembre au 26 octobre, de 13 h 30 à 16 h 30. au Centre communautaire St-Robert, 701 rue Duhamel Longueuil (par la rue De Lyon), autobus 73.

Les rencontres sont gratuites. Une contribution volontaire est proposée.

L’inventaire moral, un indispensable outil de libération.

L’abstinence et l’assiduité aux réunions des fraternités ne suffisent pas. Il faut changer son caractère, vaincre ses peurs, se débarrasser de ses ressentiments, se découvrir soi-même, apprendre à pardonner et grandir spirituellement par la pratique de toutes les étapes.

Inscription (450) 678-0897. giseleandre@bell.net

Autres textes sur Alcool et drogue 

Bistro le Ste-Cath

souper spectacle musique chant show event est montréal restaurant où sortir quoi faireUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Alcoolisme et dépression, thérapie et abstinence

Objectifs thérapeutiques ; Vaincre son alcoolisme

La métamorphose de la chenille rappelle l’un des plus grands enseignements de la vie : les ailes de la maturité et de l’autonomie grandissent dans le renoncement à ses vieilles habitudes.

Souleyman | Dossiers Alcool et drogue, Croissance personnelle

J’ai pris conscience de la piètre estime de soi qui est mienne. Et je ne me connais guère suffisamment. Je sais qu’il existera toujours en moi des trésors et des zones d’ombres que mon introspection et mon exploration ne sauront jamais atteindre.

Par le biais de mon cheminement j’ai voulu me doter d’outils sachant me permettre d’enrayer le sabordage que je faisais de ma vie, de me connaître davantage et de m’accepter tel que je suis.

Mes réflexions introspectives doivent me permettre d’identifier mes comportements dégradants et néfastes, mes blessures, leur Comment et leur Pourquoi.

Objectifs thérapeutiques

  • Divorcer d’avec mon alcoolisme, rester abstinent et marcher vers ma sobriété
  • Corriger mes comportements funestes
  • Vaincre mes troubles psychosomatiques (dépression, insomnie et anxiété chroniques)
  • Outrepasser mes problèmes judicaires
  • Bonifier mon potentiel
  • Me réorienter professionnellement
  • Me réaliser positivement et efficacement

J’ai effectué une thérapie fermée de dix mois entrecoupés d’une escapade de deux semaines, dictée par mon orgueil et mon impulsivité. J’y ai connu une grosse rechute pour ensuite réintégrer ma thérapie à la maison l’Estime, à Asbestos menant ma thérapie à terme avec succès. Je me trouve en ce moment en réhabilitation médicale, sociale et professionnelle avec mes médecins, le centre Dollard-Cormier et la maison l’Exode.

Alcoolisme

Ça faisait une vingtaine d’années que je me retrouvais sous le joug de l’alcool, tout simplement par suivisme, frivolité et insouciance. Plus tard, j’ai pu comprendre qu’outre les plaisirs manifestes que j’en tirais, il y avait surtout ce facteur rébellion contre le confinement rigide et contrôlant ainsi que le conformisme moral et religieux dans lesquels j’ai grandi en tant qu’enfant et adolescent.

Après le déni et la négation, j’ai finalement pris conscience de ma problématique d’alcoolique grâce à l’accompagnement d’amis, de la famille, de mon médecin et de mon employeur. Je ne m’étais pas rendu compte de mon enlisement sournois dans la médiocrité, mes problèmes de santé et l’avilissement de mes facultés intellectuelles (pertes de mémoire et concentration). Et je n’avais pas une bonne hygiène de vie.

Alcoolisme et dépression

J’étais submergé par l’alcoolisme, la dépression, l’anxiété et l’insomnie chroniques. J’étais devenu un ramassis de contradictions : performances épisodiques au travail, sans fiabilité à cause de mon absentéisme, relations interpersonnelles dysfonctionnelles, collection de contraventions, peurs, peine et colère.

