Quebec bashing?

Après la couverture du Maclean’s,

Stephen Maher en remet

Selon le journaliste du Chronicle Herald d’Halifax, un Québécois ne serait pas assez honnête pour être ministre des Travaux publics.

Raymond Viger   Dossier Politique, Économie

Après la controverse de la couverture du Maclean’s, la version anglophone de L’actualité, montrant le Bonhomme Carnaval et traitant le Québec de province corrompue,  le chroniqueur Stephen Maher du Chronicle Herald d’Halifax en remet avec sa chronique du 10 octobre dernier. Le journaliste Stephen Maher affirme que le poste de ministre des Travaux publics ne devrait jamais être donné à un Québécois. La théorie de Stephen Maher tient au fait que plusieurs Québécois qui ont tenu ce poste (Roch LaSalle, Alfonso Gagliano…), ont été questionnés sur l’attribution de contrats gouvernementaux.

Stephen Maher considère qu’un Québécois au poste de ministre des Travaux publics se retrouverait en conflit d’intérêt entre le mandat d’aller chercher des votes au Québec et l’intégrité de l’attribution des contrats gouvernementaux. Stephen Maher a très mal phrasé sa pensée. Le problème était-il de nommer un Québécois ou de nommer un organisateur en chef comme ministre des Travaux publics? L’organisateur en chef a un mandat d’aller chercher de l’argent et des votes. Qu’il soit Québécois ou de n’importe quelle province. Le ministre des Travaux publics est le Père Noel des contracteurs qui distribuent les gros contrats que tous veulent récolter. Être un organisateur en chef d’un parti et en même temps le Père Noel, le conflit d’intérêt ou encore les dérapages pour atteindre ses objectifs peuvent exister.

Quand on dit qu’on ne doit pas nommer un Québécois comme ministre des Travaux publics, ça ne sonne vraiment pas comme dire qu’on ne doit pas nommer un organisateur en chef comme ministre des Travaux publics. Pointer tous les Québécois plutôt que de nommer les vraies affaires est ce que j’appelerais du Québec bashing.

Je suis surpris et désolé qu’un journaliste comme Stephen Maher ait créé cette confusion dans les mots utilisés. Est-ce volontaire ou une inconscience totale?

Autres textes sur Politique

Pour une réforme de notre système politique

Le poids du Québec dans le Canada

Amnistie Internationale VS l’exposition Bodies de Montréal et de Québec

Gérald Tremblay, magazine Box Gym et la publicité d’un politicien

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

Un maire intimide des journalistes en Montérégie

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Guy A Lepage reçoit Alfonso Gagliano à Tout le monde en parle; le scandale des commandites et le racisme

Tout le monde en parle, scandale des commandites et racisme

Guy A Lepage reçoit Alfonso Gagliano

Dossier Racisme, Tout le monde en parle

Alfonso Gagliano s’est présenté à Tout le monde en parle pour tenter de nous parler de son innocence et qu’il avait été un bouc émissaire dans l’histoire du scandale des commandites.

Je ne peux juger de son innocence ou de sa culpabilité, n’ayant pas lu les tonnes de document reliés à cette histoire. J’ai cependant deux observations à souligner provenant de l’émission de Guy A Lepage.

D’une part, Alfonso Gagliano nous dit qu’il n’a pas eu de difficultés à dormir depuis 2002; étant convaincu qu’il a bien agi et qu’il est en paix avec sa conscience. Quand on vit une telle injustice, on ne peut rester de marbre. Cela nous fait vivre quelques émotions, des pleurs et des grinchements de dents.

Il nous dit qu’il a passé devant la commission Gomery, qu’il aurait entendu ses anciens collègues comme Paul Martin, Charles Guité ou Jean Lapierre, salir son nom et sa réputation et, malgré tout cela, ayant la conscience tranquille, il aurait dormi comme un gros bébé! Pas sur et pas convaincant.

D’autre part, M. Gagliano cite la fin de son livre «Je crois que si mon nom avait été Lapierre, Arcand ou Cournoyer, je n’aurais pas été accusé, condamné et exécuté sur la place publique, sans avoir été entendu». Je suis déçu qu’un immigrant de longue date comme M. Gagliano se sente accusé de racisme dans cette histoire.

Dans le scandale des commandites, le peuple voulait des coupables et que justice soit faite. Qu’il se nomme Jean Chrétien ou Alfonso Gagliano, pas de problème avec cela. On parle ici de politiciens qui ont fraudé notre système démocratique.

Le peuple n’a pas eu de difficultés à discréditer Paul Martin avec ses magouilles fiscales et ses paradis fiscaux pour sa compagnie de bateaux Canadian Steamship Line. Quand on est en politique, qu’on gère l’argent des contribuables et que nous sommes une personne en poste d’autorité, nous devons être plus blanc que neige. Rien à voir avec le racisme.

À vous écouter, c’est comme si, aucun politicien avec un nom de consonnance québécoise, ne se serait fait tirer les oreilles par les médias ou les citoyens!!! Vous n’avez pas réussi à me faire pleurer avec vos explications. Je vais dormir l’âme en paix ce soir. J’ai plus de pitié à votre égard qu’autre chose.

Était-ce votre nom de consonnance Italienne qui vous a joué un tour ou cette histoire disant que vous avez été le comptable d’une famille de la mafia?

Pour terminer, j’ai une petite anecdote. J’ai rencontré une personne qui se nomme Théroux. Un nom à consonnance québécoise. Mais il est né au Salvador et a été adopté à l’âge de 9 ans par une famille Québécoise. Aujourd’hui, avec toutes les adoptions internationales, les noms changent de sens et de couleurs.

Autres textes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :