Nuit Blanche Dix Torsion aux Studios Diss Torsion avec Lazy Legz

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Quoi faire ce week-end, quoi voir aujourd’hui

Ill-Abilities, Lazy Legz  Nuit Blanche Dix Torsion

Samedi le 2 mars à partir de 21h, les Studios Diss Torsion ouvrent à l’occasion de la Nuit Blanche Dix Torsion, un évènement ayant comme objectif de promouvoir tous les types de danses urbaines. Lazy Legz et Ill-Abilities seront de cette soirée faisant partie des activités à faire dans le cadre de la Nuit Blanche du Festival Montréal en lumière.

Anders Turgeon       Dossiers Breakdance, Hip-hopLazy Legz

Fidèles à leur réputation de plaque tournante de la culture urbaine montréalaise, les Studios Diss Torsion organisent la soirée Nuit Blanche Dix soiree-dix-torsion-all-style-battle-showcase-lazylegz-studio-montreal-paris-diss-torsion-breakdance-hiphopTorsion pour souligner la Nuit Blanche du Festival Montréal en lumière. Leurs principaux partenaires pour cet évènement sont le crew de Lazy Legz, Ill-Abilities, et le Studio de danse Montréal-Paris (MP) qui loge à la même enseigne que les Studios Diss Torsion.

Ouvrant leurs portes à 21h pour la soirée débutant à 22h, les Studios Diss Torsion vous offrent un spectacle en continu, dans la suite 124, jusqu’à 1h30 du matin. Au cours de cette soirée, vous aurez l’opportunité de voir à l’œuvre les meilleurs danseurs urbains de Montréal performer sous vos yeux. Ces mêmes danseurs s’affronteront également dans des battles all style, à 2 contre 2. Les juges chargés de juger chacun des battles sont Zig de ReBelles et VagaBonds, Pierre Bouthillier du Studio de danse MP et Angelo du Centre de danse Urban Element. Le grand prix est de 150 $ plus un certificat de 5 heures de location de studio gratuites ainsi que 50 $ en marchandise de Diss Torsion, MP et Ill-Abilities.

Dans la même veine, il y aura également des démonstrations de b-boying et de danses urbaines de la part des troupes du Studio MP. Lazy Legz assure l’animation de la soirée et son collègue de Ill-Abilities, Benny Lava, se retrouvera derrière les platines pour faire danser les gens sur de la bonne musique urbaine.

Dans la suite 122, vous trouverez des kiosques où vous trouverez des cours de danse à rabais, des créneaux disponibles pour la location de salles, de nombreux vêtements Diss Torsion, Montréal-Paris et Ill-Abilities ainsi que d’autres items tous plus intéressants les uns par rapport aux autres. Vous pourrez aussi vous procurer des consommations à un minibar installé pour l’occasion.

« Pour ceux qui aiment les émotions fortes, la musique, l’art et le spectacle, la nuit blanche Dix Torsion est une soirée à ne pas manquer », assure Olivier Péloquin, président des Studios Diss Torsion inc. Vous pouvez également contacter ce dernier pour obtenir plus d’informations sur la soirée : 514-627-3363, oli.peloquin@gmail.com.

Studios Diss Torsion : 372, rue Sainte-Catherine Ouest, suites 122-124, à proximité du métro Place-des-Arts. L’entrée est gratuite, mais une contribution volontaire de 1 $ est demandée.

Autres textes sur Breakdance

Textes sur Lazy Legz

Pas d’excuses, pas de limites. Le t-shirt de Lazy Legz

Les débuts du breakdance au Urban Element

École de breakdance à Montréal

Nouvelles passions: danse et breakdance

Lors de son arrivée à Montréal, Cindy Goldylocks tombe en amour avec Angelo. Après s’être fait expulser du Canada, Cindy peut revenir sous la condition de marier Angelo.

Dominic Desmarais   Dossiers BreakdanceHip-hop

cindy-goldylocks-break-hip-hop-breakdance-danse-hiphopLes nouveaux époux emménagent dans un appartement. Cindy suit son amoureux partout. Elle assiste à tous les cours qu’il donne. «Je voyais son talent. Et comme j’étais sa blonde, je voulais qu’il ne regarde que moi. C’était le meilleur pour donner un cours de danse. Un artiste, un vrai! Mais Angelo n’a rien d’un entrepreneur. Il n’était pas bon pour le business. Plusieurs de ses élèves s’en plaignaient. J’ai commencé à m’occuper de la partie administrative.»