J’ai alors demandé de l’aide et je me suis tourné vers mon médecin de famille qui m’a référé psychiatrie à l’hôpital Général Juif. J’y suis médicalement traité et j’ai été orienté vers le centre Dollard-Cormier pour la dépendance alcoolique.

Conséquences de l’alcoolisme

J’ai dû quitter mon emploi essayant vainement d’exercer des fonctions moins exigeantes. Mon alcoolisme m’a aussi conduit à des ennuis judicaires. J’avais collectionné des contraventions. J’ai eu une poursuite au criminel pour menaces de mort suite à une dispute avec mon voisin. Cette affaire est encore en suspens et mes conditions de libération m’interdisent de retourner chez moi.

J’ai cependant réussi à raffermir ma voix intérieure en l’écoutant et en la comprenant davantage. Celle-là même qui est le berceau de mon estime de soi et qui doit toujours nourrir mon honnêteté. J’ai beaucoup réfléchi et saisi qu’elle représente cette énergie dynamique en moi que je ne cesse de faire croître par les fiertés que j’accumule à travers mes accomplissements au quotidien.

Humilité et alcoolisme

Dans les réalisations valorisantes de mes actions, mon estime de soi fait appel à la contribution simultanée de mon honnêteté, mon réalisme et mon humilité; de mon potentiel, mes expériences et mes limites; de ma motivation, ma détermination et ma persévérance.

J’ai assimilé une meilleure hygiène émotionnelle et sentimentale. Je dois harmoniser mes deux autres voix : mon rationnel et mon émotionnel.

Le plus bel arc-en-ciel se produit lorsque les rayons lumineux du pardon traversent les larmes nébuleuses du regret, du remords ou du ressentiment.

Alcoolisme et ressentiments

Parfois mes regrets, mes remords ou mes ressentiments me plongent dans la culpabilité, la honte, la haine et la rancune reliés aux mauvais choix que j’ai faits ou aux situations hostiles dans lesquelles je me suis volontairement ou involontairement placé.

Les sentiments qui en découlent sont parfois très forts et me génèrent beaucoup de peine et de colère. Rêves, ambitions et projets que je me suis fait avorter, préjudices que j’ai pu subir ou infliger à autrui. Et cela à cause de mon alcoolisme, mon insouciance et surtout, ma malhonnêteté envers moi-même. Je suis conscient que je me sens impuissant face à mon passé et que je ne peux changer.

Teintées par mes valeurs et mes croyances, Je sais que mes idées, mes pensées ne représentent pas forcément la réalité. Je dois les maîtriser et ne pas en rester esclave. Je possède le pouvoir de modifier mes perceptions sombres, d’élaborer un avenir épanouissant, en dépit de mon vécu.

Parfois plus longue que prévue, la route de l’effort ne trompe jamais les marcheurs. Ceux qui en doutent ne vont jamais assez loin.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Alcool et drogues

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Témoignage: dettes de la drogue

Témoignage de Myshell Caron | Dossier Toxicomanie

toxicomanie-drogue-3 Mon copain avait une très forte dépendance à la drogue. Vous ne pouvez imaginer les problèmes que ça pu engendrer.

Régulièrement, il consommait de la mari, mais, à l’occasion, il arrivait qu’il se laisse influencer par certaines personnes qui l’incitent à prendre des champignons magiques ou même de la coke.

Un soir, il est avec ses copains et décide de faire la fête. Tout se déroule bien jusqu’à ce que quelqu’un arrive avec des champignons magiques. Il décide d’en faire. Un, deux, trois, puis quatre jours s’écoulent. Il ne décroche pas et entre au travail allumé.
Pire encore, il décide de prendre de la coke. Après s’être ruiné et endetté pour 900$ de coke, il m’a laissé sans nouvelles pendant plusieurs jours. Quand les gars sont venus lui réclamer son dû, il n’avait pas de quoi les payer. Il s’est souvenu que j’existais. Comme ça faisait une bonne vingtaine de fois que je le sortais de son merdier, je me suis dit qu’il se sortirait de celui-là seul. Juste avec mon appui et mes encouragements.

Cela ne lui suffisait pas. Il a passé par toutes les étapes. Croyez-moi. Pleurs. Insultes. Pitié. Colère. Menaces. Les pushers le menaçaient de lui casser les deux jambes. Je l’ai réconforté et je lui ai promis que je serais toujours derrière lui, quoi qu’il arrive. Il s’est sorti de cette impasse seul mais avec mon réconfort et ma présence. Il a payé seul son dû. Depuis, il ne consomme plus.

Aujourd’hui, nous sommes encore ensemble. Ça fait trois ans et je suis très fière d’avoir tenu mon bout. Depuis qu’il a cessé de consommer, nous sommes très heureux. Ce que j’ai appris de cette histoire, c’est qu’il faut toujours supporter ceux qu’on aime mais sans régler les choses à leur place. Nous sommes toujours plus forts quand on se relève soi-même d’une embûche.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Alcool et drogues

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Découvrir ses dépendances

Marie-France Beaudry | Dossiers Alcool et drogue, Alcooliques Anonymes.

photos-reportage-maison-l-imperatif-centre-de-traitement-alcool-drogue-toxicomanie À travers l’objectif de Marie-France Beaudry, une photographe professionnelle de 28 ans, nous découvrons l’univers de la Maison L’Impératif, un centre de traitement des dépendances situé à Sainte-Madeleine.

Karl, 26 ans, au moment de la rencontre, vient tout juste d’arriver à la Maison. Il se sent déjà mieux. Ici, il est bien entouré, il a même déjà repris du poids.

Geneviève, 29 ans, en est à sa 2e visite. Elle admet que l’échec de son premier séjour est dû au fait qu’elle s’était gardée des portes de sortie. C’est par un heureux hasard, au moment où elle a véritablement touché le fond, que François, lui a téléphoné pour prendre de ses nouvelles. Elle est revenue, mais cette fois, avec la ferme intention de régler ses problèmes.

Hugo, un Français est venu de Paris pour suivre le programme de la Maison. Après 3 mois et demi, il se sent prêt à retourner chez lui. Il a des projets, il souhaite travailler dans la compagnie de sa mère et terminer sa formation de plongeur pour ouvrir une école de plongée avec son frère.

Maxime est le plus ancien de la gang, malgré ses 23 ans. Maxime sait comment il en est arrivé là. Constamment «écœuré» à l’école à cause de son poids, il s’est construit une carapace et s’est réfugié dans la drogue. Depuis son séjour au centre, il a été renvoyé chez lui une semaine pour avoir caché des médicaments. De retour, il a appris sa leçon. Il veut maintenant récupérer son emploi, avoir une 2e chance et repartir du bon pied.

François travaille à la Maison depuis 8 ans. Il y a suivi une thérapie il y a 10 ans. Au début, la douleur est encore fraîche et les interventions sont difficiles. Tranquillement, il apprendra à remplacer la sympathie par l’empathie.
Il est sur place 7 jours sur 7.

En savoir plus sur la photos-reporter, Marie-France Beaudry

L’optimisme des résidents, l’ambiance d’humilité et de sérénité ont marqué la photographe. «On voyait leur intérêt à s’en sortir», explique Marie-France, heureuse de ce que lui a appris son passage à la Maison L’Impératif.

En début de carrière, la jeune femme souhaite parler des «vraies affaires». «Ce que je veux, c’est sensibiliser les gens à ceux qui vivent dans l’ombre, à les démarginaliser. J’admire ceux qui ont le courage de se sortir de situations difficiles. Ils ont beaucoup de mérite», ajoute-t-elle.

La Maison L’Impératif

La Maison L’Impératif est un centre de traitement des dépendances. Situé à Sainte-Madeleine, l’organisme a été fondé en juillet 1992 afin de venir en aide aux personnes avec des problèmes d’alcoolisme et/ou de toxicomanie qui empoisonnent leur vie personnelle et/ou professionnelle.