Cindy s’abandonne dans la danse et l’organisation d’Angelo Dance Productions. Elle s’y investit comme, plus jeune, elle l’a fait pour ses cours de judo et de tækwondo et, plus tard, pour le parachute.

Différents styles de danse de rue

cindy-goldylock-breakdance-danse-hiphop-hip-hop-break-urban-elementAu début, seul Angelo enseigne. Mais Cindy est à l’écoute des autres danseurs. «Je m’entraînais avec d’autres personnes. J’ai commencé à voir le mélange des styles dans le hip-hop. Ce n’était pas clair que tous les mouvements venaient de ce style. J’ai commencé à faire d’autres danses de rue. Et j’ai eu un déclic. Si moi j’ai envie d’apprendre différents styles, d’autres aussi ont ce désir.»

Elle demande à d’autres danseurs d’enseigner des styles différents de celui d’Angelo. «C’est là que j’ai réalisé le problème: le nom de la compagnie. Si tu ne t’entends pas avec Angelo, tu ne veux pas représenter sa compagnie.»

En 2000, Angelo Dance Productions se mû en Urban Element. La nouvelle compagnie offre cinq styles de danse à une centaine d’élèves. La vie lui souriait finalement. Mariée, un toit bien à elle et une entreprise qui tourne rondement.

Une école d’élite

L’école de danse s’agrandit. Aujourd’hui, elle offre une douzaine de styles de danse de rue offerts par 20 professeurs. Des gens qui ont grandi au sein d’Urban Element. Pour le plus grand plaisir de quelque 400 étudiants de tous âges.

En 2003, une troupe de l’école gagne le Hip-Hop Forever, une grosse compétition à Montréal. «Et grâce à ça, nous sommes allés faire des prestations au Mexique!» Cette victoire donne de la renommée à Urban Element. En 2006, 2007, 2009 et 2010, la troupe de danseurs élite de l’école remporte les championnats canadiens de hip-hop et représente le pays aux mondiaux à Las Vegas. À l’image de Cindy, Urban Element ne se contente pas de peu.

«Le but, c’est d’avoir les meilleurs de chaque style de danse. Je les veux pour qu’ils donnent des cours afin qu’Urban Element soit une école de qualité. Un endroit où tu peux te développer et enseigner. Si ta carrière n’a pas avancé ailleurs, tu peux rester avec nous. Et on offre des locaux gratuitement pour pratiquer. Mais les gens le prennent parfois pour acquis. On a été volés, les murs sont taggés», résume-t-elle avec dépit.

Une école de danse communautaire

L’école a vécu sa part de difficultés financières. Le local est gigantesque et le payer est un exploit. «Ce qui est difficile, c’est que la danse hip-hop, sa raison d’être, ce n’est pas un business. Tu peux faire de la danse plus commerciale, des vidéoclips, tu seras bien payé, mais la danse de rue, ce n’est pas pour faire de l’argent. À Urban Element, on a gardé le côté rue, un genre de centre communautaire pour jeunes. Donc si on a des étudiants qui ont besoin des cours dans leur vie et qu’ils n’ont pas d’argent pour les payer, on les garde. Ils ne paient pas tous. Alors on est fauchés depuis 10 ans!»

Les élèves d’Urban Element arrivent bien avant leurs cours. Vers 16h, à la fin des classes, ils débarquent au studio. Ils y font leurs devoirs, socialisent. Comme dans une maison de jeunes. «Nous sommes devenus une petite communauté. Si on fer-me, on va affecter beaucoup de monde», considère Cindy qui a dû envisager à cette éventualité. Mais après s’être battue tout au long de sa vie, elle a la sagesse de reconnaître qu’elle saura bien trouver en elle l’énergie pour survivre.

NDLR: Ce billet est le quatrième d’une série de 4.

Première partie de Violence familiale et famille dysfonctionnelle

Deuxième partie Découvrir sa féminité et le premier amour d’adolescent

Troisième partie Se faire expulser du Québec

Autres textes sur BreakdanceHip-hop

Quand vieillesse rime avec breakdance

Danser pour survivre

Matrice, le film, Breakdance et orchestre symphonique pop de Montréal

Lazy Legz, Luca Patuelli, Break-dance

Johnny Skywalker, breakdancer

Fyevel break dance et graffiti

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel  avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900.

%d blogueurs aiment cette page :