L’objectif de la Maison L’impératif est de briser l’image que la personne s’est fait d’elle-même au fil du temps, de lui apprendre à être elle-même et exprimer ses sentiments. On y enseigne aussi une chose si simple mais pourtant tellement efficace: 15% du problème en est un de consommation et 85%, de comportement. «Identifie tes comportements, et tu seras en mesure d’apporter des corrections.»

Références

Maison L’Impératif

Centre de traitement des dépendances

Drogue, alcool, médicaments

Téléphone: (450) 584-2184

Courriel: info@maisonlimperatif.com 

Autres textes sur Alcool et drogues

Autres textes sur Toxicomanie

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Point de vue d’une jeune sur la drogue et l’alcool

Carolann Bouchard | Dossiers Alcool et drogue et Alcooliques Anonymes

J’ai composé un texte qui exprime mon point de vue sur la drogue et l’alcool. Je vous l’envoie afin que vous puissiez le publier dans Reflet de Société. Ne vous gênez pas pour faire vos commentaires. Je lis tout les numéros du magazine et je l’apprécie grandement.

Amicalement,  Carolann Bouchard, 13 ans,  Lac-St-Jean

drogue alcool centre thérapie désintoxication toxicomane Il y a beaucoup de monde qui consomme juste pour se penser hot. Dans ce domaine, il y a toute sorte de monde. Le monde tendance qui fume à tous les jours. Ils ont 15 ans. Ils te disent qu’ils peuvent arrêter quand ils veulent et qu’ils ne sont pas accros. Ensuite, tu les voit grandir avec leur cochonnerie. Mais là, c’est trop tard pour remédier à la situation. Chaque fois que leur merde n’est plus assez forte pour eux, ils en essayent de nouvelles, plus puissantes. À la longue, ce n’est même plus drôle de les voir agir tellement ils sont finis. Mais ils continuent quand même.

Cela amène surtout des problèmes: la perte d’êtres que nous aimons (parents, amis…). Parce que cette routine est devenue leur quotidien. Ils se tiennent avec du monde de ce nouveau milieu. Si tu fais leur connaissance et que tu es à jeun, ils risquent de te dire: «T’é pas in!»

Je te conseille de pas toucher à ça. Si tu décides d’essayer, bîn crime, deviens pas accro. Il y a des personnes qui se croient cool en disant: «Yo man, j’ai pris ça hier. Pis, hahaha, j’ai pas dormi d’la nuit. C’tait trop l’fun, faut que j’te fasse essayer ça!». Comme si, plus tu prends de la shit, plus t’es cool! Juste pour se faire dire: «Yo man, t’é trop malade. T’é mon idole. Tu me donneras tes trucs!». Maintenant, pour ces gens, c’est devenu une corvée de prendre d’la drogue. Ils n’ont plus de vie. Ils ne pensent qu’à ça, sans jamais prendre conscience de ce qu’ils prennent. Ça leur amènera jamais rien de bon. Tout ça pour dire que c’est leur choix. Quand tu deviens accro, ta vie devient automatiquement de la belle shit. Sad thing but it’s the truth.

Concernant l’alcool, je ne suis pas une experte. À ceux qui boivent pour éviter la réalité: eh bien sachez que même si vous buvez, la réalité ne s’effacera pas. Et quand vous redeviendrez sobres, le passé sera seulement plus dur à supporter. Il restera toujours là, en empirant, encore et encore. N’oubliez jamais cela!

Beaucoup trouvent ça cool de se droguer, de boire à se fendre le foie. Ce n’est pas parce que tout le monde prend de la drogue que tu es obligé de suivre cet exemple. Mais c’est tellement irréaliste. Il n’y a aucun mal à prendre UNE bière entre copains. Mais n’abusez pas.

La vie est beaucoup plus belle à jeun.

Autres textes sur Alcool et drogues

Autres textes sur Toxicomanie

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

%d blogueurs aiment cette page :